» La viande des chiens, le sang des loups « 

La viande des chiens, le sang des loups de Misha Halden aux Éditions Fleuve noir



 » On était de retour à quelque-chose que je connaissais bien, les emmerdements.Ça m’avait manqué. »

T’es tranquille peinard chez toi et t’as une môme assez enragée qui débarque avec une espèce de chien de garde dans ta cabane. Ça craint, l’ambiance cocooning s’enflamme et ça dégénère très vite. Rory, tel un chien tente de défendre son territoire, et n’hésite pas à affronter les intrus.

« J’ai pris une claque. Pas forte, pas brutale; rien qu’un geste pour montrer qui frappait et qui fermait sa gueule. »
Cette môme c’est Lupa, femme-enfant, sauvage, mystérieuse, en fuite. Rory, lui, vit seul avec ses chats, il cultive ses légumes et sa misanthropie. Cette intrusion va mettre à mal sa tranquillité et bousculer son quotidien.

« Mes enfants étaient des tâches sur mes draps »
Mais va-t’il retrouver une once d’humanité pour comprendre et aider Lupa? Et va-t’il retrouver le chemin de l’écriture?
 » J’ai arrêter d’écrire parce que je voulais cracher entre les lignes, alors que tout ce qu’on me demandait c’était brosser tout le monde dans le sens du poil. »
Si tu t’aventures par ici, sache qu’en franchissant les portes de ce mâle assez vulgaire, tu entres dans l’antre du mal. T’es pas dans un conte de fée, t’es dans une histoire monstrueuse, cruelle, féroce, où se mêle une part de fantastique, qui donne un résultat plutôt étrange au final. Un voyage dans l’imaginaire noir.
J’avoue que même si je me suis attachée à Lupa la sauvageonne et à Rory ce rebelle, ce personnage haut en couleur, ce chien perdu sans collier, ce roman a très vite perdu mon intérêt. Le mélange des genres ne m’a pas conquise.
J’aime à penser qu’il a fait un mauvais rêve, un mauvais trip, face au désespoir de la page blanche. Oui en fait tout ça n’est peut-être qu’un mauvais rêve, où affluent les pires cauchemars. Allez-savoir…


Misha Halden partage son temps entre l’écriture et ses passions: l’histoire, les animaux, les jeux vidéo et les livres. Elle a écrit dans la veine noire imaginaire sous le nom de Justine Niogret pour lesquels elle a été primée: chien du heaume (Prix imaginaire, catégorie meilleur roman francophone; Grand prix de l’imaginaire, catégorie roman francophone) Mordre le bouclier ( prix européen Utopiales, Prix Elbakin) Mordred, Cœur de rouille et Gueule de truie. La viande des chiens, le sang des loups est sa première incursion dans la veine noire.
Je remercie les Édition Fleuve Noir pour cette lecture cauchemardesque.

Publicités

10 réflexions sur “ » La viande des chiens, le sang des loups « 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s