» Jazz Palace « 

Jazz Palace de Mary Morris ,Édition Liana 


À Chicago dans les années 20, Benny, un jeune garçon de 15 ans, livre des casquettes pour le compte de son père. Ces livraisons, à travers la ville et dans certains quartiers, lui font découvrir une nouvelle musique, le Jazz. Lui-même pianiste, cette musique l’interpelle.


« Elle venait de derrière les portes, elle sortait par les fenêtres isolées où des hommes en tricot de corps blanc jouaient de la trompette, les soirs d’été . »



Les noirs avaient débarqué avec cette musique dans leurs bagages.

La ville n’était pas dangereuse, les gangsters, les bootleggers, et les maquereaux n’avaient pas commencé à faire la loi.
Benny n’a de cesse d’en découvrir davantage, mais les blacks se méfient des blancs qui tentent de leur voler leur musique, leur blues. Ils les appelaient «  Les oiseaux moqueurs « 



« Ce sont des arnaqueurs, des escrocs qui viennent vous piquer vos arrangements,vous chaparder vos chansons . »

Benny rencontre Napoléon Hill un trompettiste de grand talent. Une amitié indestructible s’installera et les mènera sur la scène du Jazz Palace, où Benny retrouvera une jeune femme qui les relie à un souvenir commun douloureux.

« Ce garçon jouait comme un noir. Les noirs n’avaient rien à perdre et ils le savaient. C’est pourquoi ils jouaient du blues. Ils lui donnaient leur corps et leur âme. Mais les jeunes blancs ont tous possédé quelque chose, et s’il jouent du blues, c’est qu’ils l’ont perdu. Ce sont des enfants à qui l’on a pris leur jouet. Jamais ils n’atteindront où l’on a rien eu depuis le départ. Ils ne savent pas que la tristesse réside au fond d’un puits profond. Ni que si vous creusez autour, vous pouvez faire jaillir autant de beauté. »



À travers ce récit, vous allez swinguer en compagnie de merveilleux bluesmen, découvrir l’histoire de Benny et de sa famille juive, et sa passion pour la musique qui souffrira de l’incompréhension de ses parents.

« Ce gars-là c’est pas un minus. Il est ce qu’il est. »



La naissance du Jazz. Cette musique chargée de souffrance qui la rend si bouleversante.

Le destin de tous ces personnages suit le rythme effréné des années folles où l’arrivée de la prohibition donnera naissance à des trafics en tout genre. Al Capone mais aussi Louis Armstrong sont déjà dans la place.
Alors si vous aimez le Jazz et le Whisky, les destins hors du commun des immigrants, les triomphes et parfois les défaites des laissés pour-compte, laissez-vous porter vers Chicago, ville emblématique de l’Amérique des années 20, où la mafia et le jazz imposaient leur rythme endiablé.
Et n’oubliez jamais, comme dirait Lavilliers « La musique est un cri qui vient de l’intérieur. »



Une saga passionnante et enivrante, mais aussi bouleversante, contée magnifiquement par Mary Morris, le premier de ses six romans publié en France pour notre plus grand plaisir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s