“ Rendez-vous au 10 avril ”

Rendez-vous au 10 avril de Benoît Séverac aux Éditions Pocket

” Lafage a fait la guerre, et même si pour lui, elle est finie, il me comprend. Il sait ce que c’est. Il sent mes relents de vinasse sans faire une moue dégoûtée. Il sait que je bois pour tuer cette odeur de chair en putréfaction qui sortirait de ma bouche si je ne chargeais pas mon haleine d’alcool. “

Toulouse, 1920. Trois ans que la Grande Guerre est terminée, et chacun tente du mieux qu’il peut de reprendre sa place. Pour certains c’est plus difficile, ils doivent composer avec leurs fantômes et les douleurs qui les accompagnent. Alors pas étonnant que certains soient tombés dans la bouteille comme l’inspecteur Puma, un vétéran, rescapé de cette sale guerre.

 » Plus assez vivant pour demeurer debout et sans doute pas assez mort pour m’allonger définitivement. “

Et pourtant lorsque deux meurtres perturbent l’équilibre de la ville, lui seul, osera affronter la situation.

Malgré ses allures de clochard et son détachement pour les sentiments il mettra tout en œuvre pour briser la chape du silence et faire éclater la vérité, que tente de dissimuler l’école vétérinaire de Toulouse, qui semble reliée à ces deux meurtres.

Ce que j’en dis :

Je retrouve la plume de Benoît Séverac que j’avais découverte dans son dernier polar 115 ( ma chronique ici) édité à la Manufacture de livres, avec grand plaisir.

Une fois encore je suis sous le charme de son style. Avec talent, il met en scène un personnage atypique auquel on s’attache forcément. Un homme perclus de douleurs autant physiques que morales qui donne au récit une réelle authenticité, jusqu’au final aussi noir que le désespoir qui l’accompagne.

Une intrigue subtile située à Toulouse dans les années vingt, une ville chère à l’auteur, qui dénonce certains passe-droits que s’était octroyée la bourgeoisie pendant la guerre, mais également les séquelles dont les poilus survivants étaient atteint.

Sans oublier l’univers des vétérinaires présent également dans ses autres romans.

Pour faire simple, j’ai été autant transporté par l’histoire que subjugué par l’écriture. Une fois commencé il m’a été impossible de poser ce roman noir absolument fabuleux.

Benoit Séverac, tout comme le soleil de Toulouse est vraiment brillant.

Un auteur que je vous invite à découvrir absolument.

Je n’hésiterai pas à vous parler de ses autres récits que je compte bien lire prochainement.

Si vous avez aimé : Après la guerre d’ Hervé Le Corre ou encore : Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre, Rendez-vous au 10 avril de Benoît Séverac est dans la même lignée, alors ne vous privez pas d’un merveilleux moment de lecture.

Benoit Séverac est auteur de littérature noire et policière, adulte et jeunesse. Ses enquêtes reposent sur un contexte social décortiqué. Certains de ses romans ont été traduits aux États-Unis ou adaptés au théâtre. Il collabore à divers projets mêlant littérature et arts plastiques, photographies…

Il prend également part à des productions cinématographiques. Le chien arabe, prix de l’embouchure 2016, a paru chez Pocket en 2017 sous le titre Trafics. En 2017, 115 a paru à La Manufacture de livres. Il est également l’auteur de cinq roman chez Syros, dont Une caravane en hiver (2018). Wazhâzhe, son premier roman commun avec Hervé Jubert, a paru en 2018 aux éditions Le Passage. Benoit Séverac enseigne aussi l’anglais au Diplôme national d’œnologie et à l’École vétérinaire de Toulouse, où il vit.

Je remercie les éditions Pocket pour cette merveilleuse lecture.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s