“ Made in Trenton”

Made in Trenton de Tadzio Koelb aux Éditions Buchet. Chastel

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Marguerite Capelle

Dans le New Jersey en 1946, tout juste sortie des horreurs de la guerre, travailler dans l’industrie florissante de Trenton est une des clés de l’émancipation pour les américains des classes populaires.

Malgré les craintes qui le faisaient trembler, personne ne lui avait alors demandé quoi que ce soit d’autre que son nom. Quand il l’avait dit pour la première fois à voix haute, il avait senti la panique transpercer sa poitrine, un abîme sans limites. Cela faisait des jours qu’il passait pour lui-même, sans rien dire d’autre, à personne, comme une prière à un dieu disparu qu’il s’était mis à réciter dès l’instant où il avait vu l’annonce manuscrite dans la vitrine du café- restaurant – On recrute – et qu’il répétait à l’infini, comme une incantation, tentant frénétiquement de repousser le moment fatidique. ”

Le rêve américain envahit la population et le mystérieux Abe Kunstler, nouveau venu à l’usine est bien décidé à se tailler une part du gâteau.

Travailleur, obstiné, bon camarade, buveur émérite, Abe est l’archétype du col bleu, sauf que Abe a un secret.

” – une liste trop longue de choses entreposées dans une pièce dont la porte menaçait à tout instant de s’ouvrir à la volée sur un désastre de révélations . “

De l’après guerre au Vietnam, l’histoire d’Abe Kunstler nous montre combien ce rêve américain est une machine implacable qui broie tous ceux qui ne sont pas nés dans la bonne classe, le bon corps, ou la bonne couleur de peau.

Confronté à une société américaine au conformisme impitoyable, enlisé dans une vie de mensonges et menacé de voir son terrible secret révélé, jusqu’où Abe sera-t-il prêt à aller pour préserver l’existence qu’il s’est durement forgé ?

Il se couvrit le visage de sa main odorante ; l’autre, il la posa sur son corps, un pèlerinage auprès de son ancien moi qui ne lui plaisait guère, mais qui était aussi essentiel, naturel d’une certaine manière à l’homme qu’il était devenu. “

Ce que j’en dis :

Si j’ai choisi de garder pour moi le secret de Abe Kunstler c’est avant tout que je trouve dommage qu’il soit révélé sur la quatrième de couverture. Même si le roman en révèle bien plus, je préfère découvrir ce genre d’information primordiale au cours de ma lecture. Néanmoins il est fortement intéressant de découvrir l’imagination et la machination phénoménale mise en place par Abe pour justement donner l’illusion parfaite à ce secret.

Pour un premier roman, l’auteur fait une entrée remarquable avec un récit plutôt original qui nous plonge dans une noirceur absolue dans l’Amérique de l’après-guerre.

La plume de Tadzio Koelb est rude et assez sophistiquée et demande parfois une attention particulière afin de ne pas perdre le fil de cette histoire.

Un texte fort, plutôt violent qui réserve de belles surprises et qui plaira aux lecteurs exigeants.

Une très belle découverte de cette rentrée littéraire.

Tadzio Koelb, est auteur, journaliste et traducteur américain. Ses articles ont été publiés par The New York Times et The Times Liberaty Supplement, entre autres prestigieux journaux. Il enseigne à l’Université de Rutgers (New Jersey) et vit à New-York. Il a traduit en anglais le roman Paludes d’André Gide.

Made in Trenton est son premier roman.

Je remercie les Éditions Buchet.Chastel pour cette révélation saisissante.

Publicités

13 réflexions sur ““ Made in Trenton”

    1. Je la lis rarement aussi, uniquement quand je fais ma Chronique pour ne jamais en dire plus voir moins, après c’est interessant de voir comment il va s’y prendre, une imagination et une machination incroyable pour faire illusion. ( vais rajouter à ma Chronique parfois les arguments viennent après les échanges)

      Aimé par 1 personne

  1. Ping : Billet récapitulatif du mois américain 2018 | Plaisirs à cultiver

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s