» Dieu pardonne lui pas! « 

Dieu pardonne lui pas! de Stanislas Petrosky aux Éditions Lajouanie 


Confession d’une lectrice  » Dealerdelignes » dealeuse de came livresque, des lignes toujours des lignes, encore des lignes …

–  Chère dealeuse, jurez-vous de dire la Vérité, toute la Vérité, rien que la Vérité, levez-votre verre et dîtes : – Je le jure, croix de bois, croix de fer si je mens je vais en enfer !

– Vous mettriez pas une petite pression là ? Toute façon « Le mensonge mène à rien, toujours être franc, direct… » 


– Allez direction le Havre, Requiem nous attend …uiem

–   » Patron j’ai trouvé où vous planquiez le Paradis, merci de m’avoir ouvert la voie. « 

– Et cette boite là c’est quoi ? L’enfer ou le paradis ?

–  » Là on entre par la grande porte avec tapis rouge et trompettes chez les déglingués !  » 

– Et c’est là qu’il s’est infiltré Estéban ?

– C’est cela oui ! Un mec est mort et il enquête.

– Un mec , quel mec ?

 » – Je ne voudrais pas te couper dans ton élan, curé de mon cœur, mais il n’y a pas un truc qui te semble louche dans cette histoire, à part ces bas du plafond, moi une chose me chagrine …

– La petite m’interpelle, j’aurais loupé un détail ? Il y aurait une couille dans le potage ? Un os dans le paté ? … » 

–  La prochaine étape du Merd’alors …

– Abus de breuvages alcoolisés ? Va savoir. « 

– Oui je crois bien, pression, pression, impression, va falloir un peu de photoshop sur ce coup.  » La voilà la solution, pardi ! Mais oui c’est ça, parfois c’est si proche de toi que tu ne remarques pas. Merci Patron pour l’intuition, il suffit de dire la vérité, en la modifiant un poil ! Et c’est ce que je vais faire car là il va falloir un petit coup de main, et là, mon pote tu vas être scié !  » 

– T’as l’intention de mentir Dealeurdelignes ?

– C’est pas le genre de la maison. La langue de bois je laisse ça aux politicards, c’est tendance en ce moment. Non là c’est du sérieux, un homme est mort quand même.


– Oui mais qui ?

– Tu fais comme moi tu lis « Je m’appelle Requiem et je t’ … » un peu de pub au passage en sortant du PUB, ça peut faire de mal à personne, tu cliques ici pour la précédente chronique. Et après tu liras celui-ci. Tu me suis Lecteur ?

 » Chapitre où ma mine inspire l’amitié »

Parce que si Dieu pardonne lui pas ! Moi aussi je pardonne ces petits cafouillages, car moi aussi quand j’ai trop de pression dans le cornet je mélange un peu, et parce que Requiem j’ai été vachement content de le retrouver, même s’il a un goût de chiotte pour les Nanas qu’il tire, on lui pardonne, il a bon cœur. Puis toute façon c’est un roman policier mais pas que. 



Donc on ne va pas se formaliser, ni le verbaliser, on n’est pas flic de toute façon. Tu l’auras compris Lecteur, tout ce qui est en vert, c’est tiré du livre, et comme Stanislas et son nouveau Requiem,  » Si je peux t’arracher un sourire ça illumine ma journée.  » 


Donc voilà, même si j’ai préféré le premier celui-ci m’a fait passé un bon moment, je me suis bien éclatée, j’ai retrouvé avec plaisir la verve de Requiem, j’ai apprécié me faire apostropher par l’auteur et j’attends le prochain patiemment. Et si le problème se représente c’est direct chez les AA que je l’envoie l’auteur, une fois ça passe deux fois bonjour les dégats. Tu me suis l’auteur ? Déconne pas on l’aime bien Estéban, on voudrait pas manquer le prochain rendez-vous.

Merci pour cette lecture POILANTE,  le message est bien enregistré, je vais bientôt me lever , marcher, et te mettre mon pied au C .. non mais sérieusement ! Tu verras, tu perds rien pour attendre.

La messe est dite.

– Je jure d’avoir dit la Vérité, rien que la Vérité, sans aucune pression dans le buffet, mais je compte bien me faire rincer un de ces jours  au Havre ou ailleurs  dans le premier Pub qui accueillera ma pomme et celle de Sébastien. On trinquera à la santé d’Estéban et à celle de Paul Colize en passant.

Cadeau: petit extrait trés réaliste de Zanzara de Paul Colize, portrait de Sébastien Mousse

« À sa place, je ne la ramènerais pas. Même sans gueule de bois, il a le teint cireux. Il n’a plus un poil sur le caillou et porte de fines lunettes fumées derrière lesquelles ses yeux globuleux bougent par à coup comme ceux d’un reptile. » 

Stanislas Petrosky

AMEN !

Publicités

7 réflexions sur “ » Dieu pardonne lui pas! « 

  1. Tu étais contente de « retrouver avec plaisir la verve de Requiem » ou sa verge ?? Oui, tant qu’à faire dans le graveleux, j’y vais franco ! 😆

    Bon, je me le note, à se réserver pour un jour de blues où y’a rien qui va… genre Marine qui passerait, épouserait Trump, et annexerait la Belgique… 😀 (je sors – tout en me marrant de ta chronique).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s