» Une assemblée de chacal « 

Une assemblée de chacals de S. Craig Zahler aux Éditions Gallmeister

Traduit de l’américain par Janique Jouin-de Laurens

 » Oswell appuya le bas de sa paume droite sur les pliures des feuilles blanches et réfléchit à ce qu’il s’apprêtait à coucher sur le papier. »

 

À bord du train qui le conduit en compagnie de son frère vers une vieille connaissance, Oswell décide de se confesser à sa femme à travers une lettre. Un mauvais pressentiment  le taraude, la mort l’attend peut-être au bout du chemin.

Il y a fort longtemps, bien avant qu’il se range, il faisait parti du Gang du grand boxeur, des bandits voleurs de banque. Bientôt à nouveau réunis, pour le mariage de Jim qui est sur le point d’épouser la fille du Shérif.

Un fantôme de leur passé de bandit, a choisi ce moment pour régler ses vieux comptes.

« (…) c’est alors que j’ai su avec certitude que nous avions fait une énorme erreur en nous ralliant à ces hommes, et je l’ai vu dans le regard de mes compagnons. « 

L’addition est lourde, la rancune tenace, ils ont rendez-vous avec le diable en personne. Et même s’ils se préparent au pire, ils étaient loin d’imaginer un mariage aussi sanglant.

 » Pour la première fois depuis que le pasteur s’était rendu maître du mariage, Beatrice leva la tête du lutrin et fit face aux invités. Les bouches s’ouvrirent et les yeux s’écarquillèrent ; des haut-le-cœur et des pleurs s’élevèrent de l’assistance. La plupart des membres de l’assemblées détournèrent le regard. Le sang pulsait dans les tissus sous sa peau argileuse. « 

Rien de tel qu’un bon western bien noir, pour faire une chevauchée sauvage dans le passé américain. Il fût un temps où seuls les écrans de télévision m’apportaient ce genre de distraction en compagnie de mon père. Et j’avoue que j’en raffolais. 

Une assemblée de chacals m’a plongé direct dans cette ambiance à la Sergio Leone avec en plus une pointe non négligeable de Tarantino. Les salopards sont de sortie, de vrais chiens enragés, prêts à tout pour sauver leur peau. Une ambiance mortelle, poisseuse, sous haute tension, avec des personnages bien campés. En plus de l’intrigue omniprésente, on remonte le passé via la confession d’Orwell et l’on comprends d’autant mieux où cette vengeance a pris vie. Un récit sanglant, percutant, noir à souhait, qui plonge le lecteur dans une explosion de violence sans concession. Un rythme soutenu, qui monte en puissance vers l’horreur. Un western noir, efficace, bien crade et bien sanglant. Les hors-la-loi sont de sortie et ça va faire mal…

S. Craig Zahler est né à Miami en Floride. En plus d’être écrivain, il est également, scénariste, réalisateur et musicien, Batteur et parolier d’un groupe de Heavy metal.

En 2015, il réalise son premier long-métrage,  Bone Tomahawk, avec Kurt Russell. Son précédent roman,  » Exécutions à Victory  » édité chez Gallmeister a reçu des critiques élogieuses. Les droits de ce roman ont été acquis par Hollywood et une adaptation est prévue avec Leonardo DiCaprio et Jamie Fox. 

Je remercie Clothilde et les Éditions Gallmeister pour cette lecture en plein Far-West.

Publicités

 » L’obscure clarté de l’air « 

L’obscure clarté de l’air de David Vann aux Éditions Gallmeister

Traduit de l’américain par Laura Derajinski

 » Ô toi la Sombre, dit Médée à l’eau. Fais que tout ce qui lie puisse tomber enfin. Que tout ce qui est connu devienne confus. Que tout ce que nous sommes meure. Fais que je devienne la plus haïe des femmes, et la plus authentique. « 

Médée est la fille d’Éétès et d’Idyie. Elle devint une magicienne habile et une prêtresse d’ Hécate. Elle bravera tous les interdits pour maîtriser son destin, jusqu’à tuer son frère pour empêcher son père de la poursuivre dans sa fuite avec Jason.

