“ Sous terre personne ne vous entend CRIER ”

Sous terre personne ne vous entend crier de Gilbert Gallerne aux Éditions French Pulp

” Ce soir, Mikael n’a pas envie de jouer les voyeurs passifs et invisibles. Ils veut être seul. L’intrusion de ces étrangers dans son monde est une agression. Il ne peut pas le tolérer. Sans savoir encore ce qu’il va faire, il se lève et part d’un pas lourd en direction de la salle où le groupe de plus en plus bruyant, va s’installer. (…) Il doit les faire fuir. Les inciter à ne plus jamais revenir. Ni eux ni personne. “

À Paris, pour fêter la fin des examens, des jeunes étudiants ont décidé de faire la fête dans un endroit plutôt insolite : les catacombes.

Le lendemain, le commissaire Jonzac qui avait déjà mal commencé sa journée au cours d’une interpellation qui a hélas mal tourné, était loin d’imaginer que le pire l’attendait dans les sous-sols parisiens.

” Vaste labyrinthe aux frontières sans cesse mouvantes aux périmètre changeant, et dans lequel cataphiles et cataflics se livrent à un perpétuel jeu de cache-cache. “

La victime, salement mutilée et à moitié dévorée, n’est autre que sa nièce.

Le début du chemin vers l’enfer ne fait que commencer. Jamais il n’aurait penser ce qui l’attendait et pourtant il semble impliqué bien plus qu’il ne le croyait.

Dans les ténèbres des couloirs du métro parisien, un prédateur se cache, à l’affût de sa prochaine proie.

” Aujourd’hui il est sur le point de réaliser ce pour quoi il a vécu, ce désir qui l’obsède depuis des années. “

Ce que j’en dis :

Après avoir découvert la série Nox diffusé actuellement sur MyCANAL, je me doutais bien que ce récit allait me conduire tout droit en enfer, mais j’étais loin d’imaginer jusqu’à quel point.

L’auteur ne fait pas de cadeaux aux âmes sensibles. Il plonge le lecteur dans un univers sinistre, répugnant et cauchemardesque. Un milieu de plus en plus macabre au fil des pages qu’une foule de détails ne manqueront pas de vous donner envie de finir cette histoire sordide.

Un scénario digne des bons films d’horreurs qui va ravir tous les adeptes des thrillers innommables sans compter l’intrigue pas banale plutôt surprenante.

Voilà un polar qui va vous filer la peur au ventre ou peut-être même davantage mais la correction m’empêche de m’exprimer davantage…

Bon appétit.

” Il porte l’animal mort à sa bouche. Commence à le dévorer.

Sous terre aussi, la loi est de manger ou d’être manger. “

C’est simple si vous n’êtes pas chochotte, foncez ça devrait vous plaire.

Gilbert Gallerne est un écrivain français auteur de thrillers et de romans policiers, lauréat du prix du Quai des Orfèvres 2010. Il a été critique littéraire et a traduit plusieurs best-sellers américains, parmi lesquels ” Danse avec les loups “ et ” Basic instinct “. Il signe également des récits fantastique sous le pseudonyme de Gilles Bergal.

Je remercie les éditions French Pulp pour m’avoir à tout jamais éviter la visite des catacombes de Paris ou d’ailleurs.

Publicités

“ La joie du matin ”

La joie du matin de Betty Smith aux Éditions Belfond (Collection Vintage)

Traduit de l’américain par Gisèle Bernier

” À vingt ans, Carl était un beau garçon – grand, blond, avec un air de maturité virile qui le faisait paraître plus âgé. Ses vêtements étaient bon marché, mais il les portait si bien qu’ils avaient l’air coûteux. Son élégance désinvolte attirait l’attention et suscitait la sympathie.

Annie avait dix-huit ans, mais elle en paraissait quatorze. On eût dit qu’elle avait emprunté les vêtements de sa grande sœur pour la journée. Petite, mince mais bien faite, elle avait de beaux cheveux longs d’un châtain très clair, arrangés en chignon derrière la tête. Elle avait un joli teint clair, une bouche expressive et des yeux gris au regard grave. Elle n’attirait pas autrement l’attention, sauf quand elle parlait. Alors on était obligé de remarquer son accent. “

Dans le Midwest dans les années 1920, Carl et Annie se sont enfuis du giron familial pour se marier, allant à l’encontre de leurs parents respectifs. Ils sont effectivement très jeunes mais très amoureux.

Commence alors pour eux, l’apprentissage de la vie de couple.

Carl toujours étudiant devra également travailler pour subvenir au besoin de son foyer.

« Tu ne me verras donc pas beaucoup, constata-t’il.

– Il suffit que je sache que tu existes.

– Te sentiras-tu trop seul ?

