» Travailler Tue « 

Travailler Tue , Yvan Robin chez Lajouanie


 » Tu vas finir par crever, ou Dieu sait quoi . C’est pourtant pas ton genre de mourir . Ça te ressemble pas . Tu es un gagnant. Un battant . Un vivant .Si les bords de la mort sont comme ceux du lavabo tu dois pouvoir en faire le tour, sans glisser dans le siphon. Respire.Voilà .T’es plus un gosse, bon sang. »

Hubert Garden est employé d’une boite de travaux publics. Il doit veiller à ce que les procédures de sécurité soient respectées quitte à contourner les règles comme le dit si bien ce vieil adage.
« Il subissait une pression de tous les instants, digne d’un harcèlement moral caractérisé. »
Malgré son travail acharné, les accidents se succèdent et son supérieur lui fait miroiter le placard s’il n’atteint pas « Zéro accident « 
« Les risques-ci . Les risques-là. Des risques à ne plus savoir qu’en foutre. »


Le travail c’est la santé, ne rien faire c’est la conserver…..(écoutez)

 
À la limite du burn-out, il entreprends une nouvelle bataille. Il devient un nouveau soldat et part en guerre à sa façon contre l’ingratitude de cette boite.


« Depuis l’enfance, oppression parentale, oppression sociale, oppression scolaire, oppression professionnelle. La liste était plus longue que ces trains de marchandises qui sillonnent les campagnes. »
Sa femme, également au bord du pétage de plombs, l’accompagnera sans se douter des lourds secrets que lui cache son homme, elle-même en plein bilan sur sa vie.
« Les heures passaient-parfois les jours-et son mari refaisait surface. À la manière d’un cadavre qui remonte, après avoir visité le fond. A croire que lui aussi, il avait ses secrets. »
Ce roman aurait tout aussi bien pu s’appeler: « Chroniques de Burn-out annoncés”. À travers ce récit cynique et décapant, nous accompagnons ce couple, monsieur et madame tout le monde, dans leur vie quotidienne et professionnelle avec une réalité surprenante.
Qui de nous n’a jamais subit de harcèlement au boulot, ou fait un petit bilan sur sa vie, avec ensuite une envie de tout foutre en l’air. Seulement on n’a pas le choix, faut avancer, survivre coûte que coûte, et continuer à croire que ça va s’arranger.

Yvan Robin réussit à mettre des mots sur nos maux, avoués ou enfouis...

Avec humour noir, il dépeint admirablement le monde du travail manuel, le patronat, les obligations de faire toujours mieux pour remplir davantage les poches de ceux-ci. Ceux-là même qui vous tourneront le dos aux moindres pépins. Sous tension en permanence, l’être humain souffre, mois après mois jusqu’à l’explosion….
Un roman social, brutal, réaliste, parfois dérangeant, intriguant. Un roman noir qui éveillera en vous questionnement et rébellion contre ce système aussi pourri qu’il parait.
C’est tellement ça, c’est tellement vrai, et c’est tellement bien écrit, bien transcrit, ce malaise ambiant…une histoire qui m’a touché pour m’y être reconnue parfois, et qui me conforte dans mon choix d’avoir quitté ces entreprises à faire du fric sur mon dos, et à créer la mienne avec le choix d’y travailler seule à ma façon. Je travaille pour vivre, je ne vis pas pour travailler, car n’oublions pas :
TRAVAILLER TUE !
Encore une sacré découverte de la maison d’édition Lajouanie qui nous réserve de belle surprise, ici encore, « Roman pas policier mais presque ».Pas d’enquête, pas de flic, pas de témoin, mais un suspense intense …Yvan Robin rejoint cette écurie d’auteurs aussi diversifiée que sur un champs de courses en route vers les podiums. Qu’on se le dise …
Et prenez le temps de lire, trop TRAVAILLER TUE ! Pensez-y .
Petit plus: si vous avez aimé le couperet de Donald E. Westlake ou vu l’adaptation cinématographique avec José Garcia, ce livre vous plaira forcément …

Publicités

13 réflexions sur “ » Travailler Tue « 

  1. Ping : « La nuit des chats bottés «  – Dealer de lignes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s