“ Le Club des veuves qui aimaient la littérature érotique ”

Le Club des veuves qui aimaient la littérature érotique de Balli Kaur Jaswal Aux éditions Belfond Traduit de l’anglais (Syngapour) par Guillaume-Jean Milan

Elles’était déplacée personnellement pour informer les femmes, leur expliquant que les cours, gratuits, auraient lieu deux fois par semaine, avec une exigence d’assiduité. Ses cibles principales : les veuves âgées qui auraient ainsi un passe-temps plus utile que les commérages dans l’entrée du la garde. C’était les plus susceptibles de fréquenter les cours et d’en faire un succès. “

En allant à Southall déposer une annonce de demande de mariage pour sa sœur au temple, Nikki tomba sur une billet qui attira aussitôt son attention. On recherchait une animatrice pour donner des cours d’écriture à des femmes, pour l’association communautaire sikhe. Aucune qualification particulière n’était demandée, aucune expérience souhaitée. Une super aubaine pour Nikki qui recherchait désespérément un second petit boulot.

Nikki s’arrêta et regarda autour d’elle. Il n’y avait que des femmes, la tête couverte (…) chacune avait une histoire. Elle s’imaginait parler à une pièce pleine de femmes pendjabies. Ses sens étaient maintenant submergés par la couleur des kameez, les froufrous du tissu et les crayons qui tapotent, l’odeur de parfum et de curcuma mêlés. Et son but se révéla dans toute sa clarté. « Certaines personnes ne connaissent même pas l’existence de cet endroit, disait-elle. Il faut que ça change. » L’œil ardent, avec acharnement, elles écriraient leurs histoires pour que le monde entier les lise. “

Sa première rencontre avec les femmes qui se sont inscrites à ce cours va lui réserver quelques surprises. Elle qui pensait former de futures romancières se retrouve confrontée à une dizaine d’indiennes, de tous âges, la plupart veuves et qui plus est analphabètes. Un sacré challenge s’annonce mais c’est sans compter sur l’imagination très fertile de toutes ces femmes. Un florilège d’histoires très coquines et même plutôt osées se racontent dorénavant à chaque cours.

(…) Tant que les hommes n’ont pas vent de ces histoires, on ne risque rien. Nikki pensait au langar et à la frontière stricte qui courait comme un champ magnétique invisible entre hommes et femmes. « J’imagine que ce ne sera pas un problème, nota-t-elle. Aucune de vous ne bavarde vraiment avec les hommes n’est-ce pas ?- Bien sûr que non. On est des veuves. On n’a plus de contact avec les hommes. C’est interdit, dit Preetam. “

Ce qui au départ amusa plus Nikki que de l’effrayer, se révéla pour elle très vite l’occasion d’aider ces femmes de manière détournée. Car chaque histoires soulevaient de sérieux problèmes que les femmes rencontraient chaque jour face à la soumission aux hommes, mais aussi face à la solitude et même parfois à la violence. Nikki est une jeune femme émancipée qui se rebelle contre certaines traditions qui n’accordent aucune liberté aux femmes. C’est l’occasion pour elle de faire évoluer les choses et de tenter d’améliorer la condition des femmes. ”

– Ça va aller. C’est seulement que … ils disent des trucs terriblement insultants et j’en avais assez de fermer ma gueule. “

La fréquentation du club augmente de manière inattendue, et désormais Nikki souhaite plus que tout libérer la parole des femmes au delà de ces murs. Mais même si l’union fait la force, ce n’est jamais sans danger.

 » Les autres histoires sont aussi osées ? Demanda Olive.

– Plus ou moins.

– Espiègles et cochonnes ! Qui les lit, à part toi et les veuves ?

– Personne, pour l’instant. Mais ça pourrait bien changer…“

Ce que j’en dis : Voilà le genre de roman idéal pour la pause estivale. En plus de divertir, il enrichit notre culture. À travers une histoire pleine de rebondissements et remplie d’humour, on découvre la culture indienne et hélas ses travers. Tous les personnages ont leur importance, petit à petit une intrigue prend forme pour nous réserver de belles surprises. Grâce au courage de Nikki, à sa volonté de venir en aide à ses consœurs on découvre le combat quotidien de ces femmes soumises, et le choc des cultures. Une histoire croustillante, émouvante, qui soulève le problème des femmes occidentales qui doivent faire face aux traditions ancestrales malgré un immense désir de liberté. Un récit parsemé d’amour et d’humour, aussi épicé que les plats traditionnels, aussi coloré que les saris de leur pays. Une histoire qui allie modernité et traditions. Dépaysement garanti, un beau voyage en compagnie de femmes touchantes qui vont unir leurs forces pour atteindre leur but et résoudre une terrible affaire. Ne vous privez surtout pas de ce roman  » Bollywood ” qui risque d’en surprendre plus d’une. Née à Singapour, Balli Kaur Jaswal a passé sa vie entre le Japon, la Russie, les États-Unis et l’Europe. Premier de ses romans publié en France, le Club des veuves qui aimaient la littérature érotique, a rencontré un fort succès lors de sa publication internationale et a été sélectionné par Reese Witherspoon pour son fameux book club. Je remercie Carine du cercle des Éditions Belfond pour m’avoir fait voyager aux pays des mille et une nuit.

