“ Empire des chimères ”

Empire des chimères d’Antoine Chainas aux Éditions Gallimard, Série Noire

Les territoires en friche, à la lisière du progrès, s’éloignent à l’est. Les lendemains de pluie, lorsque l’atmosphère est expurgée des particules de mica en suspension, une nostalgie précoce peut naître de l’immensité, devenue lumineuse et dominatrice. Les lacs aussi denses que le ciel demeurent plombés par une eau trop lourde. Il émane des rares villages alentours, moins de quatre mille habitants au total, un triomphe de l’oubli, une esthétique de l’effacement scandé par l’imminence d’une catastrophe, dont le processus semble interrompu pour un temps indéterminé. Les aubes grises succèdent aux crépuscules sans but. On a passé un pacte d’usure avec les murs, on s’y ennuie. L’enracinement paraît si profond qu’il empêche de se consumer dans les rituels féroces des temps modernes. “

1983. Dans un coin bucolique de France assez paumé, une jeune fille est portée disparue. Personne ne semble avoir remarqué quoique ce soit, pourtant ils se connaissent tous et ont tendance à savoir tout sur tout le monde.

Sa disparition est si totale, si brusque et inexplicable que l’on en vient déjà à se demander si elle a jamais existé, si son nom a simplement été prononcé. “

D’ailleurs, des rumeurs commencent à circuler et certaines personnes s’apprêtent déjà à saisir l’opportunité pour tenter de s’enrichir au passage.

” Au moment du dessert, on s’attarde sur une rumeur insistante : une multinationale du divertissement envisagerait d’ouvrir un parc à thème en France. “

Pendant que certains s’investissent dans l’enquête pour tenter de retrouver la demoiselle, certains adolescents passionnés par un jeu de rôle : l’empire des chimères, commencent à s’interroger. La frontière entre la fiction et la réalité semble se confondre et ne faire plus qu’un.

” Aucun lieu, si anodin soit-il, ne protège contre le risque d’un malheur. “

D’étranges phénomènes se produisent et sèment le doute chez les adolescents comme chez les adultes.

“ L’être humain est fait d’une obscurité insondable, dont il n’émerge qu’un bref instant. Un délai toutefois suffisant pour prendre les armes. À certains l’on confiera la cruauté et la férocité. À d’autres, la douceur et l’empathie. Le plus souvent, les hommes lutteront avec un panachage de tout cela.

Mais chacun d’eux retournera au néant avant d’avoir achevé sa guerre. « 

Un climat anormal s’installe et parasite de manière suspecte la communauté.

” La réalité qui rejoint la fiction qui, à son tour rejoint une autre réalité. “

Ce que j’en dis :

J’ai pour habitude de ne jamais lire ou très rarement les quatrièmes de couverture pour garder un maximum de surprises alors je ne vous en dirai pas plus afin qu’à votre tour, vous profitiez un maximum de ce merveilleux roman noir.

Dés les premières pages, l’histoire est captivante et il en sera ainsi pendant les 650 pages qui suivront.

Tout comme dans le jeu de rôle qui se retrouve au cœur de ce récit, l’auteur plante le décors, installe ses personnages, sème une intrigue et récolte les premiers indices qui vont nous conduire au cœur d’une histoire sociale où le pouvoir de l’argent et de la nature sont indiscutablement liés.

Et quand le fantastique flirte avec la réalité, tout semble possible même si, la folie n’est jamais loin.

A travers une plume lyrique, Antoine Chainas nous offre un roman aussi divertissant qu’enrichissant et aborde de nombreux thèmes en phase avec l’actualité de notre époque.

Qu’il s’agisse de disparition, d’enjeux économiques, de protection de la nature, de l’influence d’un jeu sur les adolescents, ou de la simple survie d’un village, cette histoire qui se déroule dans les années 80, nous prouve une fois encore que le paysage reste inchangé malgré les années passées.

 » La beauté de la France profonde a décidément un cachet bien cruel. ”

Un roman inclassable, riche et puissant porté par une langue qui l’est tout autant.

Un grand roman noir qui ravira les lecteurs exigeants tout comme je le suis devenue.

Un véritable coup de foudre.

Pour info :

Antoine Chainas, né en 1971, vit et travaille dans le sud de la France.

