Anguilles démoniaques

Anguilles démoniaques de Yû Takada aux Éditions De Saxus Traduit du japonais par Patrick Honoré et Ryoko Sekiguchi » Masaru ne savait pour ainsi dire rien de cette boîte. Chiwaki Enterprise. Quand le patron l’avait ramassé par la peau du coup, il lui avait donné pour seule consigne : « Tu feras ce que je te dis de faire.» Il avait ajouté : « Et rien d’autre. Pense pas. Réfléchis pas. Te pose pas de questions. Cherche pas à en savoir plus. À compter d’aujourd’hui, tu es mon chien. Je t’ai ramassé, je te nourris, donc je suis ton maître. » Masaru, un jeune homme qui croule sous les dettes se voit effacer son ardoise par un usurier peu scrupuleux. Pour le rembourser il devra dorénavant bosser pour lui. Après s’être accommodé de son nouveau look de brute épaisse, il va découvrir un monde empli de violence et de perversité. ” Mazaru ne savait pas quoi dire. Il se sentait comme souillé par l’âme du lieu, imbibé d’une force gigantesque et sinistre. Les grondements venant des entrailles de la terre n’avaient pas cessé.  » Une nouvelle livraison l’attend et sa curiosité le titille.  » Qu’est-ce que c’était de cette boîte ? Il n’en avait aucune idée.  » Sa curiosité va le conduire tout droit en enfer… » Il fut saisi d’un frisson. Il lui semblait avoir aperçu la tête d’un démon dans les ténèbres. Un démon qui l’attrapait par la peau livide, le dévorait, déchirait jusqu’à son futur. Il se mordit les lèvres, ouvrit les yeux. Il sentait le regard perçant du démon posé sur lui. Le démon, c’était lui-même. C’était son visage dans le rétroviseur intérieur, blême au fond des ténèbres. Il referma les yeux devant l’horreur de cette vision. ” Ce que j’en dis : Pour être tout à fait honnête dès le départ j’ai du m’accrocher pour poursuivre ma lecture. L’écriture plutôt simpliste ne me captivait pas du tout, elle manquait de style. Malgré tout j’ai eu envie de découvrir dans quelle galère Masaru s’était fourré une fois encore. Là je n’ai pas été déçu par l’histoire en elle-même et l’univers assez glauque dépeint par l’auteur. J’ai exploré la part d’ombre de Tokyo, cette ville tentaculaire où la criminalité de toute sorte fait rage. C’est pas la came que je préfère mais il devrait ravir tous les amoureux du genre.Yû Takada est un auteur de best-seller japonais, maître du thriller noir au Japon. Anguilles Démoniaques est son premier roman traduit en langue française. Plusieurs de ses œuvres ont déjà été adaptées en mangas, en séries télévisées et au cinéma. Je remercie les éditions De Saxus pour cette virée dans l’enfer de Tokyo.

Publicités

“ Fleurs de sang ”

Fleurs de sang de Jérôme Frioux -Troublant aux éditions De Saxus

 » Tous les voisins de « La Compagnie des orchidées » sont là, désemparés, les bras ballants, ne sachant que faire, que dire. Un silence de fin du monde s’est abattu sur le marché aux fleurs où, hier encore, une fébrilité joyeuse et naïve saluait le passage de la reine d’Angleterre.

Aujourd’hui, la fête est finie. La faucheuse est passée. ”

Franck, un fleuriste renommé du marché aux fleurs de Paris est retrouvé sans vie dans la serre de sa boutique. Tout porte à croire qu’il a été assassiné.

C’est le commissaire Durrieu qui se retrouve sur l’affaire. Un flic bourru et irascible qui tient sa brigade d’une poigne de fer.

Thom, l’ex-flic, ancien inspecteur prête main forte à son ex-patron. Suite à la mort de son jumeau pendant une arrestation, il avait quitté la police. Il se retrouve mêlé à l’affaire par l’amitié qu’il portait à Franck.

 » – Franck était un homme calme, discret. Gentil, prévenant. Mais quelque chose m’a toujours intrigué, chez lui…

– Tu peux expliquer ?

– Mon flair de super-flic, je suppose… J’ai toujours eu l’impression qu’il avait un secret, qu’il cachait quelque chose. Mais te dire quoi …

– T’as rien de plus précis ?

– En tout cas, c’était un solitaire. Il faisait fréquemment des voyages en Afrique du Nord et au Proche-Orient aussi, je crois. C’est un spécialiste des orchidées et des plantes tropicales.  »

Cet assassinat va mettre à jour un drôle de trafic…

Ce que j’en dis :

Quand on aime les polars sans hémoglobine à outrance ce roman est idéal. Une intrigue qui distille parcimonieusement les indices et offre une belle galerie de personnages qui intensifie le nombre de suspects. Il rend ce récit addictif et invite le lecteur à ne pas interrompre sa lecture pour connaître au plus vite le dénouement final. Il faut malgré tout être attentif, car la construction du récit passe parfois d’un moment à un autre sans toujours prévenir, un peu perturbant si l’on n’y prends pas garde. Une lecture malgré tout très agréable avec des personnages très attachants, et un final plein de surprise qui ravira tous les fans d’ Agatha Christie.

Pour un premier roman c’est réussi, une belle découverte.

Les auteurs :

Jérôme Frioux- Troublant vient du spectacle vivant. De mette en scène à régisseur, il est passé par tous les métiers du théâtre. Secrétaire général de  » La scène du balcon  » , association qui crée des spectacles et des festivals, il anime en parallèle des ateliers d’écriture intergénérationnels en partenariat avec la Ville de Paris. Fleurs de sang est son premier roman.

Bruno Leroy est fleuriste. Il a été le conseiller technique et botanique pour ce roman.

Je remercie les éditions De Saxus pour ce polar très fleuri.