» Serre-moi fort « 

Serre-moi fort de Claire Favan aux Éditions Pocket 


« Lana a laissé un vide immense, un trou noir qui aspire, peu à peu tout ce qui faisait de nous une famille. »

Deuxième Chronique de Minettes, entre Jazzy et Chris, langue de chat sans langue de bois.


Jazzy :- Tiens ça faisait longtemps que tu ne m’avais pas mise à contribution.

Chris: En même temps ça faisait un moment qu’on avait pas lu ensemble.

Jazzy : Je confirme, Alors cette dernière lecture ?

Chris : – Suis un peu mitigée..

Jazzy :- Tu te dis mitigée alors que tu l’as dévoré, tu m’expliques.

Chris : – Lecture en demi-teinte.

Jazzy : – Pas assez noire ?

Chris :- Non c’est pas ça, en fait au départ j’ai eu du mal d’acccrocher, c’est seulement la fin de la première partie qui m’a donné envie de poursuivre.

Jazzy : – Pourquoi ?

Chris: – Ça manquait de profondeur, un style basique et la transition entre les chapitres était ultra-rapide, pas assez développée. Même si la dernière phrase m’a ferré, je m’y attendais un peu faut être honnête. Je préfère quand il y a plus de suspens.

Jazzy: – Malgré tout t’as continué ?

Chris :- Oui et j’ai bien fait, la suite était bien sympa, même si pour l’origamiste j’en aurais souhaité davantage.

Jazzy :- Tu voulais faire une collection ?


Chris :- Non mais je pensais qu’avec cette belle couv’, j’en aurais découvert plus…

Jazzy :- T’es pas trés claire .

Chris : – Je ne veux pas spolier.

Jazzy : – Mais encore !

Chris : Sinon l’idée était bonne , y’a même certains passages, vaut mieux être le lecteur que la victime, ça fait froid dans le dos.


Jazzy :- Ça t’a plu donc dans l’ensemble ?

Chris :- Oui mais, ayant été hospitalisée dernièrement, même si c’était avec mon oreiller, là du coup y’a des trucs qui me gênent… mais bon c’est pas très grave, suis juste pointilleuse, ne dévoilons pas tout sur le mystère de l’oreiller.


Jazzy : – Tu vas pas te faire des copines sur ce coup à pas brosser dans le sens du poil .

Chris :- Peut-être , mais voilà j’assume, suis pas une poule mouillée.

Jazzy : – Allez  » serre-moi fort » c’était pas si mal tout de même ?

Chris :- Certains diraient  » pas de quoi fouetter un chat . » Mais là je ne serais pas d’accord, à patte de velours je me permets de dire que j’ai aimé, un peu, parfois beaucoup mais pas à la folie . La fin me laisse sur ma faim.

Jazzy :- T’es pas rassasié ?

Chris :- Pas assez, ça arrive parfois, même si le menu était attrayant, ça manquait un peu de piquant.

Jazzy :- T’y  regoûteras tout de même ?

Chris: – Oui d’ailleurs  » le tueur de l’ombre « m’attend. Il serait temps que je découvre la suite du  » tueur intime  » que j’avais beaucoup aimé. Et d’autres à déguster aussi, de nouvelles saveurs j’espère.


Jazzy :- Chat va alors, allez viens et « Serre- moi fort  » ça fera plaisir à Claire.

Chris : – ❤
Je remercie les éditions Pocket pour cette lecture sombre au milieu du mal.

Publicités

« Blonde à forte poitrine »

Blonde à forte poitrine de Camille De Peretti aux Éditions Pocket


« Au fond la blonde à forte poitrine se foutait de la célébrité. Ceux qui sont convaincus qu’elle cherchait avant tout l’admiration du plus grand nombre, les fans, les paillettes et les crépitements des flash se trompent. Elle voulait être aimé, entourée et choyée. La célebrité procure parfois l’illusion de cela. » 

Anna Nicole Smith

Une jeune fille, blonde, jolie, candide, dotée de beaux atouts qui font déjà tourner la tête des hommes. Mais si naïve que trop tôt elle se retrouvera jeune maman et c’est le premier dérapage qui va la conduire vers une vie chaotique . Pour élever son enfant, elle sera prète à tout , oui prète à tout et à n’importe quoi. Vickie, la blonde, la fille pas toujours très futée, se laisse manipuler, transformer, et le fantasme de la gente masculine devient très vite une poupée gonflable et gonflante qui fera honte à son propre fils malgré tout l’amour qu’elle lui porte.

Anna Nicole Smith et son fils

Camille De Peretti s’est inspiré  de la vie d’Anna Nicole Smith, cette Texane décédée en 2007 qui avait défrayé la chronique en épousant un très très vieux Milliardaire. Elle nous livre un roman atypique qui est loin de mettre en valeur les femmes en particulier les BLONDES. C’est vraiment « Soit belle et tais-toi!  » Très fidèle à la réputation de nunuche qu’on leur donne. Parfois touchant mais surtout dérangeant, énervant, troublant. On assiste au naufrage de cette belle plante bien trop arrosée, trop vitaminée qui rêvait juste d’être aimée.

Triste et tragique, qui ne peut pas vous laisser indifférent, que vous l’aimiez ou pas.

Une lecture surprenante et percutante  de par son style d’écriture mais qui  me laisse l’impression d’avoir joué la voyeuse et ça c’est pas mon genre.

Camille De Peretti

Camille De Peretti est née à Paris. Elle est l’auteur de six romans dont « Thornytorinx »chez Belfond en 2005 qui avait reçu à l’époque le prix du premier roman de Chambéry.