Il s’est imposé, à partir de 2007, comme l’un des auteurs phare de la collection « Série noire » dirigée par Aurélien Masson chez Gallimard.

Son roman « Pur » est paru en 2014 à la Série noire de chez Gallimard. Ce livre a été récompensé du Grand Prix de la Littérature Policière la même année.

« Empire des Chimères » est son sixième roman toujours édité dans la même collection.

Je remercie les Éditions Gallimard pour cette histoire aussi captivante que surprenante, absolument fantastique.

Publicités

“ Évasion ”

Évasion de Benjamin Whitmer aux Éditions Gallmeister

Traduit de l’américain par Jacques Mailhos

” Qu’est-ce que tu peux faire avec un monde pareil ? Non mais bordel de merde qu’est-ce que tu peux bien faire avec un putain de monde pareil ? “

” On est dans un putain asile de fou. “

En 1968, le soir du réveillon, douze taulards ont décidé de se faire la belle. Apparemment les festivités de la prison d’Old Lonesome, située dans une petite ville du Colorado au pied des montagnes des Rocheuses, avaient tout pour leur déplaire.

– Ce monde est conçu pour te briser le cœur, dit-il. Allez on se tire d’ici, enfoiré. “

L’évasion ébranle les habitants, une chasse à l’homme est mise en place aussitôt pour tenter de capturer ces suppôts de Satan, morts ou vifs.

Le monde est tellement étrange et divers. Tu pourras toujours y trouver au moins un spécimen d’à peu près n’importe quoi. “

Une véritable meute est à leur trousse. Les gardiens de la prison, c’est quand même leur boulot, aidé d’un traqueur hors pair, mais aussi deux journalistes qui espèrent bien faire la une des journaux.

« – Une fusillade aussi ça peut faire une putain de bonne histoire. »

Sans oublier Dayton, la hors-la-loi, trafiquante d’herbe, bien décidée de retrouver son cousin qui fait partie des détenus en cavale, avant les flics.

” Ce n’est pas le genre de chose dont on peut se détourner. Dayton ne se détourne pas. “

Sous un blizzard impitoyable, les détenus prennent des chemins différents et sèment sur leurs passages une impitoyable violence dangereusement incontrôlable.

Infernale, sanglante, démoniaque, cette traque va faire couler beaucoup de sang avant de faire couler beaucoup d’encre…

Ce que j’en dis :

En 2015, je découvrais la plume noire de Benjamin Whitmer avec Pike (ma Chronique ici) et je fut immédiatement conquise autant par son style que par son histoire.

La même année il récidive et nous offre avec la complicité des éditions Gallmeister une fois encore, Cry Father et confirme mon attachement indestructible pour cette noirceur américaine absolument bien représentée dans ses œuvres.

Il m’aura fallu patienter trois années pour à nouveau me plonger dans une nouvelle Évasion livresque, mais ça valait le coup c’est certain. Cette fois les lecteurs américains vont attendre leur tour, car nous avons droit à l’exclusivité française, et l’on peut remercier Oliver (L’éditeur) pour cette délicate et magnifique attention.

Évasion nous embarque dans une tragédie contemporaine, un western moderne dans la pure tradition de l’Ouest. Une histoire inspirée d’une véritable évasion, que connu le Colorado State Penitentiary, l’une des prisons de haute sécurité de Cañon City en 1948.

L’histoire nous plonge dans une course poursuite infernale, violente et sanglante mettant en scène les fugitifs, leurs poursuivants, quelques intimes, des habitants et également deux journalistes qui de spectateurs vont devenir acteurs à part entière. Des personnages haut en couleurs qui, en une nuit vont faire de cette ville et de ses habitants un enfer.

Un désespoir sans fond qui pourtant amène le lecteur à éprouver de l’empathie pour les fugitifs, car au cœur de cette violence peut apparaître une pointe d’espoir et une once d’humanité.

En trois romans, Benjamin Whitmer a rejoint les géants du noir que j’affectionne. Son écriture brutale sans concessions mets toujours en avant les oubliés de l’Amérique, qui ont grandi entouré de violence mais aussi de pauvreté. Une manière comme une autre pour ne pas oublier d’où il vient, lui qui rêvait de devenir braqueur ou écrivain… un rebelle comme j’aime qui met tout son cœur à l’ouvrage et nous fait cadeau d’histoires extraordinaires.