Publicités

“ Les chasseurs de gargouilles ”

Les chasseurs de gargouilles de John Freeman Gill aux éditions Belfond

Traduit de l’américain par Anne-Sylvie Homassel

” À L’ÉPOQUE, TOUT LE MONDE LE SAVAIT : New York était la ville la plus chaotique de tout le pays, la plus dévastée par le crime, la plus couverte de graffitis. Nous étions nombreux à nous enorgueillir quelque peu de cette distinction. Il y avait pourtant bien des aspects de ma ville natale qui m’étaient alors inconnus. Par exemple, j’étais loin de savoir que New York était au bord de la faillite, que ses maires successifs avaient fait des promesses extravagantes qu’ils étaient incapables de financer,qu’à chaque printemps la ville devait emprunter des fortunes pour continuer à éclairer les rues et à fournir des uniformes à sa police. Il y a des choses qu’on ne raconte pas aux enfants. (…) La ville était sur la mauvaise pente. En situation instable. ”

Année 1970, la ville de New-York est en pleine crise financière. C’est également la crise dans la famille Watts où l’argent se fait rare.

La vie de Griffin, 13 ans vole en éclat, ses parents se séparent. Son père Nick, antiquaire passionné s’est donné pour mission de sauver de la démolition les gargouilles sur les immeubles new-yorkais, précieux témoignages d’un autre temps, d’une histoire architecturale bouleversante, sacrifiés peu à peu sur l’autel du modernisme.

« Griffin, je vais te dire quelque chose. Ça va à toute vitesse. Entre la rénovation urbaine et tout ces immeubles modernes pourris, sans âmes, tous pareils, qu’on te colle partout – les HLM, les tours de bureaux comme tu en vois de Tokyo à Londres, les immeubles d’habitation tout mastocs, d’abord en brique blanche, puis jaune et maintenant rouge -, crois-moi, ce n’est plus qu’une question de quelques mois ou quelques années avant que tout le patrimoine ornemental privé de la ville disparaisse. »

Profitant de l’agilité de son fils, Nick n’hésite pas à se servir de lui pour détrousser les façades des immeubles les plus inaccessibles.Grisé, Griffin se prend au jeu, il ferait n’importe quoi pour obtenir les faveurs de son père. Il se lance dans une chasse au trésor la plus fantastique de sa vie.

” Si bien que je transformai la chose en jeu. Ces murs en surplomb devinrent les flancs de de bois de deux grands trois-mâts dissimulant sous leurs contrevents de rangées de canons. Et j’étais là -moi, le gamin des rues,téméraire et fugueur qui m’étais engagé sur un navire de pirates pour explorer le monde…“

Mais la folie de Nick ne semble pas avoir de limites, et le voilà mêlé au vol du siècle, celui d’une façade en fer forgé d’un vieux building, condamné à la destruction…

Ce que j’en dis :

En grande amoureuse de New-York, je ne pouvais pas passer à coté de ce roman.

Cette ville y est magnifiquement représentée par l’auteur, des passages sublimes illustrent ce roman et mets en lumière la ville qui ne dort jamais. Une ville qui se renouvelle jour après jour.

” La ville avait la métamorphose dans la peau. “

Apparemment, le patrimoine historique américain est mal protégé, et ces fameux détrousseurs d’immeubles tentent à leur manière d’en sauver une partie, il est bien dommage que l’argent mère de tous les vices fasse partie de l’équation.

En attendant, même si certaines descriptions historiques étaient un peu barbantes à mon goût, ce roman m’a transporté, on sent derrière ces mots tout l’amour que l’auteur porte à sa ville.

Ce récit nous fait partager la vie de cette famille plongée dans le chaos, les tourments des adolescents et les relations parfois difficile entre le père et son fils, faites de passion, d’adulation mais aussi de déception.

Un roman magnifique, enrichissant, intense et même souvent drôle porté par une plume singulière et élégante. Une belle déclaration d’amour à travers une quête qui semble impossible.

Un beau récit, qui plaira à tous les amoureux de New-York, de l’art et des aventures fantastiques.

John Freeman Gill est né à New York. Passionné de sa ville natale, il écrit régulièrement sur le sujet. Son travail a notamment été publié dans le New York Times Book of New York et More New York Stories. Il écrit, entre autres, pour The New York Times, The Atlantic et The New York Observer. Les chasseurs de gargouilles est son premier roman.

Diplômé de Yale, John Freeman Gill vit à New York avec sa femme et leur trois enfants.

Je remercie les Éditions Belfond pour cette lecture passionnante.

“ Un intrus”

Un intrus de Charles Beaumont aux éditions Belfond, collection Vintage

Traduit de l’américain par Jean-Jacques Villard

Préface de Roger Corman, traduite de l’américain par Michael Belano

« Ma’ame, je voudrais savoir si vous avez des enfants à l’École supérieur ? » J’ai répondu oui, une fille. Alors il a dit : « J’aimerais savoir ce que vous pensez de voir votre enfant dans la même école qu’un tas de nègres, peut-être dans la même classe. » (…) – Il à demandé si j’étais prête à travailler pour l’empêcher. (…) – Naturellement, ai-je répondu, mais que peut-on faire ? « Énormément », a-t-il déclaré.

