“ Empire des chimères ”

Empire des chimères d’Antoine Chainas aux Éditions Gallimard, Série Noire

Les territoires en friche, à la lisière du progrès, s’éloignent à l’est. Les lendemains de pluie, lorsque l’atmosphère est expurgée des particules de mica en suspension, une nostalgie précoce peut naître de l’immensité, devenue lumineuse et dominatrice. Les lacs aussi denses que le ciel demeurent plombés par une eau trop lourde. Il émane des rares villages alentours, moins de quatre mille habitants au total, un triomphe de l’oubli, une esthétique de l’effacement scandé par l’imminence d’une catastrophe, dont le processus semble interrompu pour un temps indéterminé. Les aubes grises succèdent aux crépuscules sans but. On a passé un pacte d’usure avec les murs, on s’y ennuie. L’enracinement paraît si profond qu’il empêche de se consumer dans les rituels féroces des temps modernes. “

1983. Dans un coin bucolique de France assez paumé, une jeune fille est portée disparue. Personne ne semble avoir remarqué quoique ce soit, pourtant ils se connaissent tous et ont tendance à savoir tout sur tout le monde.

Sa disparition est si totale, si brusque et inexplicable que l’on en vient déjà à se demander si elle a jamais existé, si son nom a simplement été prononcé. “

D’ailleurs, des rumeurs commencent à circuler et certaines personnes s’apprêtent déjà à saisir l’opportunité pour tenter de s’enrichir au passage.

” Au moment du dessert, on s’attarde sur une rumeur insistante : une multinationale du divertissement envisagerait d’ouvrir un parc à thème en France. “

Pendant que certains s’investissent dans l’enquête pour tenter de retrouver la demoiselle, certains adolescents passionnés par un jeu de rôle : l’empire des chimères, commencent à s’interroger. La frontière entre la fiction et la réalité semble se confondre et ne faire plus qu’un.

” Aucun lieu, si anodin soit-il, ne protège contre le risque d’un malheur. “

D’étranges phénomènes se produisent et sèment le doute chez les adolescents comme chez les adultes.

“ L’être humain est fait d’une obscurité insondable, dont il n’émerge qu’un bref instant. Un délai toutefois suffisant pour prendre les armes. À certains l’on confiera la cruauté et la férocité. À d’autres, la douceur et l’empathie. Le plus souvent, les hommes lutteront avec un panachage de tout cela.

Mais chacun d’eux retournera au néant avant d’avoir achevé sa guerre. « 

Un climat anormal s’installe et parasite de manière suspecte la communauté.

” La réalité qui rejoint la fiction qui, à son tour rejoint une autre réalité. “

Ce que j’en dis :

J’ai pour habitude de ne jamais lire ou très rarement les quatrièmes de couverture pour garder un maximum de surprises alors je ne vous en dirai pas plus afin qu’à votre tour, vous profitiez un maximum de ce merveilleux roman noir.

Dés les premières pages, l’histoire est captivante et il en sera ainsi pendant les 650 pages qui suivront.

Tout comme dans le jeu de rôle qui se retrouve au cœur de ce récit, l’auteur plante le décors, installe ses personnages, sème une intrigue et récolte les premiers indices qui vont nous conduire au cœur d’une histoire sociale où le pouvoir de l’argent et de la nature sont indiscutablement liés.

Et quand le fantastique flirte avec la réalité, tout semble possible même si, la folie n’est jamais loin.

A travers une plume lyrique, Antoine Chainas nous offre un roman aussi divertissant qu’enrichissant et aborde de nombreux thèmes en phase avec l’actualité de notre époque.

Qu’il s’agisse de disparition, d’enjeux économiques, de protection de la nature, de l’influence d’un jeu sur les adolescents, ou de la simple survie d’un village, cette histoire qui se déroule dans les années 80, nous prouve une fois encore que le paysage reste inchangé malgré les années passées.

 » La beauté de la France profonde a décidément un cachet bien cruel. ”

Un roman inclassable, riche et puissant porté par une langue qui l’est tout autant.

Un grand roman noir qui ravira les lecteurs exigeants tout comme je le suis devenue.

