» Glaise « 

Glaise de Franck Bouysse Aux Éditions La Manufacture de livres

 » Le balancier d’une pendule répandait du temps en un lieu qui ne savait apparemment qu’en faire. « 

Dans le Cantal, au pied du Puy-Violent, le temps semblait ralenti, en août 1914 lorsque les hommes du village s’apprêtent à partir pour le front, en laissant sur place les êtres chers.

 »  (…) maintenant que son père était parti, elles ne lui apparaissaient plus comme telles, prenant conscience qu’il allait devoir apprivoiser différemment l’univers amputé de la part tendre de l’enfance. Devenir un homme avant l’âge d’homme.  » 

La guerre sépare ceux qui s’aiment et bien avant la première récolte, elle sème le désordre dans les vies de ceux qui restent. Les petits deviennent des hommes aussi grands que la peine qui les gagne.

Joseph prendra la place du père à la ferme et devra veiller sur sa mère.

 » Pour les femmes, la vie, c’était des actes et bien peu de mots. On leur avait appris que les mots représentaient la désinvolture de l’esprit s’ils n’étaient rattachés à des gestes concrets, comme égrener un épi de maïs, pétrir une pâte, fendre une bûche par le milieu, construire un feu. Les mots, quand ils sortaient, leur semblaient boursouflés de raison, jamais de légèreté et encore moins de folie. « 



Veille aussi Léonard, un vieux voisin sur qui Joseph pourra compter.

 » Léonard se rendait chaque jour à Chantegril. Les visites lui faisaient du bien, l’apaisaient. Malgré la chaleur, il s’amenait invariablement, coiffé de son chapeau fourbu, vêtu de sa veste de drap noir, démarche chancelante à force de s’être tant courbé et autant de fois relevé que ses os avaient fini par prendre le pli d’une douleur acceptée qu’il ne prenait plus la peine de combattre depuis longtemps.   » 

Dans une ferme voisine, chez les Valette, Eugène, le fils est parti à la guerre, laissant seul son père et sa mère. Un père exempté, plein de rage et de colère de ne pouvoir accomplir son devoir.

 » Valette, un homme qui conjuguait sans arrêt le verbe avoir au futur. Un type violent,sournois et envieux ( …) Valette ne respectait rien, pas plus la terre que les hommes. « 

Ce ne sera que l’arrivée dans le paysage de la belle Anna qui mettra un peu de lumière dans le cœur de Joseph, mais il faudra se méfier de Valette, son oncle qui l’a accueilli avec sa mère, le temps de la guerre.

«  Quelques minutes pouvaient suffire à porter une journée sur un nuage. Voleurs de temps habités d’urgence. Une urgence de peau et de regards. Ils n’étaient pas à un âge où on a peur de l’extrémité des désirs.   » 



Trois fermes, trois familles tourmentées, sur cette Terre qu’ils doivent chérir jour après jour, en attendant des nouvelles des leurs.

 » En ce temps de renaissance, les hommes ne se penchaient pas sur la terre, c’était elle qui se penchait sur eux, qui les prenaient, même s’ils n’en voulaient rien savoir. La terre globale et primordiale, qui s’amusait de ses vassaux temporaires, de leurs simples obstination à vouloir durer plus que leur vie en transmettant mieux quelques arpents arides crachés par la roche mère.  » 

De battre, mon cœur s’est arrêté, une larme a coulé puis il s’est de nouveau emballé au rythme des bombes pourtant si loin, prêt à exploser. Des battements  à la cadence de la mule la plus fidèle des fidèles, au rythme des soupirs de l’attente. Un battement plus fort aux prémices de l’amour et plus doux à chaque preuve d’amitié. Des battements qui accompagnent la colère des hommes, d’autres qui se révoltent pour leur méchanceté.

Oui de battre mon cœur s’est arrêté pour mieux repartir plus intensément avec ces protagonistes aussi attachants que Joseph et Léonard avec dans le voisinage le détestable Valette.