« Son père, une menace depuis le tout début, un ennemi avant même sa naissance.  » 

Assoiffée de pouvoir, par amour pour Jason, elle se livra à toutes sortes de crimes.

 » Jason debout devant elle, improbable, comme elle ne l’aurait jamais imaginé. Un demi-Dieu, dans la grâce divine, un cadeau.  » 

Trahie par Jason, elle sera animée par un insatiable désir de vengeance.

Le portrait d’une femme tout en noirceur dévorée par sa passion.

Quand on ne lit pas systématiquement la quatrième de couverture, mais que l’on s’en tient au nom de l’auteur sur la couverture, ça réserve parfois quelques surprises inattendues. Connaissant la plume de David Vann à travers ses romans noirs d’un style que j’affectionne particulièrement, je ne pensais pas me retrouver sur un bateau en compagnie de Médée une déesse de la mythologie grecque.

Mais dans quelle galère je me suis embarquée ?

J’avoue ce n’est pas le genre d’histoire qui me fait rêver et sans la plume de l’auteur absolument fabuleuse je l’aurais vite abandonné.

David Vann revisite à sa manière le mythe de Médée, sous une plume lyrique et merveilleusement sombre.

Un roman ambitieux, particulier, déroutant, où seule l’écriture m’a captivité.

David Vann est né sur l’île Adak, en Alaska. Il est l’auteur de Sukkwan Island, prix Médicis étranger en 2010, traduit en dix-huit langues dans plus de cinquante pays, et de cinq autres romans et d’un récit, Dernier jour sur la terre, tous publiés chez Gallmeister. Il partage désormais son temps entre l’Europe et la Nouvelle-Zélande.

 » Dans la chaleur de l’été « 

Dans la chaleur de l’été de Vanessa Lafaye aux Éditions Pocket

Traduit de l’anglais par Laurence Videloup

 » Le barbecue en l’honneur du 4-juillet était le point d’orgue de la vie sociale de Heron Key, la seule fête à laquelle les Noirs pouvaient assister, du côté de la plage qui leur était réservé, bien sûr, mais lorsque le feu d’artifice commençait, personne ne pouvait séparer le ciel.  »

Henry est de retour après dix-huit ans et hélas rien n’a changé. Les Blancs d’un côté et les Noirs de l’autre comme sur un jeu d’échecs, mais ici l’avantage est toujours pour les Blancs. La ségrégation est toujours aussi présente et aussi violente.

Henry est un vétéran, il a connu l’enfer des tranchées en France et des années d’errance en Europe. Et maintenant, il se retrouve parqué avec ses compères dans un camp insalubre.

 » Et aujourd’hui, cette insulte finale : on le condamnait à vivre en enfer, ou presque, relégués dans un endroit paumé, où le pays pouvait oublier ce qu’il leur devait.  »

Missy non plus plus n’a pas changé en l’attendant. Toujours différente, mais plus belle et plus cultivée malgré sa couleur de peau.

 » Petite elle avait déjà peu d’amis. Parce qu’elle préférait les livres aux jeux dans les marais, les gamins du coin la trouvaient coincée. Aujourd’hui Missy avait toutes les chances de finir vieille fille. Trop intelligente pour les gars d’ici, trop fière pour jouer l’innocente. »

Selma attendait ce retour également, mais bien davantage. Henry avait des comptes à lui rendre mais pour l’instant, elle était tout simplement heureuse de l’avoir retrouvé.

Quand il se retrouva en mauvaise posture après la soirée du 4-juillet, sa couleur de peau faisant de lui un coupable idéal, en plus des rumeurs qui circulent dans la communauté, il put toujours compter sur Missy et Selma. Mais l’agression de cette femme blanche échauffe les esprits sous ce soleil de plomb et les tensions ne cessent de monter entre les Blancs et les Noirs.

 » Plein de gens, y sont prêts à croire un mensonge, si ça répond à un besoin.  »

Un ouragan se prépare, lui seul ne fera aucune différence à la couleur de peau pour donner la mort sur son passage…

Vanessa Lafaye nous offre à travers ce premier roman un récit terriblement poignant, d’une force égale à cet ouragan qui l’accompagne. À travers ses mots bouleversants, on partage la douleur de ces hommes et ces femmes déjà tant meurtris. Un combat de plus les attend quand les éléments se déchaînent.

