» Le cœur sauvage « 

Le cœur sauvage de Robin Macarthur aux Éditions Albin Michel

Collection Terres D’Amérique


 » La longue route conduit vers la joie. « 

Comme j’aimerais me retrouver en Amérique sur la route 100 dans le fin fond du Vermont, vers Silver Creek, et connaître la suite de ces fragments de vie croisés au détour de ces Nouvelles à l’atmosphère si particulière.

 » Il se passe quoi, avec les champs ? Cette façon qu’ils ont de rendre possibles toutes les directions. D’ouvrir des perspectives aux maisons, aux terrasses, aux voix. Cette façon dont le mot même – « champ » – te donne l’impression d’être à la fois domestiquée et sauvage, mi-loup mi-humain, capable de t’avancer vers cette terrasse avec sa fumée et ses rires, ou bien vers les bois, où tu pourrais tranquillement, sans bruit, commencer à marcher. « 


Je pourrais avoir des nouvelles d’Ange, retrouver Sally au coeur de la forêt, regarder Katie prendre son envol , partager une bière avec Pete et l’écouter me conter les souvenirs de ses amours perdus . Puis monter avec Annie et Clare dans leur Karmann Ghia et foncer sur leur route imaginaire créée par leurs rêves d’adolescentes rebelles à l’heure des premières fois .Puis je m’arrêterais à la ferme de Cora et je goûterais une tartine de pain beurrée en compagnie de Kevin son petit- fils en caressant Tony son chat. Plus tard je passerais prendre Vale à sa caravane derrière chez sa grand – tante pour faire un tour à Marlboro, histoire d’y étrenner ses bottes de cow-boy la clope au bec, puis au retour tard dans la nuit, on attendrait Jimmy en écoutant hululer la chouette rayée.

« La chouette rayée Hulule à nouveau, et son cri vient mourrir entre mes jambes. Je me demande si Hazel l’entend là-haut sur la colline – Hazel qui m’a un jour raconté que les chouettes annoncent la mort de quelque-chose de vieux et le début de quelque-chose de neuf… »

Le lendemain j’irais à la rencontre de cet homme de retour dans la maison familiale dont il est le nouveau propriétaire. Je l’écouterais me conter ses souvenirs tellement chargés de regrets qu’ils l’empêchent d’aimer vraiment.

 » Et je leur envie leur liberté, à elle comme à eux, tout en me demandant qui je serais, et ce que je penserais du monde, si je n’étais pas d’ici. Je me demande également si cette liberté me rendrait plus jovial, plus insouciant, plus à même d’aimer.
Mais qui en a quoi que ce soit à foutre ? Je regarde ces deux malheureux rouges-gorges qui tentent de copuler, et je me dis qu’à tout prendre, je choisirais cet attachement, tout comme je choisirais d’aimer malgré les souffrances causées par l’amour. Et c’est lorsque j’ai ce genre de pensées – la plupart du temps, cela m’arrive loin de chez moi, après plusieurs verres de Malbec argentin ou de bourbon haut de gamme – que je suis victime des mensonges de la nostalgie, qu’ils s’insinuent au plus profond de moi et baignent mes souvenirs de cet endroit dans une jolie lumière gris perle. « 


 

En repartant je m’arrêterais au mobile- home d’Apple qui attend patiemment le retour de son fils Sparrow qui s’est engagé chez les marines. Mon voyage toucherait à sa fin , j’aurais eu encore la chance de croiser deux tourtereaux qui s’aimèrent pour le meilleur et pour le pire jusqu’à la mort et même au-delà. Ma route s’achéverait avec Joan et Hannah mère et fille à nouveau réuni pour s’aimer encore un peu avant le grand départ …

 » Il y a deux mondes auquels je n’appartiendrai jamais. Chez moi et ailleurs. »

J’ai pourtant l’impression de l’avoir fait ce voyage, de les avoir croisé ces taiseux, sauvages et énigmatiques. L’impression de les avoir entendu ces coyotes hurler sur la ligne de crête assise sur l’une de ces terrasses, une bière bien fraîche à la main en regardant le soleil se coucher derrière Whiskey Mountain. Cette Amérique que j’aime, où les cœurs sauvages battent à l’unisson, où les lucioles brillent de mille feux, après le coucher du soleil capturé par la terre et libéré chaque matin pour une nouvelle journée pleine d’espoir. Une balade chez les culs-terreux à Plouc-City dans l’Amérique profonde, loin des paillettes et des strass.

En effet, je l’ai fait ce voyage, à travers ce magnifique recueil de nouvelles qui les unes après les autres donnent naissance à un sublime roman. Un véritable chant d’Amour où bat « Le cœur sauvage » des âmes américaines. Un sentiment profond d’émerveillement m’a envahi et c’est avec regret que je referme ce livre en espérant retrouver très vite la plume de Robin Macarthur avec d’aussi excellentes nouvelles ou pourquoi pas un beau roman, une belle histoire.

Une nouvelle étoile Américaine, une nouvelle voix, un énorme coup de cœur.


