» La chance du perdant « 

La chance du perdant de Christophe Guillaumot aux Éditions Liana Levi





 » Renato n’en fera qu’à sa tête. Il est comme ça, le Kanak. Il avance, franchit les embûches et règle les problèmes. Une bonne méthode pour obtenir des résultats, une mauvaise recette face à une hiérarchie tatillonne.  » 

À force d’agacer sa hiérarchie, Renato, simple flic a été muté à la brigade des courses et jeux, le plus beau placard du commissariat. 

 » La maison poulaga ne fait pas de cadeaux.  » 

Malgré sa taille de géant tout en muscle, il a le cœur sur la main. 

Loin de la Nouvelle-Calédonie qui lui manque énormément, il reste intègre face à la corruption qui circule aux alentours.

En s’intéressant à un tag sur une façade d’immeuble, il était loin de se douter qu’il était tombé sur le visage d’un homme désespéré qui venait de se suicider. Celui d’un joueur compulsif, interdit de casino qui a préféré en finir une fois pour toute. 

 » Le jeu semble être une drogue à part entière, tout comme le cannabis, la cocaïne ou même l’alcool. Il y a des moments de grâce, de dépression, des rechutes, certains s’en sortent au prix de grands efforts, d’autres s’enfoncent jusqu’à toucher le fond. À croire que l’être humain aime à se faire mal, comme si les aléas de la vie ne suffisaient pas. « 




Au sommet, on souhaite classer l’affaire, mais suite à l’apparition d’autres suicidés, tous retrouvés avec une même carte de jeu sur eux, Renato décide de poursuivre l’enquête aidé par Six, son coéquipier. 

 » Depuis qu’il a rencontré son coéquipier, qu’ils ont bossé ensemble en dehors de toutes règles hiérarchique, sa carrière est partie en vrille. Il a suffi d’une seule affaire, une enquête hors norme aux répercussions désastreuses. Dans ce genre de salade, lorsque les ennuis et les coups bas pleuvent, ils n’est pas nécessaire de se connaître depuis longtemps pour tisser des liens étroits.  » 

En unissant leurs forces et leurs déterminations, ils vont tout mettre en œuvre pour éclaircir cette affaire qui va les conduire dans les méandres des tripots clandestins. 

Restera-t-il un peu de temps au kanak pour s’occuper de sa grand-mère et découvrir pourquoi celle que l’on surnommait Diamant Noir, à une époque, a quitté son grand-père et l’île des Pins.

Pour Six rien ne va plus, mais rien à voir avec le jeu, même s’il s’agit d’une dame de cœur… 

Les dés sont jetés, ma lecture terminée et mon cœur de lectrice comblé. 

Christophe Guillaumot a gagné une nouvelle fan, et ce n’est pas dû à la chance du débutant car ce n’est pas son coup d’essai, mais à son talent d’écriture. Cette fois ce n’est pas son arme qu’il dégaine, il n’est pas en service recommandé au sein de la police des jeux mais au service des lecteurs et leur offre une histoire qui risque bien de les bluffer aussi sournoisement qu’une partie de poker. 

Voilà un flic qui écrit avec ses tripes et avec son cœur. Une histoire où résonne la réalité de son quotidien, je serais prête à le parier. 

Le reflet de notre société mise à mal par le pouvoir de l’argent qui pourrit l’âme humaine.  

En attendant, je ne peux que vous conseiller de miser quelques euros sur «  La chance du perdant  » et vous verrez vous y gagnerez un sacré bon moment de lecture et suis prête à parier là aussi que vous en redemanderez. 

Ah l’addiction quand elle nous tient ! 

Et puis que dire de ses personnages, à part que l’on a qu’une hâte celle de les retrouver. 

Une chance pour moi il m’en reste à découvrir de l’auteur. J’aurai plaisir à retrouver  » Le Kanak, ce colosse désarmant.  » 

Il rejoint le cercle :



Christophe Guillaumot


Christophe Guillaumot est né à Annecy. Il est capitaine de police au SRPJ de Toulouse, responsable de la section  »  courses et jeux « . En 2009, il obtient le prix du Quai des orfèvres pour Chasses à l’homme. Avec Abattez les grands arbres (2015)  et La chance du perdant, il impose une série mettant en scène le personnage de Renato Donatelli, dit le kanak, librement inspiré d’un collègue aujourd’hui décédé. Depuis 2010, Christophe Guillaumot est membre de l’organisation du festival Toulouse Polars du Sud.


