“ La légende de Santiago ”

La légende de Santiago de Boris Quercia aux Éditions Asphalte

Traduit de l’espagnol (Chili) par Isabel Siklodi

« Toi, Quiñones, tiens-toi tranquille. On va le choper », dit Garcia pour me laisser en dehors du coup.

Je sais que ce n’est pas de la méchanceté de sa part mais, même si j’y suis habitué, ses mots me dérangent. Après tout, qu’est-ce que j’y peux ? Je suis la pomme pourrie dans le panier, personne ne veut rester dans les parages. Je suis l’exemple même du flic raté, qu’on montre du doigt aux nouveaux. Pour recadrer un petit jeune, j’ai entendu un collègue dire : « Si tu continues comme ça, tu vas finir comme Quińones ». Je suis une légende, ils me croient capable de tout, et comme souvent dans les légendes, tout est faux. “

Santiago Quiñones, flic à Santiago du Chili, n’est pas au mieux de sa forme. Il n’est plus en odeur de sainteté auprès de Marina, sa compagne et ses collègues le détestent.

La culpabilité le ronge, et le fantôme de celui qu’il vient d’aider à mourir ne le quitte plus. L’enfer ne semble plus très loin.

Ça ressemble à un film d’horreur, mais c’est la réalité. Ce sont des choses qui arrivent.

Je n’ai pas entendu de voix quand j’ai étouffé le monsieur, ou alors si j’en ai entendu une, c’était la mienne. La fille est innocente, pas moi. “

Alors quand il tombe sur le cadavre tout juste refroidi d’un trafiquant de drogue dans un restaurant chinois, il n’hésite même pas à se servir dans la came qui traîne sur la table.

Ce n’est sûrement pas une bonne idée mais au point où il en est…

Et pourtant ce faux pas de trop risque de lui coûter très cher…

Ça fait plus d’une semaine que je suis clean et avant ça, je ne me rappelle même plus la dernière fois que j’ai snifé. Mais quand on te mets autant de sucreries sous le nez, impossible de refuser, d’autant que ces derniers jours n’ont pas été faciles. “

Ce que j’en dis :

Découvert très récemment, avec son précédent roman Tant de chiens, Grand Prix de la littérature policière 2018, la plume de Boris Quercia avait tout pour me plaire.

Une plume brutale, directe, sans concession, habitée de noirceur, l’auteur met en scène un flic atypique, déjanté, borderline, torturé, et tellement attachant.

Boris Quercia nous embarque dans un Chili gangrené par la cocaïne, la prostitution, la corruption loin des décors de carte postale où la violence n’a pas sa place, ne prenant pas le risque d’effrayer les touristes.

Malgré tout on l’aime son décor sombre, son ambiance merdique, ses personnages déglingués, son flic un peu salaud, un peu voyou, genre Olivier Marchal pour l’adaptation ciné, et pourquoi pas ? On peut toujours rêver…

Vous l’aurez compris ce livre et le précédent bien évidemment étaient fait pour moi, cette rencontre était inévitable et j’ose espérer que l’auteur continuera à nous servir du noir bien serré qui nous prend bien aux tripes et nous déchire le cœur.

Un virtuose du noir à découvrir absolument.

Pour info :

Boris Quercia est né à Santiago du Chili.

Il est connu dans son pays en tant que cinéaste aux multiples facettes : acteur, réalisateur, scénariste, producteur…

Il travaille sur une série télévisée très populaire au Chili, Los 80. Mais son jardin secret est l’écriture de polars. 

Les Rues de Santiago, son premier livre, est paru chez Asphalte début 2014 et met en scène le flic Santiago Quiñones. On retrouve ce dernier dans son roman suivant, Tant de chiens, qui a remporté le Grand Prix de littérature policière 2016.

La légende de Santiago est son troisième roman noir publié également chez Asphalte.

Je remercie les Éditions Asphalte toujours présent sur les bons coups littéraires, de la bonne came cinq étoiles.

Publicités

“ Grace ”

Grace de Paul Lynch aux Éditions Albin Michel

Traduit de l’anglais (Irlande) par Marina Boraso

“ Elle rit parce que tout va de travers. Elle rit parce qu’elle ne sait plus distinguer ce qui est réel de ce qui ne l’est pas. Elle ne sait plus si les gens sont vraiment ce qu’ils prétendent être. S’il existe une seule parole douée de signification. Si tout en ce monde n’est pas une gigantesque farce, et le monde une fable inventée de toutes pièces. C’est peut-être cela grandir. Apprendre les choses qu’on vous a cachées. Que la réalité du monde réside dans ses mensonges et ses tromperies ; dans tout ce que l’on ne peut pas voir, dans tout ce qui échappe à notre connaissance. La voilà, la réalité du monde. Et l’unique bonheur d’une vie est le temps de l’enfance, quand on est encore plein de certitudes. Son rire est si fort qu’elle ne sait plus si elle rit ou si elle pleure, ni s’il existe vraiment une différence entre les deux. ”

En Irlande, en 1845 une Grande Famine ravage le pays. Des familles entières meurent de faim. Par un froid matin d’octobre Grace est envoyé par sa mère sur les routes à la recherche d’un travail pour nourrir et sauver sa famille. Habillée avec des vêtements d’hommes, elle va entreprendre un véritable périple, quitter son village de BlackMountain, en direction du Donegal jusqu’à Limerik, au cœur d’un paysage apocalyptique.

Elle s’est enfoncée plus avant dans les profondeurs du monde, a passé des jours sans nom sur des routes sans nom qui méandrent en boucles infinies. Quel lourdeur dans le ciel, pense t’elle. Ces nuages d’un gris de cendre, comme si un incendie consumait les cieux. ”

Jour après jour, elle traverse ce pays plongé dans la misère, où les mendiants sont prêts à tout pour un simple morceau de pain.

