“ Paradigma ”

Paradigma de Pia Petersen aux Éditions Les Arènes

” Elle est toujours éblouie par la beauté de l’informatique, la poésie de ses adresses et les possibilités insensées du virtuel. Qu’on ne dise pas que l’on ne peut rien faire pour changer le monde. Elle peut tout faire, surtout par les voies d’Internet, le problème majeur étant de rester incorruptible. Le hic, c’est que de nombreux hackers, capables de déjouer les systèmes sont récupérés par les multinationales qui leur proposent des sommes folles, quasiment impossibles à refuser. Personne n’échappe à la peur de finir pauvre. Le jour où l’on arrivera à dire non à l’argent parce qu’on considère qu’il y a des choses plus importantes, ce jour-là, la terre tremblera pour les bonnes raisons et elle aime penser que c’est possible et elle attend ce jour qui n’est plus très loin avec impatience. On peut en finir avec la peur. “

À Los Angeles, comme chaque année, la remise des oscars se prépare, mais dans l’ombre des projecteurs une femme prépare également une mise en scène spectaculaire afin que les exclus de la société, les invisibles apparaissent enfin dans la lumière.

Une marche silencieuse des pauvres s’organise.

” Nous allons prendre Beverly Hills, Rodéo Drive et Bel Air et Holmby, toute la zone des riches, ouais, les beaux quartiers, perce qu’y en a marre de se bastonner entre pauvres, comme pendant la révolte de South Central. (…) Ils viendront tous et de partout.(…) Personne ne veut rater ça et ce sera le bordel, elle a souligné avec plaisir. Un vrai chaos, enfin. Pas comme ces toqués de terroristes. Ce sera le défilé des paumés et il y en aura un paquet. On va vous sauter à la gueule et réveiller vos conscience à coup de pied… “

Le rassemblement a commencé et des individus mal fagotés débarquent de partout, créant une ambiance très particulière. Ça fait tache dans les beaux quartiers où une forte inquiétude commence à s’emparer des habitants. Un véritable insurrection est en marche et déclenche un tollé sur le Net.

Tout est parti de Luna. Mais qui est Luna ?

Une rêveuse ? Une idéaliste ? Une révolutionnaire ? Une hackeuse ?

Quoi qu’il en soit, les oubliés de l’Amérique sont bien décidé à suivre le mouvement avec l’espoir d’un monde meilleur.

Ce que j’en dis :

En France les gilets jaunes ont beaucoup fait parler d’eux et bien évidemment on pense à eux en lisant cette histoire, mais ils font pâles figures à côté de la magnifique prestation des oubliés de l’Amérique, les sans-abris, les sans-papiers, tous les miséreux d’ici et d’ailleurs.

Pia Petersen donne la voix aux invisibles en confrontant le luxe à la pauvreté, les révolutionnaires aux biens pensants, en créant une faille dans le système par l’intermédiaire d’une hackeuse et la complicité des réseaux sociaux.

En imaginant cette marche silencieuse, l’auteure ne nous offre pas seulement une histoire originale mais une véritable réflexion sur un monde de plus en plus fou, de plus en plus égoïste où l’argent et le paraître dominent, mais il suffirait d’une seule personne et d’un seul clic pour inverser la tendance.

Un roman intelligent, des portraits saisissants et touchants où deux mondes vont s’affronter pour le meilleur et pour le pire.

Une auteure qui mériterait un oscar pour une si belle mise en scène, où même l’amour surgit en plein chaos comme une note d’espoir en pleine tempête.

Mon âme rebelle s’est régalée, et vous invite à participer à cette marche silencieuse en vous plongeant dans ce récit audacieux.

Pour info :

Pia Petersen est née au Danemark, écrit en français et vit entre Paris et Los Angeles.
Elle a déjà publié dix romans, dont six aux éditions Actes Sud. Paradigma est son premier livre dans la collection EquinoX.
Elle a reçu en 2014 le prix du Rayonnement de la langue et de la littérature françaises de l’Académie française.

Je remercie les Éditions Équinoxe pour cette virée à Los Angeles sous le feu des projecteurs.

