“ Balles perdues ”

Balles perdues de Jennifer Clement aux Éditions Flammarion

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Patricia Reznikov

Ma mère avait arrêté le moteur de la Mercury sous un panneau qui annonçait : Parking Visiteurs. Elle pensait qu’on y resterait qu’un mois ou deux, mais en fait nous y sommes restées quatorze ans. “

Pearl vit à bord d’une Mercury avec sa mère sur le parking d’un camp de caravanes en Floride. Sa vie pourrait paraître triste, mais elle est bercée par les chansons d’amour que lui fredonne sa maman, déjeune dans de la porcelaine de Limoges dans une atmosphère  » Raid  » pour éloigner les suceurs de sang.

Ma mère avait raison. Dans notre coin de Floride, tout était perturbé. La vie était toujours comme une chaussure qu’on aurait mise au mauvais pied. “

Et pourtant, malgré tous les conseils maternels qu’elle lui prodigue, quand un mystérieux bellâtre surgit et envahit peu à peu leur espace les beaux jours semblent s’éloigner, et leur complicité se fragilise.

” Quand je repense à ma vie dans la voiture, je la vois divisée en deux parties : avant que ma mère ne rencontre Eli et après. Ces mots, avant et après, sont comme des heures marquées sur une pendule. “

Tout bascule, quand Pearl prend conscience de l’importance des armes qui circulent autour d’elle.

 » Dans notre coin de Floride, on avait tendance à faire cadeau d’une balle à tout et n’importe quoi. Juste pour le plaisir. “

Le camps semble caché derrière ses airs de refuge, un véritable trafic d’armes.

Et quand les armes sont de sorties, on est jamais à l’abri de balles perdues.

” Tu crois que tu as eu ta dose de tragédie, et voilà. Tu crois que la situation est peut pas être pire et qu’à présent tu es sauvée. Mais la tragédie ce n’est pas comme un médicament. On ne te donne pas une dose définie, dans une cuillère ou dans un comprimé. La tragédie s’invite en permanence. “

Ce que j’en dis :

Dès les premières pages, Pearl avec sa voix tout juste sortie de l’enfance nous confie son histoire peu ordinaire. Cette jeune demoiselle très éveillée et très débrouillarde porte déjà un regard très réaliste sur le monde qui l’entoure. Elle a déjà compris que la vie ne fait pas de cadeau et qu’il faut profiter de tous les petits bonheurs qu’elle nous offre tout en restant vigilante.

Non démunie de fantaisie mais aussi d’esprit, cette histoire dénonce le sort des plus démunis, mais aussi les ravages causés par toutes les armes qui circulent aux États-Unis.

J’ai retrouvé avec grand plaisir la plume lyrique de l’auteur, qui m’avait déjà conquise à travers son précédent roman : Prières pour celles qui furent volées, où elle restituait le destin parfois cruel de jeunes filles en fleurs.

Une auteure qui dévoile son côté féministe et engagée avec une plume pleine de tendresse, d’humour et d’amour où la poésie l’emporte sur la tragédie.

Un très beau roman, assez bouleversant qui fait sourire et qui attire parfois les larmes. On ne peut rester indifférente à l’histoire de Pearl et à la magnifique écriture qui l’accompagne.

Il fait bon de retrouver une écrivaine que l’on apprécie énormément et partager avec les futurs lecteurs son enthousiasme, en espérant qu’ils se laisseront convaincre par ce joli coup de cœur.

Jennifer Clement est née en 1960 à Greenwich, dans le Connecticut. Elle est poète, biographe et romancière. Elle a reçu le Grand prix des lycéennes du magazine Elle pour son roman Prières pour celles qui furent volées (Flammarion, 2014). Depuis octobre 2015, elle préside le PEN International. Elle vit désormais à Mexico.

Je remercie Babelio et les éditions Flammarion pour m’avoir permis de bien commencer cette nouvelle rentrée littéraire avec ce roman plein de charmes.

Publicités

4 réflexions sur ““ Balles perdues ”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s