On ne peut pas vivre comme ça.

Elle repère un corps de ferme niché au flanc d’une butte pommelée de blanc. Contemplant la neige qui étend l’une après l’autre ses nappes de silence, elle s’imagine frappant à la porte ou se glissant dans le grenier à foin, jusqu’à ce que l’idée d’un coup de fusil ou de l’ombre d’un poing l’incite à passer son chemin – dans ce genre de maison, il n’y a pas de place pour les gens de ton espèce. L’inquiétude se tord comme un vers au creux de son ventre. Tu as toutes les chances de trouver l’endroit le plus perdu de toute l’Irlande. “

Ce que j’en dis :

L’auteur nous dépeint la période de grande misère de l’Irlande, sous une plume de toute beauté, tantôt lumineuse et tantôt d’une noirceur abyssale, fidèle aux paysages irlandais, à travers le parcours initiatique de Grace. Un magnifique portrait d’une jeune fille dans une contrée sauvage où la famine défigure autant les visages que le paysage.

Son écriture lyrique nous emporte, dans cette tragédie et accompagne ces hommes et ces femmes poussés à l’exil. Il nous envoûte et nous charme même quand l’espoir se fait rare.

Un roman vertigineux, qui mène Grace, si jeune vers la vie d’adulte, sans grand espoir de retour à ses rêves d’enfants.

L’espace d’un instant, il lui semble les voir, les enfants affamés contraints de grandir dans la violence. “

Un roman ambitieux, profond, porté par un souffle puissant et une prose poétique qui enivre les lecteurs.

ADMIRABLE…

Pour info :

Paul Lynch est né en 1977 dans le Donegal et vit aujourd’hui à Dublin.

Son premier roman, Un ciel rouge, le matin (Albin Michel, 2014), a été unanimement salué par la presse comme une révélation et finaliste du Prix du Meilleur Livre étranger.

A suivi La Neige noire (Albin Michel, 2015), récompensé par le Prix Libr’à Nous et largement plébiscité par les lecteurs.

Grace est son troisième roman.

Je remercie les Éditions Albin Michel pour ce moment de grâce de toute beauté.

“ L’empreinte ”

L’empreinte d’ Alexandria Marzano- Lesnevich au Éditions Sonatine

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Héloïse Esquié

” Il n’y a aucun moyen d’échapper aux souvenirs, pas lorsqu’ils viennent de l’intérieur. “

En 2003, Alexandria Marzano- Lesnevich est une jeune étudiante en droit. Suite à un stage dans un cabinet d’avocats en Louisiane dans le but de défendre les hommes accusés de meurtre.

Son père et sa mère sont tous deux avocats. De son côté, elle est absolument opposée à la peine capitale, jusqu’au jour où elle se retrouve confrontée à un tueur d’enfant.

J’ai obtenu une partie des comptes rendus du procès de l’homme, et j’ai lu des milliers de pages de son dossier pour en arriver là. J’ai lu et relu son nom, l’ai relu encore et encore, jusqu’à ce que mon tremblement s’apaise, jusqu’à parvenir à le mémoriser.(…) Il était coupable de meurtre, c’était établi. Qui pouvait bien avoir insisté pour remettre ça ? Et comment Lorelei est-elle parvenue à se battre pour lui alors qu’il avait tué son fils – tandis que moi, bien qu’opposée à la peine de mort, j’en étais incapable ? “

Rick Langley a tué cet enfant de six ans. Sa confession ébranle bien plus Alexandria qu’elle ne s’y attendait. Cette histoire la hante et la conduit vers son passé et sa propre histoire et réveille des souvenirs douloureux.

La douleur est donc un poids que je dois porter seule. À chaque Halloween, lorsque les fantômes et les sorcières commencent à apparaître dans les décoration qui colorent la ville, je deviens nerveuse et je perds le sommeil, comme si mon subconscient croyait en ce que me disait autrefois mon grand– qu’il est un sorcier, et qu’un jour il aura ma peau. ”

Face à sa propre histoire, pendant dix ans, Alexandria va mener une profonde enquête pour tenter de comprendre ce qui a conduit Langley à ce meurtre abominable.

Le travail de la justice est de déterminer la source de l’histoire, de nommer le responsable. Il n’y a qu’une cause immédiate qui soit déterminante, c’est celle que la loi désigne. Celle qui fait de l’histoire ce qu’elle est. “

Ce que j’en dis :

Faire d’une telle histoire un récit passionnant ce n’est pas donné à tout le monde.

Dès que les enfants sont malmenés, tués, maltraités de quelque manière qu’il soit, est pour moi difficile à lire, et il est certain que j’appréhendais cette lecture. Et pourtant, porté par un souffle romanesque incroyable, ce récit m’a vraiment emporté bien au-delà de mes attentes.

Avec une fluidité surprenante pour une histoire aussi complexe, l’auteur nous livre ses souvenirs et partage avec nous son enquête journalistique sur Rick Langley, le meurtrier du petit garçon de six ans.

L’auteur nous embarque dans une intrigue où s’installe une extrême tension entre passé et présent sans jamais nous perdre en chemin, malgré les moments extrêmement affreux que l’on est amené à découvrir.

On ne peut qu’être admirative devant une telle plume, devant un tel courage pour évoquer de si douloureux souvenirs. Un sacré travail de recherche et de mémoire pour nous offrir un récit aussi abouti et beaucoup de souffrance derrière tout ça.

Un livre brutal et pourtant remarquable, à découvrir le cœur bien accroché.