– Je n’ai que toi au monde. »

Nos deux tourtereaux découvrent les joies de la vie maritale, mais aussi les premiers tourments face à une réalité parfois sans pitié. Mais ils s’aiment pour le meilleur et pour le pire.

Ce que j’en dis :

Voilà un roman tout à fait rafraîchissant. Si vous vous attendiez à une simple histoire d’amour guimauve, vous en êtes loin. Betty Smith nous offre une œuvre tout en finesse, drôle, et qui illustre brillamment les joies de l’amour même lorsqu’il est parfois contrarié par les vicissitudes de la vie quotidienne.

L’écriture nous charme autant que ce couple attendrissant malgré une certaine naïveté. N’oublions pas que nous sommes dans les années vingt, et pourtant ce récit est assez avant-gardiste quand on observe de près tous les thèmes qu’il aborde à travers cette histoire tels que l’importance de dialogue dans le couple, la sexualité, la considération envers les femmes, l’argent, les études, le travail. Mais également la passion de la lecture et de l’écriture qui amènera Annie à aller bien plus loin qu’un simple rêve.

Vous l’aurez compris, cette histoire m’a conquise, la plume pleine de poésie m’a charmé, une lecture agréable, apaisante, amusante et pleine de beaux moments en compagnie d’un couple aussi attachant que touchant et qui ne manque pas d’humour.

Une bien belle idée cette réédition que nous propose la collection Vintage des éditions Belfond.

À savourer sans modération.

Née Elisabeth Wehner en 1896 de parents allemands, la jeune Betty passe toute son enfance dans le quartier de Williamsburg, à Brooklyn. En 1919, elle épouse George Smith, un étudiant en droit dont elle aura deux filles. La famille s’installe dans le Michigan, où Betty suit des cours de journalisme. En 1938, elle divorce, s’établit en Caroline du Nord avec ses filles et multiplie les petits travaux.

L’année 1943 est un tournant puisqu’elle rencontre Joseph Jones, qui deviendra son second mari, et que paraît Le Lys de Brooklyn (Belfond, 2014 ; 10/18, 2016), roman largement autobiographique qui va devenir instantanément un immense best-seller. Le succès est tel qu’il sera adapté par Elia Kazan au cinéma en 1945 et joué en comédie musicale à Broadway en 1951. Elle écrira ensuite trois autres romans, dont le très délicat La Joie du matin, sorte de suite au Lys de Brooklyn.

Betty Smith s’est éteinte en 1972 dans le Connecticut, à l’âge de soixante-quinze ans.

Je remercie les Éditions Belfond pour cette belle histoire d’amour américaine tout en délicatesse.

“ Les choses qu’ils emportaient ”

Les choses qu’ils emportaient de Tim O’Brien aux Éditions Gallmeister

Traduit de l’américain par Jean-Yves Prate

 » Quarante-trois ans, et la guerre a commencé quand je n’en avais même pas la moitié, mais pourtant les souvenirs la ramène au présent. Et parfois ces souvenirs mènent à une histoire qui la rend éternelle. C’est à cela que servent les histoires. Les histoires permettent de relier le passé et l’avenir. (…)Une histoire existe pour l’éternité, même quand la mémoire est effacée, même quand il n’y a plus rien d’autre à se rappeler que l’histoire elle-même. “

À l’âge de vingt-deux ans, Tim O’ Brien reçoit sa feuille d’enrôlement et part pour le Vietnam.

Mais alors, qu’est-ce qu’un jeune homme envoyé malgré lui en enfer peut bien choisir d’emporter ? Et qu’en est-il de ses compagnons de patrouille ?

” Les choses qu’ils emportaient étaient déterminées jusqu’à un certain point par la superstition. Le lieutenant Cross emportait son galet porte-bonheur. Dave Jensen emportait une patte de lapin…(…) Ils emportaient du papier à lettre de l’USO, des crayons et des stylos, ils emportaient du Sterno, des épingles de nourrice, des fusées éclairantes, des bobines de fil électrique…“

À travers ses souvenirs, et de toutes les anecdotes vécues ou rêvées, entre fiction et réalité, l’auteur nous livre les histoires de ces jeunes hommes enrôlés malgré eux dans une guerre abominable qui fera d’eux des hommes meurtris à jamais.

(…) il faudrait que j’oublie tout ça. Mais le problème des souvenirs, c’est que l’on ne peut pas les oublier. On prend son inspiration du passé et du présent. La circulation des souvenirs alimente une rotative dans votre tête, où ils tournent en rond pendant un certain temps, puis l’imagination se bientôt à couler et les souvenirs se confondent et repartent dans un millier de directions différentes. En tant qu’écrivain, tout ce qu’on peut faire, c’est choisir une direction et se laisser porter en formulant les choses comme elles viennent à nous. Voilà ce qu’est la vraie obsession. Toutes ces histoires.  »

Revisitant ce qui a été, imaginant ce qui aurait pu être Tim O’ Brien récrée une expérience unique et réinvente la littérature consacrée au Vietnam.