Une histoire inspirée de faits réels qui ont marqué l’auteure, où elle honore ici leurs mémoires.

Un roman passionnant, brûlant de réalisme, où l’amour l’emporte sur la haine malgré tout.

Plein d’humanité, de sensibilité, tel un bon blues qui t’écorche le cœur, et te tire les larmes.

S’adresse à tous ceux qui se révoltent contre les injustices, à tous ceux qui aiment être remués, bouleversés. À tous les amoureux de la littérature américaine qui aiment les récits authentiques forts en émotions.

Une nouvelle plume américaine qui rejoint mes coups de cœur dans la même veine que  » la couleur des sentiments  » de Kathryn Stockett,  » La colline aux enclaves  » de Kathleen Grissom ,  » En attendant Babylone  » d’Amanda Boyden.

Née en Floride à Tallahassee, Vanessa Lafaye a étudié en Caroline du Nord, puis à Paris. Elle s’installe finalement en Angleterre avec son époux et leurs enfants. Après avoir travaillé dans l’édition d’ouvrages académiques à Oxford, elle se consacre désormais à l’écriture et au chant – elle dirige la chorale de sa ville de Malborough. Dans la chaleur de l’été ( Belfond, 2016) est son premier roman.

 » 115 « 

115 de Benoît Séverac aux Éditions La Manufacture de livres.

‘  » Au lieu de nous faire iech, vous feriez mieux d’aller voir ce que font les Gitans le soir. Ils sont pas nets, eux non plus. Mais peut-être que vous avez pas les couilles ?  » 

Une ou deux réflexions isolées ne portent pas à conséquence, parce que les Arabes et les Gitans se détestent, mais quand ça revient trop souvent ça veut dire que quelque chose couve et qu’il est temps de s’en inquiéter. ‘ 

Commence alors une nouvelle enquête menée par Nathalie Decrest, chef de groupe de la Brigade Spécialisée de Terrain de la Police Nationale après une descente dans un camp de Gitans. Elle ne s’attendait pas à y trouver caché dans un container deux albanaises et un enfant, cherchant plutôt de la drogue.

 » les trois parrains, quant à eux, demeurent muets. S’ils sont contrariés par la descente de police, ils n’en laissent rien paraître. Sans avoir à prononcer un mot, ils intiment l’ordre à leurs sous-fifres, menottés comme eux, de se taire. De vrais durs, habitués aux déboires avec la justice. Par la seule force de leurs regards, la consigne passe : il en cuira à celui qui bave.  » 

Nathalie devra une fois encore affronter la dure loi du silence des malfrats.

Ce soir là elle était accompagnée par Sergine Hollard, une vétérinaire afin qu’elle gère les volailles qui servaient à des combats. Guère ravie d’être là Sergine devra pourtant faire bonne figure. Un vieux contentieux sépare les deux femmes qui ne s’apprécient plus guère.

Sergine souhaiterait crée une clinique vétérinaire ambulante pour aider les animaux des sdf. Contrairement à eux-mêmes ils prennent grand soin de leurs bêtes  et sont prêts à de nombreux sacrifices pour leur bien-être. C’est là qu’elle rencontre Cyril, un jeune autiste qui vit dans la rue. Il est sous la coupe des sœurs jumelles Charybde et Scylla.

Ils sont nombreux à vivre dans la rue, dans l’attente de jour meilleur, d’une rencontre qui changerait leur condition de vie, qui sauverait certaines de la prostitution.

 » La rencontre qui changera tout, le retournement inattendu, le coup de main du destin qui arrêtera la roue de la fortune sur la bonne case…les gens de la rue veulent tous croire à cette chimère, mais au fond, ils savent bien que chaque année passée à la rue les éloigne d’un happy end. »

Les deux jeunes femmes, policière et vétérinaire,  déjà confrontées à la misère des gens en grande précarité vont en plus découvrir la violence qui s’y cache.

Pour nous livrer une histoire aussi authentique, l’auteur s’est immergé dans le monde de l’extrême pauvreté.

Dans ce roman noir social, notre société n’apparaît pas sous son meilleur jour. Elle reflète malheureusement l’envers du décor, celui de la rue, des SDF, de la prostitution. Des personnes mises à mal chaque jour en mode survie. 

