» Ecume « 

Ecume de Patrick K . Dewdney chez La Manufacture De Livres collection Territori

 » Le bateau file maintenant face au vent. La bruine a cessé. Au-delà du sillon scintillant que la gueuse trace sur son passage, l’aube dévore ce qu’il reste des côtes, un lambeau sombre, inondé de lumière. Lorsque la mer se cabre, il arrive au fils d’y plonger les yeux par mégarde. Sa rétine abrite déjà des essaims de taches noires, et pourtant, il juge l’obscure grouillante préférable à la contemplation de la timonerie. De ce qui frémit en dessous, en attendant son heure. « 



La Manche acceuille chaque jour le Pére et le Fils, marins pêcheurs. Une tension extrême possède ces deux êtres du même sang. Le Père, l’ancien, accroché au vieux monde. Le Fils, plus jeune et déjà désabusé du futur qu’il perçoit. Deux regards durs et cruels sur la mer qui les entoure.

 » Quel pouvoir terrible que le pouvoir du couteau, pense soudain le fils. C’est une chose dont il n’a jamais voulu. Une chose abominable d’absurdité qui prend racine dans la folie du père, mais aussi dans le gâchis terrifiant de l’espèce, à laquelle il a songé tantôt. À laquelle il songe à chaque instant, en vérité, alors que, par contrainte et lacheté, ses mains s’emploient -en compagnie de tant d’autres- à la mise à mort d’un monde. La démence et le dépouillement avide des mers. Cela s’amalgame en lui. Les rugissements du père et les marées noires. Les filets flottants. Le plastique. »


La Mer, berceau de la vie, trop dépouillée, trop polluée, trop maltraitée par ceux-là même qui devraient la protéger donne des signes de fatigue et se rebelle à sa façon. Pénurie des espèces, tempête déchainée.

 » Il n’y a pas de paix ici, seulement l’illusion de la paix. Et encore. Il faudrait ne pas avoir saisi la force de ce qui dort pour ne pas le craindre à chaque instant.  » 


Pour survivre, les pêcheurs deviennent passeurs. Un nouveau fléau dont la mer est témoin. Le fils suit le père, il n’a pas son mot à dire. Il doit respecter l’ancien même s’il ne l’approuve pas. Une certaine compassion le gagne pour ces migrants.

 » Leurs horizons sont différents mais la trajectoire de l’âme est identique. Il s’agit de laisser derrière soi la misère familière et le parfum de la poudre. Il s’agit de ne pas avoir fait autant pour rien, de ne pas finir dans la boue, en gibier à gendarme, sous les bâches de Calais. « 

Ecume, un roman noir engagé admirable, grâce à un auteur qui n’hésite pas à s’insurger par sa plume contre ces différents fléaux qui polluent le bien-être du monde.

Patrick K . Dweney nous offre un huis-clos à bord de la Gueuse d’une force aussi déchainée qu’un jour de tempête. Un écriture au scalpel, précise, tranchante, cruelle, écorchée, à fleur de peau. Un récit court mais aussi dense que l’immensité de la Manche, aussi intense qu’un ouragan. Page après page, la tension se renforce, on sent le drame approché, tel des nuages noirs prêts à exploser, en attente dans le ciel .

Un divin nectar de noirceur.

Une prose pleine de poésie que je n’ai pu m’empêcher de vous faire découvrir dans ces extraits.

 » Autour, le vent a forci, a libéré le ciel scintillant des nuages qui l’obstruaient tantôt. Le souffle s’évertue à polir désormais, à faire reluire la lune dans son bassin étoilé.  » 


Un récit magnifique, qui révèle le chaos humains, lève le voile sur la noirceur du monde. Les relations père/fils, les vies chaotiques, des hommes torturés autant vivants que survivants, la pollution, les migrants, la misère affective, la difficultés de vivre quand tous les éléments se déchainent, autant de thémes abordés par l’auteur qui donne une profondeur supplémentaire à son roman. Un récit sombre, vertigineux, captivant, envoûtant, d’une lucidité féroce sur cette mer moribonde.

 » L’ecume appelle le père, et rien ne pourra l’en détourner. L’ecume appelle le père, et c’est ainsi. Le sommeil attendra. « 

Une plume que j’avais découverte avec « Crocs » sont précédent roman édité également à la Manufacture de Livres. Un roman noir remarquable, un style sauvage, enragé, cruel, accrocheur,  » On ne creuse pas le passé sans y trouver des échardes et de la souffrance » ( Extrait de Crocs)


Une plume que j’ai eu plaisir à retrouver, un auteur brillant, que je ne peux que vous encourager à découvrir tellement c’est beau, tellement c’est fort, tellement j’ai adoré.

La mer comme vous ne l’avez jamais lu.

j’espère sincèrement que vous lui accorderez toute l’attention qu’il mérite.

Lisez Ecume, lisez Crocs, vous verrez c’est magnifique.

Patrick K. Dewdney

Patrick K. Dewdney est né en Angleterre en 1984, et réside en France depuis 21 ans. Après un cursus scolaire dans la filière des lettres, il publie son premier roman, Neva, en 2007. Après la sortie de cet ouvrage, il renonce à poursuivre son master pour se consacrer exclusivement à l’écriture. Perséphone Lunaire, son premier recueil de poésie, est publié en 2010. Il a publié Crocs à La Manufacture des Livres Collection Territori en 2015. Ecume est son  second roman noir qui rejoint la collection Territori. Une bien belle collection, de magifiques bijoux dans de merveilleux écrins. Patrick K. Dewdney habite actuellement dans la campagne limousine, où il expérimente l’auto-suffisance et la réflexion sociale en parallèle avec son écriture. Il travaille à une saga de fantasy au Diable Vauvert.


Je remercie Pierre pour ce voyage en mer absolument fabuleux, et je félicite l’auteur pour ce  nouveau roman noir, bouleversant.

 

 

 

 

Publicités

7 réflexions sur “ » Ecume « 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s