“ Le manuscrit inachevé ”

Le manuscrit inachevé de Franck Thilliez au Éditions Fleuve Noir

Ce livre que vous vous apprêtez à entamer ( mais ne l’avez-vous pas déjà entamé ? ) a pour titre Le manuscrit inachevé. C’était mon idée, et toute la maison d’édition a adhéré. Il n’y avait pas d’alternative.  »

Ça commence par un vol de voiture qui tourne mal et réserve déjà pas mal d’énigmes à lui tout seul aux alentours de Grenoble.

Puis on fait la connaissance d’une femme écrivaine mais qui se cache derrière un pseudo. Une femme déjà blessée par la disparition de sa fille, quatre auparavant et qui s’interroge sur l’étrange agression que vient de subir son mari.

 » Léane ne put s’empêcher de penser que, ces derniers jours, la fiction flirtait un peu trop avec la réalité. ”

Elle rejoint après une longue absence sa villa, L’Inspirante, posée au bord des dunes de la Côte d’Opale.

” Elle devait comprendre les mystères qu’avait abrités cette maison en son absence. “

Commence alors une véritable chasse aux réponses à toutes les questions que l’on peut être amené à se poser à ce moment précis de cette histoire, et qui semble liée à un étrange manuscrit…

Ce que j’en dis :

Rassurez-vous je ne vous ai rien révélé de plus que la quatrième de couverture, voir même un peu moins. Par contre, je peux me permettre de vous dire que cette histoire est bluffante n’en déplaise à Télérama.

Ce récit très particulier est fait de mystère et de suspense mais imbriqués d’une telle manière qu’elle est un véritable casse-tête pour le lecteur.

Imaginez-vous dans un château avec des milliers de portes de sortie mais une seule est la bonne. Et bien voilà comment l’auteur va vous balader, d’un endroit à l’autre, d’une personne vers une autre, vous distribuant des indices et quand vous pensez avoir toutes les bonnes cartes en mains, une nouvelle donne se profile et met toutes vos trouvailles aux oubliettes. Autant vous prévenir tout de suite, Franck Thilliez maitrise à la perfection les codes du thriller, et l’on retrouve dans sa plume son côté scénariste qui donne davantage de poids à l’histoire à travers toute cette excellente mise en scène.

Une lecture addictive, qui va vous surprendre plus d’une fois. Vous ne me croyez pas ? Lisez-le vous verrez. Inachevé ou pas, ce manuscrit va faire couler encore beaucoup d’encre.

Franck Thilliez est l’auteur d’une quinzaine de romans, parmi lesquels Le Syndrome E. et, plus récemment, Angor (Prix Étoiles du Parisien-Aujourd’hui en France pour le meilleur polar 2014), PandemiaREVER et Sharko. Il fait aujourd’hui partie des dix auteurs les plus lus en France.

Adapté au cinéma pour La Chambre des morts (prix SNCF du polar français), Franck Thilliez est aussi scénariste.

Ses livres sont traduits dans le monde entier.

Je remercie les Éditions Fleuve pour ce manuscrit étonnamment surprenant.

Publicités

“ Sauf ”

Sauf d’Hervé Commère aux Éditions Fleuve Noir

Notre vie a viré au chaos. Avant- hier nous étions un couple parmi d’autres et nous avions une chouette vie. En quelques heures, et pour la deuxième fois de ma vie, tout à basculé. ”

Mat avait six ans quand il dû faire le deuil de ses parents, morts tous deux dans l’incendie qui ravagea leur manoir en Bretagne.

les flammes emportèrent tous ses souvenirs, rien ne fût épargné.

Mat a désormais 40 ans, il est propriétaire d’un dépôt- vente.

Il voit passer un peu de tout et même n’importe quoi SAUF ce jour-là. Ses employés ont récupéré la veille un album photo qui est tout SAUF étrange. Cet album contient toutes les photos de son enfance qui auraient dû être dévorées par les flammes du terrible incendie. SAUF qu’il est bien là dans ses mains, devant ses yeux et là, quelque chose lui échappe.

 » Il y avait l’orage qui grondait en moi, qui explosait parfois,que j’ai mis tant de temps à dompter. Il est toujours là, je le sens parfois qui rôde, mais je le connais. Je sais faire avec, me replier plutôt qu’exploser. J’ai appris à me taire, serrer les dents. (…) Je ne comprends rien à ce que j’ai sous les yeux, que je touche en ayant peur d’y laisser ma main. Mais ma main, ce n’est rien. Je vais y laisser bien plus.  »

SAUF que maintenant, il s’interroge, car certaines photos semblent provenir du présent. Et un nouveau drame va tout déclencher… le feu qui semblait éteint reprend vie. Il n’a désormais plus rien à perdre.