Un véritable coup de foudre.

Pour info :

Antoine Chainas, né en 1971, vit et travaille dans le sud de la France.

Il s’est imposé, à partir de 2007, comme l’un des auteurs phare de la collection « Série noire » dirigée par Aurélien Masson chez Gallimard.

Son roman « Pur » est paru en 2014 à la Série noire de chez Gallimard. Ce livre a été récompensé du Grand Prix de la Littérature Policière la même année.

« Empire des Chimères » est son sixième roman toujours édité dans la même collection.

Je remercie les Éditions Gallimard pour cette histoire aussi captivante que surprenante, absolument fantastique.

Publicités

“ Swing Time ”

Swing Time de Zadie Smith aux Éditions Gallimard

Traduit de l’anglais par Emmanuelle et Philippe Aronson

 » Si tous les samedis de 1982 peuvent être considérés comme un jour unique, je rencontrai Tracey à dix heures du matin ce samedi-là. (…) Beaucoup d’autres filles étaient présentes, mais pour des raisons évidentes, nous nous remarquâmes, relevant nos similitudes et nos différences, comme les filles en ont l’habitude. Nous avions exactement la même couleur de peau – à croire que nous avions été fabriquées dans le même tissu marron clair -, nos tâches de rousseur se concentraient aux mêmes endroits, et nous avions la même taille. ”

C’est lors d’un concours de danse à Londres, que deux petites métisses se rencontrent et vont devenir inséparables. En visionnant des vidéos cassettes de Fred Astaire et de Jenny Le Gon, elles rêvent de devenir de grandes danseuses.

 » Et c’était quoi la danse moderne ? On ne pouvait demander à personne, c’était nouveau pour tout le monde, on était coincées. Rare était la mère dont la curiosité allait jusqu’à appeler le numéro indiqué sur les flyers faits maison agrafés sur les arbres du quartier. « 

Tracey est la plus douée, assez audacieuse mais souvent excessive. Alors qu’elle intègre une école de danse, son amie plus studieuse poursuit sa scolarité au lycée puis à l’université. Leurs chemins se séparent.

Ses études terminées, la plus sage devient l’assistante d’ Aimee, une chanteuse mondialement connue. Elle parcourt le monde et rejoint le projet philanthropique de la chanteuse : la construction d’une école pour fille dans un village d’Afrique.

Elle retrouvera Tracey après une série d’événements scandaleux pour une dernière danse.

“ L’aventure de Tracey me frappait car j’y voyais une forme de revanche sur tout cela : comme si un chat domestique avait capturé un lion, l’avait dompté et le traitait comme un chien. ”

Ce que j’en dis :

Je découvre la plume de Zadie Smith à travers ce roman ambitieux qui demande une attention particulière pour bien suivre cette incroyable histoire de deux petites métisses londoniennes. J’ai tout de suite été embarqué par le style enjoué de la première partie, la première danse se présentait très bien, le swing et l’humour bien présents laissaient présager une belle aventure. Mais le rythme du récit a pris une autre tournure une fois arrivé à l’âge adulte et m’a beaucoup moins captivé malgré la richesse du récit.

Un roman d’apprentissage qui n’en demeure pas moins intéressant par l’ampleur des thèmes abordés tels que l’amitié, l’adolescence, les rivalités, le racisme, l’humanitaire, les questions d’identités et la célébrité.

Une écriture stylée, rythmée qui dégage beaucoup d’humour et d’émotion que j’aurai plaisir à retrouver même si cette première histoire ne m’a pas entièrement charmée.

La romancière Zadie Smith est née dans le nord de Londres en 1975 d’un père anglais et d’une mère jamaïcaine. Elle a lu l’anglais à Cambridge et a obtenu son diplôme en 1997.