Tous ces fragments de vies, si courts parfois, couchés sur le papier par un vétéran qui survécu au pire cauchemar que l’on puisse imaginer entre guerre et plaie.

Je veux que vous ressentiez ce que j’ai ressenti. Je veux que vous sachiez pourquoi la vérité des récits est parfois plus vraie que la vérité des événements. “

Ce que j’en dis :

Comme beaucoup d’entre vous, c’est au travers de certains films inoubliables comme Platoon, ou encore, Good morning Vietnam que j’ai découvert les horreurs de cette guerre.

En lisant ce récit découpé sous forme de nouvelles, on découvre des histoires authentiques, poignantes et même parfois insupportables tellement inimaginables.

L’auteur nous livre ses souvenirs, ce qu’il a vécu au cœur de cette jungle du Vietnam, ouverte sur les portes de l’enfer.

Dans un style très évocateur, sa plume singulière pose un regard sans concessions sur cette guerre qu’il a malheureusement connue.

Un livre essentiel qui figure déjà aux programmes des lycées et des universités aux États-Unis.

N’hésitez surtout pas à le lire, en hommage à tous ces vétérans courageux morts pour leur patrie, et à ceux qui en se revenus avec un douloureux fardeau de traumatismes.

Tim O’Brien est né en 1946 à Austin dans le Minnesota. Diplômé de sciences politiques, il reçoit à l’âge de vingt-deux ans sa feuille d’enrôlement et part pour le Vietnam où il servira de 1969 à 1970 dans l’infanterie. À son retour aux États-Unis, deux ans plus tard, il termine ses études à Harvard et entre en tant que stagiaire au Washington Post. Sa carrière d’écrivain commence en 1973 par la publication de Si je meurs au combat. En 1979, Il reçoit le prestigieux National Book Award. L’ensemble de son œuvre composée de neuf livres traite de son expérience de la guerre. Il vit et enseigne aujourd’hui au Texas.

Je remercie les Éditions Gallmeister pour ce récit bouleversant. Une véritable page d’Histoire.

“ Rendez-vous au 10 avril ”

Rendez-vous au 10 avril de Benoît Séverac aux Éditions Pocket

” Lafage a fait la guerre, et même si pour lui, elle est finie, il me comprend. Il sait ce que c’est. Il sent mes relents de vinasse sans faire une moue dégoûtée. Il sait que je bois pour tuer cette odeur de chair en putréfaction qui sortirait de ma bouche si je ne chargeais pas mon haleine d’alcool. “

Toulouse, 1920. Trois ans que la Grande Guerre est terminée, et chacun tente du mieux qu’il peut de reprendre sa place. Pour certains c’est plus difficile, ils doivent composer avec leurs fantômes et les douleurs qui les accompagnent. Alors pas étonnant que certains soient tombés dans la bouteille comme l’inspecteur Puma, un vétéran, rescapé de cette sale guerre.

 » Plus assez vivant pour demeurer debout et sans doute pas assez mort pour m’allonger définitivement. “

Et pourtant lorsque deux meurtres perturbent l’équilibre de la ville, lui seul, osera affronter la situation.

Malgré ses allures de clochard et son détachement pour les sentiments il mettra tout en œuvre pour briser la chape du silence et faire éclater la vérité, que tente de dissimuler l’école vétérinaire de Toulouse, qui semble reliée à ces deux meurtres.

Ce que j’en dis :

Je retrouve la plume de Benoît Séverac que j’avais découverte dans son dernier polar 115 ( ma chronique ici) édité à la Manufacture de livres, avec grand plaisir.

Une fois encore je suis sous le charme de son style. Avec talent, il met en scène un personnage atypique auquel on s’attache forcément. Un homme perclus de douleurs autant physiques que morales qui donne au récit une réelle authenticité, jusqu’au final aussi noir que le désespoir qui l’accompagne.

Une intrigue subtile située à Toulouse dans les années vingt, une ville chère à l’auteur, qui dénonce certains passe-droits que s’était octroyée la bourgeoisie pendant la guerre, mais également les séquelles dont les poilus survivants étaient atteint.

Sans oublier l’univers des vétérinaires présent également dans ses autres romans.

Pour faire simple, j’ai été autant transporté par l’histoire que subjugué par l’écriture. Une fois commencé il m’a été impossible de poser ce roman noir absolument fabuleux.

Benoit Séverac, tout comme le soleil de Toulouse est vraiment brillant.

Un auteur que je vous invite à découvrir absolument.

