“ Mes nuits apaches ”

Mes nuits apaches d’ Olivier Martinelli aux Éditions Robert Laffont

Illustrations de Topolino

Collection Les passe-murailles

” Mon père avait gâché ma vie. Ma grand-mère venait de bousiller mes dimanches.

L’adolescence n’est jamais une période facile à traverser. Et pour Jonas qui vient de perdre son père et sa grand-mère en peu de temps, ce ne sera pas une partie de plaisir.

Pour lui, la famille c’est fini.

«  Trois personnes, c’était si peu. Trois personnes, ça ne faisait pas une famille. “

Commence alors le début d’un long tunnel, jalonné de déceptions, de pertes et de frustrations jusqu’à ce qu’une étincelle illumine son chemin.

” Le rock a déboulé dans ma vie. Pour la première fois, j’envisageais de participer à cette aventure, d’en être l’un des acteurs. “

Désormais, tout va changer. Nouveau look, nouvelles filles pour des nuits électriques en route vers l’avenir.

Ce que j’en dis :

Une fois de plus, Masse Critique de Babelio m’a permis de découvrir un roman d’une collection atypique. ” Les Passe-Murailles ” qui revisite les classiques littéraires à travers des romans au récits à cheval entre rêve et réalité.

Si j’ai apprécié les illustrations, je n’ai pas été plus que ça charmé par le récit qui à mon sens s’adresse à un public plutôt jeune. Un style littéraire assez simple qui manque un peu de relief.

L’histoire est sympa et reflète bien l’univers des adolescents souvent perdus à cette époque pas simple à traverser.

Jonas a trouvé sa planche de salut dans le rock et donne un peu d’espoir à tous les rêveurs.

Un livre à faire découvrir à la jeunesse en manque d’inspiration.

Pour info :

Olivier Martinelli

Olivier Martinelli est né en 1967 et vit à Sète. Auteur de plusieurs romans et de nombreuses nouvelles, il a été lauréat du prix des Lecteurs de Deauville en 2012 avec La nuit ne dure pas et a obtenu le prix de la ZEC avec L’Ombre des années sereines en 2016. L’Homme de miel, son dernier roman, a été « coup de coeur » de quarante librairies en France et en Belgique.
 

Marc Topolino est né à Sète quelques jours après la mort d’Otis Redding. Depuis, il ne cesse de dessiner sur les feuilles et les arbres, de peindre sur les tableaux et sur les toits.

Marc Topolino

Je remercie Masse Critique de Babelio pour cette découverte.