“ Mais de quoi sommes-nous vraiment à l’abri, dans la vie ? ”

Mat va remonter le fil du temps pour résoudre les différentes énigmes qui s’offrent à lui. SAUF qu’une chose est claire, ça ne va pas être simple.

“ On ne règle rien en courant plus vite ou en parlant plus fort, on ne fait rien taire, et les fantômes nous rattrapent toujours. Je songe à ces années heureuses quoique aveugle, et je ne sais pas si je déplore le bonheur enfui ou si je maudis mon fourvoiement d’alors. ”

Qui est vraiment Mat ? D’où vient- il ? Qui lui en veut ? Et surtout pourquoi ? SAUF que je ne vous dirai rien de plus que la quatrième de couv’ . C’est comme ça. Pas question que je vous dévoile davantage tous les secrets de cette histoire de dingue, SAUF que j’ai très envie que vous fassiez tout SAUF vous passez de ce superbe moment de lecture. Car cet auteur est tout SAUF nul. Une fois encore, il m’a tout SAUF ennuyé. SAUF que mon repassage attends toujours mais on s’en fout, n’est-ce pas ? Ce qui compte ici c’est tout SAUF de ne pas dire n’importe quoi.

Hervé Commère ne se contente pas d’une intrigue, non il te concocte une mise en scène à la hauteur de son talent qui est tout SAUF banal. Il te surprend, t’emmène dans des chemins de traverse et te conduit chapitre après chapitre vers une histoire qui ferait un tabac dans les journaux dans la rubrique fait divers SAUF que là il va faire un carton en librairie.

C’est donc tout SAUF n’importe quoi ce roman, et bien plus encore, SAUF que je vais pas vous prendre par la main mais j’accepte de me fâcher avec votre banquier, car j’espère que vous ferez tout SAUF vous priver de cette lecture.

Ce n’est pas la première fois que cet auteur me surprend et j’espère que ce sera tout SAUF la dernière fois.

Je comprends, vous avez plein de livres qui vous attendent SAUF qu’il voit faut celui-là aussi.

Sinon c’est SAUF qui peut pour vos genoux ( ceux qui savent comprendront, d’ailleurs ils ont déjà le bouquin)

Retrouvez des infos sur l’auteur et son précédent roman Ce qu’il nous faut c’est un mort en cliquant ici.

Je remercie les Éditions Fleuve Noir pour cette lecture qui est tout SAUF … et bien plus encore.

“ Eleanor Oliphant va très bien ”

Eleanor Oliphant va très bien de Gail Honeyman aux Éditions Fleuve

Traduit de l’anglais (Écosse) par Aline Azoulay-Pacvoñ

“ Aujourd’hui, j’ai délaissé le Telegraph pour m’intéresser à un autre type de lecture. J’ai dépensé une somme sidérante pour m’offrir un petit assortiments de magazines féminins, des plus cheap et tapageurs aux plus épais et glacés qui promettaient monts et merveilles et toutes sortes d’astuces simples simple pour transformer sa vie. (…) Ainsi, je me fondrais dans la masse des femmes au physique convenable. On ne me dévisageait plus. Le but ultime était de me camoufler efficacement pour avoir l’air d’une femme humaine. ”

Eleanor Oliphant est comme qui dirait un peu spéciale. Dotée d’un QI plutôt supérieur à la moyenne. Peu diplomate, elle a une certaine tendance à dire tout haut ce qu’elle pense tout bas sans aucune gêne. La gêne elle laisse ça aux autres.

Elle vit seule car comme le dit ce vieil adage : mieux vaut être seule que mal accompagnée. Seule la vodka tape l’incruste dans sa vie, peut-être pour mieux supporter l’appel hebdomadaire de sa mère.

Mais voilà qu’elle s’amourache d’un mec. C’est pas dans ses habitudes, alors si elle veut attirer l’attention, va falloir faire quelques efforts.

 » L’atmosphère confinée et les dorures des salons de beauté, n’étaient pas mon habitat de prédilection, comme la poule qui avait pondu les œufs de mon sandwich, je préférais évoluer en liberté. ”

Ça va pas être simple. Eleanor n’est guère sociable, mais si elle veut que son fantasme aboutisse, elle va devoir faire confiance et accepter les conseils.