Je ne sais pas ce qu’il serait devenu en tant que braqueur mais une chose est sûre, il excelle dans son rôle d’écrivain. Il est devenu un véritable conteur alors souhaitons qu’il conserve cette voie et continue la suite d’Évasion et finisse cette future trilogie qui risque bien de devenir mythique.

Pour info :

Benjamin Whitmer a grandi au milieu de la forêt et des livres. Il puise son inspiration dans ses balades, et se rends dans tous les endroits qu’il décrit pour bien s’imprégner de l’atmosphère et la retransmettre au plus juste dans ses récits. Il prends énormément de notes sur un carnet de poche qu’il garde constamment sur lui, puis retranscrit sur l’ordinateur de son domicile et plus récemment sur un petit ordinateur portable. Il écrit énormément de brouillon avant le manuscrit définitif, et voilà une chose surprenante, il détruit toutes ses notes et brouillons après avoir envoyé son manuscrit à l’éditeur qu’elles soient sur papier ou sur disque dur. Pour lui seul compte le roman terminé, il ne s’encombre pas.

Il vit aujourd’hui avec ses deux enfants dans le Colorado, où il passe son temps libre en quête d’histoires locales, à hanter les librairies, les bureaux de tabac et les stands de tir des mauvais quartiers de Denver.

Pour Benjamin, Jacques Mailhos est le meilleure traducteur du monde et le considère comme un véritable ami. Jacques Mailhos a une idée précise de ce qu’il aime.

Extrait de l’histoire interdite par Benjamin Whitmer, traduit par Jacques Mailhos parue dans le numéro 4 du magazine America :

« Comme je le répète sans cesse aux gens qui me demandent pourquoi mes romans sont si violents : si vous n’écrivez pas sur la violence, alors vous n’écrivez pas sur l’Amérique. C’est dans la violence – aussi bien sous la forme du mythe de la régénération héroïque que nous vénérons que celle de la réalité systématique écrasante que nous ignorons –, c’est en elle que gisent les questions fondamentales de l’identité américaine. La tension entre ces deux polarités constitue ce que nous sommes. (…)

Et c’est ce à quoi nous assistons en Amérique, dans toutes les communautés : à une prise de conscience de la manière dont la violence fonctionne dans notre pays. Ce n’est pas joli à voir. C’est parfois raciste. C’est misogyne. Mais cela vient aussi des gens qui, historiquement, ont toujours fait confiance à la violence et au pouvoir américains. Ces gens se réveillent et ils constatent que cette confiance est totalement dilapidée. Nous continuons peut-être à fêter Thanksgiving, mais nous ne sommes plus certains de l’objet exact de nos remerciements. C’est à mon sens le seul premier pas qui puisse nous mener quelque part. »

Je remercie les Éditions Gallmeister pour ce nectar noir que j’ai savouré sans modération.

“ L’Amérique à Oron ”

En suisse tout le monde sait que l’on trouve de magnifiques Coucous

mais également du chocolat

Et ce n’est pas Christian Kiefer, amoureux du Tobleronne qui dira le contraire…

Mais si vous passez par Oron, vous ne pourrez pas rater cette magnifique librairie (maintenant que je vous en parle).

Cette magnifique librairie du Midi est gouvernée par une capitaine amoureuse des livres ET de littérature américaine et organise (aidé par son formidable libraire ❤️et une équipe extraordinaire) depuis deux ans, un merveilleux festival littéraire qui amène l’Amérique en terre vaudoise.

À cette occasion, j’ai eu la chance de faire sa connaissance et de retrouver les auteurs que j’avais pour la plupart entrevu au Festival America, à Vincennes le week-end précédent.

Cette fois ce fut davantage plus intime (attention certaines photos risquent de déclencher des petites pointes de jalousie, mais je vous pardonne) et vraiment extraordinaire.

Un petit verre avec les auteurs (Mais où est Jean ?)

