» Bombes « 

Bombes de Dominique Delahaye aux Éditions de La Manufacture Des Livres 

 

– Greg, mon ami, t’as une tête de crevard! Ça va ? 

– Moyen. Je suis un peu dans la merde. Je ne vais pas te raconter ma vie, mais j’ai des types au cul.

– Qu’est-ce que t’as encore fait ? T’as tagué un car de CRS ou quoi ?

– Arrête tes conneries. 

– C’est quoi, les flics ? 

– Non, les flics à la limite, ça serait moins grave. Des méchants, des vrais.

Greg est grapheur à Lyon, un grapheur militant. À travers son art, il défend ses idées.Un soir,  accompagné de son pote Choukri, il s’attaque aux symboles des catholiques intégristes.

 » Choukri se met au travail. La buse est adaptée. Il vaporise un large faisceau de peinture, un voile qui s’épaissit peu à peu et qu’il faut savoir arrêter à temps. Si l’on veut éviter les coulures, ce qui n’est pas toujours le cas. Choukri connaît des crew qui aiment le crash, la peinture qui dégouline comme le sang leur révolte. 
          Greg observe du coin de l’œil. Comme à chaque fois, le rouge explose dans la nuit. Un rouge brillant, sombre et plein. Il aime les couleurs franches, qui claquent. « 


La soirée se passait plutôt bien jusqu’à l’arrivée d’un groupe de jeunes qui commence par les insulter puis par les canarder avec des pierres. Choukri chute et c’est le drame…

Salif est infirmier, il vit sur la péniche d’une amie. En ce moment il héberge Emilie une jeune zadiste et son chien Joop.

Annabelle est une jeune fille bourgeoise qui s’encanaille avec son amoureux malgré des valeurs qu’elle défend .

Suite à cet accident, sans le savoir, sans le vouloir, leurs chemins vont se croiser. La tension monte, c’est l’escalade vers une violence inouïe qui nous coupe le souffle jusqu’au final déchirant d’un réalisme surprenant.

Quand l’art mal interprété devient un slogan qui engendre la haine.

Dominique Delahaye nous offre un grand roman noir.

Dés le début du récit tu ressens une force dans l’écriture et une certaine poésie voyage entre ces lignes.

 » Le froid est venu de la rivière, comme d’habitude. il est descendu des montagnes, des bourrasques glacées entre les berges maçonnées. Le flot a grossi, jusqu’à se répandre sur les quais où quelques semaines plus tôt, on se prélassait encore sur les pierres tièdes. La nuit surprend désormais la ville en plein après-midi. Humide comme une haleine de cave, elle invite à se recroqueviller, à filer aux ras des murs, à se claquemurer.  » 


Après quelques lignes tu es déjà captivé par le style et tu te laisses porter par l’histoire. Page après page la tension s’installe, et ce qui aurait pu être juste un banal fait divers se transforme en véritable course-poursuite, à travers Lyon. C’est on ne peut plus réaliste et tellement visuel que tu verrais bien Luc Besson l’adapter au cinéma. De l’encre à la bobine ,ça le ferait trop, c’est ton coté cinéphile qui resurgit car ce récit dégage une énergie incroyable. Malgré la peur qui ne te quitte plus, tu poursuis ta lecture, une lecture addictive impossible à quitter avec une qualité d’écriture aussi belle que la musique qui l’accompagne.
« Du pur bop. De l’adrénaline et une mélodie si bien troussée qu’elle vous pousse dans vos retranchements si vous voulez être à la hauteur au moment crucial du solo. Les fantômes des grands anciens rôdent sur scéne. Bienveillants, mais jusqu’à un certain point.  » 


Un roman noir social qui résonne avec une force incroyable dans le contexte actuel. Une véritable « Bombe  » littéraire qui ne peut que ravir les lecteurs adeptes des romans engagés à la plume noire, tranchante mais aussi poétique qui se trouve absolument à sa place à La Manufacture Des Livres.

Un gros coup de cœur, à ne pas rater amis Lecteurs .


Dominique Delahaye a enseigné en école élémentaire et a mené des activités syndicales et associatives. Il écrit depuis une quinzaine d’années des nouvelles et des romans noirs, des scénarios de BD, des chansons et des spectacles théâtraux. Il est un des fondateurs du festival du « Polar à la plage » du Havre. Il est également musicien et animateur du collectif « Polaroïds rock ». Il vit et navigue à bord d’une péniche.


Je remercie Pierre pour cette lecture percutante. 

 

 

 

 

 

 

Publicités

8 réflexions sur “ » Bombes « 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s