Pour info :

Alexandria Marzano-Lesnevich vit à Portland dans le Maine, elle est professeur assistante d’anglais au Bowdoin Collège.

L’Empreinte, a été salué par une critique unanime et a été nommé l’un des meilleurs livres de l’année par l’Entertainment, Weekly, Audible.com, Bustle, Book Riot, The Times of London et The Guardian.

Elle écrit depuis dans des journaux prestigieux tels que The New York Times ou Oxford American.

Je remercie les éditions Sonatine pour ce récit déchirant.

“ Le paradoxe du bonheur ”

Le paradoxe du bonheur d’ Aminatta Forna aux éditions Delcourt

Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Claire Desserrey

 » À moins d’un kilomètre au sud-est de Bricklayers’ Arms, Jean, une Américaine établie à Londres depuis un an, assise sur le toit de son appartement, souleva ses jumelles pour suivre un renard qui avançait d’un pas dansant sur le mur d’enceinte de l’immeuble. Si elle avait dû décrire les nuances rousses de son pelage, elle les auraient qualifiées d’auburn. C’était d’ailleurs ainsi qu’elle avait surnommé cette petite femelle de moins de trois ans. Elle lâcha les jumelles, attrapa son appareil photo sur la table et fit une série de clichés. La renarde s’arrêta, tendit la tête pour renifler ; on aurait dit qu’elle venait de déceler une altération des molécules de l’air. Une seconde plus tard, elle glissa le long du mur parmi les branches d’un buddleia non taillé et disparut. “

Quelques renards se sont installés dans la Capitale Londonienne et cohabitent avec les humains. Rencontrant parfois quelques difficultés pour survivre dans ce milieu urbain, leurs sorties nocturnes provoquent parfois des rencontres improbables.

Un soir de février, un renard traverse un pont, une femme se lance à sa poursuite et percute un passant. C’est lors de cet événements plutôt banal que Jean, l’Américaine croisa pour la première fois Attila, un ghanéen. Ce sera le début d’une succession de rendez-vous invraisemblables entre ces deux personnages et une multitude d’autres, des étrangers de l’ombre, officiant dans les palaces, les parkings, les parcs, de Londres.

Cette communauté disparate d’exilés va s’unir pour retrouver un petit garçon récemment disparu. Sans même le savoir, un lien particulier unit les hommes et les animaux sauvages de cette ville, et le bonheur pour certains pourrait très bien découler de la présence d’un renard sur un pont, un soir de février.

Ce que j’en dis :

Prenez une ville, peuplée là d’une faune atypique et colorée, ajoutez-y des personnages attachants, puis une bonne dose d’humanité agrémentée d’humour et de joie mais aussi quelques douleurs et vous aurez un condensé de moments qui au final donne un roman on ne peut plus formidable, Le paradoxe du bonheur.

Le passé et le présent s’entrelacent et nous amènent à réaliser que certains chemins douloureux peuvent conduire au bonheur, le traumatisme n’est pas une fatalité mais un passage vers un futur plus joyeux.

Et nous pouvons compter sur la présence à nos côtés du monde animal pour nous montrer la voie, à condition de les laisser vivre en paix, même au cœur des villes.

Ce livre est bien plus qu’un beau roman, il est une belle leçon de vie, et nous apporte davantage qu’un agréable moment de lecture. Il nous ouvre les yeux et nous invite à apprécier tous ces petits moments du quotidien qui mis bout à bout effacent le chagrin et réveillent les cœurs endormis.

Le paradoxe du bonheur, un livre intelligent, profond et poignant à découvrir absolument.

Pour info :

Aminatta Forma  est née à Glasgow d’une mère écossaise et d’un père sierra-léonais, et a grandi en Sierra Leone, puis en Thaïlande, en Iran et en Zambie.

Ses romans voyagent aussi et ont été traduits dans 18 langues. Elle est l’auteur de quatre romans (dont Les jardins des femmes, Flammarion 2003).

On lui doit également un documentaire, Africa Unmasked.

Ses nouvelles et essais ont été publiés par Freeman’s, Granta, le Guardian, LitHub,  le New York Review of Books, l’Observer et Vogue.

Elle enseigne aujourd’hui à l’Université de Georgetown, aux États-Unis.

 Je remercie les éditions Delcourt pour cette balade londonienne pleine de belles surprises.

 » Lectio Letalis « 

Lectio Letalis de Laurent Philipparie aux éditions Belfond 

 

«  Il ne s’agissait pas d’une simple affaire de maltraitance au travail, mais de quelque chose de beaucoup plus complexe. Tiéno scruta une nouvelle fois la scène de crime. Elle lui parut brutalement vide. Le diable s’était lui aussi fait la malle. Il manquait une pièce au tableau : le manuel sur lequel travaillait Alexandre. Le document devait contenir des informations qui pouvaient expliquer cette folie meurtrière, des annotations, des intercalaires… Tièno eut une sensation étrange, absurde quand on connaissait sa carrière, celle d’ entamer la pire enquête de sa vie.  » 

À Paris, le commandant Tièno ne s’attendait pas à trouver une telle scène en se rendant dans cette maison d’éditions. C’est le troisième employé qui se suicide, après la lecture d’un manuscrit qui a hélas disparu.

À Bordeaux, le lieutenant Gabriel Barrias, un ancien indic devenu flic, se retrouve sur une enquête toute aussi étrange, le meurtre d’une psychiatre  qui semble avoir été assassiné par rapace dans son cabinet pendant une de ses consultation.

Deux affaires apparemment très éloignées et qui pourtant ont pour point commun, une personne prénommée Anna Jeanson. Elle fut la seule survivante d’un suicide collectif, survenu dans une secte qui dressait des animaux à tuer, dix ans auparavant.