À Caxton, une petite ville sudiste des États-Unis, les habitants sont un peu perturbés par l’annonce de la Cour suprême qui vient de tomber. Nous sommes en 1954, la ségrégation dans les écoles publiques vient d’être déclarée anticonstitutionnelle .

Malgré l’étonnement et l’agacement que cette nouvelle suscite, on laisse faire.

(…) nous avons usé de toutes les ficelles, mais cela n’a servi à rien. Les nègres fréquenteront l’école à dater de demain, autant se faire toute suite à cette idée.

Mais un intrus vient de débarquer et s’oppose ouvertement à cette décision. Tel un ver dans le fruit, il va tenter de répandre son fiel raciste, pourrir l’ambiance et semer la haine sur son passage.

« Vous êtes l’éprouvette du pays, son cobaye ! C’est pour cela je dis que vous avez entre vos mains non seulement l’avenir de Caxton, mais celui de l’AMÉRIQUE. »

La population s’inquiète.

” Ce soir,se dit-il, c’était le début. Une guerre va se déclarer dans ma ville, et je ne sais même pas de quel côté je suis. “

Ce que j’en dis :

Les éditions Belfond nous offre l’occasion de redécouvrir une pépite de la littérature américaine grâce à cette réédition dans leur collection Vintage.

À travers ce roman « Politique  » doté d’une conscience sociale, on se retrouve au cœur d’une page d’Histoire. Un récit passionnant qui allie suspense et fait historique dans une atmosphère plutôt sombre et inquiétante. Une belle plume assez puissante pour une histoire déchirante. Manipulation psychologique, intolérance, violence, racisme, autant de sujets abordés avec précision dans ce roman engagé qui réveille les âmes.

Même plus de cinquante ans après, le racisme et les préjugés n’ont pas disparu, ce qui rend ce roman encore plus pertinent. Un livre qui devrait à mon avis figurer au programme dès le collège.

Un Vintage noir coup-de-poing paru aux États-Unis en 1959, adapté au cinéma par Roger Corman en 1962.

Né Charles Leroy Nutt à Chicago en 1929, Beaumont a très vite abandonné le lycée et multiplie les petits boulots avant de se consacrer à l’écriture. C’est en 1950 qu’il vend une de ses histoires au magazine Amazing stories, une étape décisive sur la route du succès. En 1954, son récit Black Country est la première œuvre de fiction à paraître dans le journal Playboy. Beaumont collabore fréquemment avec le magazine et publie de nombreuses nouvelles dans différents périodiques grand public comme Esquire, ou dans des publications de sciences-fiction et de fantasy.

L’univers télévisuel est son second domaine de prédilection, il est notamment scénariste pour la série The Twilight Zone ( la Quatrième dimension), et collaboreactivement avec Roger Corman pour lequel il écrit les scénarios de L’Enterré vivant, La Malédiction d’Arkham, Le Masque de la mort rouge…

Atteint du syndrome de Werner, maladie caractérisée par un vieillissement précoce, Charles Beaumont meurt très jeune, à 38 ans, en Californie.

Je remercie les Éditions Belfond pour cette réédition historique passionnante.

Les brumes de Key West

Les brumes de Key West de Vanessa Lafaye aux éditions Belfond

Traduit de l’américain par Laurence Videloup

 » Elle à la gorge serrée, autant en pensant à ce qu’elle va commettre qu’à cause de l’effort physique qu’elle vient de faire. Si seulement, pense-y-elle, elle pouvait rembobiner la matinée, revenir à l’aube et aller au marché plutôt qu’au parc. Si seulement elle pouvait ne pas avoir vu ce qu’elle y a vu et s’installer sous le cocotier dans son fauteuil préféré avec un verre de limonade… Mais ce n’est pas possible. “

En Floride, au cours de l’année 1993, en plein jour, à la vue de tous, une femme de quatre-vingt-seize ans abat froidement un homme, membre du Ku Klux Klan.

« (…) Les gars, vous n’allez pas en revenir quand vous saurez qui est là, dans notre cellule. » Elle ménage son effet avant de déclarer : « C’est Alicia Cortez . »

Mais pourquoi Alicia Cortez arrivée en 1919 de La Havane après avoir été bannie par les siens s’est-elle rendue coupable d’un tel acte ?

Il est vrai que son arrivée n’est pas passée inaperçue.

” « Nombre de personne viennent ici pour recommencer à zéro. » (…) « Bienvenue en Amérique.»

Très vite elle comprend que derrière le salon de thé de sa tante, est une façade qui cache un tout autre commerce. Mais très vite elle trouvera sa place grâce à ses talents de guérisseuse.