“ Je me sentais un peu à cran. Si mon humeur devait être une énigme de mots croisés, la réponse serait « bouleversée ».  »

Raymond, un de ses collègues, pas très attirant sous ses airs négligés, va mine de rien se révéler très utile, et un échange de bon procédé va se mettre en place en tout bien tout honneur.

Navigant en eaux troubles entre son obsession amoureuse et son étrange relation avec sa mère, elle va découvrir le pouvoir de l’amitié et du partage…

 » J’avais du pain sur la planche. Le passé m’avait échappé – ou c’était moi qui lui avait échappé -, et pourtant, il rôdait toujours dans l’ombre. Il était temps de laisser entrer la lumière. ”

Je l’ai déjà dit mais une fois encore cela s’avère vrai. Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendezvous.

J’avais donc apparemment rendez-vous avec Eleanor, et j’ai passé un sacré bon moment. J’ai eu l’impression de rencontrer mon double, une autre moi, c’est grave docteur ?

Aurais-je été atteinte du syndrome du lecteur ? Aurais-je fait un transfert ?

Une chose est sûre, cette nana qui cache derrière son humour décapant de grosses blessures est une sacrée battante, et nous donne à travers cette histoire de belles leçons de vie et de courage. Sous ses airs de Bridget Jones se cache une wonder woman des temps modernes.

Entre les bons et les mauvais jours on découvre la vie présente et passée d’Eleanor, racontée tantôt avec humour noir ( ben oui les filles aiment le noir ) tantôt avec esprit ( parfois dérangé) mais toujours avec délicatesse et surtout sans hypocrisie. Le regard d’une femme blessée qui tente à sa manière de guérir dans ce monde si hostile avec les gens différents.

Un roman cynique, tendre, intriguant, attachant, imprévisible, surprenant, merveilleux.

En faite Eleanor Oliphant, elle déchire, un peu comme moi en fait…

Alors qui m’aime le lise !

Diplômée des universités de Glasgow et d’Oxford, Gail Honeyman vit aujourd’hui à Glasgow. Eleanor Oliphant va très bien est son premier roman. Il a suscité un véritable engouement international, il est en cours de traduction dans 27 pays.

Je remercie Lucile et les Éditions Fleuve pour cette lecture aussi divertissante que touchante.

 » Vices « 

Vices de Gipsy Paladini aux Éditions Fleuve Noir

 » Tala a choisi sa spécialisation, instauré ses codes, organisé ses procédures, fondé ses unités, et six mois de méandres administratifs plus tard, la BJV – Brigade des jeunes victimes – avait pu être inauguré. « 

 

Une nouvelle brigade est en place créée par Tala un ancien des Stups. Dans cette unité spéciale on gère les dossiers délaissés et pourtant primordiaux, tel que les suicides, le harcèlement, les viols, les disparitions.

 » (…) une majorité des criminels ne le seraient pas devenus si enfant, adolescent ou jeune adulte, victime ou incriminé, s’ils avaient été mieux traités. Chaque individu à un processus propre. C’est notre travail de le cerner pour mieux réorienter les blessés et les égarés (…) Soyons les médecins de la société future. Prévenons pour ne pas avoir à guérir. « 

Une équipe spéciale, un peu cramée, plus amène pour affronter les ténèbres urbaines.

Néanmoins de bons flics qui vont œuvrer pour que justice soit faite.

À travers deux enquêtes, nous allons faire connaissance avec eux, les apprivoiser, et très vite nous y attacher avec une forte envie de les retrouver pour de nouveaux sauvetages chez cette jeunesse malmenée par notre monde de plus en plus cruel.

 » Dans un monde peuplé de requins, les poissons rouges servent de festin. »

Je retrouve la plume de Gipsy Paladini découverte auparavent via Le bruit des ailes qui tombent, et une fois encore son style incisif a tout pour me plaire. 

Nouveau thriller, nouveaux flics, nouvel univers. Nouvelle équipe d’enquêteurs plutôt mystérieux qui se révéleront petit à petit, chacun a ses secrets, ses casseroles et ses blessures qui font d’eux des flics plus vrais. D’ailleurs ces deux histoires pleine de Vices sont extrêmement proches de la réalité qui nous entoure. L’écriture enragée de l’auteure nous plonge dans cette noirceur effrayante, avec sa propre signature et toujours avec un attachement féroce à ses personnages. Un concept de présentation original qui présage une suite. Après cette mise en bouche réussie, l’impatience se fait sentir et j’ai hâte de retrouver cette bande de flics prête à tout pour sauver la jeunesse en danger.

