“ L’écart ”

L’écart d’Amy Liptrot aux Éditions Globe

Traduit de l’anglais par Karine Reignier- Guerre

Notre écart se cache derrière une petite colline et longe la mer. À certains endroits, les maisons voisines disparaissent, et personne ne peut nous voir depuis la route. “

Grande, fine, intrépide, elle est de retour sur l’île qui l’a vu grandir. Elle revient de Londres, où tout est trop cher et où le travail se fait rare.

J’étais une enfant courageuse et téméraire. (…) Plus tard, j’ai développé un sens de la fête (et tout ce qui allait avec : alcool, drogues, rencontres, sexe) qui m’a poussée à vivre des expériences extrêmes, sans réfléchir aux conséquences qu’elles pouvaient avoir. J’étais sans cesse en quête de sensations nouvelles et je me déchaînais contre ceux qui tentaient de me mettre en garde. Je menais une existence rude, tempétueuse et chaotique. “

Elle revient de loin, elle s’est perdue en route et a bien failli se noyer dans l’alcool.

L’alcool avait pris possession de mon existence. (…) L’alcool me séparait de lui et du reste du monde. Je me déconstruisais, verre après verre. “

Elle vacille, hésite entre deux destins : retrouver Londres qui brille de mille tentations ou se reconstruire dans cet archipel des Orcades où la vie rude lui semble vide et lui fait peur.

” Au cours du printemps, je remarque une annonce pour un projet financé par la Société royale de protection des oiseaux. Les responsables locaux sont à la recherche d’un employé pour l’été. J’hésite – je continue de croire que je reprendrai bientôt à Londres le cours de ma « vraie vie » – puis je décide d’envoyer ma candidature. Le projet m’intéresse. Pourquoi ne pas tenter ma chance ? “

Difficile de laisser tomber la bouteille, alors quand cette opportunité se présente, un nouveau choix s’impose. Pour elle qui se sent depuis si longtemps à l’écart du monde, rejoindre l’Écart et ses paysages insulaires pour y chercher un oiseau nocturne, menacé et farouche comme elle, un choix qui s’impose de lui-même.

Peut-être le départ d’une nouvelle vie…

«  L’avenir ne s’annonce peut-être pas si mal, après tout. J’ai troqué les boules à facettes des discothèques pour les lumières célestes, mais je reste entourée de danseurs : soixante-sept lunes gravitent autour de moi. “

Ce que j’en dis :

J’ai choisi ce roman à l’occasion d’une opération Masse critique chez Babelio, roman qui avait attiré mon attention en lisant certains retours sur la toile.

Après cent cinquante pages laborieuses où je me noyais dans le marasme et l’apitoiement de la jeune femme, face à son problème avec l’alcool, j’ai abdiqué et mis à l’écart ma lecture.

Sur les conseils d’une lectrice qui l’avait vraiment apprécié, j’ai repris et enfin terminé ce récit. Je reconnais que cette dernière partie où l’on suit sa reconstruction est davantage intéressante et a résonné davantage en moi. Partager son quotidien, découvrir la nature et sa faune merveilleuse m’a réconcilié avec son histoire. La beauté de ces contrées lointaines a le pouvoir de nous émerveiller et de nous redonner de l’espoir, à condition d’ouvrir les yeux et de laisser entrer la lumière dans notre cœur, tout comme les étoiles s’imposent à la nuit et illuminent toute cette noirceur.

” J’ai renoncé à l’alcool, je ne crois pas en Dieu, et mes histoires d’amour se sont mal terminées, mais je trouve maintenant mon bonheur et mon ivresse dans le monde qui m’entoure. “

Un beau voyage en terre inconnue assez sombre qui s’illuminera, une fois parvenu vers d’autres rivages. (Après les 150 première pages).

Pour Info :

Surnommée « la femme du Roi caille » par les soixante-dix autres résidents de la petite île de Papay, Amy Liptrot est retournée à Orkney pour travailler à la Société Royale pour la protection des oiseaux. Elle y enregistre et documente des informations sur le Roi caille – un oiseau rare et secret qui fait son nid dans les hautes herbes et qui fait le bruit d’une cuillère traînée contre un égouttoir à vaisselle. Elle est lauréate du PEN Ackerley Prize 2017 et duWainwright Prize 2016. L’écart est son premier roman.

Je remercie les Éditions Globe et Babelio pour ce voyage dépaysant entre ciel et mer.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s