“ Smile ”

Smile de Roddy Doyle aux Éditions Joëlle Losfeld

Traduit de l’anglais (Irlande) par Christophe Mercier

Elle m’a sauvé. C’est ce qu’a fait Rachel. Elle m’a sauvé et, plus tard elle m’a porté. Son assurance, la façon dont elle m’agrippait, m’attirait en elle, tournait le dos et restait la patronne, sa capacité à gémir, la façon dont elle envisageait le sexe, prenait et donnait – maintenant, je me rends compte que ça m’a sauvé. Ça me stupéfiait et ça me formait. J’étais tombé amoureux d’une adulte. Je n’étais pas un imposteur, c’est juste que j’avais été lent à démarrer. ”

Victor Forde vient de se séparer de l’amour de sa vie. Anéanti, il retourne vivre dans le quartier dublinois de son enfance. Pour combler le vide de sa nouvelle vie, il se force à sortir et se rends dans le même pub chaque soir. C’est là qu’un soir il va rencontrer Ed Fitzpatrick, une vieille connaissance dont il a du mal à se souvenir.

Je n’appréciais pas Fitzpatrick. Mais il m’avait ramené tellement loin en arrière ; c’était l’appât, le leurre. Il ne s’agissait pas de nostalgie. Je ne le pense pas. ”

On ne peut pas dire qu’il apprécie sa compagnie, mais en sa présence, leurs souvenirs communs d’écoliers chez les frères chrétiens, semblent prendre une tournure différente. Il semble avoir occulté une partie de ce passé.

Et je plaisais à cet homme violent avec la tête de Desperate Dan. Je le savais – tout le monde le savait – à cause d’une chose qu’il avait dite plus de deux ans plus tôt, quand j’avais treize ans.

« Victor Forde, je ne peux résister à ton sourire. »

C’était comme une réplique de film, prononcé à un très mauvais endroit. Je savais que j’étais foutu. “

Ed Fitzpatrick semble être le détonateur qui va faire exploser sa boîte à secret. Va-t-il enfin pouvoir affronter la réalité ?

Ce que j’en dis :

Voilà le genre de roman que l’on aime croiser dans une vie de lectrice. Un roman choc qui te mets K.O et qui prend sens dans sa finalité absolument sidérante.

Dans cette histoire, l’auteur aborde différents thèmes, tels que le divorce, la solitude, les séquelles liés à certains souvenirs refoulés qui cachent un sujets on ne peut plus tabou : la pédophilie dans les écoles chrétiennes instituées par des ” frères ”, véritable scandale qui a détruit la vie de milliers de jeunes irlandais.

Mais ce qui fait la force de ce récit, c’est la manière dont toute cette histoire est présentée, ses enchaînements, cette introspection dans la vie de cet homme qui semble perdre pieds jour après jour.

Un livre coup de poing, qui te coupe le souffle.

C’est osé, inventif, ingénieux, surprenant, bouleversant, étrange, un shot irlandais explosif.

Né à Dublin en 1958, Roddy Doyle est l’un des écrivains majeurs de la littérature irlandaise contemporaine. Il est l’auteur de la célèbre trilogie de Barrytown – The Commitments, The Snapper, The Van – (collection « Pavillons poche », 2018, 2009, 2016), portée à l’écran par Alan Parker (1991) et Stephen Frears (1993), ainsi que de Paddy Clarke Ha ! Ha ! Ha ! lauréat du Booker Prize en 1993 (également en « Pavillons poche », 2016) .

Smile est son douzième roman.

Je remercie les Éditions Joëlle Losfeld pour ce roman percutant.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s