« Élastique Nègre « 

Élastique nègre de Stéphane Pair aux Éditions Fleuve Noir 


« Les touristes suivent les ombrelles à la queue leu leu Dans les allées du marché aux fruits et aux fleurs. Ils prennent des photos et achètent des souvenirs avant de remonter très vite dans leur bateau fumant. C’est tout ce qu’il verront de notre île et c’est sans doute suffisant pour eux. Avec Steve ça nous laisse une heure pour les voler sur le marché. »


La Guadeloupe n’est pas qu’une île paradisiaque, sous ses décors de carte postale, elle nous fait oublier son côté sombre. Et lorsque le corps d’une jeune femme blonde est découvert dans les entrailles de la mangrove, ça soulève de nombreuses interrogations, pour commencer, découvrir son identité. Pour le lieutenant colonel Gardé , l’affaire se révèle compliquée, entre les trafiquants de drogues, les insulaires peu coopératifs, et les touristes détroussés, ça va pas être simple pour lui, de mener à bien son enquête. Que se cache-t-il derrière cette morte?


 » Au bout du secret, qu’y a-t-il ? N’y trouve-t-on que le besoin égoïste de soulager sa conscience ? Confronter son petit dégoût de soi au regard des autres et y chercher l’absolution de la communauté des humains pour repartir au combat. Cracher sa merde, c’est le temps qui nous reste, acheter le droit de se considérer encore un peu digne de se lever le matin et, pourquoi pas, recevoir encore un peu d’amour de ceux à qui l’on a menti. Mais au cœur du secret soudain révélé, n’y a-t-il pas plutôt la volonté de tromper encore son monde. Dire sa vérité, drapé de honte jusqu’au cou, pour en réalité taire quelque chose d’encore plus grand, de plus grave et consistant. Selon moi, la majorité des secrets sont fait de cela »



À travers ce roman chorale qui donne la parole à de nombreux protagonistes, tels que Végéta Un dealer, Gina une conteuse, Jimmy petit frère de Gina, Aymé pêcheur à la retraite, Tavares un narco trafiquant, Lize une étudiante américaine, on est embarqué pour un voyage non pas idyllique comme le promettent les slogans publicitaires mais pour une plongée dans les eaux des Caraïbes où la drogue est reine et la violence aussi brutale que les ouragans qui dévastent l’île au moindre passage.


« C’était comme un film sans image tous ces sons …

Ce vacarme, c’était le vent mais aussi les gens qui hurlaient en même temps. Je me souviens d’avoir regardé un moment par la fenêtre. Ce n’était déjà plus le même monde. La rue était noyée et l’eau était montée sur la chaussée jusqu’à la taille. Face à moi, sur le seuil d’une épicerie, je voyais un enfant seul pleurer, l’eau jusqu’au genou, oublié là sûrement, incapable de bouger comme le font les ti moun  quand ils se sentent abandonnés et que tout leur univers s’écroule soudain…

L’eau montait, montait, montait… toute chargée de merde, de terre, de ferrailles et de branches. Et à chaque vague soulevée, la mer mangeait la terre un peu plus, par coudées entières, sans jamais s’arrêter, sans jamais revenir en arrière. Puis, au bout de quelques heures, le cyclone a semblé n’avoir plus de haine. » 


À travers cette galerie de portraits, on découvre une îles aussi malmenée que ses habitants où la drogue fait des ravages, un business florissant pour certains et une terrible malédiction pour d’autres. Qui dit drogue, dit addiction, argent sale, corruption, agression, vengeance, trahison, misère.

Un premier roman où je me suis parfois perdue, le fil de l’histoire est difficile à suivre , le passé et le présent s’entremêlent et forment parfois de sacrés sacs de nœuds. Du début à la fin un véritable jeu de piste avec au détour d’un chemin des informations capitales sur l’histoire. Faut tenter de ne pas s’y perdre et retrouver sa route, pas toujours simple cette balade guadeloupéenne. Par contre un sacré style dans l’écriture, elle s’adapte à chaque personnage et certains sont tout simplement magnifiques. Une histoire sombre, une carte postale de la Guadeloupe sans concession.Un décor de rêve pour une idylle qui démarre au paradis et prends vite la route de l’enfer.

Stéphane Pair


Un premier roman de Stéphane Pair, journaliste radio pour la chaîne publique France Info, Il traite depuis près de dix ans les faits divers, les questions de justice et de société.

Une lecture en demi-teinte, ni complètement conquise , ni complètement déçue. Un auteur que je continuerai à suivre. Car même si le coup de foudre n’est pas là sur le moment j’y pense encore à cette histoire, à ce style et c’est bon signe.

Publicités

4 réflexions sur “« Élastique Nègre « 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s