Je n’hésiterai pas à vous parler de ses autres récits que je compte bien lire prochainement.

Si vous avez aimé : Après la guerre d’ Hervé Le Corre ou encore : Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre, Rendez-vous au 10 avril de Benoît Séverac est dans la même lignée, alors ne vous privez pas d’un merveilleux moment de lecture.

Benoit Séverac est auteur de littérature noire et policière, adulte et jeunesse. Ses enquêtes reposent sur un contexte social décortiqué. Certains de ses romans ont été traduits aux États-Unis ou adaptés au théâtre. Il collabore à divers projets mêlant littérature et arts plastiques, photographies…

Il prend également part à des productions cinématographiques. Le chien arabe, prix de l’embouchure 2016, a paru chez Pocket en 2017 sous le titre Trafics. En 2017, 115 a paru à La Manufacture de livres. Il est également l’auteur de cinq roman chez Syros, dont Une caravane en hiver (2018). Wazhâzhe, son premier roman commun avec Hervé Jubert, a paru en 2018 aux éditions Le Passage. Benoit Séverac enseigne aussi l’anglais au Diplôme national d’œnologie et à l’École vétérinaire de Toulouse, où il vit.

Je remercie les éditions Pocket pour cette merveilleuse lecture.

“ Je suis un guépard ”

Je suis un guépard de Philippe Hauret aux éditions Jigal

 » Lino se sentit minable de ne pas l’inviter à dormir, mais que dire de plus ? Son appart’ ressemblait à une boîte de conserve usagée et il ne pouvait décemment pas partager son canapé avec une inconnue.

Il referma la porte le plus doucement possible, comme en signe d’excuse. ”

Lino vit seul dans quelques mètres carrés. Ses journées se ressemblent, boulot, appartement, dodo. Une routine plutôt banale. Alors le jour où il rencontre cette fille sur son palier, il a tendance à rêver à un avenir meilleur.

(…) on t’a pas dit que la vie était courte, imprévisible et dangereuse ? Moi, je ne veux pas de ce type de contrat en bois. Tu saisis ? Je ne rentrerai jamais dans leur système. Je les emmerde. Je préfère la rue plutôt que de bosser pour une misère. (…) – qu’est-ce que tu proposes, braquer une banque ?

– Vivre différemment.

– J’ai pas la notice.

– À toi de l’écrire.

Lino cogite, noircit des pages blanches et se rêve écrivain.Jessica le bouscule. Leur vie prend un autre chemin, ensemble ils vont tenter le meilleur et éviter le pire. Jusqu’au jour où Melvin entre dans la danse. Sa fortune risque de faire tourner quelques têtes.

Deux mondes à part s’entrechoquent et réveillent la bête qui sommeille en eux.

Ce que j’en dis :

Toujours un plaisir de découvrir la plume d’un jeune écrivain.

À travers son troisième polar noir, l’auteur met en scène des personnages désœuvrés, assez révoltés et plutôt idéalistes qui se retrouvent face à un univers où l’argent et le paraître sont rois. Des classes sociales différentes, un véritable reflet de notre société, qui donnent une histoire réaliste qui pourrait bien finir dans la rubrique fait divers assez machiavélique d’un quotidien.

Une plume directe, dynamique d’où résulte un bon polar noir et sociétal bien agréable à lire, qui donne vie à des personnages enragés, prêts à tout pour illuminer leurs vies un peu trop sombre.

Les amoureux du polar urbain made in France vont se régaler.

Philippe Hauret est né à Chamalières, il passe son enfance sur la Côte d’Azur, entre Nice et Saint- Tropez. Sa scolarité est chaotique, seul le français et la littérature le passionnent. En autodidacte convaincu, il quitte l’école et vit de petits boulots, traîne la nuit dans les bars, et soigne ses gueules de bois en écrivant de la poésie et des bouts de romans. Il voyage ensuite en Europe, avant de trouver sa voie en entrant à l’université. Après avoir longtemps occupé la place de factotum, il est maintenant bibliothécaire. Quand il n’écrit pas, Philippe Hauret se replonge dans ses auteurs favoris, Fante, Carver, Bukowski, joue de la guitare, regarde des films ou des séries, noirs, de préférence.

Du même auteur chez le même éditeur : Je vis je meurs et Que Dieu me pardonne (Grand prix du jury du festival du polar de la pleine haute).

Je remercie les Éditions Jigal pour ce roman noir plutôt féroce.

“ Les derniers mots ”

Les derniers mots de Tom Piccirilli aux éditions Gallimard

Traduit de l’américain par Etienne Menanteau

« – Votre frère sera exécuté dans onze jours. Qu’en pensez-vous ? Avez-vous quelque chose à dire aux proches de victimes ?

– Et si vous me fichiez la paix, putain de merde !