 » Le combat contre le mal s’annonçait rude, et particulièrement violent. « 

Ce que j’en dis :

Découvrir une nouvelle plume policière dans le paysage littéraire est toujours agréable et présage en général des histoires surprenantes, et bien menées . Ce thriller est un véritable page-Turner qui tient toutes ses promesses côté frayeurs à travers son enquête pleine de mystères et de suspens jusqu’au dénouement final.

Par contre j’ai parfois eu du mal avec l’écriture et avec certaines expressions comme par exemple  » visage émietté  » et la propension à exagérer certaines situations. À vouloir trop en faire ça peut gâcher le plaisir de certains lecteurs, ce qui fût le cas pour moi.

Ce thriller aux pouvoirs addictifs et à l’histoire atypique est plutôt bien présenté malgré quelques défauts ravira tous les amoureux du genre, j’en suis certaine.

C’est pas tous les jours que l’on peut se pencher sur un livre capable de conduire à la mort ses lecteurs.

Alors méfiez-vous quand même si vous entendez un cri perçant pendant votre lecture, je vous aurez prévenu.

Pour info :

Laurent PHILIPPARIE est un auteur de roman policier français.

Il a étudié au Lycée Pré de Cordy à Sarlat-la-Canéda puis des études de Sciences Criminelles à l’Université Montesquieu Bordeaux 4.

Diplômé de sciences criminelles, Laurent Philipparie est officier de police depuis dix-huit ans. Passionné de littérature policière, il est également conseiller technique d’auteurs. Son goût de l’écriture, il le fait partager à des lycéens, dans le cadre de missions interministérielles. Il s’est toujours intéressé à la littérature policière et interrogé sur l’autre côté du miroir. Ne regarde pas l’ombre est son premier roman, qui paraitra aux éditions Vents Salés en 2016.

Je remercie les Éditions Belfond pour ce thriller sanglant assez surprenant.

“ Né d’aucune femme ”

Né d’aucune femme de Franck Bouysse aux Éditions de La Manufacture de livres

 » Lorsque ma respiration s’accélère, puis se ralentit, je parviens à modifier le voyage des ombres mortifères sur le papier terni, et un visage inconnu m’apparait, comme un rinceau sur un tombeau. Cette femme que je n’ai jamais rencontrée de ma vie, mais dont il me semble pourtant tout connaître, cette femme avec qui je n’ai pas fini de cheminer, avec qui je n’en aurai jamais fini. Alors, je me résous à laisser aller mon regard sur la première feuille, afin que disparaissent les ombres trompeuses, pour en faire naître de nouvelles, que je me prépare à découvrir, au risque de les assombrir plus encore. “

Trois jours avant l’Ascension, un homme, se présenta à l’église pour demander au prêtre de venir bénir un corps à l’asile, situé dans l’ancien monastère proche de la paroisse.

La veille en confession, une inconnue avait déjà fait une demande étrange au curé concernant cette bénédiction à venir. Il devait récupérer, cachées sur le corps de la défunte des notes manuscrites, les cahiers de Rose.

” Je pensais que ce serait plus difficile, d’écrire. J’ai passé tellement d’années à attendre ce moment, j’en ai tellement rêvé. Je me suis préparée tous les jours à mettre de l’ordre, à trier mes idées, en espérant le moment où je pourrais enfin poser mon histoire sur du vrai papier. Et voilà que le grand soir est arrivé, celui où j’ai décidé de me jeter dans la grande affaire des mots. Sûrement que personne me lira jamais. “

Ainsi vont sortir de l’ombre les écrits de Rose, les écrits qui racontent son histoire, afin de briser enfin le secret de son effroyable destin.

Il est grand temps que les ombres passent aux aveux. “

Ce que j’en dis :

En 2014, le paysage littéraire français découvrait une plume noire, sortie enfin de l’ombre grâce à son écriture lumineuse, ciselée à la perfection, de toute beauté. On pouvait s’enorgueillir de voir une telle œuvre ” Grossir le ciel “ de notre belle littérature et admirer cette étoile montante qui en véritable star reçut de nombreux prix prestigieux.

L’auteur ne s’arrêta pas en cours de chemin. L’année suivante, il nous servit sur un  » Plateau  » son deuxième roman, tout aussi fabuleux.

Entre temps un  » Vagabond  » et un  » Pur Sang » venaient embellir les bibliothèques des plus chanceux, déjà amoureux fous de cette plume singulière .

En 2017, plus personne n’hésita à mettre ses mains dans la  » Glaise  » et savoura ce dernier bijou, où l’amour côtoyait la folie des hommes.

Ici et là, quelques très bonnes  » nouvelles  » enrichirent les nombreux collectionneurs en attendant la venue  » Né d’aucune femme « .

En quelques années, Franck Bouysse nous a offert des diamants noirs, d’une grande maîtrise, pleine d’élégance et d’émotions.

Et pourtant il réussit encore à se surpasser et à nous surprendre.

Au milieu du silence d’un monastère, Rose nous apparaît et nous offre son histoire, tel un cri sorti de l’enfer que fut sa vie.

Une chorale l’accompagne, où chaque voix dégage son propre style pour nous embarquer au cœur des ces êtres de chair et de sang responsables de tant de maux.

La plume de Franck Bouysse s’affirme, il s’investit auprès de ses personnages et leur donne un relief unique, une force sculptée dans le roc.

Une nouvelle histoire qu’il murmure à l’oreille des lecteurs, bouleversant leur cœur, et hantera pour toujours et à jamais les lecteurs qui croiseront le chemin de Rose.