Qui suis-je ici ? c’était bon de pouvoir ajouter « guérisseuse » à la liste. Car même si redresser le salon de thé et lui assurer une réputation grandissante en tant que restaurant pouvait lui procurer une certaine satisfaction, rien ne lui donnait plus de joie que de dispenser les moyens de soulager la souffrance. “

Petit à petit, elle se rapproche de John, un séduisant vétéran, propriétaire du bar d’à côté. Mais ici, le racisme est profondément ancré. Le Ku Klux Klan fait des émules en ville. Il serait étonnant que cette histoire d’amour naissante plaise à tout le monde.

« Dans le coin, des tas de familles blanches ont du sang noir dans les veines, depuis l’esclavage et les hommes blancs qui ont enjambé la barrière. Pas grave, sauf que de temps en temps, bébé a pas la bonne couleur, et alors tout le monde joue la surprise. Mais la ville entière est construite sur un marécage de secrets. » (…) « Le meilleur conseil que je peux vous donner, mademoiselle, c’est de rester en dehors du marécage. »

Le drame semble inévitable…

Après avoir de découvert la plume de Vanessa Lafaye, à travers son premier roman Dans la chaleur de l’été ( ma chronique ici) qui m’avait bouleversé, j’étais impatiente de retrouver son univers et une fois de plus je suis conquise et émue.

En s’inspirant d’événements historiques, tout en prenant une certaine liberté afin que le récit coule de manière fluide, elle nous offre un récit extrêmement fort. Il nous plonge véritablement dans l’atmosphère de l’époque via une histoire d’amour mixte qui subit, le sectarisme, la jalousie, la haine. On découvre la ségrégation, l’arrivée un Klan, la prohibition mais aussi la grippe espagnole qui fit pour la deuxième fois des ravages.

La construction du récit nous transporte vers le passé, aux côtés de personnages terriblement poignants. Comme son précédent roman, il se dégage des émotions puissantes, à couper le souffle et à tirer les larmes.

Un roman fascinant, déchirant, une plume talentueuse qui me laisse le cœur en vrac depuis qu’elle s’est éteinte en février 2018.

Je ne peux que vous encourager à découvrir ces deux romans exceptionnels publiés chez Belfond.

Véritable coup de cœur

” Le seul moyen d’être libre c’est de cesser de lutter. “

Née en Floride à Tallahassee, Vanessa Lafaye a étudié en Caroline du Nord, puis à Paris. Une aventure européenne qui lui a fait découvrir l’Angleterre, où elle s’est installée avec son époux et leurs enfants. Après avoir travaillé dans l’édition d’ouvrages académiques à Oxford, elle se consacrait désormais à l’écriture et au chant- Elle dirigeait la chorale de sa ville de Malbourough. Après Dans la chaleur de l’été (Belfond 2016 ; Pocket 2017), Les brumes de Key West est son deuxième roman. Vanessa Lafaye est décédée en février 2018.

“ Les indifférents ”

Les indifférents de Julien Dufresne Lamy aux éditions Belfond

 » Depuis des années. On nous reconnaît de loin, les inséparables, les mielleux, les attitrés. Certains nous jalousent, d’autres nous approchent comme des animaux sacrés. Tout le monde nous regarde. On est ceux qui ne se mélangent pas. Ceux qui ne divulguent jamais les secrets. Nous sommes les indifférents. ”

Une bande d’adolescents bourgeois règne sur le bassin d’Arcachon. On les surnomme Les indifférents.

Justine et sa mère débarque d’Alsace et s’installe chez un notable du coin. C’est pour lui que sa mère va travailler. De son côté, elle ne tarde pas à faire connaissance avec Théo, le plus jeune fils de cette famille et très vite, elle rejoint son clan.

 » Mon premier été avec les indifférents, j’y repenserai toujours. Indélébile sur ma peau. Gravé sur les lèvres et le bout des doigts. Un été de glaux à boutons jaunes, de couleurs qui pètent les yeux et de souvenirs tous les jours. Un été de genoux écorchés, de cloques et de coups de soleil, de chairs de poule et de frissons qui disent la terre, la mer et le vent.

Toujours je retiendrai ça. Malgré la fin, malgré ce qui arrivera. ”

Elle n’est pourtant pas du même monde. Mais elle fera tout pour s’intégrer, se mettant même parfois en danger.

Les indifférents, pour le meilleur et pour le pire.

D’abord le meilleur. “

De ces belles années, Justine raconte tout. Les rituels, le gang, l’océan, l’amitié, l’amour. Une vie pleine d’insouciance, de fêtes clandestines jusqu’ à un certain matin, où un drame a lieu sur la plage.

 » Les riches maquillent jusqu’au mensonge. Leur vie, c’est un trucage sans péremption. »

Les indifférents sont certainement coupables. Une vraie bande de sauvages.

La jeunesse dans toute sa noirceur.

Dés le départ, je succombe au charme de l’écriture de Julien Dufresne-Lamy.

À travers une narration stylée, l’auteur nous offre le portrait d’une jeunesse aussi cruelle que prodigieuse. Un récit divinement orchestré entre les flash-back du passé et du présent. Un drame contemporain au suspense maitrisé, une plume envoûtante et fascinante, qui nous conduit vers une fin tragique qui nous laisse sans voix et nous brise le cœur.