L’auteur nous plonge dans la noirceur du monde, à travers un polar contemporain aussi réaliste que tous les faits divers qui encombrent les journaux chaque jour. Une écriture maîtrisée, dure, en parfaite harmonie avec l’histoire dépeinte à travers ces lignes. On y sent de la colère, de la révolte pour ces injustices via les deux personnages féminins plein d’humanité. Non démuni de sensibilité, plein de souffle et de cœur. 

115, un roman d’action sociale aussi brillant que la noirceur qui l’habite. 

Benoît Séverac enseigne l’anglais à l’école vétérinaire de Toulouse où il vit. Il a publié à la Manufacture de livres, Le Chien arabe, Prix de l’embouchure 2016, paru chez Pocket en 2017 sous le titre Trafics. En 2016 à paru chez Syros, Little Sister. Il est aussi l’auteur de Les Chevelus aux éditions Tme, traduit aux USA et de Silence, adapté au théâtre.

Je remercie les Éditions La Manufacture de Livres pour cette lecture déchirante tel un cri dans la nuit. 


 » Bourbon Kid « 

Bourbon Kid d’ Anonyme aux Éditions Sonatine

 Traduit de l’anglais par Cindy Kapen



 » Un esprit maléfique nommé Caïn a libéré les quatre cavaliers de l’apocalypse. » 

C’est pas la joie sur terre, apparement certains ont décidé de son extinction. Il est temps que les Dead Hunters interviennent. Bon d’accord ce sont des tueurs sanguinaires à la morale plus que douteuse, mais pour affronter un démon qui est plutôt malin, fort et intelligent, on n’a pas vraiment le choix.



(…) le quartier général des Dead Hunters. Ils étaient installés au Purgatoire, un bar situé dans une zone privée du Cimetière du Diable, une vaste région désertique où l’on ne s’aventurait que pour une raison bien précise, ou par extrême malchance.  » 

 

Seulement l’un d’entre eux est introuvable… Le Bourbon Kid a disparu.

Une armée de morts vivants qui accompagne les quatre cavaliers va profiter de cette aubaine pour tenter de décimer les Dead Hunters.

« La dernière fois que les quatre cavaliers ont été vus en liberté, Dieu a envoyé Jésus sur terre pour les détruire et sauver l’humanité. « 

 » Si Dieu avait l’intention d’envoyer qui que ce soit pour empêcher cette apocalypse, il l’aurait déjà fait. S’il n’a envoyé personne, c’est qu’il en a assez de l’humanité. Il veut la fin du monde ! « 

 

Cette fois on dirait bien que Dieu a baissé les bras.  Ça ne va pas faciliter la tache de ceux qui sont pris pour cible. Des têtes vont tomber, du sang va couler, ça va saigner dans les chaumières. La fin du monde approche, Caïn est dans la place, mais je lui souhaite bien du courage pour arriver à ses fins , Jack Daniels alias Bourbon Kid même dans l’ombre n’a pas dit son dernier mot.

 

Depuis ma découverte des écrits de cet auteur ANONYME  avec Le livre sans nom, je n’ai cessé de poursuivre ces aventures qui chaque fois me régalent. Bien sûr j’ai de suite pensé à l’univers de Tarantino, ce coté déjanté et sanguinaire lui ressemble beaucoup. En tant que cinéphile, j’ai succombé à cet univers qui allie policier et fantastique. Ça déménage, tel un shot de whisky, tu l’auras compris c’est pas pour les chochottes. Ça flingue à tout va, c’est vulgaire, maléfique, avec des personnages complètement barges. Un pur régal quand on aime sortir des sentiers battus et s’éclater un maximum. Qui plus est faut avouer aussi que la couverture de ce dernier volet est absolument superbe, et le contenu est tout aussi savoureux, du pur malt à consommer sans modération. 



Sincèrement, je vous encourage à vous plonger dans ces récits et quel que soit l’auteur je ne peut que saluer son talent pour, à chaque fois, me faire oublier le monde qui m’entoure. Alors n’hésitez pas à vous aventurer à toute berzingue dans ce monde imaginaire absolument démoniaque et farfelu. 