Une arrivée en fanfare chez Fleuve, des retrouvailles à la hauteur de mes attentes, prête pour les prochains épisodes. 

À vos marque… Prêt… Lisez… Un peu de Vices ça peut pas vous faire de mal, bien au contraire. 

Fascinée par la face sombre de l’humanité, Gypsie Paladini parcourt le monde à la rencontre des populations qui hantent ses bas-fonds. Comme dans ses deux premiers livres, Sang poursang et J’entends le bruit des ailes qui tombent, les personnages de Vices nagent à contre-courant et, les os brisés par les vagues, poursuivent leur féroce rebellion contre les plans préétablis de la destinée.

 » Islanova « 

Islanova de Jérôme Camut et Nathalie Hug aux Éditions Fleuve Noir 



 » Quand il fut à distance, Julian s’arrêta brièvement pour observer le désastre. Il eut alors la sensation que sa famille se disloquait en même temps que sa maison et que, s’il ne se ressaisissait pas, il échouerait à la sauver elle aussi.  » 

 

Après avoir surpris sa fille Charlie et Leny son beau-fils en mauvaise posture plutôt embarrassante pour chacun d’eux, Julian pète un câble. Sans le savoir, c’est le début d’un enchainement de catastrophes imprévisibles.

 

 » Il n’avait pas assez plu au printemps et la canicule augurait une catastrophe écologique. « 

Ils se retrouvent contraints de quitter leur maison que les flammes menacent. Charlie, persuadée que son père va la séparer de Leny, décide de fuguer et persuade Leny de rejoindre la ZAD ( Zone à défendre ) située sur l’île d’Oléron.

 » Tout fini toujours par s’arranger quand on s’aime.  » 

Là-bas se trouve Vertigo, un homme charismatique qu’elle écoute sur les ondes depuis des mois. Il est le leader de l’ Armée du 12 octobre.

 » – N’y entre pas qui veut, c’est vrai. Mais si tu arrives à leur prouver que la cause est plus importante que tout le reste pour toi, alors c’est qu’une formalité !  » 

Mais Charlie est loin de s’imaginer que derrière la ZAD se cachent des activistes prêts à tous les sacrifices pour défendre leur cause. 


 » Où que vous soyez, soldats de l’Armée du 12 octobre, mobilisez-vous. Je vous sais nombreux, efficaces, et volontaires. La bataille que nous avons engagée ne se limite pas à la France. Non, cette bataille est mondiale, elle scellera le sort de l’humanité.  » 

 

Elle se retrouve embrigadée et va plonger sa famille dans le chaos le plus total.

« Ne va pas croire qu’Islanova est un rêve. Islanova, c’est peut-être la fin d’un cauchemar, si on s’y met tous.  » 

 

Et vous, êtes-vous prêt à rejoindre ISLANOVA ?

Jérôme Camut et Nathalie Hug, ces deux têtes bien pensantes qui écrivent à quatre mains nous ont concocté un thriller de haut-vol qui trouve sa place dans les événements chaotiques de notre société. À travers quasiment 800 pages ( que l’on ne voit pas passer ), ils abordent des thèmes d’actualité tel que l’écologie, le terrorisme, l’embrigadement, la disparité des ressources, la redistribution de l’eau de manière planétaire via l’histoire d’une famille recomposée, où la jeunesse rebelle fait des siennes. 

 » Le monde brûle, et nous on regarde ailleurs.  » 

Ils soulèvent en nous de nombreuses questions sans nous donner de leçon, mais réveillent plutôt une prise de conscience. 



Un projet ambitieux absolument réussi qui j’espère trouvera de nombreux adeptes. Quand la plume des écrivains s’impose pour ne pas oublier la mitraille du 13 novembre 2015, mais aussi pour préserver notre planète ça mérite toute notre attention. 

Tel un pavé dans la mare, ce pavé s’impose dans ce marasme médiatique. Réponse romanesque de Jérôme Camut et Nathalie Hug aux contradictions de notre société. 

 


Jérome Camut est né en 1968. Après des études de cinéma, il travaille dans la production et participe à l’écriture d’un scénario. C’est ainsi qu’il découvre l’addiction des mots, qui ne le quittera plus.

