La route du tabac

La route du tabac d’ Erskine Caldwell au Éditions Belfond collection Vintage

Traduit de l’américain par Maurice Coindreau

 » La maison, qui se composait de trois pièces, reposait en équilibre sur des piles de minces pierres à chaux qu’on avait placées aux quatre coins. Les pierres avaient été posées les unes sur les autres, les poutres et la maison clouées toutes ensemble. L’aisance et la simplicité apparaissaient aujourd’hui clairement. Le centre de la cabane s’était affaissé au-dessous des seuils ; (…) La plupart des planches avaient pourri, et, à chaque coup de vent, on en trouvait des morceaux dans toute la cour. « 

La maison, ou du moins ce qu’il en reste, se trouve sur la route du tabac en Géorgie. Elle appartient aux Lester, une famille ravagée par la faim et la misère.

 » Sa blouse et sa jupe avaient été mises en loques par la bruyère et les pousses de chêne, dans les fourrés où elle récoltait son bois mort pour le feu, et jamais on ne lui avait acheté de vêtements neufs. À la voir sautiller parmi les ajoncs roux, on l’aurait prise, avec ses haillons noirs, pour quelque vieil épouvantail.  »

C’est vraiment la dèche y’a pas à dire, et faut supporter tout ça le ventre vide. Alors quand Lov Basey, s’en retourne chez lui avec un sac de navet sur le dos, en passant non loin de chez les Lester, les estomacs s’affolent et les rêves de repas frugaux font saliver l’ensemble de la famille. Ils feraient n’importe quoi pour y goûter …

 » Du reste, où c’est-il que tu les a trouvé ces navets, Lov ? On pourrait peut-être faire un petit arrangement tous les deux. J’ai toujours été honnête avec toi. Tu devrais me les donner, vu que j’en ai pas.  »

S’en suit une scène absolument mémorable, décrite avec un humour décapant qui restera présent tout au long du récit malgré toute la noirceur qui se dégage de l’histoire.

Erskine Caldwell, un auteur américain que je découvre à travers ce magnifique roman, nous livre la radiographie d’une époque, celle de la grande dépression, où la faim détruit autant le corps que l’esprit. Un combat quotidien que vécurent des milliers de famille dans les coins reculés de l’Amérique.

L’auteur décrit de manière assez crue , la vie des petits blancs du Sud de la Géorgie, sans porter de jugement.

 » (..) la crainte de n’avoir même pas un vêtement convenable dans lequel on pût l’enterrer. Il vivait dans une horreur croissante de mourir en salopette.  »

La route du tabac est un immense classique de la littérature américaine , paru en 1932 aux États-Unis et en 1947 Chez Gallimard, réédité chez Belfond pour le plus grand bonheur des retardataires comme moi. Mais comme on dit : Mieux vaut tard que jamais.

Un roman de 200 pages d’une force incroyable, puissant et pour moi inoubliable. Une rencontre absolument phénoménale, une plume talentueuse qui rejoint entre autre Steinbeck, des écrivains capables de mettre de la lumière dans la plus sombre réalité.

 » Dieu a peut-être bien voulu que les choses soient ainsi, dit Jeeter. Il en sait peut-être plus long que nous autres, mortels. Dieu est un vieux malin. On peut pas le rouler , Lui ! (…) Il m’a mis ici, et Il ne m’a jamais dit de m’en aller vivre ailleurs.  »

Un auteur et un roman que je conseille vivement à tous les amoureux de la littérature américaine d’une part et à tous les fans du rural noir.

À déguster sans modération.

Né en Géorgie en 1903, Erskine Caldwell a exercé les métiers les plus divers : machiniste de théâtre, marin, cultivateur, garçon de café, journaliste. De ces expériences, il puise l’inspiration pour décrire la vie des paysans et des ouvriers, qu’il choisit de dépeindre sans prendre parti ni s’apitoyer ; des personnages primitifs, dépourvus de préoccupations morales et de ressources matérielles, qui s’accommodent de la violence, de la fornication et de la mort. Un style particulier qui va faire de lui un des écrivains les plus censurés des États- Unis. Auteurs de 30 romans – parmi lesquels Le batard ( Belfond 2013) Haute tension à Palmetto ( Belfond 2015) Le petit Arpent du Bon Dieu – et de 150 nouvelles, Erskine Caldwell est mort en 1987 à Paradise Valley, en Arizona.

Je remercie les Éditions Belfond pour cette réédition de ce bijou de la littérature américaine.

Publicités

3 réflexions sur “La route du tabac

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s