41 vautours : La meute

41 vautours : La meute de Céline Tanguy  aux Éditions Les Indés 

 » – Alors, c’est quoi ? demanda Dean à l’agent en faction en montrant sa plaque. 

L’homme grimaça.

– Un truc moche. Un gosse. On l’a retrouvé là-bas, dit-il en désignant le bord du quai.

– Comme … comme l’autre ? 

Le policier hocha la tête. 

–  Ouais. C’est ce que vos collègues ont dit, en tout cas. « 

En septembre à New York, la ville s’habille de ses couleurs d’automne et les feuilles tombent et se meurent, tout comme les gens. Quelques jours séparent la découverte de plusieurs corps suppliciés.  D’abord des enfants, puis une femme, qui se sont échoués sur les rives de l’Hudson.

Amber Wilson, du NYPD se voit confier l’enquête, elle sera épaulée par Neil et Squirrel, deux agents redoutables du FBI.

 » – Vous avez du nouveau ? 

– L’enquête suit son cours, madame Ramirez, répondit Dean, un peu agacé. 

–  Ouais. C’est toujours ce qu’ils disent, à la télé quand les flics savent rien. « 

L’enquête ne fait que commencer et déjà une foule de questions s’imposent. Les énigmes s’enchaînent et va pas falloir traîner pour les résoudre.

 » Il y avait un loup quelque part. Ou toute une meute.  » 

La chasse est ouverte, et nul besoin de permis particulier pour s’attaquer à ce genre de déséquilibré. La meute suit les indices, aussi enragée que la proie qu’ils poursuivent.

 » Que des emmerdes. Ça ne promettait que des emmerdes.  » 

Je rejoins la plume Fast and Furious de Céline Tanguy pour un nouveau volet de 41 vautours. Je retrouve son style concis, furieux, qui t’emmène d’une scène à l’autre à travers des chapitres courts, sans détour, qui va direct à l’essentiel. Pas de temps mort, pas de temps perdu, comme pour toute enquête, faut avancer et pas traîner. C’est du non-stop, faut pas oublier que nous sommes dans la ville qui ne dort jamais, alors on s’adapte et on s’incruste dans la meute. On traque le tueur via cette histoire très visuelle au coté de cette équipe non démunie d’humanité mais plutôt enragée. Une équipe de choc qui sera mise à rude épreuve une fois encore. 

Dans ce roman à tiroirs (si je puis me permettre), il faudra accepter que certains restent fermés et que d’autres s’entrouvrent légèrement. Une enquête principale qui dévoile au détour de l’histoire certains points importants sur les personnages récurrents qui les rendent davantage attachants et laisse entrevoir un aperçu pour les prochains épisodes. Un  peu comme certaine série policière que l’on a hâte de retrouver pour connaître la suite.

Sans étalage inutile de violence, ce récit cinématographique m’a embarqué pour un marathon new yorkais à la hauteur de mes attentes, une course poursuite à cent à l’heure pour capturer un loup qui mérite de finir derrière les barreaux.

Après 48 h avant Noël, (Ma chronique ICI) j’ai suivi  La meute  et j’attends désormais avec impatience : La suite…  

Je remercie Céline pour cette attention délicate et pour ce récit déchainé qui m’a enflammé. 

 

Publicités

6 réflexions sur “41 vautours : La meute

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s