Impossible de rester indifférente à un tel talent d’écriture, un tel style et une telle construction, pour ce roman noir fabuleux, cruellement divin.

Coup de cœur ❤️ Un auteur que je vais suivre de très près et que je vous invite à découvrir.

Julien Dufresne-Lamy vit et travaille à Paris. Il est l’auteur de Dans ma tête je m’apprête Alice ( Stock, 2012), Mauvais joueurs (Actes Sud junior, 2016) et Deux cigarettes dans le noir ( Belfond, 2016). Les Indifférents est son quatrième roman.

Je remercie Camille et les éditions Belfond pour ce savoureux nectar littéraire.

“ L’oiseau, le goudron et l’extase ”

L’oiseau, le goudron et l’extase d’ Alexander Maksik aux Éditions Belfond

Traduit de l’américain par Sarah Tardy

“ Et puis un jour,comme ça, soudain, elle est entrée en moi. S’est posée. Une chose lourde comme du plomb, dont la forme et les contours varient constamment, aussi bien dans ses représentations passées que présentes. (…) Et puis quel que soit son nom, cette chose s’est emparée de moi : une sensation écœurante, paralysante, de poids terrible. Je ne sais pas comment appeler ça. Je n’ai jamais su. (…) Elle m’a fait tomber le livre des mains. Elle m’a fait fermer les yeux et c’est alors que là, dans le noir, j’ai vu s’infiltrer dans mon corps un épais goudron. ”

À travers cette attaque aussi surprenante qu’inattendue, la vie de Joseph sera à jamais vécue au bord d’un précipice. Et lorsqu’un été, sa mère va commettre l’indicible alors qu’il découvrait la passion amoureuse, sa vie sera pour toujours entachée de désespoir.

« Aujourd’hui encore, j’entends des sons que seuls ma mère et ces enfants ont pu entendre. Et peut-être, Strauss lui-même. Les deux clics métalliques des ceintures. Ses chaussures sur l’asphalte. Le métal dur qui entre en contact avec le crâne. J’ai fait des tests sur des os. Je me suis frappé l’arrière de la tête avec un marteau. J’ai essayé de savoir. Depuis presque vingt ans, j’entends ces bruits. Du métal qui casse l’os. « 

Sa mère finira derrière les barreaux, et pourtant c’est Joe qui est emprisonné dans sa vie malgré tout l’amour qui le lie à Tess, tout comme son père.

 » Être près d’elle me rendait heureux. C’est aussi simple que ça. Avec elle j’avais presque l’impression d’être trop stable. Peut-être était-elle mon antidote. Peut-être avais-je guéri de cette chose étrange qui vivait en moi quelle qu’elle soit. »

À travers ce roman bouleversant, on voyage tantôt dans le passé et tantôt dans le présent. Joseph se livre, se délivre du poids qui encombre sa vie entre amour et tragédie. C’est l’histoire d’un homme torturée par une douleur qui l’étouffe, le tétanise mais que la beauté de l’amour libère.

«  Écoute, j’essaie de survivre. »

« Peu importe la façon dont tu vis, il y a toujours des victimes. « 

En virtuose, Alexander Maksik entraîne le lecteur dans une tragédie contemporaine et aborde de nombreux thèmes tels que les violences conjugales, les traumatismes familiaux, la folie, l’univers carcéral féminin, la vengeance, le désespoir, la douleur des hommes, mais aussi l’amour, la liberté, la fidélité au cœur de la nature omniprésente. Une plume pleine de rage, écorchée qui te touche en plein cœur et au lyrisme qui te charme et t’enchante.

Un roman magnifique aussi mystérieux que douloureux, une écriture puissante aussi déchirante que délicate.

 » Les phrases des autres nous racontent tellement mieux.  »

Gros coup de cœur ❤️

Alexander Maksik vit à Hawaï. Il est diplômé de l’Iowa Writers’s Workshop et a été publié dans Harper’s, Tin House, Harvard Review et The New York Times Magazine. Indigne (Rivages, 2013), traduit en plus de douze langues est son premier roman, puis en 2014 Belfond publie La Mesure de la dérive, son deuxième roman traduit en français. Il fut finaliste du prix du Meilleur Livre étranger et traduit en une dizaine de langues. Sélectionné parmi les dix meilleurs livres de l’année du Guardian et du San Francisco Chronicle, L’oiseau, le goudron et l’extase est son troisième roman à paraître en France.

Avec la romancière Colombe Schneck il est co- directeur artistique d’une résidence d’écrivains, la Can Cab Literary Residence en Catalogne (Espagne).

Je remercie les éditions Belfond pour cette sublime lecture.

“ Iboga ”

Iboga de Christian Blanchard au Éditions Belfond

“ Je suis condamné à la peine capitale. ”

Le 28 octobre 1980, Jefferson Petitbois est condamné à la peine de mort. Il est incarcéré à la maison d’arrêt de Fresnes.

Trop jeune. Pas à dix-sept ans.

Suffisamment grand pour tuer donc assez vieux pour mourir… Les jurés en ont décidé ainsi. ”

En chemin vers sa cellule, il croise la “ Louisette ” celle qui va lui faire perdre la tête.

