» Entre deux mondes « 

Entre deux mondesdOlivier Norek aux Éditions Michel Lafon



 » (…) ils se sont mis à squatter chaque maison vide, chaque immeuble abandonné, les jardins, les parcs, les ponts et c’est vite devenu invivable. Alors Il a fallu trouver un endroit pour les parquer. Le long de la côte, à l’écart du centre-ville, entre une forêt et les dunes, il y avait un ancien cimetière qui jouxtait une décharge. L’état a fait place nette à coup de bulldozer et on a invité les migrants à s’y installer il y a un an de ça. Au début, ils sont arrivés discrètement, une petite centaine de curieux tout au plus, puis l’info a traversé la planète et ils sont venus par milliers. La jungle était née. « 



Calais, sa plage, son port, sa jungle.

 » Il ne restait plus rien sur cette lande de ce que l’espoir y avait construit.  » 



La jungle et ses migrants venus de tous les horizons, tous dans la même galère mais loin d’être unis pour autant. C’est chacun pour soi enfin presque…

Deux flics, l’un d’ici et l’autre d’ailleurs. Ils ne se connaissent pas mais vont pourtant unir leurs forces pour sauver un enfant et peut-être se sauver eux- même.



 » Remarque, ça fait deux ans qu’on ferme les yeux, c’est pas pour les ouvrir aujourd’hui.  » 



Mais parfois Il est difficile de ne pas transgresser les règles surtout lorsqu’il s’agit du sort d’un gamin..

Adam a fui « (..) une population terrifiée et résignée qui continuait de vivre comme on joue à la roulette russe. » avec l’espoir de retrouver les siens.

Mais ne dit-on pas : flic un jour flic toujours ?

Alors quand il rencontrera Bastien le flic français, Adam aura tendance à laisser le naturel reprendre ses droits… Car on ne fuit pas une guerre pour se retrouver au pire endroit et fermer les yeux sur certaines atrocités.



 » Nous devenons tous des monstres quand l’Histoire nous le propose. « 




Après sa trilogie qui a fait un carton digne des élites au stand de tir, ( Ma Chronique Ici) Olivier Norek signe cette fois bien plus qu’un polar, j’aurais tendance à le qualifier de Roman Noir social. L’auteur dégaine sa plume et une fois encore c’est stupéfiant. Le ton du récit donne de l’authenticité à l’histoire. Plein d’humanité, on ne peut que se sentir impliqué et compatir pour ces migrants et ces deux flics qui ne lâchent rien. Un roman bouleversant qui reflète notre société actuelle avec ses méandres et ses dérives. 

Olivier Norek n’hésite pas à travers ses écrits à dénoncer le système et ses travers. Son statut de flic lui a donné l’occasion de découvrir le pire du pire. Ce dont on ne parle pas, même tout bas, et l’écriture permet quelques confessions de manière détournées. 

Un roman saisissant que je vous invite à lire urgemment. 

 » – Vous croyez aux fantômes, Passaro ? 

– Je ne me suis jamais posé la question. Vous parlez des esprits qui hantent les maisons ?

– Exact. Coincées entre la vie terrestre et la vie céleste. Comme bloqués entre deux mondes. Ils me font penserà eux, oui. Des âmes, entre deux mondes.  » 




Olivier Norek est lieutenant de police à la SDPJ du 93. 

Auparavant, il a travaillé en tant que bénévole chez Pharmaciens sans frontières durant trois ans, où il participa à la réhabilitation d’un hôpital en Guyane, ainsi que de l’approvisionnement en matériel médical des hôpitaux et camps de réfugiés des territoires en guerre de l’ ex-Yougoslavie (1994-1995).

Il devient ensuite gardien de la paix, puis après avoir réussi le concours de lieutenant il choisit le 93 pour sa nouvelle affectation à la section enquêtes et recherches. (agressions sexuelles, enlèvement avec demande de rançon…) 


Il écrit quelques textes et participe à un concours de nouvelles. Il décide de se mettre en disponibilité ( 2013) pour écrire son premier roman  » Code 93  »  qui remporte un succès immédiat. Suivra  » Territoires  » (2014) puis  » Surtensions  » ( 2016). Tous récompensés par de nombreux prix littéraires. 



Puis en 2017 ,  » Entre deux mondes  » . 

Il a également travaillé àl’écriture de la sixième saison d’Engrenages, série de Canal plus. 

Les droits de ses romans sont déjà acquis en vue d’être portés à la télévision pour être adaptés en série. 

Je remercie les Éditions Michel Lafon pour cette lecture plus que nécessaire.  


Publicités