Son premier roman acclamé, White Teeth (2000), est un portrait vibrant du Londres multiculturel contemporain, raconté à travers l’histoire de trois familles ethniquement diverses. Le livre a remporté un certain nombre de prix et récompenses, notamment le prix du premier livre du Guardian , le prix du premier roman de Whitbread et le prix des écrivains du Commonwealth (grand gagnant, meilleur premier livre). Il a également remporté deux prix EMMA (BT Ethnic and Multicultural Media Awards) pour le meilleur livre / roman et le meilleur nouveau média féminin, et a été sélectionné pour le prix Mail on Sunday / John Llewellyn Rhys, le prix Orange Fiction . White Teeth a été traduit dans plus de vingt langues et a été adapté pour la télévision Channel 4 en 2002.

Son poste de scénariste en résidence à l’Institute of Contemporary Arts a abouti à la publication d’une anthologie d’histoires érotiques intitulée Piece of Flesh (2001). Elle a également écrit l’introduction pour The Burned Children of America (2003), un recueil de dix-huit nouvelles par une nouvelle génération de jeunes écrivains américains. Le deuxième roman de Zadie Smith, The Autograph Man (2002), une histoire de perte, d’obsession et de la nature de la célébrité, a remporté le Prix littéraire juif de la littérature juive 2003 . En 2003, elle a été nommée par le magazine Granta parmi les 20 meilleurs romanciers britanniques.

Son troisième roman, On Beauty , a été publié en 2005 et a remporté le prix Orange 2006 pour la fiction. Elle a également publié deux recueils de documentaires,  Changing My Mind: Occasional Essays (2009) et Feel Free (2018).

Zadie Smith est devenue professeur de fiction à l’Université de New York en 2010 et vit entre New York et Londres. Ses plus récents romans sont  NW (2012), situé dans le nord-ouest de Londres; et Swing Time (2016), à Londres, New York et en Afrique de l’Ouest.

Je remercie les Éditions Gallimard pour cette danse livresque.

“ Les derniers mots ”

Les derniers mots de Tom Piccirilli aux éditions Gallimard

Traduit de l’américain par Etienne Menanteau

« – Votre frère sera exécuté dans onze jours. Qu’en pensez-vous ? Avez-vous quelque chose à dire aux proches de victimes ?

– Et si vous me fichiez la paix, putain de merde !

Ça devrait le faire aux infos de dix-huit heures, même s’il coupent le « putain de merde ».

Terrier Rand est de retour dans le giron familial. Il s’en était éloigné depuis cinq ans, après un massacre perpétré par son frère Collie, lors duquel huit personnes ont été tuées sans aucune raison. Malgré tout, ce n’est pas parce qu’il est derrière les barreaux et que tout l’accuse que Collie est responsable de tout ces meurtres.

Lors d’une visite au pénitentier Collie se confie à son frère. Le doute envahit Terrier, il décide de mener une enquête.

«  Il ne vont pas me lâcher. Décontenancé je hoche la tête et maudis Collie en silence. Je me suis juré d’aller le voir encore une fois, mon frère, mais il faut d’abord que je sache ce qu’il attend de moi au juste. J’ai aussi envie de voir Kimmy, son enfant, et de la protéger de type comme Collie ou comme moi, mais j’ai laissé passer l’occasion. Je l’ai abandonné, ma copine, je ne me suis pas montré correct envers elle, ni envers moi-même. J’ai sacrifié mon bonheur sur l’autel des abîmes. Je ne suis pas encore prêt à redevenir un membre de la famille. Je sais bien ce qu’il en est. Je leur ai brisé le cœur. Je jette un coup d’œil à la porte d’entrée et constate que ma sœur est là, à me regarder m’enfuir de la maison une fois de plus.  »

Évoluant sur le fil du rasoir qui sépare la fraternité de la haine, la loyauté de la trahison, Terry va devoir explorer des secrets de famille profondément enfouis.

 » C’est ainsi que l’on procède tous quand on a vraiment envie de quelque chose ; on s’abandonne à l’irrationnel, à l’idée qu’il suffit d’y croire pour changer la situation, l’infléchir, l’amener à suivre un autre cours, puis revenir en arrière. C’est comme ça qu’un cambrioleur s’y prend dans l’obscurité, il s’efforce d’être invisible.  »

Ce que j’en dis :

Dans la famille Rand on est criminel de père en fils. Une belle bande de voleurs et d’arnaqueurs qui agit sans jamais faire couler le sang. Collie fut l’exception, pas étonnant qu’il soit le seul derrière les barreaux.