 » Pour la première fois, je la vois… en vrai. L’effet est terrible. En passant à quelques centimètres d’elle, je sens son odeur. Celle de graisse généreusement diffusée sur ses montants d’où coulisse une lame, celle de la limaille après l’affûtage. Le relent d’une senteur familière : celle du sang. ”

On ne peut pas parler de coup de foudre, malgré l’obsession qui va suivre en attendant leurs prochaines rencontres.

Mais le rendez-vous va être annulé suite aux nouvelles élections présidentielles. La peine de mort sera échangée contre une condamnation à perpétuité.

Une immense tristesse m’envahit. Ai-je mérité cela ?

Oui.

Évidemment « oui ». ”

Deux ans auparavant, il avait rencontré Max qui devint son protecteur, son mentor. C’est à ce moment là qu’il découvrit l’Iboga, qui va le rendre cruellement puissant, et va faire de lui un terrible meurtrier. Après avoir été sauvé des eaux, il va se noyer dans le sang.

 » J’avais ce pouvoir : celui de donner la mort. Ce n’est pas rien. Je venais de mettre le premier pied sur une route sombre. J’allais découvrir peu à peu le côté refoulé de mon âme.

Iboga allait m’y aider. (…) Avec elle, je vivais à fond tout ce qui se présentait à moi. ”

Bienvenue dans l’enfer du milieu carcéral. En même temps c’est presque normal, derrière les grilles, on ne s’attend pas à découvrir une face cachée du Club Méditerranée, et puis on va pas le plaindre, tout de même. Il a déjà échappé au pire, alors il ne manquerait plus qu’il se croit en vacances. De toute façon, on peut compter sur certains gardiens pour lui rappeler les bonnes manières, mêmes si eux- même en sont dépourvus.

Vous l’aurez compris, ses journées sont loin d’être idyllique et ont tendance à se répéter, jours après jours, années après années jusqu’à ce qu’un jour une psychologue s’immisce dans son quotidien et tente de le faire parler, lui promettant quelques avantages…

Richard Blanchard nous offre un huis- clos démoniaque qui monte crescendo vers les abysses de l’âme humaine.

On se retrouve tel un observateur derrière la porte de cette cellule, à découvrir à travers l’œilleton la nouvelle vie de cet homme confronté à l’enfermement, isolé du monde.

Une trame qui se révèle captivante, un récit maîtrisé, une histoire percutante, une bonne dose de frissons et une confession abominable font de ce thriller un véritable phénomène livresque à découvrir absolument. Puis poursuivre sa lecture par un grand bol d’air sans pour autant oublier Jefferson Petitbois et se dire : « Y’a une justice quand même… »

“ Cela ne changera rien au cours de l’histoire, mais mon passé finira-t-il par m’apaiser si je l’affronte ? ”

Christian Blanchard vit en Bretagne. Après avoir passé vingt-cinq ans au sein d’une institution publique, il se consacre à l’écriture Iboga est son septième roman.

Je remercie Camille et les Éditions Belfond pour cette lecture démoniaque.

Fausses promesses

Fausses promesses de Linwood Barclay aux Éditions Belfond Noir

Traduit de l’anglais (Canada) par Renaud Morin

– Matthew est à moi, David. Matthew est mon bébé.

Je fis de la place et m’assis au bord du lit, près de ma cousine.

– Et quand Matthew est-il arrivé, Marla ?

-Il y a dix mois, dit-elle sans hésitation. Le 12 juillet. (…)

– Marla, ce qui est arrivé, à toi… et à ton bébé…ça a été une tragédie. On a tous eu énormément de peine pour toi.

Dix mois auparavant. Un triste épisode pour tout le monde, mais pour Marla, il avait été dévastateur. ”

Ce matin, David était loin d’imaginer tout ce qui allait suivre sa visite à sa cousine. Depuis quelques mois il habite avec son fils chez ses parents à Promise Falls. Il pensait que ce serait provisoire mais ayant perdu son job ça risque hélas de perdurer.

Il passait juste déposer des plats préparés par sa mère chez Marla. Mais quelle surprise quand il vit ce bébé ! Sans compter ce qui va suivre…

– Qu’est-ce que vous avez trouvé, Randy ?

– Il vaut mieux que vous le voyiez par vous- même. (…) Juste là, sur la clôture, indiqua Finley, le doigt pointé. (…)

Vingt-trois écureuils morts. Et des gros. Onze gris, douze noirs. Chacun avait un bout de ficelle blanche, celle qu’on utilise pour ficeler les colis, fermement noué autour du cou, et était pendu à la lisse métallique qui couronnait la clôture. ”

Pour l’inspecteur Barry Duckworth, la journée commençait plutôt étrangement, et se poursuivit sur le même chemin. À croire que des esprits dérangés s’étaient donnés rendez-vous dans ce coin paumé des États-Unis.