Pendant trois jours, j’ai profité un maximum des conférences magnifiquement organisées, chaque auteur était entouré de son interprète et avait à disposition un feuillet d’accompagnement pour ne jamais se perdre dans les questions. Une idée formidable et parfois nécessaire pour certains auteurs qui avaient tendances à perturber la classe. Mais comme c’était bien toutes ces rigolades même si j’étais souvent en décalé vu mon niveau d’Anglais 😂😂😂d’où l’importance des traducteurs et des traductrices.

Vous l’aurez compris on s’est instruit et on a bien rigolé. Toujours intéressant d’en découvrir davantage sur les auteurs, leurs livres et d’écouter des anecdotes en aparté.

Petite question subsidiaire : à votre avis lequel de ces auteurs a sept enfants ? Un indice : 6 filles et un garçon😉

et quand Jean Hegland se lâche et s’exprime, t’es ravie d’avoir capturé l’instant magique …

De Vrais moments de bonheur étalés sur trois jours, c’est même meilleur que le chocolat. Et ça fait pas grossir, uniquement ta bibliothèque 😂

Ne dites rien à mon banquier, déjà qu’il s’interroge sur ma virée en Suisse…

Et pourtant j’ai été sage, comme une image, regardez …

C’est vrai j’avoue je me suis fait quelques cadeaux mais bon voilà quand t’as l’occasion d’écouter en concert un formidable groupe qui ce soir – là officiait dans une boucherie, tu repars avec le CD, obligé…

et pour le plaisir des oreilles, un autre concert sur la place du Festival, The Shoesshine Boys qui ont interprété de formidable morceaux de Johnny Cash (entre autre)

L’occasion était donnée également de revoir l’extraordinaire film : un homme presque parfait adapté du formidable roman de Richard Russo.

mais aussi d’assister à une lecture en musique du magnifique roman : Construire un feu de Jack London .

Le dernier jour finit en apothéose avec une formidable joute de traduction tout d’abord avec Sophie Aslanides et Anatole Pons qui se sont prêtés au jeu d’une traduction d’un texte de Laura Kasischke, avec la participation de Céline Leroy qui a représenté à merveille Laura qui était hélas absente du festival pour raison de santé.

Cette formidable joute était animée par Johanne Boulat.

Céline Leroy est la traductrice de Laura Kasischke depuis plusieurs parutions.

Évidemment, comme j’ai été très sage, me suis offert une belle image auprès du Stand de Lucien qui a réalisé des sérigraphies en mettant à contribution des artistes pour représenter un livre de ses auteurs préférés, je vous laisse admirer les tableaux.

Vous pouvez retrouver ces affiches sur Instagram en cliquant sur l’arbre à bouteille ou en envoyant un e-mail à Lucien pour plus d’info ou vous faire plaisir si vous êtes sage vous aussi.

“ 12 romans 12 affiches ! larbreabouteilleseditions@gmail.com

Entre chaque moment, l’occasion pour les lecteurs de rencontrer les auteurs et profiter parfois d’un moment d’inattention pour voler des extras quand les manches se relèvent à l’occasion des dédicaces.

Puis arriva le moment tant attendu : une course de bateaux entre les auteurs et les enfants qui avaient construit leur propre bateau. Moment inoubliable, tricheur en vue, et auteurs aussi heureux que le public.

Vous l’aurez compris, ce festival est formidable et accessible à tous les lecteurs (qui ont peur des grands salons). Ce week-end était synonyme de bonheur, d’amitié, de rencontres , de retrouvailles, de bonnes bières vaudoises, de bons hamburgers frites, de musique, de livres, de livres et de livres…. mais aussi de rire, d’amour, des bisous, de la folie, (c’est trop bon la folie).

Un week-end magique que je clôturerai tout d’abord en remerciant Aude qui m’a chaleureusement reçu,

puis Yanike qui m’y a accompagné (en grande partie)

mais également toute l’équipe qui officiait autour de Marie

et Marie sans qui tout cela n’aurait pas été possible, dont l’immense joie fait tellement mais tellement plaisir à voir. (Grand merci à Christophe Chammartin d’avoir immortalisé ce bonheur ❤️)

Goodbye and see you in 2020🇨🇦🇺🇸📖❤️

“ Tremblement de temps ”

Tremblement de Temps de Kurt Vonnegut aux Éditions Super 8

Traduit de l’anglais (États-Unis ) par Aude Pasquier

Le monde entier est un théâtre, et tous les hommes et les femmes de simples acteurs. “

En 2001: un « tremblement de temps temporel » renvoie le monde entier en 1991. L’occasion peut-être de corriger certaines erreurs et d’éviter certaines catastrophes ? Et bien non, tout recommence à l’identique. L’humanité poursuit sa course infernale avec nonchalance.

