“ Manhattan chaos ”

Manhattan Chaos de Michaël Mention aux éditions 10/18

“ … et je réalise à quel point c’est la merde. On est huit millions à être plongés dans le noir. Je pense aux hôpitaux, aux gens bloqués dans le métro et les ascenseurs, à mon congélo en train de se vider. Un attentat – cette fois, c’est sûr. C’était prévisible. Le pays pisse sur le monde entier depuis des décennies, alors ses ennemis lui font payer son arrogance et sa CIA. ”

New-York, le 13 juillet 1977 en pleine canicule. À la tombée du jour, c’est le black-out totale. Une coupure de courant générale plonge la ville dans l’obscurité et engendre une véritable panique dans les rues.

Miles Davis est cloîtré chez lui, rongé par la drogue.

“ Car le crépuscule devient nuit et mon impatience, malaise. ”

Cela fait deux ans qu’il a mis fin à sa carrière et qu’il est tombé dans une profonde dépression.

En manque de came, il est contraint de sortir à la recherche d’un dealer. Mais des émeutes ont commencé, libérant pillards et fantômes au cœur de Manhattan.

Miles Davis se retrouve pourchassé, traqué à travers la ville. Accompagné d’un fantôme du passé, il va vivre la pire nuit de sa vie. et devra s’accrocher pour survivre.

Ce que j’en dis :

Voyager dans les rues de New-York en compagnie de Miles Davis est une sacrée expérience, d’autant plus que les années changent d’un moment à l’autre et les rencontres qui accompagnent cette étrange aventure sont surprenantes et parfois assez dangereuses.

Miles Davis est accompagné d’un fantôme, un genre de conscience plutôt farceur qui tente de le réveiller en lui montrant le pire pour tenter de lui faire reprendre la musique.

J’ai vaguement pensé à l’histoire : le drôle de Noël de Scrooge, où trois fantômes lui rendent visite et tentent de le guider hors de sa misère en lui montrant son passé, son présent et son futur.

Michael Mention nous offre un roman percutant, chargé d’Histoires du passé qui agissent sur Miles Davis comme un électrochoc pour lui redonner envie de vivre.

En se basant sur des éléments biographiques, l’auteur nous propose un moment de la vie d’un homme sous l’emprise de la drogue qui aurait très bien pu vivre ce genre d’expérience un soir en plein délire.

Un récit qui claque, qui surprend, parfois glaçant mais également Jazzy, il va vous accrocher jusqu’au show final, le moment où les lumières se rallument et la star fait son retour sur scène

Pour info :

Michaël Mention est né en 1979. Enfant, il se passionne pour le dessin. Adolescent, il réalise plusieurs bandes dessinées.

Étudiant, il intègre un atelier d’écriture et rédige des chroniques satiriques, avant d’écrire son premier roman.

Passionné de rock et d’histoire, il accède à la reconnaissance avec sa trilogie policière consacrée à l’Angleterre, récompensée par le Grand Prix du roman noir au festival international de Beaune en 2013 et le Prix Transfugemeilleur espoir polar en 2015.

Son roman Power (Stéphane Marsan, 2018) a reçu le Grand Prix au Festival Sans Nom de Mulhouse en 2018.

Je remercie les Éditions Pocket pour cette virée New-yorkaise unique.

Publicités

5 réflexions sur ““ Manhattan chaos ”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s