“ Emma dans la nuit ”

Emma dans la nuit de WendyWalker aux Éditions Sonatine

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Karine Lalechère

«  Il y a trois ans, lorsque nous avons disparu, ma sœur et moi, personne n’a rien vu.  »

Devenir célèbre suite à une disparition inexplicable ne ferait rêver personne, même la plus narcissique.

Alors lorsque Cass réapparaît, seule, trois ans plus tard à la demeure familiale, le FBI rouvre l’affaire aidé par la psychiatre le Dr Abigail Winter.

« (…) la psy s’impatientait. Elle n’arrêtait pas de remuer sur sa chaise. Elle croisait et décroisait les jambes. Tripotait son stylo. Elle n’avait pas l’air de beaucoup s’intéresser aux bois, aux arbres, aux voitures ni même au pilote, mais elle ne l’a pas interrompu. Et enfin quand elle s’est décidée à me poser une question, pour la première fois je me suis dit qu’on allait peut-être vraiment retrouver ma sœur. ”

Emma raconte l’enlèvement, décrit précisément le lieu de leur captivité, où sa sœur est toujours prisonnière.

 » Je n’aimais pas le tour que prenait la situation, parce que ça signifiait qu’ils se demandaient toujours pourquoi Emma ne m’avait pas accompagnée, et si elle n’était pas restée de son plein gré. Et donc, si j’avais moi aussi réellement été retenue prisonnière pendant ces trois ans. ”

Plus Cass se confie, plus la psychiatre doute sur la véracité des faits qu’elle se met à analyser en profondeur. Il s’avère que derrière cette façade luxueuse se cache une famille dysfonctionnelle.

 » Cette famille était un véritable nid de pathologies mentales. ”

En quelques jours le vernis des apparences se fissure, et met en lumière la brillante noirceur d’une famille pleine de secrets peu reluisants.

“ Aucun secret n’est en sécurité. Jamais. À moins de ne se confier à personne. ”

Pour ce second thriller, l’auteure fait intervenir une nouvelle fois un psychologue. Elle aborde à travers cette enquête le narcissisme dans la famille. Chaque personne se livre et laisse apparaître sans s’en rendre compte sa personnalité qui se révèle plutôt égocentrique. La psychologue analyse en profondeur chaque attitude de cette famille adepte de la manipulation. On assiste à une représentation du narcissisme dans toute sa splendeur, à croire que cela se transmet de génération en génération.

Après Tout n’est pas perdu, ( ma Chronique ici), Wendy Walker réussit une fois de plus à me faire aimer le thriller psychologique. Elle a l’art et la manière de manipuler le lecteur à travers des personnages troubles et complexes. Jusqu’à la dernière page l’intrigue reste captivante.

Un récit sombre et fort qui risque d’en surprendre plus d’un.

Wendy Walker, ancienne avocat spécialiste en droit de famille, en droit commercial et banquier d’affaires est désormais romancière et éditrice. Son premier roman Tout n’est pas perdu, va être adapté au cinéma. Elle vit avec son mari et ses quatre enfants dans le Connecticut.

Ses deux romans sont publiés chez Sonatine.

Une auteure à suivre absolument.

Je remercie Babelio et les Éditions Sonatine pour ce thriller psychologique qui a joué son rôle de grand manipulateur à merveille.

Publicités

7 réflexions sur ““ Emma dans la nuit ”

  1. Toujours un plaisir de lire tes chroniques et de découvrir les illustrations que tu as choisies. Pour cette fois je la lis après avoir lu et chroniqué le livre sur mon blog. C’est le deuxième livre que je lis de Wendy Walker et je vais la suivre car j’aime les romans psychologiques qui parlent de pathologies médicales peu connues.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s