“ Il jonglait avec trop d’affaires en même temps. Un meurtre, une fusillade mortelle à Thackeray, d’étranges événements nocturnes à Five Mountains. Des écureuils morts, pour l’amour du ciel ! ”

Y a-t-il un lien entre tous ces faits divers ? Un psychopathe aurait débarqué dans la ville et ce serait sa manière de se présenter ? Il est temps de partir à sa recherche avant que la petite ville si tranquille se transforme en film d’horreur.

“ Au moment même où on pense que les choses se sont apaisées, une autre bombe explose. ”

Avec l’aide de David, Barry se lance dans une déroutante enquête qui va vite virer au cauchemar.

Promise Falls n’a pas fini de faire parler d’elle, pas sûr que les touristes apprécient…

Linwood Barclay plante le décor dans une nouvelle bourgade américaine, avec de nouveaux personnages que l’on retrouvera très certainement dans les prochains volets, puisque celui-ci est le premier de la trilogie.

C’est important de le savoir pour ne pas rester sur sa faim au final.

Une enquête principale à laquelle se rajoutent d’autres énigmes survenues dans la même journée.

L’auteur met en scène le détective Barry Duckworth, qui sous ses airs bienveillants cache un esprit vif d’une rare efficacité.

Un style d’écriture fluide, accrocheur où les métaphores foisonnent. Un certain sens de la répartie à travers un rythme soutenu qui ne laisse pas de place à l’ennui. Un thriller qui tient toutes ses promesses à condition d’accepter de ne pas y trouver toutes les réponses, un peu comme dans une série policière où il faut attendre l’épisode suivant pour en découvrir un peu plus sur certaines situations et certains personnages.

Même si j’ai vite découvert les secrets de l’énigme principale, j’ai apprécié ce premier tome et j’ai hâte de poursuivre mon aventure à Promise Falls et découvrir ce que cache ce mystérieux chiffre 23.

À suivre…

Américain d’origine, Linwood Barclay vit à Toronto, au Canada. Après notamment Cette nuit-là (2009), Les voisins d’à côté (2010) couronnés au Canada par le Arthur Ellis Award, Ne l’a quitte pas des yeux (2011), Contre toute attente (2013), Fenêtre sur crime (2014) – sélectionné pour le prix des lectrices de Elle, Celle qui en savait trop (2015), en cours d’adaptation cinématographique, Mauvaise influence (2015), La fille dans le rétroviseur (2016) – prix coup de cœur des libraires à Saint-Maur, En lieux sûrs (2017), Fausses promesses est son quatorzième roman publié en français. Tous sont publiés chez Belfond et repris Chez J’ai Lu pour le format poche. Linwood Barclay est traduit dans une dizaine de langues.

Il est une star aux États-Unis et en Angleterre où il s’est fait un nom dans le club très fermé des grands maîtres du thriller.

Fausses promesses est le premier tome d’une trilogie consacrée à la ville imaginaire de Promise Falls.

Je remercie Claire et les Éditions Belfond pour ce thriller haletant plein de surprises.

La route du tabac

La route du tabac d’ Erskine Caldwell au Éditions Belfond collection Vintage

Traduit de l’américain par Maurice Coindreau

 » La maison, qui se composait de trois pièces, reposait en équilibre sur des piles de minces pierres à chaux qu’on avait placées aux quatre coins. Les pierres avaient été posées les unes sur les autres, les poutres et la maison clouées toutes ensemble. L’aisance et la simplicité apparaissaient aujourd’hui clairement. Le centre de la cabane s’était affaissé au-dessous des seuils ; (…) La plupart des planches avaient pourri, et, à chaque coup de vent, on en trouvait des morceaux dans toute la cour. « 

La maison, ou du moins ce qu’il en reste, se trouve sur la route du tabac en Géorgie. Elle appartient aux Lester, une famille ravagée par la faim et la misère.

 » Sa blouse et sa jupe avaient été mises en loques par la bruyère et les pousses de chêne, dans les fourrés où elle récoltait son bois mort pour le feu, et jamais on ne lui avait acheté de vêtements neufs. À la voir sautiller parmi les ajoncs roux, on l’aurait prise, avec ses haillons noirs, pour quelque vieil épouvantail.  »

C’est vraiment la dèche y’a pas à dire, et faut supporter tout ça le ventre vide. Alors quand Lov Basey, s’en retourne chez lui avec un sac de navet sur le dos, en passant non loin de chez les Lester, les estomacs s’affolent et les rêves de repas frugaux font saliver l’ensemble de la famille. Ils feraient n’importe quoi pour y goûter …

 » Du reste, où c’est-il que tu les a trouvé ces navets, Lov ? On pourrait peut-être faire un petit arrangement tous les deux. J’ai toujours été honnête avec toi. Tu devrais me les donner, vu que j’en ai pas.  »

S’en suit une scène absolument mémorable, décrite avec un humour décapant qui restera présent tout au long du récit malgré toute la noirceur qui se dégage de l’histoire.

Erskine Caldwell, un auteur américain que je découvre à travers ce magnifique roman, nous livre la radiographie d’une époque, celle de la grande dépression, où la faim détruit autant le corps que l’esprit. Un combat quotidien que vécurent des milliers de famille dans les coins reculés de l’Amérique.