Au fil des saisons, Franck Bouysse a construit une œuvre littéraire grandiose qui ne cesse de se bonifier, un véritable nectar à déguster sans modération.

Pour info:

Franck Bouysse est né à Brive-la-Gaillarde. Il partage son enfance entre un appartement du lycée agricole où son père enseigne et la ferme familiale tenue par ses grands-parents. Il y passe ses soirées et ses week-ends, se passionne pour le travail de la terre, l’élevage des bêtes, apprend à pêcher, à braconner…

Sa vocation pour l’écriture naîtra d’une grippe, alors qu’il n’est qu’adolescent. Sa mère, institutrice, lui offre trois livres pour l’occuper tandis qu’il doit garder le lit : L’Iliade et L’Odyssée, L’Île aux trésors et Les Enfants du capitaine Grant.

Il ressort de ses lectures avec un objectif : raconter des histoires, lui aussi. Après des études de biologie, il s’installe à Limoges pour enseigner. Pendant ses loisirs, il écrit des nouvelles, lit toujours avidement et découvre la littérature américaine, avec notamment William Faulkner dont la prose alimente ses propres réflexions sur la langue et le style.

Jeune père, il se lance dans l’écriture de ses premiers livres : il écrit pour son fils les romans d’aventures qu’il voudrait lui offrir plus tard, inspiré des auteurs qui ont marqué son enfance : Stevenson, Charles Dickens, Conan Doyle, Melville… Son travail d’écriture se poursuit sans ambition professionnelle.

Le hasard des rencontres le conduit à publier quelques textes dans des maisons d’édition régionales dont la diffusion reste confidentielle.

En 2013, il déniche une maison en Corrèze, à quelques kilomètres des lieux de son enfance. La propriété est vétuste, mais c’est le coup de coeur immédiat.
Il achète la maison qu’il passera plus d’une année à restaurer en solitaire.

Alors qu’il est perdu dans ce hameau désolé, au coeur de ce territoire encore sauvage, un projet romanesque d’ampleur prend forme dans son esprit. Un livre voit le jour et, poussé par un ami, Franck Bouysse entreprend de trouver un éditeur. 
Grossir le ciel paraît en 2014 à La Manufacture de livres et, porté par les libraires, connaît un beau succès.

La renommée de ce roman va grandissant : les prix littéraires s’accumulent, la critique s’intéresse à l’auteur, un projet d’adaptation cinématographique est lancé.

Ce livre est un tournant. Au total, près de 100 000 exemplaires seront vendus. Suivront Plateau, puis Glaise, et dont les succès confirment l’engouement des lecteurs et des professionnels pour cette œuvre singulière et puissante.

Né d’aucune femme est le dernier de ses romans qui rencontre déjà un véritable succès auprès de cette foule de lecteurs de plus en plus nombreux.

Je remercie la maison d’éditions de La Manufacture de livres pour ce bijou littéraire. Un nouveau diamant noir qui enrichit ma collection.

“ Le Cherokee ”

Le Cherokee de Richard Morgiève aux Éditions Joëlle Losfeld

Il a pivoté vers le zinc qui a surgi à cent mètres, trois étages au-dessus du sol, un chasseur Sabre, sans lumière, réacteur coupé, noirâtre – odeur de brûlé, d’essence. Autre odeur bizarre, chaleur.

Corey s’est jeté à terre instinctivement. Le Sabre est passé au-dessus de lui dans un souffle violent. Corey a relevé la tête pour le voir filer sans bruit, le train d’atterrissage sorti. “

Au cours de l’année 1954, aux USA, sur les hauts plateaux désertiques du comté de Garfield, dans l’Utah, atterrit en pleine nuit un chasseur Sabre, sans aucune lumière, ni pilote.

Inopinément le Shérif Nick Corey assiste à la scène, lors de sa tournée de nuit à la première neige.

Après avoir découvert une voiture abandonnée, cette nuit est de plus en plus surprenante et annonce un sacré branle-bas de combat.

Suite à ces événements, le FBI et l’armée débarque. Tous sont sur les dents.

Corey de son côté se retrouve confronté à son propre passé, le tueur en série qui a assassiné ses parents et gâché sa vie, réapparaît.

Le tueur n’avait pas été retrouvé. La guerre était venue et tout le monde s’était intéressé à un autre type de meurtre. Il n’était pas impossible que l’assassin de ses parents ait été décoré pour bravoure et héroïsme. Corey espérait qu’il était vivant, lui n’avait pas clos l’enquête. Il n’avait pas la possibilité d’avoir accès à toutes les procédures pour homicides, à toutes les enquêtes, alors il attendait. Il attendait depuis vingt et un ans. Il n’espérait pas — c’était un type au bord de l’eau qui attendait que ça morde, sans ligne, sans hameçon. “

Corey a assez attendu, il est temps pour lui de faire face à ses cauchemars et de reprendre la route pour suivre les traces de ce tueur qui parsème sa route d’indices troublants de manière très particulière que seul un indien pourrait trouver. Le Cherokee pourrait être une aide précieuse au shérif, à l’allure Apache.

Un sacré fantôme de plus dans une ville de fantômes. Il connaissait son labyrinthe et ne craignait pas d’affronter la nuit. Ce qu’il craignait d’affronter, c’était la vérité. “

C’est sur sa Harley, qu’il fonce à la poursuite du tueur, le cœur battant la chamade pour cet agent du FBI. Même dans les pires moments, personne n’est à l’abri de tomber amoureux pour la première fois…

” Il espérait et comprenait que c’était ça vivre, cet espoir qui ne se disait pas, ne se prononçait pas. Cet espoir en nous et qu’on projetait sans le savoir, sans en être conscient, pour marcher sur la corde au dessus du vide. “

Ce que j’en dis :

Tomber d’amour pour un polar, en ce qui me concerne c’est assez rare. Dès le départ j’ai été sous le charme de la plume de Richard Morgiève, d’une qualité remarquable, sans compter l’histoire qui se profilait qui avait tout pour me plaire.