Ça devrait le faire aux infos de dix-huit heures, même s’il coupent le « putain de merde ».

Terrier Rand est de retour dans le giron familial. Il s’en était éloigné depuis cinq ans, après un massacre perpétré par son frère Collie, lors duquel huit personnes ont été tuées sans aucune raison. Malgré tout, ce n’est pas parce qu’il est derrière les barreaux et que tout l’accuse que Collie est responsable de tout ces meurtres.

Lors d’une visite au pénitentier Collie se confie à son frère. Le doute envahit Terrier, il décide de mener une enquête.

«  Il ne vont pas me lâcher. Décontenancé je hoche la tête et maudis Collie en silence. Je me suis juré d’aller le voir encore une fois, mon frère, mais il faut d’abord que je sache ce qu’il attend de moi au juste. J’ai aussi envie de voir Kimmy, son enfant, et de la protéger de type comme Collie ou comme moi, mais j’ai laissé passer l’occasion. Je l’ai abandonné, ma copine, je ne me suis pas montré correct envers elle, ni envers moi-même. J’ai sacrifié mon bonheur sur l’autel des abîmes. Je ne suis pas encore prêt à redevenir un membre de la famille. Je sais bien ce qu’il en est. Je leur ai brisé le cœur. Je jette un coup d’œil à la porte d’entrée et constate que ma sœur est là, à me regarder m’enfuir de la maison une fois de plus.  »

Évoluant sur le fil du rasoir qui sépare la fraternité de la haine, la loyauté de la trahison, Terry va devoir explorer des secrets de famille profondément enfouis.

 » C’est ainsi que l’on procède tous quand on a vraiment envie de quelque chose ; on s’abandonne à l’irrationnel, à l’idée qu’il suffit d’y croire pour changer la situation, l’infléchir, l’amener à suivre un autre cours, puis revenir en arrière. C’est comme ça qu’un cambrioleur s’y prend dans l’obscurité, il s’efforce d’être invisible.  »

Ce que j’en dis :

Dans la famille Rand on est criminel de père en fils. Une belle bande de voleurs et d’arnaqueurs qui agit sans jamais faire couler le sang. Collie fut l’exception, pas étonnant qu’il soit le seul derrière les barreaux.

Si au départ je pensais découvrir les derniers jours d’un condamné à mort, très vite j’ai compris que je me retrouvais au cœur d’une intrigue plutôt originale. Un récit tout à fait stylé et captivant qui aborde le dur chemin de la rédemption mais également différents héritages génétiques. Le mal est ancré dans cette famille sous divers aspects.

Une histoire surprenante qui se poursuivra dans un second volet et pourra très certainement éclairer certaines zones d’ombres.

Les derniers mots, un excellent thriller plein de surprises que je vous invite fortement à découvrir.

Auteur d’une trentaine d’ouvrages, Tom Piccirilli s’est notamment illustré dans le domaine du fantastique et de l’horreur. Avec les derniers mots, premier volet d’un diptyque à paraître à la Série Noire, il a confirmé qu’il excellait dans l’univers du thriller.

Je remercie les Éditions Gallimard pour cette surprenante lecture.

Une belle découverte à suivre…

Anguilles démoniaques

Anguilles démoniaques de Yû Takada aux Éditions De Saxus Traduit du japonais par Patrick Honoré et Ryoko Sekiguchi » Masaru ne savait pour ainsi dire rien de cette boîte. Chiwaki Enterprise. Quand le patron l’avait ramassé par la peau du coup, il lui avait donné pour seule consigne : « Tu feras ce que je te dis de faire.» Il avait ajouté : « Et rien d’autre. Pense pas. Réfléchis pas. Te pose pas de questions. Cherche pas à en savoir plus. À compter d’aujourd’hui, tu es mon chien. Je t’ai ramassé, je te nourris, donc je suis ton maître. » Masaru, un jeune homme qui croule sous les dettes se voit effacer son ardoise par un usurier peu scrupuleux. Pour le rembourser il devra dorénavant bosser pour lui. Après s’être accommodé de son nouveau look de brute épaisse, il va découvrir un monde empli de violence et de perversité. ” Mazaru ne savait pas quoi dire. Il se sentait comme souillé par l’âme du lieu, imbibé d’une force gigantesque et sinistre. Les grondements venant des entrailles de la terre n’avaient pas cessé.  » Une nouvelle livraison l’attend et sa curiosité le titille.  » Qu’est-ce que c’était de cette boîte ? Il n’en avait aucune idée.  » Sa curiosité va le conduire tout droit en enfer… » Il fut saisi d’un frisson. Il lui semblait avoir aperçu la tête d’un démon dans les ténèbres. Un démon qui l’attrapait par la peau livide, le dévorait, déchirait jusqu’à son futur. Il se mordit les lèvres, ouvrit les yeux. Il sentait le regard perçant du démon posé sur lui. Le démon, c’était lui-même. C’était son visage dans le rétroviseur intérieur, blême au fond des ténèbres. Il referma les yeux devant l’horreur de cette vision. ” Ce que j’en dis : Pour être tout à fait honnête dès le départ j’ai du m’accrocher pour poursuivre ma lecture. L’écriture plutôt simpliste ne me captivait pas du tout, elle manquait de style. Malgré tout j’ai eu envie de découvrir dans quelle galère Masaru s’était fourré une fois encore. Là je n’ai pas été déçu par l’histoire en elle-même et l’univers assez glauque dépeint par l’auteur. J’ai exploré la part d’ombre de Tokyo, cette ville tentaculaire où la criminalité de toute sorte fait rage. C’est pas la came que je préfère mais il devrait ravir tous les amoureux du genre.Yû Takada est un auteur de best-seller japonais, maître du thriller noir au Japon. Anguilles Démoniaques est son premier roman traduit en langue française. Plusieurs de ses œuvres ont déjà été adaptées en mangas, en séries télévisées et au cinéma. Je remercie les éditions De Saxus pour cette virée dans l’enfer de Tokyo.

