» Les années à rebours « 

Les années à rebours de Nadia Terranova aux Éditions Quai Voltaire



 » S’il y a une chose qui unissait Aurora et Giovanni, c’était la volonté d’enterrer leurs noms de famille. »

Aurora, une jeune fille effacée, timide, mais trés bonne éléve. Giovanni un jeune homme exalté, envoûtant, dernier de la classe qui rêve de révolution. Aurora est l’aînée de sa fratrie à l’inverse de Giovanni qui est de son côté le petit dernier. Deux êtres que tout oppose mais que les bancs de la FAC vont réunir.



 » Ses deux vies, à l’université et en dehors ne coïncidaient pas encore. » 

De nombreux ébats langoureux, après les débats révolutionnaires, où l’on refait le monde en compagnie d’utopistes pendant que les brigades Rouges commencent à faire parler d’elles. 

Aurora et Giovanni s’apprêtent à s’unir pour le meilleur et pour le pire et à devenir parents. 

 » Nous ne lui suffirons jamais pensa-t-elle. Il sait mais il essaie de me faire croire qu’il ne désire rien d’autre que devenir père. « 



Giovanni rêve de devenir un héros politique mais en s’adonnant aux vices de l’alcool et de la drogue il va mettre en péril son couple. Malgré tous les obstacles et le jugement de sa famille, Aurora élèvera seule leur enfant. 

 » Les adultes ne sont au fond que des enfants qui ont survécu. « 


Les années à rebours est un roman magnifique, l’histoire d’un couple ancrée dans la réalité d’une époque – les années de plomb, l’invasion de la drogue, la désillusion des années 1980, le fléau du sida. 

L’histoire d’une passion, de deux êtres qui se sont rencontrés très tôt, très jeunes et sont entrés ensemble dans la tourmente du monde adulte. Ils se sont aimés, perdus, retrouvés puis se sont détestés telle une valse à deux temps dans le tourbillon de la vie. 

Pour un premier roman c’est une belle réussite autant par la plume qui ne manque pas de panache et qui captive le lecteur jusqu’au dénouement final, que par l’ histoire, terrible, bouleversante , bien construite, et très stylée.

Une bien belle découverte, un joli coup de cœur. 

J’espère que vous lui ferez vous aussi un bel accueil tant mérité. 

Nadia Terranova


Nadia Terranova est née à Messine. Elle a suivi des études de philosophie et d’histoire. Elle vit à Rome depuis 2003. Les années à rebours est son premier roman, pour lequel elle a reçu, en Italie, le prix Bagutta Opera Prima, le prix Brancati, le prix Fiesole et le prix Grotte de la Gurfa. 

Je remercie les éditions Quai Voltaire La Table Ronde pour cette romance italienne pleine de charme. 



 

Publicités

7 réflexions sur “ » Les années à rebours « 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s