C’est en tout premier lieu, le titre qui m’a interpellé puis la couverture attirante qui m’a donnée envie de voir ce que ce roman cachait.

Adepte des lectures à l’aveugle ou vierge de toute information, je ne me suis pas attardée sur le synopsis, et dès les premières pages, j’étais comblée et sous le charme de ce shérif atypique. L’aventure se présentait sous de merveilleux auspices.

Il ne fallait pas croire que Corey était un bon gars simple et gentil. Des blagues. Il pensait qu’il était un sacré fumier — et on ne se refait pas. “

Un polar à la hauteur de toutes mes espérances qui recèle de nombreuses qualités.

Dans un style d’une grande maîtrise, une plume de caractère, délicieuse, acérée, avec ce petit côté de surnaturel où résonnent les croyances ancestrales des indiens d’Amérique, ce récit m’a conquise.

On accompagne Corey, ce shérif hyper attachant, qui porte en lui un lourd fardeau, accompagné de quelques fantômes qui le hantent jour et nuit, tout en lui permettant de mieux appréhender la vie et même de résoudre quelques énigmes au passage.

Quand l’enquêteur était à la ramasse, quand son âme battait des ailes, quand il était à bout de son humanité, alors la vérité pouvait venir à lui. Corey ne le savait pas encore. Corey était un homme, pas un ange. “

Et également un serial killer sournois qu’on aimerait bien voir finir derrières les barreaux.

Salué par Jean Patrick Manchette en 1994, pour Cueille le jour, ce polar tout aussi magnifique est à découvrir absolument.

Moment de lecture exquis.

Et s’apercevoir qu‘ Un petit homme de dos, et Boy m’attendent patiemment dans ma bibliothèque, me font regretter d’autant moins mes achats compulsifs.

Un auteur que je vais continuer à découvrir avec plaisir après cet énorme coup de foudre.

Pour info :

Richard Morgiève devient très tôt orphelin, sa mère meurt d’un cancer alors qu’il n’a que sept ans, et son père se suicide quand il en a treize.

Il vit ensuite une adolescence chaotique, au cours de laquelle il se débrouille en dealant du faux haschisch, entre autres activités, avant d’entamer toute une série de petits métiers.

Il publie son premier livre, un recueil de poèmes, à compte d’auteur à l’âge de vingt ans mais, honteux et écœuré de devoir payer pour être lu, il s’interdit d’écrire pendant dix ans. Il exerce tour à tour des emplois de débrouille tels fort des halles, employé de bureau, ouvrier, mécanicien, peintre en bâtiment, plâtrier, représentant, colporteur, déménageur de caves, standardiste ou chauffeur poids lourds.

Foncièrement autodidacte, Richard Morgiève publie, à l’âge de trente ans, en 1980, son premier livre à compte d’éditeur : un roman policier. Dès lors, il ne cessera plus d’écrire, entamant véritablement son œuvre personnelle avec la publication de son premier roman de littérature générale, Des femmes et des boulons, en 1987.

Aujourd’hui, il a écrit plus d’une vingtaine de romans, nombreux publiés aux éditions Joëlle Losfeld.

Je remercie les Éditions Joëlle Losfeld pour ce polar qui vaut son pesant d’or.

“ La peau du papillon ”

La peau du papillon de Sergey Kuznetsov aux Éditions Gallimard, série noire

Traduit du Russe par Raphaëlle Pache

” Tu as du mal à respirer, ton corps perd ses contours, se métamorphose en un cocon noir, la détresse et le désespoir deviennent plus denses : il te suffit de tendre la main pour les toucher.

Une vieille terreur de l’enfance ? Non, pas de la terreur, de l’angoisse, un concentré d’angoisse, un sentiment d’asphyxie, un bruit incessant dans les oreilles, le flux de ton propre sang, les ténèbres, les ténèbres, un nuage de ténèbres s’accroche aux plis de tes vêtements, se cramponne aux protubérances de ton visage, aux cheveux collés sur ton front, aux pointes rongées de tes doigts.

(…) Ces jours-là sont très pénible pour moi. Afin de les rendre plus supportables, je commence à me rappeler les femmes que j’ai tuées. “

À Moscou, sévit un tueur en série particulièrement sadique. Il n’hésite pas à surfer sur le web pour dénicher sa prochaine cible.

C’est là que Xénia, une ambitieuse rédactrice en chef d’un site Web d’actualités, va croiser sa route. Elle-même, adepte de pratiques sexuelles extrêmes saisit cette opportunité pour tenter de gagner une certaine notoriété.

” C’est balèze, maman, super méga balèze ! Comment ça, « pourquoi » ? Parce que c’est mon travail. Parce que je suis rédactrice en chef du journal en ligne LeSoir.ru, journal, et même un peu IT manager, maman, mais quoi qu’il en soit, une professionnelle couronnée de succès, et ça, c’est mon nouveau projet. Comment ça, tu as regardé et ça ne contient que des cochonneries ? Et qu’est-ce que tu t’attendais à trouver sur une page concernant un maniaque qui a tué onze filles entre quinze et trente-huit ans rien qu’au cours des huit dernier mois? “

Bientôt, une relation virtuelle via une messagerie instantanée se noue entre le tueur et la journaliste. Le danger la guette, il n’y a qu’un pas pour franchir la frontière entre le fantasme et le passage à l’acte, entre fascination, répulsion et désir. Xénia se retrouve en plein dilemme…

” – Dis-moi la vérité, tu prends ton pied avec toutes ces histoires ?

