“ Les mafieuses

Les mafieuses de Pascale Dietrich aux Éditions Liana Levi

” Lorsqu’elle aperçut le téléphone sur la commode au bout du couloir, elle eut tout à coup la certitude que la personne à l’autre bout du fil allait lui annoncer la mort de son mari. (…)

– J’ai pensé que vous voudriez être tenue au courant sans tarder. Votre mari est tombé dans le coma.

Le cœur de Michèle se serra dans sa poitrine. Pas mort, mais presque.

– Vu sa maladie, c’est ce qui pouvait lui arriver de mieux, enchaîna le médecin. Il partira sans souffrir. “

Leone Acampora, un vieux mafioso grenoblois vient de sombrer dans le coma. Ses jours sont comptés. Mais ce n’est pas pour autant qu’il en a oublié ses dernières volontés et compte bien les faire respecter même après sa mort. Il a le bras long, surtout si c’est une question d’honneur.

Michèle sa femme et ses deux filles ont appris à composer avec les cadavres et les valises de cocaïne qui trainaient dans leur somptueuse demeure.

Et il est fort possible que Diane une des filles travaille dans l’humanitaire pour se racheter une conscience. Quant à Alessia, elle est pharmacienne et foisonne d’idées pour moderniser le business paternel.

Mais que feront ces trois femmes, face à un tueur à gage, engagé par l’homme actuellement dans le coma.

Qui sera éliminé avant l’heure du testament ?

Qui a brisé le code d’honneur ?

Ce que j’en dis :

Retrouver une auteure que l’on a précédemment apprécié est déjà au départ très réjouissant. Une île bien tranquille (ma chronique ici) était un petit bonbon très pétillant et plein de surprises. Les mafieuses nous plonge au cœur de la mafia Grenobloise en compagnie de Nanas qui n’ont pas froid aux eux, et seront prêtes à tout pour se protéger de ce tueur à gage, qui que se soit.

Le noir flirte avec l’humour, les sacs à main sont assez grands pour cacher un pétard et les nanas imposent leur loi dans ce milieu de machos.

Et même si le corps mourant est responsable de tous ces maux on est loin de sortir les mouchoirs. Non ici on dégaine les flingues, on s’organise pour ne pas finir dans le trou avec lui, ni à l’ombre. Il aurait tort de s’en faire le mafieux, la relève va assurer.

Pascale Dietrich réussit encore à réveiller mes zygomatiques. Elle m’a régalé avec ses mafieuses pleine de ressources. Un polar à la sauce italienne cent pour cent féminin qui remettra les mâles têtus à leur place.

Un récit savoureux, diaboliquement incorrect, bourrée d’adrénaline et d’une bonne dose d’humour. Une recette qu’elle affectionne, un régal pour les lecteurs qui désirent être agréablement surpris.

Alors faites moi confiance, Les mafieuses vous attendent et vous réservent de belles surprises.

Pour info :

Pascale Dietrich est née à Tours en 1980. Sociologue à l’Ined à Paris, ses travaux portent sur les populations précaires et les inégalités face aux logements et les conditions de vie des plus démunis.

Côté écriture, elle est l’auteur de nouvelles et de courts romans flirtant avec le polar, dont Le Homard (In8, 2013), Une île bien tranquille (Liana Levi, 2016) et Les mafieuses (Liana Levi, février 2019).

Je remercie les Éditions Liana Levi pour cette aventure pleine de piquants délicieusement surprenante.

Publicités

13 réflexions sur ““ Les mafieuses

      1. La preuve qu’on grandit, on arrive à se séparer de nos livres lus ou jamais lus… mais faut faire de la place, oui !

        J’ai tout répertorié, ou du moins, les plus importants, sinon, j’oublierais certains titres et les retrouverais dans 30 ans, toujours non lus ! 😆

        Aimé par 1 personne

      2. C’est surtout de certains thrillers que je n’hésite plus à offrir aux fans du genre et à partager les romans qui ne m’ont pas plus pour leur donner une seconde chance… et oui ça fait aussi de la place puisque chaque semaine d’autres arrivent…

        Aimé par 1 personne

Répondre à belette2911 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s