Robin MacArthur est originaire du Vermont, où elle vit toujours aujourd’hui. Elle a créé avec son mari un groupe de musique folk baptisé Red Heart the Ticker, et ses nouvelles ont été publiées dans de nombreuses revues littéraires au cours des dernières années.

Je remercie Ophélie et les Éditions Albin Michel pour ce merveilleux voyage en Terres d’Amérique.

Publicités

 » Des hommes sans femmes  » 

Des hommes sans femmes de Haruki Murakami aux Éditions Belfond 



 » Un jour soudain, vous êtes devenus des hommes sans femmes. Ce jour arrive sans qu’il y ait eu auparavant la moindre allusion ou le moindre avertissement, sans que vous ayez éprouvé de pressentiment ou de prémonition, sans toc-toc, sans petits toussotements. Vous avez tourné à un angle et vous savez déjà que c’est arrivé. Mais impossible de revenir en arrière. Dés ce tournant pris, voici le seul monde qui sera le vôtre désormais. Un monde que l’on appellera celui des  » hommes sans femmes » .

Un pluriel froid et sans fin. « 

Murakami fascine à bien des égards. Sa plume nous emprisonne, nous captive, nous charme. Il nous emporte dans sons univers, alliant à merveille le réel et le fantastique.


Lire Murakami, c’est comme entrer dans un rêve merveilleux et ne plus vouloir le quitter, même si parfois il peut être très étrange. Il nous surprend et nous fait voyager dans un univers qui n’appartient qu’à lui.


Son œuvre ne cessera de nous renverser, de nous donner le vertige.

Cette fois encore la magie opère à travers ces septs nouvelles. Il explore la place des  femmes dans la vie des hommes. Qu’elle soit présente ou absente, la femme laisse toujours une trace, un souvenir, un manque. La solitude s’installe tout doucement dans ces cœurs d’hommes abandonnés. Le doute s’immisce, les questions se bousculent.


 » Son imagination, tel un instrument coupant acéré, le torturait sans pitié, longuement. Il lui arrivait aussi de songer qu’il aurait été beaucoup plus heureux s’il avait tout ignoré. Mais dans la vie, en toutes circonstances, il valait mieux savoir que de ne pas savoir. Il en était convaincu. Quelles que soient les souffrances terribles qui s’ensuivraient, il fallait qu’il sache. Seul le savoir permettait de devenir plus fort. » 

Une douce mélancolie imprégne ces nouvelles, et une certaine musicalité résonne dans les souvenirs de chaque homme, des souvenirs tantôt heureux et tantôt malheureux.

 » La musique a le pouvoir de revivifier les souvenirs, avec une intensité telle que l’on en est parfois blessé. « 

L’isolement engendré par ces abandons rend les hommes fragiles et solitaires. Murakami explore leur part d’ombre et rend ces héros vulnérables et attendrissants.

 » Des hommes sans femmes » ,est un magnifique recueil de nouvelles puissantes et originales. Entre confession et souvenir, les hommes se livrent et se délivrent en toute intimité sous la plume d’un virtuose écrivain.

Une fois de plus Haruki Murakami m’a comblé, son écriture m’a emporté dans un univers masculin plutôt secret à travers des portraits d’hommes attendrissants.

 » – Mais peut-être que vivre ce genre d’expérience douloureuse-la solitude, par exemple-, c’est nécessaire quand on est jeune, non ? Ça aide à grandir…

-Tu crois ? 

– Comme les arbres qui doivent survivre à des hivers rigoureux pour devenir plus gros et plus puissant. Quand le climat est toujours doux et clément, ils ne peuvent pas développer d’anneaux de croissance.  » 

Né à Kyoto en 1949 et élevé à Kobe, Haruki Murakami rencontre le succès avec ses deux premiers livres, Écoute le chant du vent, qui lui vaut de remporter le prix Gunzo en 1979, et Flipper, 1973 (2016).
Suivront, notamment, Chroniques de l’oiseau à ressort (nouvelle édition Belfond, 2012), Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil (2002), Après le tremblement de terre (10/18, 2002), Les Amants du Spoutnik (2003), Kafka sur le rivage (2006), Le Passage de la nuit (2007), Saules aveugles, femme endormie (2008), L’éléphant s’évapore (2008), Autoportrait de l’auteur en coureur de fond (2009), Sommeil (2010), La Ballade de l’impossible (nouvelle édition, 2011), 1Q84 (Livres 1 & 2, 2011 ; Livre 3, 2012), Les Attaques de la boulangerie (2012), Underground (2013), L’Incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage (2014) et L’Étrange Bibliothèque (2015). La plupart de ses romans ont paru chez Belfond et sont repris chez 10/18.
Plusieurs fois favori pour le prix Nobel de littérature, Haruki Murakami a reçu le prestigieux Yomiuri Literary Prize, le prix Kafka 2006, le prix Jérusalem de la Liberté de l’individu dans la société en 2009, le grand prix de la Catalogne 2011 et le prix Hans Christian Andersen en 2016.


Haruki Murakami , le maître au sommet de son art.

Haruki Murakami