” À croire que nombreux attendent la mort et d’être délivré de leur vie. “

Le pitch laisse présager un roman de science-fiction et pourtant l’auteur culte d’Abattoir 5 n’a pas eu envie de l’écrire, mais a eu envie de digresser autrement en embarquant le lecteur dans un étourdissant voyage au pays de la fiction.

” Je rentre à la maison. Je me suis sacrément amusé. Écoutez nous sommes sur terre pour glandouiller. Ne laissez personne prétendre autre chose ! “

Ce que j’en dis :

L’auteur pose un regard acerbe sur la société américaine. Il médite brillamment sur son pays, sur la guerre, lui l’ancien soldat qui fut un temps prisonnier, mais aussi sur la famille, les amis, sur la vie et les choix qui la composent.

” Beaucoup de gens échouent parce que leur cerveau, leur éponge d’un kilo et demi imbibée de sang, leur pâtée pour chien, n’est pas assez performante. La cause d’un échec peut être aussi simple que ça. Certains ont beau s’efforcer, ils ne cassent pas trois pattes à un canard. Point final ! “

Un récit autobiographique où Kurt Vonnegut se livre à cœur ouvert, sans fards et

pourtant cet OLNI a bien failli ne pas voir le jour.

Une lecture qui est parfois déroutante mais qui régale par son côté grinçant et très atypique. Une plume plutôt sarcastique, satyrique qui résonne avec un réalisme surprenant. Remplis d’aphorismes, le lecteur reste captivé et se laisse embarquer dans un univers étrange.

L’absurdité du monde dans toute sa splendeur.

Un récit subversif, assez mordant et plutôt jouissif qui va réjouir ses fans.

Pour info :

Avec son frère et sa sœur, Kurt Vonnegut Jr grandit dans une famille aisée. Son père, Kurt Sr, architecte, perd toute sa fortune dans la Grande Dépression. En 1940, Kurt entre à la Cornell University, étudie la chimie et la biologie selon le désir de son père, mais se distingue comme éditeur du Cornell Daily Sun. Il quitte l’université en 1943 pour s’engager dans l’armée et est fait prisonnier par les Allemands lors de la bataille des Ardennes. Il se retrouve alors à Dresde, en Allemagne, enfermé au sous-sol d’un abattoir, le Slaughterhouse Five. Pendant la nuit du 13 février 1945, la ville est bombardée par les Alliés. On dénombre 130000 morts en deux jours. Kurt, toujours enfermé au sous-sol de l’abattoir, et l’un des rares survivants et sera ainsi chargé par les Allemands de rassembler les corps des victimes pour les brûler. Il est libéré par l’armée Rouge en mai 1945.

Cette expérience donnera corps à son roman le plus connu, Abattoir 5, paru en 1969. Après la guerre, Kurt poursuit des études d’anthropologie à la Chicago University et obtient son diplôme grâce au succès de son livre Le Berceau du chat (1963), alors qu’il a déjà quitté l’université depuis plusieurs années. Il travaille comme publicitaire chez General Electric lorsqu’il publie Le Pianiste déchaîné (1952), Les Sirènes de Titan (1959) et surtout Abattoir 5 (1969), et Le Petit Déjeuner des champions (1973), ses textes les plus connus.

Les romans de Kurt Vonnegut, pessimistes et satiriques, combinent réalité, science-fiction et fantasy pour peindre avec une plume acérée les horreurs, les absurdités et l’aliénation de la vie moderne, les effets de la technologie sur les hommes et des personnages en quête de sens dans un univers absurde. Il reste un des écrivains les plus étudiés sur les campus universitaires aux États-Unis, et ses ouvrages ont influencé plusieurs générations d’étudiants, lui conférant le statut d’auteur culte outre-Atlantique. Son nom est régulièrement cité dans des œuvres de la culture populaire, des Simpsons à Strangers Things. L’astéroïde 25399 Vonnegut a été nommé en son honneur.