“ Les fantôme de Manhattan ”

Les fantômes de Manhattan de R.J.Ellory aux Éditions Sonatine

Traduit de l’anglais par Claude et Jean Demanuelli

À Manhattan, près du croisement de Duke Ellington et de la 107° Rue Ouest se cache une petite librairie, du nom de Reader’s Rest. C’est ici que l’on peut rencontrer Annie O’Neill une jeune libraire.

Elle les accueillait, tous autant qu’ils étaient, parce qu’il lui restait assez d’idéalisme pour croire qu’un livre avait le pouvoir de changer une vie. “

Un matin, un vieil homme prénommé Forrester, se présente comme étant un très bon ami de ses parents. Il a dans ses mains un manuscrit.

” En toute honnêteté, je suis ici pour faire revivre le passé.

De retour à son appartement, elle partage cette venue avec son voisin, et ils décident d’un commun accord de lire cet étrange feuillet, que Forrester lui a laissé.

” Sacrée histoire, hein ? Qui part de la Pologne, passe par la libération de Dachau pour arriver aux Affranchis de Scorsese. “

C’est ainsi qu’ Annie fait la connaissance de l’imbattable Harry Rose et de son ami Redbird, deux hommes qui faisaient partie des grandes figures du banditisme new-yorkais. Mais quel rapport y a-t-il entre cette histoire et sa famille. Il lui faudra attendre sa prochaine rencontre avec Forrester, à condition qu’il accepte de lui dévoiler la suite de cette histoire qui cache sûrement toute la vérité.

Il y a des livres qui peuvent changer une vie mais également certaines rencontres. Quand les destins s’entrechoquent pour n’en faire plus qu’un, laissant place à un nouvel avenir.

Ce que j’en dis : Voilà un roman que j’attendais depuis une rencontre avec l’auteur en 2016, où il nous avait fait quelques confidences en aparté.

Un roman absolument surprenant de par sa construction qui nous offre en faite deux histoires et nous font voyager entre passé et présent.

Les fantômes rôdent à travers ces pages et s’immiscent petit à petit dans l’intimité d’Annie. Sa solitude se retrouve bousculée et va être remise en question.

Même si j’avoue, avoir vu venir certains pans de l’histoire, j’ai vraiment apprécié cette lecture, seul bémol, à un moment les pleurnicheries d’Annie qui s’éternisaient un peu trop à mon goût, de quoi plomber l’ambiance finale de cette intrigue.

R.J Ellory est toujours aussi brillant et réussi à chaque fois à nous captiver en nous embarquant dans une mécanique infernale pleine de noirceur.

Un roman palpitant où le passé fait voler en éclat le présent et laisse les fantômes prendre enfin leurs envols. Un beau moment de lecture au cœur de Manhattan.