Née en 1970, Nathalie Hug a d’abord travaillé dans l’industrie pharmaceutique jusqu’en 2004 où sa rencontre avec Jérôme Camut bouleverse sa vie et l’incite à se consacrer à l’écriture. 

Ensemble, ils ont déjà écrit deux séries très remarquées, les voies de l’ombre et W3. Le 12 octobre 2017 ils sont entrés au catalogue de Fleuve Éditions avec ISLANOVA. 

 

Je remercie les Éditions Fleuve pour ce Thriller rebelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 » Comme de longs échos « 

Comme de longs échos D’ Elena  Piacentini aux éditions Fleuve Noir 



 » Le regard de Vincent Dussart se rallume, sa voix se raffermit. Il paraît soudain plus grand.

 – Quentin est mon fils. On a assassiné ma femme et on m’a pris mon fils.  » 

Vincent Dussart ne s’attendait pas à ça en passant à l’improviste dans la maison de son épouse, qui lui avait dernièrement imposé un break.

Du coup la DIPJ de Lille est sur les dents. Une femme est morte et son enfant a disparu. Le mari fait un suspect idéal. Pas de temps à perdre pour le chef de groupe Lazaret et le capitaine Mathilde Sénéchal, une femme efficace, redoutable et inflexible.

Pour elle «  Le travail constitue la meilleure des thérapies et la pièce maîtresse de son armure. Affronter des adversaires de chair et de sang est une répétition du corps permanent engagés contre ses ennemis intérieurs. Les défaillances de Mathilde n’ont d’égale que son énergie à les vaincre. Elle n’est pas une femme à hisser le drapeau blanc, même dans la débacle. « 



Sénéchal trimbale sa part de félures qui font d’elle une flic brillante en cas d’urgence. Ses blessures la booste.

«  Ce que les gens  » normaux  » ne peuvent concevoir constitue l’essentiel de son quotidien. Les salauds sont plus créatifs que la moyenne.  » 

Dans une autre région, un flic à la retraite prends connaissance de cette affaire, ce fait divers vient réveiller de douloureux échos…

 » Les cliquetis des menottes ne lime pas le chagrin, ne couvre pas le zip de la housse mortuaire qui dit  » T’arrives trop tard.  » 


L’arrivée de cet homme des montagnes a tendance à perturber Mathilde. Elle a beau être flic, elle n’en n’est pas moins femme. Nouvelles perturbations dans l’air.

 » Les nuits étaient toutes miennes et j’étais à la nuit. Mes songes j’en étais convaincu, me disaient  » quelque chose  » J’y cueillais les clés d’or sans savoir dans qu’elles serrures les insérer ni qu’elles portes elles ouvriraient.  » 

N’oublions pas, elle a une enquête à résoudre et un enfant à retrouver, son équipe est prête. Elle s’attend à tout, même au pire scénario, et elle ne va pas être déçue.

Et vous non plus, si d’aventure il vous prenait la riche idée de lire Comme de longs échos

La plume d‘Elena Piacentini donne vie à une nouvelle enquête et met en scène une nouvelle héroïne : Mathilde Sénéchal.

À travers une écriture soignée, travaillée, tout en allant à l’essentiel, elle rends d’emblée cette nouvelle équipe attachante et l’enquête captivante. En s’inspirant d’un fait divers, Elena a réussi une fois de plus à conquérir mon cœur de lectrice et j’espère ne pas me tromper en attendant la suite et je garde l’espoir de retrouver Mathilde.

Un roman policier comme j’aime avoir entre les mains, une enquête bien ficelée, très visuelle qui rendrait à merveille à l’écran avec une foule de personnages charmants et un style d’écriture qui s’affirme et séduit.

Une auteure qui a sa place dans la cours des grands, alors messieurs les écrivains méfiez-vous Elena est dans la place. Et elle n’a pas fini de nous surprendre.

Vous l’aurez compris, j’ai apprécié retrouver mon auteure Corse préférée.

Vivement le prochain, heureusement pour moi, je n’en ai pas terminé avec Leoni, l’attente sera moins longue. Et vous c’est pour quand votre premier Elena Piacentini ? Faites gaffe, je mène l’enquête…



Elena Piacentini  est née en Corse à Bastia, comme le héros de ses premiers livres, Leoni, le commandant de police à la section homicide de la PJ de Lille, qu’elle a créé en 2008. . Elle y a passé son enfance et son adolescence, entre le maquis et les bras de sa grand-mère. L’un et l’autre lui ont appris le goût de la liberté, de la sincérité et de la pugnacité.

