“ Fracking ”

Fracking de François Roux aux éditions Albin Michel

La jeune femme désigna de la main quelque chose de vague à l’extérieur.

– Ces foutus puits, cette puanteur, ce gaz qui brûle jour et nuit, vos bêtes qui crèvent l’une après l’autre…(…)

Karen sortit sur le perron. Un soleil blanc illuminait les pâturages. Il faisait chaud mais il était encore trop tôt pour que l’on en souffrît, les hommes comme les animaux. Karen porta son regard au loin. Les pompes à balancier allaient et venaient de manière régulière, flegmatique, suçant le pétrole dans un mécanisme aussi imperturbable que les mâchoires de ses vaches qui mastiquaient ce qu’il restait d’herbe dans la prairie. “

Tandis que l’Amérique s’apprête à élire un bouffon, les Wilson tentent de survivre dans les vastes prairies du Dakota défigurées par l’exploitation providentielle du gaz de schiste.

” Les ressources en hydrocarbures du sous-sol schisteux, jusqu’alors inexploitables en raison d’impossibilités techniques de forage, l’étaient soudain devenues grâce à la mise au point de la fracturation hydraulique, dont le recours massif avait débuté il y a tout juste quatre ans et qui laissait la porte grand ouverte à toutes sortes de spéculations et de convoitises. Avec le fracking, le rêve éternel d’indépendance énergétique de l’Amérique allait enfin se réaliser. “

Ils se battent contre le cynisme des géants pétroliers qui intoxiquent leurs terres et leur eau, et contre tous ceux qui ont baissé les bras et se sont résignés en se laissant acheter et empoisonner.

” – J’ai du mal à croire qu’on puisse être heureux en bousillant la planète mais bon…

– Lisa, je sais ce que tu penses. De mon job, du pétrole, du Fracking. Tout ce que je dis c’est que le pétrole a sauvé des types comme moi. On serait rien sans ça. Et puis, l’industrie a toujours fait des dégâts collatéraux. “

Une fois encore, la terre est maltraitée au profit de l’argent malgré les répercussions désastreuses sur la planète et sur ses habitants.

” La guerre, certains en meurent et d’autres en vivent. “

Ce que j’en dis :

Quand j’ai débuté ma lecture, j’ai repensé à ce magnifique film Erin Brockovich où Julia Roberts mène une enquête suite à la découverte des gros problèmes de santé que rencontrent les habitants d’une bourgade d’Hinkley, en Californie. Des maladies dues à la pollution de l’eau potable par une entreprise qui utilise des produits toxiques. Mais également au film Promised Land avec Matt Damon qui avait justement pour sujet les droits de forage que tentait d’obtenir une firme de gaz naturel auprès d’une communauté rurale des États-Unis, touchée par la récession économique.

À travers ce récit, François Roux nous offre un regard acéré sur cette Amérique d’aujourd’hui. Une véritable radiographie d’un monde au bord de la rupture.

Fort de ses connaissances et en véritable conteur, il réussit via ce drame familial, à éveiller les consciences face aux dangers de toujours vouloir prendre les richesses de la terre pour remplir les poches de celles des hommes sans scrupules.

Un roman social engagé qui met en scène l’Amérique profonde à travers des portraits de famille très touchants et profondément humains.

Une lecture passionnante et instructive que j’aurais juste aimé plus dense afin de profiter davantage de sa plume et pour approfondir davantage ce sujet qui mérite vraiment une attention particulière si l’on souhaite éviter une catastrophe écologique planétaire.

Une écrivain que je vais continuer à découvrir indiscutablement.

Pour info :

François Roux est réalisateur de films publicitaires, de documentaires et de vidéo-clips. Il a également réalisé plusieurs courts métrages de fiction, sélectionnés dans de nombreux festivals, en France comme à l’étranger. Il est par ailleurs auteur et metteur en scène de théâtre : il a écrit et mis en scène Petits Meurtres en famille (2006) et est l’auteur de deux autres pièces, À bout de souffle (2007) et La Faim du loup (2010). Son premier roman, La Mélancolie des loups, a été publié en 2010 aux Éditions Léo Scheer.

Il a publié également aux éditions Albin Michel : le bonheur national brut en 2014, et Tout ce dont on rêvait en 2017.

Fracking est son quatrième roman.

Je remercie les éditions Albin Michel pour cette histoire aussi révoltante que passionnante.

Publicités

13 réflexions sur ““ Fracking ”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s