L’auteur décrit de manière assez crue , la vie des petits blancs du Sud de la Géorgie, sans porter de jugement.

 » (..) la crainte de n’avoir même pas un vêtement convenable dans lequel on pût l’enterrer. Il vivait dans une horreur croissante de mourir en salopette.  »

La route du tabac est un immense classique de la littérature américaine , paru en 1932 aux États-Unis et en 1947 Chez Gallimard, réédité chez Belfond pour le plus grand bonheur des retardataires comme moi. Mais comme on dit : Mieux vaut tard que jamais.

Un roman de 200 pages d’une force incroyable, puissant et pour moi inoubliable. Une rencontre absolument phénoménale, une plume talentueuse qui rejoint entre autre Steinbeck, des écrivains capables de mettre de la lumière dans la plus sombre réalité.

 » Dieu a peut-être bien voulu que les choses soient ainsi, dit Jeeter. Il en sait peut-être plus long que nous autres, mortels. Dieu est un vieux malin. On peut pas le rouler , Lui ! (…) Il m’a mis ici, et Il ne m’a jamais dit de m’en aller vivre ailleurs.  »

Un auteur et un roman que je conseille vivement à tous les amoureux de la littérature américaine d’une part et à tous les fans du rural noir.

À déguster sans modération.

Né en Géorgie en 1903, Erskine Caldwell a exercé les métiers les plus divers : machiniste de théâtre, marin, cultivateur, garçon de café, journaliste. De ces expériences, il puise l’inspiration pour décrire la vie des paysans et des ouvriers, qu’il choisit de dépeindre sans prendre parti ni s’apitoyer ; des personnages primitifs, dépourvus de préoccupations morales et de ressources matérielles, qui s’accommodent de la violence, de la fornication et de la mort. Un style particulier qui va faire de lui un des écrivains les plus censurés des États- Unis. Auteurs de 30 romans – parmi lesquels Le batard ( Belfond 2013) Haute tension à Palmetto ( Belfond 2015) Le petit Arpent du Bon Dieu – et de 150 nouvelles, Erskine Caldwell est mort en 1987 à Paradise Valley, en Arizona.

Je remercie les Éditions Belfond pour cette réédition de ce bijou de la littérature américaine.

 » La disparue de Noël « 

La disparue de Noël de Rachel Abbott aux Éditions Belfond

Traduit de l’anglais par Muriel Levet

 » – Prends ton manteau, Becky, dit-il quand il eut raccroché. On a un corps. Et je suis navré de te dire que c’est apparemment celui d’une petite fille d’à peine douze ans.  »

Bizarrement la découverte de cette enfant réveille de vieux souvenirs. Il y a quelques années, une petite fille avait disparu lors d’un accident qui avait coûté la vie à sa mère.

Serait-il possible que ce soit elle ?

 » Je l’ignore, je ne comprends pas. Pour le moment, ça n’a aucun sens.  »

Le mari et père , David, a refait sa vie. Toujours directeur de banque à Manchester mais désormais marié à Emma, et papa d’Ollie âgé de dix-huit mois. Ce bambin comble leur foyer, jusqu’à une arrivée inopinée dans leur cuisine, l’apparition de Natasha, la première fille de David. Ce qui aurait pu être de merveilleuses retrouvailles va vite tourner au cauchemar.

 » – Pas la police, répéta-t-elle. Si vous appelez la police, je m’en vais. « 

Que cache le retour de la disparue de Noël ?

 » Il ne s’agissait pas d’une décision impulsive, mue par la jalousie ; tout avait été minutieusement planifié. « 

Ingénieusement mise en place par l’auteure, l’intrigue est installée ici et là pour bien perturber le lecteur et le capturer dés les premières lignes. Le suspense joue à cache-cache avec le doute dans une ambiance pleine de suspicion.

D’étranges coïncidences se court-circuitent et véhiculent d’ étranges pensées. La peur nous gagne et ne nous quitte plus.

Rachel Abbott a réussi à me captiver jusqu’à la dernière page sans jamais me lasser bien au contraire. Avec son suspense savamment distribué tout au long du récit, impossible de quitter l’histoire avant le final. Un talent certain pour mettre à jour la folie des hommes, leur cruauté et leur violence. Une approche psychologique de ses personnages également réussie pour vous faire flipper au maximum.

Vous l’aurez compris j’ai adoré, je l’ai dévoré, je suis rassasiée et c’est avec un plaisir non dissimulé que je reprendrai d’ici quelque temps un nouveau menu livresque de cette auteure maître du suspense avec un grand S.

Noël est peut-être derrière nous mais rien ne vous empêche de vous faire un cadeau de dernière minute.

Rachel Abbott est née à Manchester. Illusions fatales ( chez Belfond en 2014) son premier roman a été autopublié en version numérique en 2011, avant de trouver un éditeur en Angleterre. Après le piège du silence ( Belfond 2015) et Une famille parfaite ( Belfond 2016), la disparue de Noël est son quatrième roman. Elle partage aujourd’hui sa vie entre l’Italie et l’île anglo-normande d’Aurigny.

Je remercie les Éditions Belfond pour cette lecture divinement inquiétante.