– Moi ?

– Oui, toi, qui d’autre ? Arrête de faire l’idiote. C’est qui la masochiste soumise adepte des tortures et de l’automutilation ? “

Ce que j’en dis :

À travers cette immersion dans la littérature russe on embarque sur les traces d’un serial killer démoniaque. Mêlant confessions du tueur et enquête journalistique sur le web, l’auteur nous offre un roman assez surprenant qui démontre une fois encore, les dangers du Web et les risques de mauvaises rencontres pour les adeptes des relations sexuelles sadomasochistes. Un milieu très particulier qui regorge de détraqués en tout genre.

En Russie, comme ailleurs, le mal qui parfois sommeille sous certain cocon se libère et donne vie à des êtres abjects, dénoués d’empathie.

Ce thriller plutôt réussi nous offre le jeu du chat et de la souris des temps moderne, mêlant douleur et plaisir, ambition et persécution, fantasme et violence dans un climat glacial que seule la neige pourra momentanément cacher avant la métamorphose…

Une belle découverte qui m’a plutôt agréablement surprise malgré son côté sordide.

Un auteur à suivre.

Pour info :

Sergey Yurievich Kuznetsov est né à Moscou, marié et père de trois enfants. Il est écrivain journaliste et un entrepreneur.

Diplômé de la faculté de chimie de l’ Université d’État de Moscou en 1988.

En 2004, il a fondé la société SKCG, spécialisé en marketing interactif et projets culturels.

” La peau du papillon “ est son premier roman à paraître à la Série Noire.

Je remercie les éditions Gallimard pour ce thriller scandaleusement étonnant.

“ Janesville une histoire américaine ”

Janesville une histoire américaine d’ Amy Goldstein aux Éditions Christian Bourgeois

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Aurélie Tronchet

” Tandis que es milliers de travailleurs perdaient leur emploi et que Mike s’inquiétait, la nuit, de ce qui leur arrivait à tous, il portait en lui une autre information : quand le quatrième dernier jour arriverait, ce serait son tour. (…) il a regardé sa petite équipe démanteler l’usine, pièce par pièce, une chaîne de montage après l’autre. L’usine a disparu un peu plus chaque jour jusqu’à être désormais vide, ce qui s’apparente au sentiment intérieur de Mike.

Ce matin, il a dit au revoir à chaque membre de l’équipe, conscient qu’il n’a pas été aussi proche d’eux que beaucoup d’autres qui sont déjà partis. C’est l’après-midi de son dernier jour et il ne veut pas être coincé par les longues conversations. Alors il a ce long regard depuis la porte et, après dix-huit années passées chez Lear, il s’en va. “

Le 23 décembre 2008, en pleine crise économique, la dernière voiture General Motors produite à l’usine de Janesville sort de la chaîne de montage, avant que celle-ci ferme définitivement ses portes.

Des milliers d’emplois disparaissent soudainement, des familles se retrouvent en grande difficulté morale et financière, la ville souffre mais déjà un formidable élan de solidarité se met en place et personne ne restera sur le carreau, même si l’usine restera fermée.

” Nous devons être fiers de notre communauté, a écrit Mary, et nous devons tous êtres des Ambassadeurs de l’optimisme. “

Grâce aux courages d’hommes et de femmes, Janesville conservera l’image d’une ville où il fait bon vivre.

” Au moment de la fermeture de l’usine, les États-Unis connaissaient une crise financière écrasante qui a laissé une région frappée par les suppressions d’emplois et les baisses de salaire. Pourtant, les habitants de Janesville croyaient que leur futur serait à l’image de leur passé, qu’ils pourraient façonner leur destin. Ils avaient des raisons d’y croire. “

Ce que j’en dis :

À travers ce livre, Amy Goldstein nous offre un formidable récit, un incroyable témoignage qui se lit comme un roman, absolument passionnant.

Derrière des faits historiques et économiques, c’est avant tout une histoire humaine.

L’auteure nous offre une radiographie de cette ville plongée dans la tourmente en donnant la voix, jour après jour à tous les habitants. Qu’ils soient employés, licenciés, travailleurs sociaux, entrepreneurs locaux, figures syndicalistes ou politiques, formateurs, hommes, femmes, enfants, tous prennent la parole. Ils vont tenter de donner un nouveau sens à leur vie quitte à se réinventer en puissant au plus profond d’eux-mêmes.

Face à une telle crise financière il est difficile pour chacun de garder le moral, mais une entraide incroyable s’organise jour après jour pour combattre cet enchaînement de catastrophes qui suit la fermeture de l’usine.

Amy Goldstein réussit à brosser le portrait d’une classe ouvrière avec une grande humanité, beaucoup d’humilité et d’empathie, et une bonne dose d’émotions.

Un récit authentique, magnifiquement écrit, une histoire américaine aussi intéressante que poignante que je vous encourage à découvrir.

Un des dix livres préférés du Président Obama en 2017

Pour info :

Amy Goldstein est journaliste et rédactrice au Washington Post depuis trente ans, où une grande partie de son travail a porté sur les enjeux de la politique sociale. En 2002, elle a reçu le Prix Pulitzer du reportage national. Elle a été membre de la Fondation Nieman pour le journalisme de l’Université Harvard et de l’Institut Radcliffe pour les études avancées. Elle vit à Washington, D.C.

Janesville, Une histoire américaine est son premier livre. Ce dernier a été récompensé par le Prix Financial Times and McKinsey Business Book of the Yearling, ainsi que le prix Anthony Lukas, un prix non-fiction prestigieux remis par l’école de journalisme de l’université de Columbia.

