“ Le témoin solitaire ”

Le témoin solitaire de William Boyle aux éditions Gallmeister

Traduit de l’américain par Simon Baril

” Regrettant d’avoir consacré l’essentiel de sa vie à des préoccupations égoïstes et vaines, Amy a eu envie de faire preuve d’altruisme. Sans se prendre pour une sainte, elle pouvait tout de même apporter un peu de lumière dans la vie des gens : rendre visite aux résidents d’une maison de retraite, faire des courses pour quelqu’un qui ne peut pas se déplacer, prier et bavarder avec des personnes isolées. ”

C’est en s’occupant de Madame Epifanio, qu’ Amy fait la connaissance de Vincent. La vieille dame le soupçonne d’avoir fouillé dans sa chambre. Amy décide de découvrir ce qui se cache derrière cet odieux individu et de le prendre en filature.

Amy a l’impression que, si elle continue, elle ne pourra pas revenir en arrière. Peut-être qu’adopter à nouveau ce genre de comportement est une mauvaise décision. Une décision stupide. Difficile de résister à cette excitation-là, cependant. (…) Vincent est un type louche : qu’est-ce que c’est que cette façon de porter un trench-coat alors qu’il fait beau et doux ou de farfouiller dans la chambre de Mme Epifanio ? Et puis il a ses yeux. Elle veulent comprendre. Elle veut découvrir quel genre de vie il mène. “

Mais voilà, à suivre n’importe qui dans la rue, on prend le risque de se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment.

Vincent est tué quasiment sous ses yeux dans une rue déserte. En un instant la vie sage et rangée qu’elle menait depuis quelques mois, vole en éclat. Unique témoin du meurtre elle décide de se taire et d’enquêter sur le drame où elle se retrouve impliquée malgré elle.

 » Elle pense à toutes ces décisions qui s’enchaînent, toutes ces vies qui entrent en collision les unes les autres.  »

Ce que j’en dis :

Dans une ambiance toujours aussi noire, nous revoici à Gravesend, un quartier de Brooklyn que William Boyle connaît très bien pour y avoir grandi.

Une plume et un style qui lui sont propre pour nous offrir cette fois l’histoire d’une jeune femme perturbée et bien trop souvent indécise. À travers ce portrait, et également beaucoup d’autres tous aussi attachants, on plonge au cœur d’un drame qui mettra une fois de plus à mal cet endroit et ses habitants.

Si je garde une préférence pour Tout est brisé (Ma chronique ici), j’ai tout de même grandement apprécié cette nouvelle immersion dans ce quartier qui nous réserve j’en suis certaine d’autres histoires sombres mais toujours palpitantes.

La suite j’espère très prochainement.

Pour info :

William Boyle est né et a grandi dans le quartier de Gravesend, à Brooklyn, où il a exercé le métier de disquaire spécialisé dans le rock américain indépendant. Il vit aujourd’hui à Oxford, dans le Mississippi. Son premier roman, Gravesend, a été publié par les éditions Rivages en 2016, n°100, qui a connu un grand succès. Il est également l’auteur de Tout est brisé édité chez Gallmeister.

Je remercie les Éditions Gallmeister pour cette nouvelle aventure américaine.

Publicités

8 réflexions sur ““ Le témoin solitaire ”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s