“ Taxi ”

Taxi de Carlos Zanón aux Éditions Asphalte

Traduit de l’espagnol par Olivier Hamilton

” On l’appelle Sandino, mais ce n’est pas son prénom. C’est un surnom. (…)

Sandino n’aime pas conduire, mais il est chauffeur de taxi.

Un chauffeur triste, un chauffeur dragueur, un chauffeur gentil.

(…) Enfants, il observait la ville depuis cette terrasse, cette ville avec toutes les histoires qui allaient lui arriver. Là, dans ces bâtiments, vivaient et dormaient la femme qui l’aimerait un jour, ses amis et ses ennemis. C’est dans ces rues que se déroulerait tout ce qui n’avait pas encore eu lieu. “

Sandino l’insomniaque parcourt Barcelone à bord de son taxi, accompagné de ses clients toujours prompts à se confier.

Sa femme attend patiemment son retour pour parler, faire une mise au point, le quitter.

Infidèle, il sait ce qui l’attend et préfère fuir une fois de plus cette discussion fatidique. Commence alors une véritable odyssée de sept jours et six nuits à travailler sans relâche.

” On avance pour ne pas avoir à regarder derrière soi. Sinon, à quoi bon partir. ”

Dans cette fuite en avant, il tâche de venir en aide à Sofia, une de ses collègues qui a eut la mauvaise idée de s’approprier un bien oublié dans sa voiture.

Un service qui risque de le mettre véritablement en danger.

C’est comme mettre une balle dans le barillet d’un revolver, l’enlever et la remettre pour jouer à la roulette russe par ennui. N’importe quoi pour se sentir exister à nouveau et essayer de disparaître en même temps. “

Ce que j’en dis :

Carlos Zanón possède un style de narration propre à lui-même et nous offre une nouvelle fois un roman noir profond et des personnages complexes non démunis d’humanité.

Sandino, notre chauffeur de taxi a beau connaître sa ville par cœur, il s’est perdu en chemin et prend de nombreux détours, qui hélas ne le mettent pas à l’abri de mauvaises rencontres. Il va lui falloir bien plus qu’un GPS et surtout une bonne dose de courage pour venir en aide à sa collègue qui s’est fourré dans une drôle de galère.

À travers ce portrait d’un chauffeur de taxi, on plonge dans la noirceur de Barcelone dépeinte à merveille par une plume lyrique qui donne un peu de lumière et d’espoir à cette ville qui part à la dérive tout comme cet homme.

Un roman sombre, une belle errance urbaine où les âmes vagabondes se perdent dans l’espoir de se retrouver.

Né à Barcelone, Carlos Zanón est écrivain, scénariste, parolier et critique. Après cinq recueils de poésie, il s’est consacré au roman : Soudain trop tard et N’appelle pas à la maison (publiés chez Asphalte puis repris au Livre de poche) ont assis définitivement sa carrière d’auteur de noir. J’ai été Johnny Thunders a remporté le prix Dashiell Hammet 2015, récompensant le meilleur roman noir de l’année en langue espagnole.

Taxi est son quatrième roman publié aux éditions Asphalte.

Je remercie les éditions Asphalte pour cette belle balade à Barcelone.

Publicités

2 réflexions sur ““ Taxi ”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s