En 2012, sa carrière littéraire prends un nouveau tournant. Elle change de maison d’éditions. Elle affirme ses ambitions et confirme ses promesses. L’année suivante, elle reçoit le Prix Calibre 47 pour son roman «  Le cimetiére des chimères  » remis à l’occasion du Festival Polar Encontre à Bon encontre et le Prix Soleil Noir de Vaison La Romaine.

En juillet 2014, elle sort la sixième aventure de Leoni  » Des forêts et des âmes  » et  » Aux vents mauvais  » toujours aux Éditions Au-delà du raisonnable . puis    » Comme de longs échos  » aux Éditions Fleuve Noir.

 

Je remercie les Éditions Fleuve Noir pour cette lecture au label de qualité Corse.

 

 

 

 

 

 


 » La Mécanique de l’instant « 

La Mécanique de l’instant de Rebecca Done chez Fleuve Éditions 

 

« Mon cœur se mit à battre si vite qu’il aurait pu servir de ligne de base à un morceau d’acid house. Je savais que j’avais envie de l’embrasser mais je savais aussi que je n’avais aucune envie de finir en prison…

Prof + éléve = Pervers . La formule on ne peut plus simple.  » 


L’amour a ses raisons que la raison ignore, mais apparement il ne fait pas bon s’aimer quand on a pas atteint l’âge requit. Dix ans d’écart entre Jess et Matthew, ce n’est pas dramatique en soi, seulement Jess est l’élève et Matthew le professeur là ça coince. Il vont pourtant s’aimer, s’aimer même beaucoup et ça va mal finir pour Matthew qui ne passera pas devant le maire ni devant le curé mais devant le juge et direction le pénitencier…

Dix sept ans plus tard Jess retrouve Matthew sur son chemin, malgré sa nouvelle apparence, elle le reconnu de suite. il semblerait même que leurs cœurs battent encore l’un pour l’autre et même si désormais l’âge n’a plus d’importance, il y a certaines choses du passé et du présent qu’on ne peut oublier.


 » Se tenir sur ses gardes au cas où quelqu’un ferait le rapprochement histoire d’éteindre l’étincelle avant qu’elle ne déclenche un incendie ravageur. « 


Je reconnais que ce style de roman ce n’est plus mon genre de prédilection. Au départ l’histoire peut sembler banale mais j’avoue que c’est sa construction qui a réussit à me captiver et a rendu ce roman un peu plus intéressant. Le suspens qui s’ajoute à la romance est savament dosé jusqu’au final. On voyage entre le passé et le présent et on découvre enfin la face cachée de cette histoire d’amour interdite. Les secrets de chacun sont mis à jour et on n’est pas à l’abri d’un nouveau scandale.


Une romance clandestine, un sujet tabou, un suspens omniprésent, une écriture fluide, des personnages attachants, font de ce roman une lecture agréable dans l’ensemble même si ça manque un peu d’originalité et que la fin reste comme suspendu dans le temps.


Rebecca Done est diplomômée en écriture créative de la Nor wich School of Art &  Design. La mécanique de l’instant est son premier roman. Elle vit à Norwich où elle travaille en tant que conceptrice-rédactrice freelance.

Je remercie les Éditions Fleuve pour cette lecture romantique. 

 

 

 » Chute  » 

Chute de Christophe Nicolas aux Éditions Fleuve 


À chaque rentrée littéraire, un roman sort du lot et cartonne dés sa sortie. Cette année c’est au tour de « Chute «  de Thomas Cahin. Pour Thomas c’est la consécration tant attendue qui lui permet enfin de réaliser ses rêves les plus fous et d’être un héros au regard de sa femme.


Seulement voilà, il y a comme une grosse coquille dans ce best-seller, Thomas n’est pas le véritable auteur et c’est bien là le problème.

 » Thomas eut alors l’impression qu’un poids quittait sa poitrine, Il laissa échapper un soupir, même s’il n’avait apaisé qu’une partie de ses craintes. « 


Il se retrouve en mauvaise posture, au bord d’un précipice qui va l’entraîner vers une chute sans fin. Se pose alors de sérieux problèmes de conscience et même si  » ceux qui aboient ne sont pas ceux qui mordent. » le danger le guette et la vérité risque d’éclater au grand jour, mettant en péril toute sa vie.


