» Chanson de la ville silencieuse « 

Chanson de la ville silencieuse d’Olivier Adam aux Éditions Flammarion

 » Personne ne l’a vu depuis quinze ans. À part le fameux cliché au fusil, le regard halluciné, le torse maigre, la mine hirsute. Personne ou presque depuis qu’il a mis un terme à sa carrière. S’est reclus dans sa maison là- bas. N’acceptant aucune visite sinon la mienne de temps à autre. Se muant en ermite, en fou mystique, en alcoolique délabré, en artiste maudit, au fil des rumeurs, au gré des versions.  »

Sur la route il y a une fille partie à la recherche de son père, un chanteur qui a choisi de jouer les évaporés. Difficile de suivre les traces d’un homme qu’elle connaît si peu, si mal.

Elle le cherche et se souvient…

 » Je vis ici, désormais. Avec mon père quand il est là. Même s’il ne l’est jamais vraiment. (…) Je crois que je l’encombre. Qu’il ne sait pas quoi faire de cet enfant qui traîne chez lui. Parfois je parviens à arracher son attention quelques minutes. Alors il semble émerger d’un long rêve, dans lequel il replonge aussitôt.  »

Chercher un père qui avait déjà une propension à la fuite, entouré de mystère tel un fantôme même en pleine gloire.

 » J’ai appris que celui qui écrit n’est jamais celui qu’on voit. Qu’il est par nature invisible. Insaisissable. Caché profond sous l’écorce de l’individu. Celui qui écrit n’existe pas.  »

Enfermée depuis toujours dans sa solitude, elle a dû se construire à l’ombre de son père célèbre, mais défaillant où l’enfant n’avait pas sa place et le partager avec le public.

 » Une drôle d’enfance, m’avait dit Sofiane un jour. J’avais haussé les épaules. C’était la mienne et il me fallait bien faire avec.  »

Son errance se poursuit, l’espoir se fait rare. Comme un bon blues, ça lui écorche son cœur, ça casse sa voix, ça bouleverse sa vie, ça lui fait venir les larmes.

Elle est la fille qui cherche son père…

 » Il s’était évaporé une première fois. Il le ferait encore. Autant que ce serait nécessaire. Jusqu’à disparaître tout à fait, se dissoudre, laisser derrière lui sa propre écorce et se fondre dans l’air.  »

Olivier Adam nous offre une belle balade toute en délicatesse avec une écriture ciselée qui dévoile à travers un blues cette folle envie de disparaître.

Des mots doux pour accompagner cette errance et d’autres plus tendres pour magnifier le portrait de cette femme.

J’ accompagne la fille, je recherche avec elle celui qui aimerait qu’on l’oublie, pour toujours.

Je suis la fille qui lit cette histoire, je suis la fille qui découvre la musique qui surgit au travers de ces pages, je suis la fille qui s’accroche à ce blues qui résonne ici et là. Je suis la fille qui flâne dans ces rues où se cachent le père de cette fille … et pourquoi pas le mien…

Je suis la fille bouleversée par ce roman, qui aimerait tant retrouver son père évaporé, le temps d’une chanson dans la ville silencieuse.

Olivier Adam a toujours l’art et la manière de réveiller mes souvenirs et c’est toujours un bonheur de lire ses romans où brille toujours une étincelle d’espoir.

Chanson de la ville silencieuse, un beau roman, une belle histoire, un rêve éveillé, une balade au cœur de l’oubli.

Olivier Adam est né en 1974. Il est romancier et scénariste.  Il est l’auteur de nombreux livres dont Je vais bien, ne t’en fait pas (2000), Passer l’hiver (2004), Falaises (2005) À l’abri de rien (2007) Des vents contraires (2008), Le cœur régulier (2010), Les lisières (2012) , Peine perdue, La renverse. 

Plusieurs de ses romans ont été adaptés au cinéma. 

Son œuvre dépeint des personnages en butte à des crises d’identité, souvent dans des milieux ordinaires de la classe moyenne. 

Il est nommé chevalier des arts et des lettres en 2013. Depuis 2014, il tient une chronique mensuelle dans le journal Libération. 

Je remercie les Éditions Flammarion pour ce beau blues livresque. 

Publicités

6 réflexions sur “ » Chanson de la ville silencieuse « 

  1. Ping : Chanson de la ville silencieuse – Ma collection de livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s