 

Volontairement mystérieux et discret sur son identité, ANONYME est l’auteur anglophone d’une série de plusieurs ouvrages qui débute en 2006, avec le livre sans nom, succès commercial et critique. L’écriture d’ ANONYME est un hommage cinéphile aux univers ironiques et gores de Quentin Tarantino et Robert Rodriguez. 

Je remercie les Éditions Sonatine pour cette lecture fracassante. 

 

 

 » Entre deux mondes « 

Entre deux mondes dOlivier Norek aux Éditions Michel Lafon



 » (…) ils se sont mis à squatter chaque maison vide, chaque immeuble abandonné, les jardins, les parcs, les ponts et c’est vite devenu invivable. Alors Il a fallu trouver un endroit pour les parquer. Le long de la côte, à l’écart du centre-ville, entre une forêt et les dunes, il y avait un ancien cimetière qui jouxtait une décharge. L’état a fait place nette à coup de bulldozer et on a invité les migrants à s’y installer il y a un an de ça. Au début, ils sont arrivés discrètement, une petite centaine de curieux tout au plus, puis l’info a traversé la planète et ils sont venus par milliers. La jungle était née. « 



Calais, sa plage, son port, sa jungle.

 » Il ne restait plus rien sur cette lande de ce que l’espoir y avait construit.  » 



La jungle et ses migrants venus de tous les horizons, tous dans la même galère mais loin d’être unis pour autant. C’est chacun pour soi enfin presque…

Deux flics, l’un d’ici et l’autre d’ailleurs. Ils ne se connaissent pas mais vont pourtant unir leurs forces pour sauver un enfant et peut-être se sauver eux- même.



 » Remarque, ça fait deux ans qu’on ferme les yeux, c’est pas pour les ouvrir aujourd’hui.  » 



Mais parfois Il est difficile de ne pas transgresser les règles surtout lorsqu’il s’agit du sort d’un gamin..

Adam a fui « (..) une population terrifiée et résignée qui continuait de vivre comme on joue à la roulette russe. » avec l’espoir de retrouver les siens.

Mais ne dit-on pas : flic un jour flic toujours ?

Alors quand il rencontrera Bastien le flic français, Adam aura tendance à laisser le naturel reprendre ses droits… Car on ne fuit pas une guerre pour se retrouver au pire endroit et fermer les yeux sur certaines atrocités.



 » Nous devenons tous des monstres quand l’Histoire nous le propose. « 




Après sa trilogie qui a fait un carton digne des élites au stand de tir, ( Ma Chronique Ici) Olivier Norek signe cette fois bien plus qu’un polar, j’aurais tendance à le qualifier de Roman Noir social. L’auteur dégaine sa plume et une fois encore c’est stupéfiant. Le ton du récit donne de l’authenticité à l’histoire. Plein d’humanité, on ne peut que se sentir impliqué et compatir pour ces migrants et ces deux flics qui ne lâchent rien. Un roman bouleversant qui reflète notre société actuelle avec ses méandres et ses dérives. 

Olivier Norek n’hésite pas à travers ses écrits à dénoncer le système et ses travers. Son statut de flic lui a donné l’occasion de découvrir le pire du pire. Ce dont on ne parle pas, même tout bas, et l’écriture permet quelques confessions de manière détournées. 

Un roman saisissant que je vous invite à lire urgemment. 

 » – Vous croyez aux fantômes, Passaro ? 

– Je ne me suis jamais posé la question. Vous parlez des esprits qui hantent les maisons ?

– Exact. Coincées entre la vie terrestre et la vie céleste. Comme bloqués entre deux mondes. Ils me font penserà eux, oui. Des âmes, entre deux mondes.  » 




Olivier Norek est lieutenant de police à la SDPJ du 93. 

Auparavant, il a travaillé en tant que bénévole chez Pharmaciens sans frontières durant trois ans, où il participa à la réhabilitation d’un hôpital en Guyane, ainsi que de l’approvisionnement en matériel médical des hôpitaux et camps de réfugiés des territoires en guerre de l’ ex-Yougoslavie (1994-1995).

