“ L’Amérique à Oron ”

En suisse tout le monde sait que l’on trouve de magnifiques Coucous

mais également du chocolat

Et ce n’est pas Christian Kiefer, amoureux du Tobleronne qui dira le contraire…

Mais si vous passez par Oron, vous ne pourrez pas rater cette magnifique librairie (maintenant que je vous en parle).

Cette magnifique librairie du Midi est gouvernée par une capitaine amoureuse des livres ET de littérature américaine et organise (aidé par son formidable libraire ❤️et une équipe extraordinaire) depuis deux ans, un merveilleux festival littéraire qui amène l’Amérique en terre vaudoise.

À cette occasion, j’ai eu la chance de faire sa connaissance et de retrouver les auteurs que j’avais pour la plupart entrevu au Festival America, à Vincennes le week-end précédent.

Cette fois ce fut davantage plus intime (attention certaines photos risquent de déclencher des petites pointes de jalousie, mais je vous pardonne) et vraiment extraordinaire.

Un petit verre avec les auteurs (Mais où est Jean ?)

Pendant trois jours, j’ai profité un maximum des conférences magnifiquement organisées, chaque auteur était entouré de son interprète et avait à disposition un feuillet d’accompagnement pour ne jamais se perdre dans les questions. Une idée formidable et parfois nécessaire pour certains auteurs qui avaient tendances à perturber la classe. Mais comme c’était bien toutes ces rigolades même si j’étais souvent en décalé vu mon niveau d’Anglais 😂😂😂d’où l’importance des traducteurs et des traductrices.

Vous l’aurez compris on s’est instruit et on a bien rigolé. Toujours intéressant d’en découvrir davantage sur les auteurs, leurs livres et d’écouter des anecdotes en aparté.

Petite question subsidiaire : à votre avis lequel de ces auteurs a sept enfants ? Un indice : 6 filles et un garçon😉

et quand Jean Hegland se lâche et s’exprime, t’es ravie d’avoir capturé l’instant magique …

De Vrais moments de bonheur étalés sur trois jours, c’est même meilleur que le chocolat. Et ça fait pas grossir, uniquement ta bibliothèque 😂

Ne dites rien à mon banquier, déjà qu’il s’interroge sur ma virée en Suisse…

Et pourtant j’ai été sage, comme une image, regardez …

C’est vrai j’avoue je me suis fait quelques cadeaux mais bon voilà quand t’as l’occasion d’écouter en concert un formidable groupe qui ce soir – là officiait dans une boucherie, tu repars avec le CD, obligé…

et pour le plaisir des oreilles, un autre concert sur la place du Festival, The Shoesshine Boys qui ont interprété de formidable morceaux de Johnny Cash (entre autre)

L’occasion était donnée également de revoir l’extraordinaire film : un homme presque parfait adapté du formidable roman de Richard Russo.

mais aussi d’assister à une lecture en musique du magnifique roman : Construire un feu de Jack London .

Le dernier jour finit en apothéose avec une formidable joute de traduction tout d’abord avec Sophie Aslanides et Anatole Pons qui se sont prêtés au jeu d’une traduction d’un texte de Laura Kasischke, avec la participation de Céline Leroy qui a représenté à merveille Laura qui était hélas absente du festival pour raison de santé.

Cette formidable joute était animée par Johanne Boulat.

Céline Leroy est la traductrice de Laura Kasischke depuis plusieurs parutions.

Évidemment, comme j’ai été très sage, me suis offert une belle image auprès du Stand de Lucien qui a réalisé des sérigraphies en mettant à contribution des artistes pour représenter un livre de ses auteurs préférés, je vous laisse admirer les tableaux.

Vous pouvez retrouver ces affiches sur Instagram en cliquant sur l’arbre à bouteille ou en envoyant un e-mail à Lucien pour plus d’info ou vous faire plaisir si vous êtes sage vous aussi.

“ 12 romans 12 affiches ! larbreabouteilleseditions@gmail.com

Entre chaque moment, l’occasion pour les lecteurs de rencontrer les auteurs et profiter parfois d’un moment d’inattention pour voler des extras quand les manches se relèvent à l’occasion des dédicaces.

Puis arriva le moment tant attendu : une course de bateaux entre les auteurs et les enfants qui avaient construit leur propre bateau. Moment inoubliable, tricheur en vue, et auteurs aussi heureux que le public.

Vous l’aurez compris, ce festival est formidable et accessible à tous les lecteurs (qui ont peur des grands salons). Ce week-end était synonyme de bonheur, d’amitié, de rencontres , de retrouvailles, de bonnes bières vaudoises, de bons hamburgers frites, de musique, de livres, de livres et de livres…. mais aussi de rire, d’amour, des bisous, de la folie, (c’est trop bon la folie).

Un week-end magique que je clôturerai tout d’abord en remerciant Aude qui m’a chaleureusement reçu,

puis Yanike qui m’y a accompagné (en grande partie)

mais également toute l’équipe qui officiait autour de Marie

et Marie sans qui tout cela n’aurait pas été possible, dont l’immense joie fait tellement mais tellement plaisir à voir. (Grand merci à Christophe Chammartin d’avoir immortalisé ce bonheur ❤️)

Goodbye and see you in 2020🇨🇦🇺🇸📖❤️

Publicités

5 réflexions sur ““ L’Amérique à Oron ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s