» Les sables de l’Amargosa « 

Les sables de l’Amargosa de Claire Vaye Warkins aux Éditions Albin Michel



 » L’Amargosa, c’était du sable et encore du sable, envolé de Central Valley et Grandes Plaines pour s’entasser en une longue traînée inerte quelque part entre là et Vegas. » 



Une terrible sécheresse a ravagé l’Ouest Américain. La californie offrait désormais un paysage d’apocalypse. Le pays devenait lunaire. 

 » Ici, tout n’était que cendres. Poussière et filaments. Ici, tout pouvait être anéanti d’un simple geste de la main… »



Beaucoup ont fui Central Valley devenue inhospitalière avant la fermeture des frontières. Seuls quelques marginaux résistants survivent dans le coin sous la menace de la dune qui avance au gré du vent en broyant tout sur son passage. 

 » La dune n’était pas sur le massif mauve devant eux, Mais bien au-delà des kilomètres et des kilomètres plus loin. Le blanc n’était pas une croûte de glace, une calotte de neige, mais une sécheresse ininterrompue, sourde à la prière, grâce à quoi les rivières, les lacs, les réservoirs et les nappes aquifères se vidaient, les cultures et les élevages succombaient, les végétations dépérissaient, ne laissant derrière elle que des racines sèches couvertes de résidus alcalins.  » 


Parmi eux, Luz, ancien mannequin, et Ray, un déserteur. Depuis leur rencontre, ils ne se sont plus quittés. Ils ont déserté la Maison oû ils avaient trouvé refuge après une rencontre avec une enfant que Luz se met en devoir de protéger. Ils reprennent la route vers l’Est pour tenter de rejoindre une colonie fondé par Levi un sourcier visionnaire. 

 » Ses mots avaient une façon de rendre réconfortant ce qui était compliqué, de transformer les nombreuses peurs de son auditoire en preuves de leur sensibilité et de leur bonne volonté. Il arrivait à faire surgir la confiance et la sérénité…(…) Il leur offrait, par ses paroles, un monde verdoyant – la désolation et les duretés de la colonie devenaient beauté et abondance de bienfaits.  » 



En ces temps incertains où la terre se révolte et semble vouloir reprendre possesssion de son territoire, ce roman résonne étrangement d’une brûlante actualité. Un genre de fiction prémonitoire pour réveiller les consciences. Un roman inquiétant et dérangeant portée par une belle plume où les paysages prennent vie de manière sidérante, tout autant que les personnages qui l’habitent. 

Complètement envoûtée par le récit, je me suis laissée porter à travers ces paysages, dans cette atmosphère apocalyptique et j’ai quitté à regret les dunes de l’Amargoza. 

Un formidable premier roman, audacieux, de toute beauté que je vous encourage à découvrir. 


Claire Vaye Watkins est l’auteur d’un recueil de nouvelles  » Nevada » édité chez Calmann- Lévy en 2012, qui lui a valu de nombreuses récompenses littéraires. 

Saluée par la National Book Foundation comme l’un des cinq auteurs de moins de trente- cinq ans les plus talentueux, et par le magazine Granta comme l’un des meilleurs jeune écrivain de la décennie, elle signe ici un roman qui a fait sensation sur la scène littéraire américaine. 

Je remercie les Éditions Albin Michel pour ce fantastique voyage dans les dunes de l’Amargosa

Publicités

11 réflexions sur “ » Les sables de l’Amargosa « 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s