 » Une gamme infinie de sentiments humains.  » 

À travers une plûme toujours aussi élégante Franck Bouysse , cet artisan littéraire, créé un univers où le soucis du détail vehicule une quantité d’émotions. Notre cœur bat à l’unisson avec ses personnages. Chaque lettre, chaque mot, chaque phrase, chaque personnage, donne une sonorité particulière au récit. On ne peut pas être insensible à une telle qualité d’écriture. Tel un orfèvre il créé un véritable diamant noir.

 » Une suite de mots endoloris par le grondement du tonnerre.  » 

Déjà conquise depuis ma première lecture de  » Grossir le ciel  » en 2014 , l’auteur ne cesse de m’enchanter avec ses romans toujours plus beaux, toujours plus forts. Il a changé ma façon de lire et m’a rendu bien plus difficile et plus exigeante dans le choix de mes lectures. J’ai gouté au grand luxe de l’écriture française , du cinq étoiles, grâce à ses romans, et une fois encore je ne peux que vous encourager à découvrir, Glaise,  à le savourer, le déguster, page après page, d’où j’ai noté et partagé ( ne m’en voulez pas )  quelques – uns des magnifiques passages qu’il renferme, tel un photographe devant un spectacle grandiose.

Glaise n’est pas un coup de cœur, mais un véritable coup de foudre.

Pour continuer la découverte, voici le compte-rendu de quelques questions personnelles posées à Franck.

 Est-ce difficile de transposer une histoire à une époque que l’on n’a pas connu ?

Pas vraiment, dans la mesure où j’ai énormément lu sur cette période de l’histoire qui me fascine. Pour ne pas commettre d’impair, j’ai également fait appel à une historienne.

– C’est la première fois que tu donnes la voix à la jeunesse, cela te tenait à cœur ?

– Oui, vraiment, ce roman est aussi et peut-être avant tout un roman d’initiation.

–  Est-ce la première ou la dernière phrase la plus difficile ? 

– Je les avais dès le début du roman. 

– Comment choisis-tu tes citations que tu insères au début de tes romans noirs?

– Elles sont toujours liées au texte, je les pioche dans mes lectures passées. 

– Quelques mots personnels sur cette magnifique histoire ?

Je la porte en moi depuis quelques décennies, elle m’a été indirectement inspirée par mon arrière-grand-père. Même si c’est une fiction, il m’a poussé à écrire sur cette guerre qui me révolte, à ma façon.

J’espère sincèrement vous avoir donner envie de découvrir cette plume, poétique, racée, soignée, pour des histoires hors du commun.


Franck Bouysse est originaire de Brive-la-Gaillarde. En dehors de son métier d’écrivain, il est professeur de Biologie dans un lycée à Limoges. Il compartimente sa vie et dort peu pour réussir à conjuguer au mieux ces deux professions. Il écrit depuis son adolescence où il faisait ses gammes. Bien plus tard après avoir publié une trilogie d’aventure, des polars et des romans noirs, après neuf versions, encouragé par un ami ( je remercie cet ami )  qui l’incita à envoyer le manuscrit de Grossir le ciel , il sera publié à La Manufacture De Livres en 2014. Un livre qui a changé sa vie, qui sera prochainement adapté au cinéma, et a obtenu de nombreux prix littéraire, tel que le Prix Polar Michel-Lebrun ( 2015 ) , Prix Polars Pourpres ( 2015 ) … Et dernièrement Prix SNCF du polar cette année.



Il écrit à son bureau, à la plume d’un stylo de voyage sur des cahiers d’écoliers, entouré de ses pères Spirituels tel que Faulkner, McCarthy, qui lui ont donné la permission d’écrire en nous proposant son écriture singulière.

Passionné de littérature américaine, il sera prochainement en compagnie de Ron Rash à la librairie Page et Plume de Limoges le lundi 18 septembre, pour une fabuleuse rencontre. 


J’espère de tout cœur y être pour vous en parler prochainement. 

« … Avec ses mots, avec sa voix dans les mots, avec lui entier, ou plutôt une image de lui écrivant les mots.  » 


Je remercie Franck, et Pierre des Éditions La Manufacture de Livres pour ce must absolument fabuleux que j’ai découvert prématurément. 

Publicités

9 réflexions sur “ » Glaise « 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s