Il devient ensuite gardien de la paix, puis après avoir réussi le concours de lieutenant il choisit le 93 pour sa nouvelle affectation à la section enquêtes et recherches. (agressions sexuelles, enlèvement avec demande de rançon…) 


Il écrit quelques textes et participe à un concours de nouvelles. Il décide de se mettre en disponibilité ( 2013) pour écrire son premier roman  » Code 93  »  qui remporte un succès immédiat. Suivra  » Territoires  » (2014) puis  » Surtensions  » ( 2016). Tous récompensés par de nombreux prix littéraires. 



Puis en 2017 ,  » Entre deux mondes  » . 

Il a également travaillé à l’écriture de la sixième saison d’Engrenages, série de Canal plus. 

Les droits de ses romans sont déjà acquis en vue d’être portés à la télévision pour être adaptés en série. 

Je remercie les Éditions Michel Lafon pour cette lecture plus que nécessaire.  


 » Nulle part sur terre « 

Nulle part sur terre de Michael Farris Smith aux Éditions Sonatine 

Traduit par Pierre Demarty

 

 » Retour au Mississippi  puisqu’elles n’avaient nulle part ailleurs où aller. « 

Une femme accompagnée d’une petite fille marche vers la Louisiane. Elle revient après une longue absence dans cette ville qui l’a vu grandir et partir.



 » Elle s’était si bien évertuée à oublier qu’elle ne savait plus quand où ni combien de fois, mais elle se rappelait que c’était à une époque de ténèbres où elle s’était retrouvée acculée au désespoir, cernée par les chiens enragés de la vie.  » 



Elle n’attend rien, elle a déjà tant galèré et semble avoir connu le pire, mais peut-être qu’elle se trompe…

Russel est de retour également, dans sa ville natale après onze ans passé en prison.

 » Il s’était promis de ne pas faire ça. Regarder par la vitre et s’apitoyer sur tout ce qu’il avait perdu, comme un pauvre malheureux dépité par son propre malheur, mais il ne pouvait pas s’en empêcher. « 

Russel pense avoir réglé sa dette à la société, mais des esprits vengeurs en ont décidé autrement et l’attendent de pied ferme.

Deux âmes en peine aussi désolées que les paysages qui les entourent, en mode survie quand un mort rajoute une ombre au tableau.



 » Bon sang. J’aimerais bien savoir ce qui fait tourner le monde comme ça. Parce qu’il tourne d’une drôle de façon des fois. Pour certains en tout cas.  » 



 

Michael Farris Smith dépeint la noirceur de l’Amérique avec un style singulier qui lui est propre, même si sa plume nous rappelle de grands maîtres de la littérature américaine.

Une plume poétique, sans concession, portée par une langue qui ensorcelle, envoute. Le cœur du lecteur succombe à tout ce charme et gardera en lui longtemps le souvenir de cette rencontre avec ces personnages déchirés, poursuivis par la malchance, où la misère , la drogue, l’alcool, la violence règnent en maître dans ces contrées isolées de la Louisiane.

Un auteur qui m’avait déjà conquise avec son premier roman Post-apocalyptique  » Une pluie sans fin  » .

Un écrivain amoureux de la noirceur, attaché à la condition humaine qui s’affirme et confirme son talent.

Sombre et brillant, un roman inoubliable, indispensable. Un immense coup de cœur.

 


Michael Farris Smith est né aux États-unis. Il vit à Oxford dans le Mississippi avec sa femme et ses deux filles. Il est nouvelliste et romancier. Il est titulaire d’un doctorat de l’University of Southern Mississippi. Il a été professeur associé d’anglais au département de langues, littérature et philosophie à la Mississippi University for Women à Columbus. Après  » Une pluie sans fin  » (2013)  » Nulle part sur la terre  » (2017) est son deuxième roman.  » The fighter  » sortira en mars 2018.

Je remercie les Éditions Sonatine pour cette lecture inoubliable.