Je remercie les éditions Christian Bourgeois pour cette lecture poignante.

“ Le pays des oubliés ”

Le pays des oubliés de Michael Ferris Smith aux Éditions Sonatine

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Fabrice Pointeau

” (…) Il sentait la douleur dans sa tête à cause des innombrables commotions cérébrales et vivait dans le monde brumeux d’un esprit ébranlé. Il sentait des pointes de douleur dans ses yeux et sa colonne vertébrale et des explosions de lumières vives et les bruits perçants et inattendus du monde moderne qui hurlait dans son cerveau. Doigts brisés, rotules luxées, entorses cervicales et crâne ouvert, et encore et encore et encore les poings et les jointures de doigts, les genoux et les coudes, et il sentait tout ça comme si chaque coup qu’il avait reçu et chaque coup qu’il avait donné continuaient d’exister dans un nuage de douleur invisible qui l’enveloppait et le retenait comme une âme migrante à la recherche de sa maison. Les années qui passaient et son corps qui rouillait et son esprit tel un gigantesque espace dégagé avec des vents hurlants et tournoyants et des tourbillons de souvenirs qui ne faisaient pas la différence entre maintenant et avant, et il sentait tout ça.  »

Jack a encaissé les coups depuis très longtemps. Abandonné devant l’armée du salut bébé, placé ensuite dans quatre familles d’accueil différentes, puis deux foyers sans compter les cinq écoles, de quoi perturber n’importe quel gamin.

Jusqu’à ce que Maryann le prenne sous son aile.

” (…) ses yeux semblaient voyager au-delà de la propriété et des étoiles jusqu’à un endroit qu’elle seule pouvait voir. Au début il avait pris son silence comme le signe qu’il avait fait quelque chose de mal ou qu’elle était mécontente de sa présence, mais au fil du temps il avait commencé à regarder vers l’horizon avec elle. Ce royaume vivant qui vivait dans ses yeux, il l’avait vu dans le plafond au-dessus de son lit dans les foyers et il l’avait vu à travers la fenêtre des chambres des familles d’accueil, et il le voyait là-bas au-delà de cette terre de poussière et d’os, là où le noir était aussi profond que le paradis ou l’enfer. (…) le garçon l’avait suffisamment vue dans la sérénité de la nuit pour croire qu’elle vivait avec des fantômes, et le matin il s’attendait parfois à voir leurs traces de pas cendreuses sur le sol usé. “

Aujourd’hui Maryann est au bout de sa vie, même sa propriété est sur le point d’être saisie. Jack va devoir mener une lutte de plus contre cette vie qui s’acharne sur leurs sorts. Ses nombreux combats l’ont fracassé, son corps est à bout et son esprit est ravagé par tous ses fantômes qui l’accompagnent.

S’il veut conserver la maison que lui lègue Maryann, il doit réunir une somme importante et la seule issue serait un dernier combat. Mais il devra également affronter Big Momma Sweet qui règne sur l’empire du vice du delta du Mississippi.

Un ultime combat, aux conséquences incertaines.

Ce que j’en dis :

Depuis ma découverte de sa plume à travers son premier roman noir  » Une pluie sans fin  » publié aux Éditions Super 8, je suis une fan inconditionnelle. A suivi « Nulle part sur la terre. ” (ma chronique ici) et son dernier  » Le pays des oubliés  » tout aussi formidable.

Il donne la voix aux oubliés de l’Amérique, aux exclus qui tentent de s’en sortir, son thème de prédilection qui lui sied à merveille. Une plume noire qui s’illumine par la poésie qui l’accompagne.

Cette fois Michael mets en scène un homme endetté, brisé, en quête de rédemption, une âme en déroute dans un coin misérable de l’Amérique qui n’a plus que ses poings pour ultime recours à sa perte. Un héros ordinaire qui devient extraordinaire et inoubliable sous la plume puissante et lyrique d’un auteur qui s’affirme encore davantage roman après roman.

Une histoire fascinante, bouleversante qui nous émotionne et nous laisse le cœur en miette.

Michael Farris Smith confirme sa place dans mon panthéon d’auteurs américains de romans noirs incontournables auprès de Larry Brown, Pete Dexter, David Joy ou encore Benjamin Whitmer.

Très heureuse d’avoir croisé sa route cette année encore, au magnifique festival America de Vincennes et à l’Amérique à Oron (Suisse) organisé par Marie Musy ❤️

Un gros coup de cœur une fois de plus et je trépigne déjà d’impatience en attendant le prochain.

Une fois n’est pas coutume : un livre, une chanson… Ben harper accompagnera celui-ci avec Amen Omen (à écouter ici).

Pour info :

Michael Farris Smith est un écrivain américain originaire du Mississipi dont le travail et la personnalité sont fortement marqués par son ancrage territorial dans le Sud des États-Unis.

Si ses voyages en France et en Suisse inspirent son premier roman, The Hands of Strangers (2011), son second récit, Une pluie sans fin (Super 8 editions, 2015), fresque post-apocalyptique qui dépeint un Mississipi dévasté par des intempéries diluviennes, a été salué pour l’originalité et l’intensité de sa langue.

Avec son deuxième roman Nulle part sur la terre, Michael Farris Smith continue de construire une vision littéraire unique, dépositaire de toute l’aridité, la poésie et l’humanité qui rythme l’existence sudiste.

Michael Farris Smith vit aujourd’hui à Oxford, dans le Mississipi.

Le pays des oubliés est son troisième roman publié chez Sonatine.
 

Je remercie les Éditions Sonatine pour ce roman noir inoubliable.