“ Dernière saison dans les rocheuses ”

Dernière saison dans les rocheuses de Shannon Burke aux éditions10/18

Traduit de l’anglais ( États-Unis ) par Anne-Marie Carrière

“ J’avais débarqué à Saint Louis, brûlant de participer à une expédition vers l’Ouest. Commerce des fourrures rimait avec aventure, et tout les jeunes gens un tant soit peu intrépides de Saint Louis en rêvaient. ”

Avant l’arrivée des premiers chercheurs d’or en 1848, il fut un temps où la fourrure était un trésor très convoité.

En 1840, le commerce des fourrures permettait de faire fortune. Motivé par le profit et l’aventure, nombreux étaient ceux qui désiraient rejoindre une compagnie de trappeurs.

 » (…) en dépit des épreuves et des revers de fortune, il régnait parmi les trappeurs un esprit de camaraderie et de conquête qui n’existait nulle part ailleurs. Dés lors que la fièvre de l’aventure brûle dans vos veines, le reste semble qu’une pâle imitation de la vie, terne et frileuse. ”

William Wyeth rejoindra lui aussi après de nombreuses péripéties la compagnie de trappeurs qui s’avère être la plus téméraire de l’Etat.

Moncœur palpitait de joie à la perspective de cette dernière saison dans les rocheuses. ”

L’Aventure avec un grand A peut commencer.

En ces temps là, les territoires étaient encore aux peuples indiens et ils les défendaient assez sauvagement même s’ils n’étaient pas contre certains négoces.

Une brigade de trappeurs représentait pour nous le commerce, le patriotisme, la grande aventure vers l’Ouest, vers l’inconnu, et autres niaiseries du même genre.

En vérité, rares étaient ceux qui savaient ce qui les attendait une fois franchies les limites de Saint Louis. ”

À travers cette aventure périlleuse, William va découvrir la force des liens entre les hommes et la solidarité qui permettra de survivre face aux attaques extérieures. Car la vie de trappeurs est loin d’être facile, ils sont confrontés aux forces de la nature et aux tribus indiennes.

Mais avec courage et habilité il sera peut-être possible de rester en vie et peut-être de devenir riche.

Tout le monde savait que la compagnie des rocheuses se lançait dans des expéditions les plus risquées. « 

Qu’elles soient du passé ou du présent, les histoires américaines me passionnent. Et lorsque je retrouve une plume qui m’avait déjà conquise avec un précédent roman je suis d’une part impatiente puis ravie de découvrir vers quel horizon cette fois l’auteur va m’embarquer.

La couverture magnifique me donne déjà un aperçu et comme d’habitude, je m’abstiens de lire la quatrième de couv’ pour laisser la place entière à la surprise.

Je me retrouve au cœur des rocheuses vers 1820 à Saint Louis aux États- Unis, et je m’apprête à vivre une aventure passionnante en compagnie de trappeurs, parmi les cow-boys, les indiens, les bisons, les castors, les loups, dans un décor hallucinant. Une plongée dans le passé où j’espère y croiser Davy Crockett et les autres aventuriers qui ont bercé mon enfance ou même plus récemment “ Le revenant  » magnifiquement interprété par Leonardo DiCaprio.

Et je n’ai point été déçu de ce fabuleux voyage.

Shannon Burke nous offre un récit intrépide, captivant, exaltant, à travers une plume palpitante et émouvante. Un style incroyable pour une œuvre d’une justesse historique épatante, qui devrait figurer au programme d’histoire.

Découvrir un pan de l’histoire de l’Amérique via ce récit enivrant est juste un grand bonheur.

L’auteur nous livre la destinée d’un homme qui à force de courage et de persévérance verra ses rêves se mesurer à la réalité.

Dernière saison dans les rocheuses rejoindra dans ma bibliothèque les fabuleux romans d’aventures qui ne cessent de m’émouvoir tout en me cultivant.

Un magnifique roman, une belle Histoire, une plume américaine qui rends merveilleusement hommage à tous ceux qui ont construit l’Amérique.

Après 911 cet auteur aux multiples talents, réussit une fois encore à me charmer.

À découvrir absolument.

Shannon Burke, est né à Wilmette dans l’Illinois aux États -Unis. Il est romancier et scénariste, auteur de roman noir.

Il fait des études à l’Université de Caroline du Nord. Il s’installe ensuite à New York et devient ambulancier à Harlem pour le New York City Fire Department jusqu’en 2001.

Il utilise cette expérience professionnelle dans ces romans, et en particulier dans Manhattan Grand-Angle (Safelight) publié en 2005 et dans 911 (Black Flies) paru en 2008. Ce second roman est lauréat du prix Mystère de la critique en 2015.

Publicités

7 réflexions sur ““ Dernière saison dans les rocheuses ”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s