» Le cœur battant de nos mères « 

Le cœur battant de nos mères de Brit Bennett aux éditions Autrement

Traduit de l’anglais par Jean Esch


 » Tous les secrets ont un goût particulier avant d’être révélés, et si nous avions pris la peine de faire tourner celui-ci dans notre bouche, nous aurions peut-être perçu l’aigreur d’un secret pas assez mûr, cueilli trop tôt, chapardé et transmis précocement. Mais nous ne l’avons pas fait.  » 

Dans cette communauté noire de Californie, on a beau faire très attention, le moindre écart de conduite ne reste pas caché bien longtemps. De plus s’il s’agit d’un acte puni par l’église, le secret est d’autant plus lourd à porter et finit par franchir les lèvres.



 » Dés qu’un secret est révélé, tout le monde devient prophète.  » 



Être si jeune, attendre un enfant et ne pas le garder, cela fait beaucoup alors il est temps de se faire oublier et de profiter de sa bourse pour filer dans une grande université. Nadia n’hésite pas longtemps. Qui plus est, sans sa mère c’était devenu beaucoup trop difficile.



 » Son père déposait sa tristesse sur un banc d’église, Nadia emportait la sienne dans des endroits où nul ne pouvait la voir.  » 

Elle laissera derrière elle Luke qui n’a franchement pas été à la hauteur, et Aubrey, sa meilleur amie.

 » Maintenant elle est adulte, du moins elle le pense. Mais elle n’a pas encore appris les mathématiques du chagrin. Le poids de ce qui reste pèse toujours plus lourd que ce qui reste.  » 



La vie continue, ici et ailleurs, mais ils sont tous liés à jamais par le poids des secrets.




 » Suffisait-il de s’agenouiller devant l’autel et de réclamer de l’aide ? Ou bien fallait-il inviter tout le monde dans sa tristesse intime pour être sauvé ?  » 

 

Brit Bennett m’a séduite autant par l’élégance de son écriture que par l’histoire magnifiquement contée. Sans comparaison aucune car chacune a son style qui lui est propre mais j’avais l’impression d’être dans un roman de Joyce Maynard. 

À travers ce roman initiatique qui donne la voix aux mères du Cénacle, l’auteure aborde des sujets difficiles tel que le suicide, l’avortement, le racisme, la religion, mais aussi l’amour, l’amitié. Une histoire en plein cœur d’une communauté religieuse qui cache de nombreux secrets, quelques drames où bien souvent la raison l’a remporté sur l’amour. Des personnages forts que j’ai suivi avec intérêt, auxquels je me suis attachée d’emblée. Un récit où le désarroi de cette jeune fille après l’avortement qui suivit de prés la perte de sa mère m’a bouleversé et m’a emmené  vers une intrigue insoupçonnable. 

Un roman intemporel, fort, lumineux, avec une pointe de lyrisme et une douce sensibilité, aussi intense qu’émouvant.



Pour un premier roman, je ne peux que saluer le talent de l’auteure et attendre patiemment le prochain.

Une nouvelle plume américaine est née pour mon plus grand bonheur. 

 

Brit Bennet a 27 ans. Elle est diplômée de littérature à Stanford. Le Cœur battant de nos mères, son premier roman a été la révélation de 2016, classé dans les meilleures ventes du New York Times et du LA Times. Finaliste de nombreux prix littéraires, Brit Bennett fait partie des 5 meilleurs jeunes auteurs américains du prestigieux National Book Award. Le Cœur battant de nos mères a été acheté par la Warner pour une adaptation cinématographique. 


Je remercie les Éditions autrement pour cette magnifique lecture. 

 

 

 

 

Publicités

7 réflexions sur “ » Le cœur battant de nos mères « 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s