Au début de ma lecture, j’ai cru à du déjà lu, déjà vu, mais c’était sans compter sur le talent de Christophe Nicolas, auteur que je n’avais pas encore découvert.  Et je peux vous dire qu’il m’a scotché. Je me suis retrouvée accrochée au livre comme au bord d’une falaise sans pouvoir le lâcher et j’ai glissé page après page sans voir venir la chute finale.


Une bien belle découverte, un très bon moment de lecture, tel l’arroseur arrosé, je me suis retrouvée piégée dans cette histoire sous haute tension et j’ai beaucoup apprécié cette escapade livresque. Une idée de départ déjà vu, mais une suite complètement inattendue. Je suis heureuse de  retrouver prochainement la Plume de l’auteur avec  » le camp «  son précédent roman .


Né à Alès en 1974, Christophe Nicolas a longtemps vécu à Barcelone avant de s’installer à Toulouse puis près de Montpellier. Musicien, guitariste dans un groupe « rock et humaniste », il est l’auteur de trois thrillers paranormaux, Un autre (2010), Projet Harmonie (2012), parus aux éditions du Riez et Le Camp (Fleuve éditions, 2016).


Un livre à découvrir et un auteur à suivre.

« Chute « un roman vertigineux, brillant qui ne tombera pas dans l’oubli.

« Élastique Nègre « 

Élastique nègre de Stéphane Pair aux Éditions Fleuve Noir 


« Les touristes suivent les ombrelles à la queue leu leu Dans les allées du marché aux fruits et aux fleurs. Ils prennent des photos et achètent des souvenirs avant de remonter très vite dans leur bateau fumant. C’est tout ce qu’il verront de notre île et c’est sans doute suffisant pour eux. Avec Steve ça nous laisse une heure pour les voler sur le marché. »


La Guadeloupe n’est pas qu’une île paradisiaque, sous ses décors de carte postale, elle nous fait oublier son côté sombre. Et lorsque le corps d’une jeune femme blonde est découvert dans les entrailles de la mangrove, ça soulève de nombreuses interrogations, pour commencer, découvrir son identité. Pour le lieutenant colonel Gardé , l’affaire se révèle compliquée, entre les trafiquants de drogues, les insulaires peu coopératifs, et les touristes détroussés, ça va pas être simple pour lui, de mener à bien son enquête. Que se cache-t-il derrière cette morte?


 » Au bout du secret, qu’y a-t-il ? N’y trouve-t-on que le besoin égoïste de soulager sa conscience ? Confronter son petit dégoût de soi au regard des autres et y chercher l’absolution de la communauté des humains pour repartir au combat. Cracher sa merde, c’est le temps qui nous reste, acheter le droit de se considérer encore un peu digne de se lever le matin et, pourquoi pas, recevoir encore un peu d’amour de ceux à qui l’on a menti. Mais au cœur du secret soudain révélé, n’y a-t-il pas plutôt la volonté de tromper encore son monde. Dire sa vérité, drapé de honte jusqu’au cou, pour en réalité taire quelque chose d’encore plus grand, de plus grave et consistant. Selon moi, la majorité des secrets sont fait de cela »



À travers ce roman chorale qui donne la parole à de nombreux protagonistes, tels que Végéta Un dealer, Gina une conteuse, Jimmy petit frère de Gina, Aymé pêcheur à la retraite, Tavares un narco trafiquant, Lize une étudiante américaine, on est embarqué pour un voyage non pas idyllique comme le promettent les slogans publicitaires mais pour une plongée dans les eaux des Caraïbes où la drogue est reine et la violence aussi brutale que les ouragans qui dévastent l’île au moindre passage.


« C’était comme un film sans image tous ces sons …

Ce vacarme, c’était le vent mais aussi les gens qui hurlaient en même temps. Je me souviens d’avoir regardé un moment par la fenêtre. Ce n’était déjà plus le même monde. La rue était noyée et l’eau était montée sur la chaussée jusqu’à la taille. Face à moi, sur le seuil d’une épicerie, je voyais un enfant seul pleurer, l’eau jusqu’au genou, oublié là sûrement, incapable de bouger comme le font les ti moun  quand ils se sentent abandonnés et que tout leur univers s’écroule soudain…

L’eau montait, montait, montait… toute chargée de merde, de terre, de ferrailles et de branches. Et à chaque vague soulevée, la mer mangeait la terre un peu plus, par coudées entières, sans jamais s’arrêter, sans jamais revenir en arrière. Puis, au bout de quelques heures, le cyclone a semblé n’avoir plus de haine. » 


À travers cette galerie de portraits, on découvre une îles aussi malmenée que ses habitants où la drogue fait des ravages, un business florissant pour certains et une terrible malédiction pour d’autres. Qui dit drogue, dit addiction, argent sale, corruption, agression, vengeance, trahison, misère.