Publicités

“ Cherry ”

Cherry de Nico Walker aux Éditions Les Arènes

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Nicolas Richard

Et pendant tout ce temps, j’ai essayé de jouer au dur parce que je croyais être un dur et que j’étais censé être un dur. Sauf que je ne l’étais pas. Et je peux vous dire maintenant qu’il y a plein de trucs mieux qu’essayer de se faire passer pour un dur, dont un, et pas des moindres, est d’être jeune, de baiser ta nana et d’en rester là. ”

C’est au cours de l’année 2003, lorsqu’il était étudiant en première année à Cleveland qu’il tomba amoureux d’Emily, une rencontre qui le marquera à vie.

Peut-on remonter dans le temps jusqu’au moment où on a rencontré celle qu’on a aimé le plus et se souvenir exactement de la façon dont ça s’est passé ? Non pas où vous étiez, comment elle était habillée où ce que vous avez mangé ce jour-là, mais plutôt ce que vous avez vu en elle qui vous a fait dire : oui, c’est pour ça que je suis venu ici. Je pourrais inventer une connerie mais, en réalité, je ne sais pas. J’aimais sa façon de jurer. Elle jurait avec une grande beauté.

Et son corps.

Quelle baiseuse…

Il est fou d’elle, et lorsqu’il pense l’avoir perdu, désabusé, il s’engage dans l’armée qui l’envoie comme médecin en Irak.

Le sergent recruteur Cole m’a frappé à la bite sans raison. Mais nous encaissions. Il fallait se souvenir que tout ça, c’était du bidon. Les sergents recruteurs faisaient juste semblant d’être des sergents recruteurs. Nous faisions semblant d’être des soldats. L’armée faisait semblant d’être l’armée. “

Pendant quasiment une année, il va découvrir l’horreur et l’absurdité de la guerre, les exactions de son pays, les antidouleurs et la violence pure.

 » Bref, ne jamais s’engager dans l’armée, putain. “

” Les gens n’arrêtaient pas de mourir : tout seul, par deux, pas de héros, pas de batailles. Rien. Nous étions juste de la piétaille, des épouvantails glorifiés ; là uniquement pour avoir l’air occupés, à arpenter la route dans un sens et dans l’autre, pour un prix exorbitant, cons comme des balais.

Il y avait des rumeurs de mort : les meurtres occasionnels, les fins atroces. Quelqu’un de la compagnie Bravo : le médecin a démissionné, a dit qu’il ne supportait plus de sortir du périmètre.

(…)

Nous étions arrivés à l’automne, donc ça faisait un point de repère. Nous approchions de la fin. En fait, un an c’est rien. Il faut ce temps là pour apprendre à assurer un minimum sur le terrain et ensuite, une fois que tu sais ce que tu fais, tu t’en vas. “

Son retour est accompagné de grave troubles post-traumatiques, il souffre comme de nombreux vétérans et pourtant il ne bénéficiera d’aucun suivi médical ni psychologique.

Il retrouve Emily avec qui il plonge dans la drogue qui ravage le Midwest.

Un addiction qui ne les lâche pas et nécessite un paquet de fric, chaque jour.

Pour faire face, il devient braqueur de banques..

” Nous nous sommes garés devant leWhole Foods. J’avais vue sur la banque. J’avais un flingue. Ce n’était pas mon flingue. Je ne sais plus qui me l’avait donné. Un truc marrant à propos des flingues. Si on sait que tu as l’habitude de faire des braquages, les gens te filent des flingues. C’est un peu comme financer des missionnaires. “

Ce que j’en dis :

Le récit de Nico Walker est si je peux me le permettre  » La cerise sur le drapeau  »

Dès les premières pages, les mots de l’auteur nous emprisonnent pour ne nous libérer qu’à la dernière page, en nous laissant des souvenirs emplis d’une multitude d’émotions qui vont de la compassion, en passant par la colère et la rage avec une bonne dose de tendresse pour cet homme toujours en détention à la prison d’Ashland dans le Kentucky.