Si au départ je pensais découvrir les derniers jours d’un condamné à mort, très vite j’ai compris que je me retrouvais au cœur d’une intrigue plutôt originale. Un récit tout à fait stylé et captivant qui aborde le dur chemin de la rédemption mais également différents héritages génétiques. Le mal est ancré dans cette famille sous divers aspects.

Une histoire surprenante qui se poursuivra dans un second volet et pourra très certainement éclairer certaines zones d’ombres.

Les derniers mots, un excellent thriller plein de surprises que je vous invite fortement à découvrir.

Auteur d’une trentaine d’ouvrages, Tom Piccirilli s’est notamment illustré dans le domaine du fantastique et de l’horreur. Avec les derniers mots, premier volet d’un diptyque à paraître à la Série Noire, il a confirmé qu’il excellait dans l’univers du thriller.

Je remercie les Éditions Gallimard pour cette surprenante lecture.

Une belle découverte à suivre…

“ Salut à toi ô mon frère ”

Salut à toi ô mon frère de Marin Ledun aux éditions Gallimard

” -Rose, c’est toi qui m’as encore piqué mon tee-shirt bleu, tu sais, celui avec des paillettes ?

Le réveil est brutal. En dessous ça grouille. Dans tous les sens du terme et dans toute la maison. Ça s’agite en grand nombre. En quinconce. C’est rempli d’une masse confuse et en mouvement. “

Dans cette famille atypique qui comprend, un père, une mère et six enfants dont deux filles et quatre garçons, sans oublier un chien et deux chats, un membre manque à l’appel. C’est le branle-bas de combat. Rien ne va plus.

” – Monsieur et madame Mabille-Pons, je n’irai pas par Quatre chemins, l’affaire est grave. “

Gus a disparu, et c’est Personne qui est sur l’affaire. Ça commence mal, et même très mâle, avec ce Personne qui trouble Rose.

Personne dans le rôle du flic, ça ne s’invente pas, c’est même écrit noir sur blanc, même si il est plutôt vert-pêche pour une certaine demoiselle.

” – Où est la chambre de votre frère ? S’enquiert Personne, en tête de meute.

– Je ne suis pas une balance …“

Non mais sérieux, il croit peut-être que parce qu’il a du charme, la sœur de Gus va le trahir ? Dans la tribu Mabille-Pons c’est un pour tous et tous pour un. Et même si tout accuse Gus du pire, personne n’y croit, oui même Personne a des doute.

” Tout le monde s’agite, tout le monde fait semblant, mais le cœur n’y est pour personne. L’absence de Gus et notre impuissance nous hantent tous. ”

Dans cette famille on n’adopte pas que les enfants, on adopte aussi une attitude face au racisme ordinaire de la petite ville bien mal pensante, on lutte pour le droit au désordre et on se mobilise pour innocenter, lui ô notre frère.

Salut à toi ô mon frère

Salut à toi le Colombien

Salut à toi le p’tit Français

Salut à toi le voleur

Salut à toi le rôdeur

Salut à toi le vagabond

Salut à toi le maraudeur

Salut à toi le braqueur

Salut à toi le musicien

Salut à toi le rasta

Salut à toi l’Opel Manta “

Quand une gothique prénommée Rose, amoureuse de poésie et de Personne en particulier nous raconte cette histoire, cela donne un récit survolté et cynique, du noir avec une pointe de rose, dans une ambiance dix mille volts sans temps mort, ça déménage.

À travers une plume aussi drôle que sarcastique, Marin Ledun nous offre un roman savamment orchestré qui ne laisse au lecteur aucun répit. La famille Mallausène a du soucis à se faire, les Malavita également (pour les connaisseurs).

Imaginez un peu, le bouquet final d’un feu d’artifice en boucle, et vous saurez tout de suite dans quoi vous vous embarquez. Attendez-vous à une profusion de sourires, des instants de suspense, des retombées de malice et des waouhs en chaîne.

L’auteur nous régale, et se renouvelle tout en gardant son esprit engagé.