Publicités

« Gabacho »

« Faut pas grand chose pour survivre. Pour vivre par contre, je sais pas. »


Liberio, jeune garçon des rues a fui son pays, le Mexique pour les Etats-Unis. Il débarque des rêves plein la tête. À peine arrivé, Il trouve un petit boulot chez un libraire hispanique. Même s’il est fort occupé par ses nombreuses lectures, ce petit nerveux se bagarre plutôt facilement surtout si on ennuit l’élue de son cœur.


« Mon cœur je le sais déjà, à cesse de m’appartenir depuis longtemps, depuis le premier instant où je l’ai vu. »

Liberio est amoureux ou pense l’être. À travers ce récit, Il nous raconte son histoire avec une langue assez fleurie et originale. À travers une belle galerie de portraits, on suit son parcours, ses galères, ses rencontres qui vont changer sa vie. Même son penchant pour la bagarre le mènera sur une voie inattendue.


« J’ai plus aucun mot dans mon vocabulaire, ils sont tous périmés, et y’a plus la moindre lettre qui se balade autour de ma langue. »

L’histoire d’un migrant pas ordinaire, très attachant, courageux, aussi doué avec ses poings qu’avec ses mots. Un récit drôle, touchant à la langue aussi ébouriffante que Liberio. Un premier roman plutôt réussi.

Photo issue du film « Rêve d’or  » Magnifique œuvre coup de poing sur de jeunes migrants méxicains

Aura Xilonen est née au Mexique. Après une enfance marquée par la mort de son père, elle passe beaucoup de temps avec ses grands-parents, s’imprégnant de leur langage imagé et de leurs expressions désuètes. Elle a seulement dix-neuf ans lorsqu’elle reçoit le prestigieux prix Mauricio Achar pour ce premier roman  » Gabacho ».

Aura Xilonen

Aura Xilonen , une belle révélation des lettres mexicaines.

Je remercie les Éditions Liana Levi pour cette belle découverte .

« Désorientales « 

Désorientales de Négar Djavadi aux éditions Liana Levi



 » Je suis devenue, comme sans doute tous ceux qui ont quitté leur pays, une autre. Un être qui s’est traduit dans d’autres codes culturels. D’abord pour survivre, puis pour dépasser la survie et se forger un avenir. »


Kimiâ est née à Téhéran mais depuis ses dix ans, sa famille s’est exilée en France. Elle y grandit et se tient éloignée de sa culture d’origine ce qui lui procure une certaine indépendance. À travers les expériences qui jalonneront sa vie, son identité sexuelle s’affirmera et la mènera vers cette salle d’attente de l’hôpital Cochin, dans l’attente d’une insémination artificielle où commence cette histoire. L’attente engendre des pensées qui la mèneront vers ses souvenirs.

« Sauf que la liberté est un leurre, ce qui change c’est la taille de la prison . « 


Sa mémoire va nous faire voyager entre l’Iran et la France entre passé et présent, et nous faire découvrir l’histoire de sa famille, compliquée, sur trois générations et celle de son pays de naissance .
Désorientales m’a désorienté, et même si habituellement le passé et présent qui s’entremêlent ne me gêne pas du tout, cette fois ça n’a pas fonctionné comme espéré . Je me suis souvent perdue dans le passé, trop de politique à mon gout. De même que les numéros qui remplacent les noms des personnes de sa famille m’ont dérangé. Découvrir l’Iran de cette façon ne m’a pas emballé et je cherche encore de quel « évènement  » l’auteur nous parle tout au long du récit. Le suspens et l’interrogation demeurent.
J’aime voyager à travers mes lectures et découvrir de nouvelles plumes. Mais ce voyage malgré le diaporama de l’Iran, et les nombreux portraits de famille que nous offre Négar Djavadi ne restera pas inoubliable mais me laissera quelques traces pour certains passages .

 » Nous portons en nous un mécanisme qui permet de prendre part au quotidien malgré l’horreur qui nous entoure. Il suffit se le mettre en marche et d’y croire. « 

Un récit qui plait à de nombreux lecteurs, assez remarqué dans cette importante rentrée littéraire, il ne tient qu’à vous de vous faire votre idée et de m’éclairer sur « L’évènement « si le voyage vous tente.


Négar Djavadi est née en Iran en 1969 dans une famille d’intellectuels opposants aux régimes du Shah puis de Khomeiny. Elle arrive en France à onze ans après avoir traversé les montagnes du Kurdistan à cheval avec sa mère et sa sœur. Elle est aujourd’hui scénariste et vit à Paris . Désorientales est son premier roman.
 

Merci aux édition Liana Levi pour cette découverte.