À travers cet autobiographie romancée, Nico nous livre son histoire et se délivre de tout ce qui l’enchaîne à ses souvenirs parfois douloureux qui l’ont conduit en détention.

Étudiant il tombe amoureux puis se laisse embringuer par l’armée.

” C’était la première semaine de l’année 2005 et ça faisait déjà quelques temps qu’aux infos on parlait de mômes envoyés sur le terrain, qui se faisaient buter ou mutiler, si bien que Kelly et consorts avaient du mal à recruter assez de mômes. Mais voilà que je me pointais la gueule enfarinée, et c’était trop facile ; grâce à moi, il avait gagné sa journée. “

Trop jeune pour être autorisé à franchir la porte d’un bar pour boire de l’alcool mais suffisamment pour partir à la guerre…

Allez comprendre !

Pendant onze mois, il effectuera pas moins de 250 sorties en patrouille dont il sera décoré pour sa bravoure. Mais il reviendra en vrac, livré à lui-même, avant de finir héroïnomane puis braqueur de banque.

Une confession hallucinante, souvent irrévérencieuse, d’un réalisme cru lorsqu’il nous parle de la guerre, tellement absurde et terrifiante, une expérience absolument révoltante pour ces jeunes si mal préparés à cette violence.

C’est le genre de récit qui va diviser les troupes, une œuvre littéraire qui a franchi les barreaux d’une prison pour libérer un écrivain avant sa sortie par la grande porte qu’il n’aura pas besoin de défoncer.

Un livre inoubliable, brut, noir, plein de rage, mais qui ne manque ni d’amour ni d’humour.

C’est trash, osé, courageux, ça parle de sexe, de drogue, de guerre, de criminalité c’est l’histoire d’un jeune trou du cul, coupable d’avoir aimé trop vite, trop fort, avant de se brûler les ailes en Irak pour finir derrière les barreaux après une descente dans l’enfer de la drogue et quelques braquages assez gonflés, et qui réussit grâce à son courage et aux soutiens d’éditeurs à nous écrire un putain de chef-d’œuvre.

Cherry , la cerise sur le drapeau à découvrir absolument.

Souhaitons sa sortie de prison aussi triomphante que ce récit qui a conquis l’Amérique, et poursuit merveilleusement son chemin en France grâce à la persévérance d’ Aurélien Masson toujours à l’affût de monuments littéraires hors normes.

Pour info :

Vétéran de la guerre d’Irak, ancien drogué et condamné à treize ans de prison pour vol avec violence, Nico Walker sortira de prison en 2020.

C’est son premier roman qu’il a écrit en détention.

Je remercie les Éditions Les Arènes pour cette découverte grandiose absolument bouleversante et inoubliable.

“ L’étoile du Nord ”

L’étoile du Nord de D.B. John aux Éditions Les Arènes

Traduit de l’anglais par Antoine Chainas

« Ne restez pas passif. Dressez -vous contre le menteur qui prétend que vous êtes libres et prospères alors qu’en vérité la pauvreté et les chaînes vous accablent. Frères et sœurs, Kim Jong-il est un tyran ! Sa cruauté ne connaît pas de limites, sa soif de pouvoir non plus. Pendant que vous mourrez de faim et de froid, il vit dans le luxe des palaces tel un empereur… »

À Georgetown, Jenna poursuit sa carrière d’enseignante, sans pour autant oublier sa sœur jumelle Soo-min, mystérieusement disparue, il y a une douzaine d’années sur une plage entre la Corée du Nord et du Sud.

Au plus profond d’elle-même, elle sait qu’elle est vivante.

Alors le jour où la CIA vient la recruter pour ses connaissances géopolitiques sur ce pays opaque et dangereux, elle saisit cette opportunité car elle sent qu’elle pourra accéder à une foule de renseignements inestimables qui pourraient bien l’aider à retrouver sa sœur.

” Je vais devoir accéder à la salle de contrôle du satellite au niveau le plus confidentiel. “

À l’autre bout du monde, à Pyongyang, en Corée du Nord, le lieutenant-colonel Cho est envoyé à New-York sous haute escorte, pour négocier avec les États-Unis. Juste avant son départ, il découvre un secret sur sa propre famille qui risque de le faire passer pour un traître auprès de la nation s’il voit le jour. Cho se voit dans l’obligation de réfléchir à un plan d’évasion pour échapper à la police secrète déjà sur sa piste.