Retrouvez ma chronique de son précédent roman Un cœur sombre ICI

R. J. Ellory est né en 1965 à Birmingham. Orphelin très jeune, il est élevé par sa grand-mère qui meurt alors qu’il est adolescent. Il est envoyé en pensionnat et c’est à cette période qu’il se découvre une véritable passion : la lecture. En dehors des périodes scolaires, il est livré à lui-même et se livre à de petits délits dont le braconnage, ce qui lui vaudra un séjour en prison. Cherchant une façon de s’exprimer artistiquement, R.J. Ellory monte d’abord un groupe de blues avant de se lancer dans la photographie.Son goût pour la lecture l’amène également à s’intéresser à l’alphabétisation et à faire du bénévolat dans ce domaine. Parallèlement et alors qu’il n’a que 22 ans, il commence à écrire. La vingtaine de romans qu’il écrit entre 1987 et 1993 ne trouvent, malgré ses tentatives acharnées, aucun éditeur des deux côtés de l’Atlantique. Il devra attendre 2003 pour que Papillon de nuit soit publié par Orion.Le succès est quasiment immédiat. Il obtient le prix Nouvel Obs/BibliObs du roman noir 2009 pour Seul le silence son premier roman publié en France qui devient rapidement un best seller. À travers toute son œuvre, Roger Jon Ellory met en en scène dans de sombres fresques une Amérique meurtrière et rongée par la culpabilité, loin de l’Angleterre qui l’a vu naître.Je remercie les éditions Sonatine pour cette intrigue new-yorkaise pleine de surprises.

“ Le Club des veuves qui aimaient la littérature érotique ”

Le Club des veuves qui aimaient la littérature érotique de Balli Kaur Jaswal Aux éditions Belfond Traduit de l’anglais (Syngapour) par Guillaume-Jean Milan

Elles’était déplacée personnellement pour informer les femmes, leur expliquant que les cours, gratuits, auraient lieu deux fois par semaine, avec une exigence d’assiduité. Ses cibles principales : les veuves âgées qui auraient ainsi un passe-temps plus utile que les commérages dans l’entrée du la garde. C’était les plus susceptibles de fréquenter les cours et d’en faire un succès. “

En allant à Southall déposer une annonce de demande de mariage pour sa sœur au temple, Nikki tomba sur une billet qui attira aussitôt son attention. On recherchait une animatrice pour donner des cours d’écriture à des femmes, pour l’association communautaire sikhe. Aucune qualification particulière n’était demandée, aucune expérience souhaitée. Une super aubaine pour Nikki qui recherchait désespérément un second petit boulot.

Nikki s’arrêta et regarda autour d’elle. Il n’y avait que des femmes, la tête couverte (…) chacune avait une histoire. Elle s’imaginait parler à une pièce pleine de femmes pendjabies. Ses sens étaient maintenant submergés par la couleur des kameez, les froufrous du tissu et les crayons qui tapotent, l’odeur de parfum et de curcuma mêlés. Et son but se révéla dans toute sa clarté. « Certaines personnes ne connaissent même pas l’existence de cet endroit, disait-elle. Il faut que ça change. » L’œil ardent, avec acharnement, elles écriraient leurs histoires pour que le monde entier les lise. “

Sa première rencontre avec les femmes qui se sont inscrites à ce cours va lui réserver quelques surprises. Elle qui pensait former de futures romancières se retrouve confrontée à une dizaine d’indiennes, de tous âges, la plupart veuves et qui plus est analphabètes. Un sacré challenge s’annonce mais c’est sans compter sur l’imagination très fertile de toutes ces femmes. Un florilège d’histoires très coquines et même plutôt osées se racontent dorénavant à chaque cours.

(…) Tant que les hommes n’ont pas vent de ces histoires, on ne risque rien. Nikki pensait au langar et à la frontière stricte qui courait comme un champ magnétique invisible entre hommes et femmes. « J’imagine que ce ne sera pas un problème, nota-t-elle. Aucune de vous ne bavarde vraiment avec les hommes n’est-ce pas ?- Bien sûr que non. On est des veuves. On n’a plus de contact avec les hommes. C’est interdit, dit Preetam. “

Ce qui au départ amusa plus Nikki que de l’effrayer, se révéla pour elle très vite l’occasion d’aider ces femmes de manière détournée. Car chaque histoires soulevaient de sérieux problèmes que les femmes rencontraient chaque jour face à la soumission aux hommes, mais aussi face à la solitude et même parfois à la violence. Nikki est une jeune femme émancipée qui se rebelle contre certaines traditions qui n’accordent aucune liberté aux femmes. C’est l’occasion pour elle de faire évoluer les choses et de tenter d’améliorer la condition des femmes. ”

– Ça va aller. C’est seulement que … ils disent des trucs terriblement insultants et j’en avais assez de fermer ma gueule. “

La fréquentation du club augmente de manière inattendue, et désormais Nikki souhaite plus que tout libérer la parole des femmes au delà de ces murs. Mais même si l’union fait la force, ce n’est jamais sans danger.

 » Les autres histoires sont aussi osées ? Demanda Olive.

– Plus ou moins.

– Espiègles et cochonnes ! Qui les lit, à part toi et les veuves ?