 

 

 

« 

 » Tout est brisé « 

Tout est brisé de William Boyle aux Éditions Gallmeister



 » Il savait que Nick lui manquerait alors encore plus désespérément. Pas à cause des baisers ni des caresses. Mais à cause de la conversation, de la compagnie, de ce qui l’empêchait de se sentir aussi seul qu’il se sentait à présent. Il n’était pas fait pour être célibataire. Il avait besoin de quelqu’un. Ne pas avoir d’amour, c’était se sentir oublié, totalement vide et totalement seule. « 

Jimmy est de retour chez sa mère, dans un piteux état, le cœur brisé, fauché, déprimé, et toujours alcoolisé. Et hélas, ce n’est pas l’ambiance familiale qui va l’aider à remonter la pente.

 » Ça l’avait toujours étonné. À jeun, il passait son temps à se plaindre de la laideur généralisée. Ivre ou avec la gueule de bois, le monde lui semblait d’une beauté parfaite, et il n’y voyait qu’un défaut, lui-même;  » 



Il y retrouve son grand-père de retour d’un sejour à l’hopital qui tyrannise sa mère Jessica. Sa mère, elle-même au bout du rouleau, épuisée, mais ravie de retrouver son fils qu’elle avait cru perdu. Pas simple pour chacun de recoller les morceaux quand tout est à ce point brisé.

L’histoire d’une famille malmenée par la vie, poursuivie par la malchance avec une matriarche qui refuse de baisser les bras, dans une ville qui ne dort jamais.

 » Un New-Yorkais qui a quitté sa ville a l’impression, à chaque fois qu’il y revient, de retrouver le New York des mauvais films, au rythme tout ce qu’il y a de plus faux, à la monstruosité artificielle. Il avait toujours pensé que la noirceur de New York était délibérée, et il lui semblait maintenant que le nouvel aspect ensoleillé de la ville devait lui aussi correspondre au choix de quiconque tirait les ficelles. 

Tout ce bruit venant de la rue. un coup de klaxon, peut-être. (…) Les taxis qui se déplaçaient avec une précision digne d’un jeu vidéo. Les gens aux épaules voûtées, les gens aux beaux vêtements, les gens dont l’ombre était gravée dans le trottoir. »

 

Malgré la noirceur de l’histoire, point de pathos ni de déprime à l’horizon pour le lecteur.  Au contraire, William Boyle décrit avec sensibilité les différents sujets de cette histoire. Qu’il s’agisse de solitude, de désespoir, de vieillesse, d’addiction, de la famille, du manque d’amour ou même de l’homosexualité, tout y est dépeint de manière mélancolique sans superflu. Un beau portrait d’une mère courage dans une ambiance sombre, une femme qui se sacrifie pour ses hommes, père et fils qui ne sont pourtant pas tendres avec elle.

Un roman brillant, une plume enivrante, une histoire étourdissante et touchante.

Tout est brisé mais toujours debout même si l’équilibre est fragile, tout comme New-York, souvent brutalisée, mais toujours battante.

 


William Boyle est né et a grandi dans le quartier de Gravesend, à Brooklyn, où il a exercé le métier de disquaire spécialisé dans le rock américain indépendant. Il vit aujourd’hui à Oxford, dans le Mississippi. Son premier roman, Gravesend, a été publié par les éditions Rivages en 2016. 


 

Je remercie Léa et les Éditions Gallmeister pour cette lecture d’une incroyable beauté sombre.

 

 » Jusqu’à la bête « 

 

Jusqu’à la bête de Timothée Demeillers aux Éditions Asphalte 




« Et le sang. Le sang poisseux au sol. Comme une prémonition. Comme un signe avant- coureur. Mon ancienne caverne. Mon ancienne cabane ensanglantée. L’abattoir. Le sang. Le bruit. « 

Erwan est en prison depuis  » L’événement  » Deux ans déjà. Auparavant il était ouvrier dans un abattoir près d’Angers. Il travaillait aux frigos de ressuage dans un froid mordant, au rythme des carcasses qui s’entrechoquent sur les rails. Un travail à la chaîne répétitif, usant, pénible, laborieux.

 » Clac.

Jusqu’à la fin de la journée.

Jusqu’à la fin de la semaine.

Jusqu’aux vacances.

Jusqu’à la retraite.

Clac.

Jusqu’à la mort. La Chaine. Cette maudite chaine qui ne nous quitte jamais.  » 



 

Pour échapper à son quotidien, Erwan se plonge dans sa mémoire. C’est tout ce qui lui reste, ses souvenirs.

