» La part des nuages  » 

La part des nuages de Thomas Vinau aux Éditions 10/18



 » les livres sont des magiciens qui peuvent faire disparaître les montres. « 


Voici l’histoire de Joseph, un homme de 37 ans qui va comme le monde, autant que faire se peut. Il avance dans sa vie, un jour après l’autre dans la limite de ses possibilités . Il est papa d’un petit garçon, Noé. Sa femme s’est fait la malle et c’est son tour de s’occuper de leur fils. Un moment que Joseph appréhende, son fils étant en quelque sorte sa bouée qui l’empêche de couler. En attendant son retour, il va se réfugier dans le cerisier et retrouver son âme d’enfant. La tête dans les nuages il va réapprendre à ranimer ses rêves. 



 » Il en Faut peu pour se sentir libre. Il y a des instants, des éclats, qui vous sauvent en un quart de seconde de la putréfaction spontanée. Allumer un feu. Atteindre le sommet d’une colline. Libérer un cerf-volant. Les dernières minutes d’un marathon. Le fruit cueilli en haut de l’arbre. La première clope. Toucher la main de celle qui. Une fuite effrénée dans les rues. Sécher les cours. Tenir tête a un gros bras. Esquiver la police. Galoper. Atteindre en apnée l’autre bout de la piscine. Frauder. Résister. Arriver en haut de l’arbre. L’aube après une nuit blanche. Pisser dans un jardin. Appuyer sur l’accélérateur en laissant dans son dos les lumières de la ville. Danser avec une fille. Lever le poing dans une manifestation. Sauter du pont de la rivière. Surprendre une bête sauvage. Explorer une maison abandonnée. Se perdre, drogué, dans la nuit. Marcher sur les mains. Aimer quelqu’un. Il en faut peu parfois pour se sentir libre.  » 


Se poser, fermer les yeux, penser à tout ce qui nous fait du bien et libérer la pression qui nous oppresse. C’est la sensation qui nous gagne en parcourant les pages de ce récit aérien . Une belle leçon de vie qui nous rappelle qu’il est essentiel d’apprécier les choses simples, les petits moments qui font les grands bonheurs et le plus important : qu’il ne faut jamais quitter notre âme d’enfant. Grandir mais pas trop. Aimer souvent. Rêver tout le temps…



 » Ce livre est une fenêtre qui pousse dans les terrains vagues, une petite fenêtre sauvage et mal peignée … »

Un moment de lecture fortement agréable. Une pause poétique en toute simplicité  qui transperce le cœur. Des mots pour guérir les maux, des rêves pour s’envoler toujours plus haut vers le bonheur.

Un roman qui fait du bien.

Amateur de mots-miettes, de mots-poussières et de poèmes-allumettes, Thomas Vinau est né en 1978 à Toulouse. Auteur de plusieurs recueils de nouvelles et de poèmes, il publie en 2011 son premier roman, Nos cheveux blanchiront avec nos yeux , aux éditions Talma. Un road-movie d’inspiration autobiographique, à « l’écriture pudique et organique », qui fait le tour des blogs littéraires et fait sortir le jeune auteur de son microcosme littéraire. Influencé par les poètes américains (Richard Brautigan), et militant du minuscule, Thomas Vinau signe en 2012 un Bric à brac hopperien , portrait du peintre américain Edward Hopper « réalisé à partir de listes, de notes et de chutes autobiographiques » (Ed.Talma.).

Thomas Vinau vit aujourd’hui près du Lubéron, plante des radis et taille des lilas, écoute les insectes grouillants qui organisent le monde, non loin des chauve-souris qui s’endorment, la tête au pied des mots…



Bibliographie sélective :
2008: Le Trou , Editions du Cygne
2009: Hopper City , Nuit Myrtide.2010: Tenir tête à l’orage 2011: Nos cheveux blanchiront avec nos yeux , Alma-

2012: Les derniers seront les derniers , Le Pédalo Ivre.

2012: Ici ça va , Alma

2012: Bric à brac hopperien , Alma.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s