C’est excellent, même si une énigme reste entière :

Mais où est passé le tee-shirt bleu à paillettes ?

On ne nous dit pas tout, une suite peut-être ?

En tout cas je l’espère de tout cœur.

Salut à toi Marin

Salut à toi l’écrivain

Salut à toi le tatoué

Salut à toi l’engagé

Salut à toi ô mon frère

Marin Ledun a publié une quinzaine de romans noirs, dont La guerre des vanités, Les visages écrasés, L’homme qui a vu l’homme, et En douce ( ma chronique ici) , tous primés. Il écrit également des romans pour la jeunesse et des pièces radiophoniques pour France Culture. Avec Salut à toi ô mon frère, il signe son retour à la Série Noire.

Je remercie les éditions Gallimard pour cette lecture explosive.

 » Cabossé « 

Cabossé de Benoit Philippon aux éditions Gallimard Série Noire 


« il est comme ça, Roy. Il parle pas beaucoup.Des fois, il parle pas du tout. Mais on comprend chaque mot qu’il dit pas. » 

Cabossée, tu l’es toi-même. T’es même plus sûre de passer au contrôle technique. Ben oui t’as plus la carrosserie de tes vingt ans, ta côte à l’argus a baissé, ta taule est un peu froissée, beugnée, rayée, ça mériterait bien un peu plus de polish pour faire reluire un peu tout ça avant de l’exposer en vitrine sur les sites de rencontre. Car c’est là que commence l’histoire de Roy, sur un site de ce genre, et il te ferait presque changer d’avis…enfin presque…faut encore que je réfléchisse. Et puis je suis pas Guillemette même si je suis un peu fêlée moi aussi. En attendant il me plait bien ce Cabossé.


« C’est pas parce que t’as une sale tronche que t’as pas une bonne tête. »

Et sa passion pour tous ces clichés d’Amérique ça m’éclate.

 » Tu sais, la vie c’est bien plus chiant que le cinéma. Il s’y passe rien, en fait. Pourquoi tu crois qu’ils ont inventé les clichés ? »

La collision entre la Belle et la bête est terrible, ça se percute de partout, ça froisse les draps mais ça défroisse le cœur.


« Une arcade sourcilière fendue, ça se recoud. L’âme déchirée,c’est moins simple. On peut désinfecter avec une bonne dose d’alcool, mais pour la guérison, faut plus que du fil chirurgical. »

Faut de l’amour…beaucoup d’amour… et ça ils savent faire, l’Amour, alors ils ne s’en privent pas.

Ça aurait pu être une histoire ordinaire, un gars, une fille, une rencontre, un bon plan, une belle nuit, une cavale avec des pauses classées X, et ben non c’est pas une histoire insignifiante, c’est une belle histoire. Pas un conte de fée, c’est la vie, une histoire qui te bouleverse parce qu’elle sonne vraie. Elle te prend aux tripes et t’égratigne ton cœur, elle esquisse des sourires sur tes lèvres, elle réveille tes sens endormis…Chabadabada…et tous ces clins d’œil sont autant de bras d’honneur à cette vie qui peut être parfois de merde et ça va t’aider à lâcher prise.

« Si tu lâches pas prise, tu vas finir par terre. »

Alors même Cabossé, t’as encore le droit de rêver,et j’espère vous avoir fait rêver un peu et vous avoir donné envie de découvrir ce road trip un peu particulier de Roy et Guillemette.

« La culture, c’est pareil. Si t’y mets pas les formes, tu tues l’envie. Et tu dresses le mur. »

Fonce, tourne ces pages, et découvre Cabossé à l’écriture nickel chrome…

Benoit Philippon est passionné de cinéma, scénariste et réalisateur il réalise son premier film en 2010, Lullaby, qui réunit un casting assez prestigieux. On retrouve Clémence Poésy, remarquée dans Harry Potter et la Coupe de feu, Forest Whitaker et Rupert Friend, dans une comédie dramatique teintée de Jazz.

Il pratique l’écriture scénaristique depuis vingt ans.


Cabossé est son premier roman Noir, un coup de cœur à découvrir très vite.