Je remercie les Éditions Super 8 pour ce voyage intemporel grinçant à souhait.

“ Les heures rouges ”

Les heures rouges de Leni Zumas aux Éditions Les Presses de la Cité

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anne Rabinovitch

” Deux ans plus tôt, le Congrès américain a ratifié l’amendement sur l’identité de la personne, qui accorde le droit constitutionnel à la vie, à la liberté et à la propriété à un œuf dès l’instant de sa conception. L’avortement est aujourd’hui illégal dans les cinquante États. Les avorteurs peuvent être accusés de meurtre au second degré et les femmes désireuses d’avorter, de complicité de meurtre. La fécondation in vitro est également interdite au niveau fédéral, parce que l’amendement condamne transfert d’embryons du laboratoire dans l’utérus ( Les embryons ne sont pas en mesure d’y consentir) . “

Non loin de Salem dans l’Oregon aux États-Unis, suite à la ratification de l’amendement sur l’identité de la personne, l’avortement est interdit, l’adoption et PMA pour les femmes seules sur le point de l’être aussi. Le destin de quatre femmes est sur le point de basculer.

« Il y a deux ans à peine a-t-elle rappelé – crié, en réalité – l’avortement était légal dans ce pays, mais aujourd’hui nous en sommes réduites à nous jeter au bas de l’escalier. »

Il y a Ro, professeure célibataire, qui se débat d’une part avec un projet de biographie d’Elvør Minervudottir, une exploratrice islandaise et qui tente d’autre part de concevoir un enfant.

Susan est quand à elle déjà mère de deux enfants, mais est lasse de sa vie de mère au foyer. Sa vie est devenue d’une banalité affligeante. Elle n’envisage plus de procréer et redoute même un accident.

” À l’âge de trente ans, lorsqu’elle s’est retrouvée enceinte de Bex, l’épouse a eu l’impression de glisser sous une porte de garage en train de se refermer. “

Mattie, une des meilleures élèves de Ro, entrevoit l’avenir sereinement. Elle s’imagine très bien une carrière scientifique et elle peut compter sur ses parents adoptifs pour l’y encourager. Par curiosité, et pour la première fois elle expérimente l’amour charnel…

Et enfin, Gin la guérisseuse, qui vit en marge de la société et se voit accusée de sorcellerie.

Elle ne devrait pas se laisser prendre à guetter la fille. Les gens la considèrent déjà comme une personne dérangée, une farfelue des bois, une sorcière. Elle est plus jeune que les sorcières à balai qu’on voit à la télé, mais ça ne les empêche pas de chuchoter. “

Quatre femmes qui voient leur destin se lier à l’aube de cette nouvelle ère.

Ce que j’en dis :

À travers ce roman choral qui donne la voix à quatre femmes de tous âges, Leni Zumas nous offre un roman engagé, féministe sans être pour autant militant.

Elle aborde d’importants sujets tels que l’avortement, la PMA, l’adoption, qui prêtent parfois à polémique dans un monde qui revient sans cesse sur des lois qui ont mis déjà tant de temps à accorder certains privilèges aux femmes, qu’elles soient seules ou en couple. Il suffit d’un changement de gouvernement pour que tout soit remis en question. Il est d’autant plus difficile de l’accepter face à un pays qui laisse circuler des armes qui permettent de tuer bien plus brutalement et parfois sans même une raison valable. Une ironie de plus qui ne peut que m’insurger.

Présenté de manière fort intéressante, ce roman au ton parfois cynique donne une parfaite représentation de ce que certaines femmes subissent au quotidien dans leurs parcours et dans leurs désirs d’être mère ou pas. Des femmes qui connaissent la douleur mais qui ne perdent jamais espoir de s’affranchir de leur condition.

Un premier roman qui ne laisse pas indifférent.

Leni Zumas habite Portland, Oregon, où elle est professeure agrégée. Elle est l’auteure de deux romans, Red Clocks et The Listeners, et d’un recueil de nouvelles.

Les heures rouges est son premier roman à paraître en France.

Je remercie Léa, créatrice du Picabo River book club et les éditions Les Presses de la Cité pour cette lecture avant-gardiste.