Ad Unum

Ad Unum de Didier Fossey aux Éditions Flamant Noir 

L’hiver est là, ça gèle et toi t’as envie d’une bonne toile en restant bien au chaud sous ta couette, alors t’as du bol j’ai ce qu’il te faut. Un bon polar en plein cœur de Paris.


« Depuis les bureaux de la criminelle, en passant par les mythiques escaliers en bois rendus célèbres par Maigret, on accède directement au palais de justice. »

Tel un film policier, on voyage de service en service, en passant du tribunal au commissariat du 36 Quai des Orfèvres, avec une fine  équipe.


Un scénario impeccable avec un avantage pour toi, tu peux mettre à chaque personnage la tronche qui te plaît et te faire un casting de rêve.

Ta toile livresque est en place et tu vas ignorer la touche pause, tu t’arrêteras comme moi au mot FIN, parce que ça le fait trop.

Un bon polar made in France qui mériterait une belle adaptation cinématographique, ça nous ferait du bien, ça nous ferait oublier  certains nanars.

-Oui mais ça parle de quoi là, ton polar que t’essayes de me coller devant les yeux? Tu vas me dire ?

-Ok, mais pas trop…

Dans un décor Parisien, à l’époque où ça flingue à tout va, bizarrement on retrouve des pendus. Le commandant Boris se retrouve sur l’enquête et va devoir démêler les nœuds de cette histoire. Des pendus dans Paris, ça fait désordre, la guillotine n’est plus active depuis longtemps mais des têtes risquent encore de tomber.

Avec machiavélisme l’auteur t’a capturé entre ses lignes, les images défilent avec un réalisme surprenant, et sous tension tu resteras jusqu’au final.

Paris et son 36 Quai des Orfèvres n’auront bientôt plus de secret pour toi, et tout comme moi tu espèreras retrouver cette équipe de flics pour une autre affaire à Paname. Un autre épisode en compagnie de Boris le Guenn.

Un bon Polar à la française ça ne se refuse pas, ça se déguste. Et si tu mets ton imagination en mode cinéma, t’auras même les images en prime.


Didier Fossey est né à Paris, et si Gamin il n’a pas brillé à l’école, il aura rassasié de nombreux touristes sur le paquebot »France » avant d’ouvrir sa première « gargote ».Changement de Cap en 1983, il rejoint la « Flicaille » pour trente ans. Désormais il se consacre à l’écriture, et après avoir sustenté des palais fins et arpenté le Palais de Justice pour de nombreuses affaires ,il nous régale de ses histoires et son gôut des mots n’aura de cesse de nous surprendre. Nouveau menu qui a déjà rencontré un beau succès avec « Burn-Out » Prix Polar 2015 du Lion’s Club.

Il est aujourd’hui auteur de quatre romans .


Ad Unum écrit il y a cinq ans, retravaillé et réédité,  et rajouté au menu dégustation.

Et même si Monsieur est ophiophobe, rien ne peut l’empêcher de glisser vers le succès qu’il mérite.

Un grand merci à Nathalie, éditrice chez Flamant Noir et à Didier pour cette bonne toile livresque Parisienne.

Publicités

10 réflexions sur “Ad Unum

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s