” Il arrive parfois qu’une écume de vérité affleure dans un océan de mensonge. “

Plus loin au Nord, près de la frontière chinoise, Mme Moon se lance dans une entreprise risquée et téméraire de marché noir. Si elle réussit, sa vie sera changée à jamais. Si elle échoue, la mort sera au rendez-vous. Au cœur de la pauvreté, elle devra s’allier avec le Bowibu, la police secrète de sécurité de l’état, absolument impitoyable mais terriblement corruptible.

” La principale source de revenu du pays provenait du crime organisé. “

Une espionne d’un côté, un traitre de l’autre sans oublier une criminelle, trois destins qui vont se croiser dans le pays le plus secret du monde : la Corée du Nord.

Ce que j’en dis :

J’étais loin d’imaginer, que ce roman noir d’espionnage allait à ce point me bouleverser. En même temps s’il est dans l’écurie d’Aurélien Masson, on ne peut que s’attendre à de la bonne came. Et puis traduit, par Antoine Chainas, un auteur que j’apprécie énormément donne un poids supplémentaire à la qualité du récit. Vu sa qualité d’écriture dans ses propres romans noirs, j’aime à penser qu’il ne va pas traduire n’importe quoi juste pour le plaisir d’avoir son nom dans le bouquin.

Me voilà donc en route pour une virée en Corée du Nord, moi l’adepte inconditionnelle des USA.

Il va s’en dire à quel point j’ai été surprise, au bout de quelques pages, d’être autant embarqué dans cette histoire rondement orchestrée.

L’histoire prend forme, les personnages s’installent et page après page un suspens implacable grandit et nous fait voyager entre les États-Unis et la Corée du Nord sans jamais nous perdre, à travers une histoire époustouflante qui monte petit à petit en puissance vers l’impensable.

On découvre la face cachée et abominable d’un pays dirigé par un tyran. Un récit qui nous dévoile la cruauté du régime Nord-coréen, l’oppression d’un peuple sous une dictature effrayante.

À travers ces trois voix, et une intrigue basée sur des faits réels, ce récit rythmé est absolument captivant.

On ne peut rester insensible aux personnages et à leurs aventures et l’on s’y attache forcément.

Il est rare, très rare que je succombe à ce point pour un thriller, et je ne saurais faire autrement que de vivement vous le recommander.

Un roman dense, puissant, effrayant, grandiose, passionnant qui vous ne donneras pas spécialement envie de visiter ce pays mais qui vous laissera un sacré souvenir après sa lecture, c’est obligatoire.

Si vous ne devez lire qu’un thriller ce mois-ci, choisissez celui-ci, faites-moi confiance.

Pour info :

D. B. John est né au pays de Galles. Il déménage à Berlin en 2009 pour écrire son premier roman, Flight to Berlin, puis s’installe en Corée du Sud où il effectue de nombreux voyages en Corée du Nord.

En 2015 il écrit La fille aux sept noms, le témoignage d’une nord-coréenne qui a fui clandestinement son pays.

Ces expériences lui inspirent l’intrigue de L’Étoile du Nord.


Il vit désormais à Londres.

Je remercie les Éditions Les arènes pour ce roman noir inoubliable.

“ l’éternité n’est pas pour nous ”

L’éternité n’est pas pour nous de Patrick Delperdange aux Éditions Équinox

– Pourquoi tu tiens tellement à aller jusqu’à cette baraque ? dit Danny derrière lui.

– Vaut mieux passer la nuit là-bas que dehors, non ?

– Et s’ils veulent pas de nous, ces gens ?

– Je les déciderai, d’une manière ou d’une autre », fit Sam. “

Sam et Danny, deux vagabonds cherchent un refuge en pleine campagne. Ils ont fui le foyer d’hébergements où résidait Danny, après les problèmes rencontrés par ce dernier avec un gars qui l’importunait.

