“ Route 62 ”

Route 62 dIvy Pochoda aux Éditions Liana Levi

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Adélaïde Pralon

” Le premier bulletin d’information est vague, noyé au milieu d’une liste croissante de ralentissement. Sur la 710, près d’ Artesia Boulevard, un véhicule est arrêté sur la voie de droite. Accident sur la 5, en direction du nord, au niveau de Colorado Boulevard. Dans le centre-ville, entre la 4éme Rue et Hill Street, la 110 est bloquée à cause d’un piéton qui court à contresens. (…) Aucun détail. Aucune explication. Un fait au milieu des faits. “

Un homme nu court au cœur de l’embouteillage matinal de Los Angeles. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il se retrouve être le chaînon manquant qui relie différentes personnes qu’il va croiser sur sa route.

” La ville qui observait n’observe plus. La fumée d’un incendie menace maintenant le Malibu State Park. Une chanteuse a été retrouvée morte dans sa chambre d’hôtel. Et l’attention de tout le monde se tourne vers l’ouest, loin du coureur nu de la 110. Mais il était là – Tony et Ren le savent. Et il est encore là, quelque part, en train de courir, nu. On finira par le retrouver. C’est obligé. Parce que personne ne disparaît à tout jamais. Pas à Los Angeles. Pas quand tant d’yeux observent. “

Cela aurait pu être vite oublié, un fait divers vite noyé au milieu des nouvelles qui se suivent, mais pour certains il est important d’éclaircir ce mystère.

De la Cité des anges au désert des Moraves, ce roman choral nous offre une galerie de personnages aux destins singuliers, parfois en rupture avec la société, en quête de rédemption.

Une véritable course poursuite à travers ces destins liés où il faudra creuser dans ce désert brûlant pour déterrer les secrets enfouis depuis 2006.

Un voyage dans le temps à la recherche de la sortie de route qui a brisé quelques rêves au passage, mais qui laisse toujours un peu d’espoir au hasard des nouveaux chemins empruntés.

 » Intérieurement, il encourageait James, lui souhaitait d’avancer, d’empêtrer tous ces gens, de foutre le bordel dans leurs trajets. Agrippés à leur volants, allant d’un point A à un point B, ils ne savaient pas ce que c’était que d’avoir besoin de s’échapper. “

Ce que j’en dis :

J’ai découvert la plume d’Ivy Pochoda avec son premier roman De l’autre côté des docks que j’avais adoré, une histoire extraordinaire qui explorait l’univers des laissés pour comptes avec beaucoup d’émotions, j’étais donc impatiente de la retrouver et de parcourir à travers ces lignes, la route 62.

L’auteure tisse son histoire autour de personnages atypiques, tous éloignés les uns des autres et pourtant liés entre eux.

Elle s’inspire des histoires glanées dans son quartier et nous offre une fois encore des portraits d’hommes et de femmes tourmentés mais qui débordent d’humanité. Elle nous transporte des coins sombres de Los Angeles aux grands espaces américains à travers des destinées bouleversantes.

Elle dépeint la misère sociale et les vies des êtres à la dérive toujours avec une immense empathie.

Un roman surprenant, brillant , où Ivy Pochoda en restant fidèle à son style de prédilection confirme son talent avec ce deuxième roman noir parfaitement maîtrisé qui tient en haleine le lecteur jusqu’au final.

Route 62 à parcourir sans hésitation à la vitesse qu’il vous plaira…

Pour info :

Ivy Pochoda au Festival America septembre 2018

Ivy Pochoda est née à Brooklyn où elle a vécu jusqu’en 2009. Elle vit actuellement à Los Angeles. Joueuse de squash professionnelle, elle abandonne vite sa carrière pour se consacrer à l’écriture. Son roman, L’autre côté des docks (2013), – dont l’action se déroule à Brooklyn, dans le quartier de Red Hook où elle a longtemps vécu –, a été unanimement salué par la critique et a reçu le Prix Page-America. Son déménagement à Los Angeles en 2009 lui a inspiré Wonder Valley (Route 62), « livre de l’année » du Los Angeles Times.

Je remercie les Éditions Liana Levi pour cette course poursuite infernale cruelle et haletante.

Publicités

17 réflexions sur ““ Route 62 ”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s