– Personne, pour l’instant. Mais ça pourrait bien changer…“

Ce que j’en dis : Voilà le genre de roman idéal pour la pause estivale. En plus de divertir, il enrichit notre culture. À travers une histoire pleine de rebondissements et remplie d’humour, on découvre la culture indienne et hélas ses travers. Tous les personnages ont leur importance, petit à petit une intrigue prend forme pour nous réserver de belles surprises. Grâce au courage de Nikki, à sa volonté de venir en aide à ses consœurs on découvre le combat quotidien de ces femmes soumises, et le choc des cultures. Une histoire croustillante, émouvante, qui soulève le problème des femmes occidentales qui doivent faire face aux traditions ancestrales malgré un immense désir de liberté. Un récit parsemé d’amour et d’humour, aussi épicé que les plats traditionnels, aussi coloré que les saris de leur pays. Une histoire qui allie modernité et traditions. Dépaysement garanti, un beau voyage en compagnie de femmes touchantes qui vont unir leurs forces pour atteindre leur but et résoudre une terrible affaire. Ne vous privez surtout pas de ce roman  » Bollywood ” qui risque d’en surprendre plus d’une. Née à Singapour, Balli Kaur Jaswal a passé sa vie entre le Japon, la Russie, les États-Unis et l’Europe. Premier de ses romans publié en France, le Club des veuves qui aimaient la littérature érotique, a rencontré un fort succès lors de sa publication internationale et a été sélectionné par Reese Witherspoon pour son fameux book club. Je remercie Carine du cercle des Éditions Belfond pour m’avoir fait voyager aux pays des mille et une nuit.

 » Dieu ne tue personne en Haïti ”

Dieu ne tue personne en Haïti de Mischa Berlinski aux Éditions Albin Michel

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Renaud Morin

” Il existe un proverbe créole, « Pas gen mort Bon-Dieu nan Haïti », qui signifie littéralement : « Dieu ne tue personne en Haïti », et, métaphoriquement, que personne n’y meurt de mort naturelle. Quand la souffrance semble dénuée de cause évidente, ils en invente une, et la chose qui permet de passer de cause à l’effet est le surnaturel. Quand on raisonne de cette manière, chaque mort est un meurtre, chaque infortune un crime ; et le monde s’éclaire alors d’une sorte d’affreuse logique meurtrière.

C’est précisément le genre d’histoire que je vais vous raconter ici. “

Jérémie, une petite ville d’Haïti nommée « La cité des Poètes » en raison du nombre d’écrivains , de poètes et d’historiens qui y sont nés semble coupée du monde faute de routes praticables. C’est là, qu’atterrit Terry White, ancien shérif de Floride, après avoir accepté un poste aux Nations unies.

 » Terry W . avait été shérif adjoint du conté deWatsonville, dans le nord de la Floride, non loin de la frontière avec la Géorgie, et rien dans son apparence ne démentait le stéréotype du policier sudiste : un bon mètre quatre-vingt, les épaules larges, la taille et les jambes épaisses, et de fortes mains de boxeur. “

Il s’intègre plutôt bien à la vie locale et découvre l’univers politique. Il sympathise avec Joël Célestin, un jeune juge, qu’il convainc de se présenter aux élections et de prendre la place de Maxime Bayard, un homme aussi charismatique que corrompu. Mais le charme irrésistible de Nadia, la femme du juge risque de le perturber méchamment …

 » Même si vous regardez, même si ça se passe sous votre nez, parfois vous ne voyez l’histoire. Et après vous vous demandez pourquoi vous êtes toujours surpris du cours des évènements. “

Ce que j’en dis :

Pas facile de parler d’un roman si dense qui m’a beaucoup plus dans l’ensemble pour sa richesse culturelle et cette multitude d’histoire dans l’histoire.

L’auteur nous dépeint Haïti, fort de son expérience, sa beauté mais aussi sa pauvreté qui ne fait que s’accentuer face à l’absence de route, un enjeu économique énorme dont cette petite ville est privée. À travers cette comédie satirique où derrière chaque pan du tissu social et culturel flotte le fantôme du vaudou, se prépare une campagne électorale.

Une pointe d’humour et de tragique , un portrait féroce du pouvoir, une histoire d’amour, une pincée de vaudou et voilà une incroyable histoire offerte par un conteur hors pair.

Une bien belle découverte.

Né à New York, Mischa Berlinski a été journaliste avant de se consacrer à l’écriture. Son premier roman, Le Crime de Martiya Van der Leun ( Albin Michel, 2010), finaliste du National Book Award, a été traduit dans une dizaine de langues et récompensé par le prestigieux Whiting Award. Entre 2007 et 2011, il a vécu en Haïti avec son épouse, alors membre du personnel civil de la Mission des Nations unies en Haïti ( MINUSTHA), une expérience qui a nourri son deuxième roman, Dieu ne tue personne en Haïti.

Il vit aujourd’hui à New York avec sa famille.

je remercie les Éditions Albin Michel pour ce beau voyage livresque en Haïti