Un premier roman où je me suis parfois perdue, le fil de l’histoire est difficile à suivre , le passé et le présent s’entremêlent et forment parfois de sacrés sacs de nœuds. Du début à la fin un véritable jeu de piste avec au détour d’un chemin des informations capitales sur l’histoire. Faut tenter de ne pas s’y perdre et retrouver sa route, pas toujours simple cette balade guadeloupéenne. Par contre un sacré style dans l’écriture, elle s’adapte à chaque personnage et certains sont tout simplement magnifiques. Une histoire sombre, une carte postale de la Guadeloupe sans concession.Un décor de rêve pour une idylle qui démarre au paradis et prends vite la route de l’enfer.

Stéphane Pair

Un premier roman de Stéphane Pair, journaliste radio pour la chaîne publique France Info, Il traite depuis près de dix ans les faits divers, les questions de justice et de société.

Une lecture en demi-teinte, ni complètement conquise , ni complètement déçue. Un auteur que je continuerai à suivre. Car même si le coup de foudre n’est pas là sur le moment j’y pense encore à cette histoire, à ce style et c’est bon signe.

 » La viande des chiens, le sang des loups « 

La viande des chiens, le sang des loups de Misha Halden aux Éditions Fleuve noir



 » On était de retour à quelque-chose que je connaissais bien, les emmerdements.Ça m’avait manqué. »

T’es tranquille peinard chez toi et t’as une môme assez enragée qui débarque avec une espèce de chien de garde dans ta cabane. Ça craint, l’ambiance cocooning s’enflamme et ça dégénère très vite. Rory, tel un chien tente de défendre son territoire, et n’hésite pas à affronter les intrus.

« J’ai pris une claque. Pas forte, pas brutale; rien qu’un geste pour montrer qui frappait et qui fermait sa gueule. »
Cette môme c’est Lupa, femme-enfant, sauvage, mystérieuse, en fuite. Rory, lui, vit seul avec ses chats, il cultive ses légumes et sa misanthropie. Cette intrusion va mettre à mal sa tranquillité et bousculer son quotidien.

« Mes enfants étaient des tâches sur mes draps »
Mais va-t’il retrouver une once d’humanité pour comprendre et aider Lupa? Et va-t’il retrouver le chemin de l’écriture?
 » J’ai arrêter d’écrire parce que je voulais cracher entre les lignes, alors que tout ce qu’on me demandait c’était brosser tout le monde dans le sens du poil. »
Si tu t’aventures par ici, sache qu’en franchissant les portes de ce mâle assez vulgaire, tu entres dans l’antre du mal. T’es pas dans un conte de fée, t’es dans une histoire monstrueuse, cruelle, féroce, où se mêle une part de fantastique, qui donne un résultat plutôt étrange au final. Un voyage dans l’imaginaire noir.
J’avoue que même si je me suis attachée à Lupa la sauvageonne et à Rory ce rebelle, ce personnage haut en couleur, ce chien perdu sans collier, ce roman a très vite perdu mon intérêt. Le mélange des genres ne m’a pas conquise.
J’aime à penser qu’il a fait un mauvais rêve, un mauvais trip, face au désespoir de la page blanche. Oui en fait tout ça n’est peut-être qu’un mauvais rêve, où affluent les pires cauchemars. Allez-savoir…


Misha Halden partage son temps entre l’écriture et ses passions: l’histoire, les animaux, les jeux vidéo et les livres. Elle a écrit dans la veine noire imaginaire sous le nom de Justine Niogret pour lesquels elle a été primée: chien du heaume (Prix imaginaire, catégorie meilleur roman francophone; Grand prix de l’imaginaire, catégorie roman francophone) Mordre le bouclier ( prix européen Utopiales, Prix Elbakin) Mordred, Cœur de rouille et Gueule de truie. La viande des chiens, le sang des loups est sa première incursion dans la veine noire.
Je remercie les Édition Fleuve Noir pour cette lecture cauchemardesque.