” Il était toujours question de violence dans ce que devinait Danny. Il était comme un chien qui sent l’orage et dont le poil se hérisse lors d’une soirée tranquille, mis en alerte par Dieu sait quels signes. “

Pas loin, Lila une prostituée, attends le client assise sur sa chaise en plastique, au bord de la chaussée. Quand elle voit débarquer Julien et sa bande, elle sait déjà que ça va mal finir. Mais elle était loin d’imaginer la tournure qu’allait prendre cette fin de soirée pour elle et sa fille.

(…) « C’est terrible, reprit le docteur d’une voix blanche. Je ne sais pas ce qui est en train de se passer depuis hier, mais je croirais bien que le diable vient de jeter son dévolu sur notre chère petite ville. »

Cet endroit serait-il maudit ?

Les loups sortent du bois et guettent leurs proies.

Une tornade de violence s’abat sur la ville. Durant quelques heures, ces personnages armés de courage pour certains et de lâcheté pour d’autres vont nous entraîner dans une terrifiante aventure.

Ce que j’en dis :

J’ai découvert la plume noire et lyrique de Patrick Delperdange avec son précédent roman : Si tous les Dieux nous abandonnent , du rural noir pur et dur tel que j’apprécie. Avec ce nouveau récit, l’auteur monte en puissance et atteint un pic d’émotions et de frayeurs plutôt impressionnantes pour une histoire qui se passe sur deux jours.

Situé un endroit paumé, ce huis clos mets en scène des marginaux, des désœuvrés, des pauvres qui subissent l’arrogance des riches, des gens de peu, des personnages d’une volonté incroyable qu’ils soient du bon ou du mauvais côté de la frontière du mal.

À travers une écriture sans concessions, un style sordide et violent, souvent trash où pointent des doses d’humour, de quoi détendre un peu l’atmosphère oppressante tout en gardant une part d’humanité et d’espoir, l’auteur nous offre un roman poignant qui ne manque pas de piquant ni de poésie.

Un bon shot de whisky aux effets enivrants et dévastateurs qui t’emmène au plus profond de l’âme humaine, au cœur de la forêt, là où sommeille le mal qui n’attend, qu’une étincelle pour qu’une vague de violence incendiaire détruise tout sur son passage, épargnant parfois les quelques arbres robustes qui arrivent à rester debout.

Si les Dieux nous abandonnent et que L’éternité n’est pas pour nous, profitez dès à présent pour découvrir sa plume avant qu’il ne soit trop tard …

Il n’est pourtant pas américain, ni même français et pourtant ce barbu belge a réussi en deux romans à me bluffer et à combler mon appétit livresque du noir.

Un petit noir bien serré à déguster sans modération.

Vivement le prochain.

Pour info:

Patrick Delperdange, écrivain belge, vit et travaille à Bruxelles. Prix Simenon pour son roman « Monk », Prix du Jeune Théâtre pour la pièce « Nuit d’amour » (éditions Actes Sud/Papiers), il a ensuite publié bon nombre d’ouvrages en littérature jeunesse, dont une trilogie fantastique chez Nathan, « L’œil du Milieu ». Parallèlement à cela, il est également le scénariste de plusieurs bandes dessinées.

Patrick Delperdange est également l’auteur de Chants des gorges, paru aux éditions Sabine Wespieser et réédité chez Espace Nord en 2014. Ce roman a été couronné par le prix littéraire le plus prestigieux de Belgique francophone, le prix Rossel, ainsi que par le prix Rossel des jeunes, doublé historique puisque ces deux prix n’avaient jamais encore été attribués au même ouvrage.

Après : Si tous les Dieux nous abandonnent publié chez Gallimard à la Série Noire, il signe un nouveau roman : L’éternité n’est pas pour nous aux Éditions Equinox (dirigé par Aurélien Masson), qui vous étreint le cœur, dans la lignée des œuvres de Larry Brown et de Daniel Woodrell, des grands maîtres américains.

Je remercie les éditions Équinox pour ce roman rural noir belge qui m’a transporté à la frontière de l’Amérique.