 » À ressasser les souvenirs, à filer les histoires, les unes aprés les autres, comme ils viennent au gré des heures, au gré du cheminement de l’esprit, repenser à l’usine, à cette usine… « 


Pour tenir un jour de plus, pour remplir le vide, quitte à raviver ses angoisses.

 » (…) et qu’on occupe le vide comme on peut pour que le temps passe plus vite, que l’ennui s’amenuise, et de tenter de désengluer ses pensées, de se sortir de ce cycle infernal, gouverné  par la haine des autres, la haine du passé, la haine de soi et le rien, et puis ce rien qui devient tellement tout, le vide d’une journée blanche, et une deuxième, et une troisième…  » 

Le  » Planton des frigos  » est devenu  » Le Boucher « , autre bagne, autre surnom. Les Clacs des portes du pénitencier ont remplacé les Clacs de l’usine. Là-bas le frigo, ici la cellule. D’un coté une liberté relative, de l’autre une liberté perdue. Mais que ce soit ici ou là-bas, les compteurs marquent seize années. D’un coté c’était  la retraite au bout, mais ici ce sera la liberté, enfin peut-être …

Jusqu’à la bête est le récit d’un basculement, écrit par un jeune auteur qui n’hésite pas à dénoncer la pénibilité du travail à la chaine. À travers cette immersion dans un abattoir, on découvre la face cachée des barquettes de viandes, des burgers et autres morceaux de choix,  leurs parcours avant d’atterrir dans nos assiettes. L’auteur léve le voile sur ces ouvriers, aux conditions de travail absolument inhumaines , avec sur le dos des chefs qui ne pensent qu’à la productivité sans jamais se salir les mains.

Un récit sanglant, brutal, féroce, noir, plein de fureur et de rage. Une écriture brillante, cinglante, abrupte, vive, directe. Une histoire pleine de haine, de solitude, et si peu d’espoir.

Un roman engagé, où résonnent des voix qu’on aimerait entendre davantage dans la littérature.

Comme un témoignage, c’est violent mais nécessaire.

À découvrir absolument, en gardant  le cœur bien accroché.

Timothée Demeillers

Timothée Demeillers est né en 1984. Il est passionné par l’Europe centrale et orientale. Après avoir longtemps vécu à Prague, il s’est désormais établi entre Paris et Londres, et il partage son temps entre le journalisme et la rédaction de guides touristiques.


Prague, faubourgs est, son premier roman, est paru Chez Asphalte en 2014.

 

Je remercie au passage Estelle et les Éditions Asphalte pour cette découverte aussi noire que brillante.

 

 

 

 » Afin que rien ne change  » 

Afin que rien ne change de Renaud Cerqueux aux Éditions Le Dilettante 


 » J’estimais les dimensions de ma prison à sept mètres de large sur un peu plus de long et trois mètres sous plafond. Environ cent quarante-sept mètres cubes. Cinquante mètres carrés. Une cave ou un bunker enfoui sous le terrain d’un cinglé se préparant à l’apocalypse. De quoi aménager un souple de rêve pour une petite famille parisienne. ( …) 

Je pouvais être n’importe où sur terre.  » 




Emmanuel Wynne, la quatrième fortune de France a été enlevé par un mec déguisé en Roswell. Il se retrouve nu et enchaîné dans une pièce sombre, froide et insalubre. Privé de sa liberté et de sa dignité, son calvaire commence 

«  Son intention était claire. Il voulait me briser. Exploiter le froid, la fatigue, la faim, pour faire de moi son chien.  » 

Cet enlèvement est on ne peut plus étrange, pas de demande de rançon malgré la fortune du kidnappé. Le ravisseur évoque « une expérience ». Une petite plongée bien loin des paradis fiscaux mais proche de l’enfer, juste une année …

 » À chaque nouvelle conjecture, je sombrais un peu plus dans la folie. » 


 » Une expérience  » que je vous invite à découvrir car je suis sûre que vous en rêvez tous. Pas d’être enfermé et privé vous aussi de votre liberté et de votre confort, mais de laisser votre place aux grosses fortunes pour qu’elles comprennent enfin comme c’est indécent de nous balancer à la face leurs salaires monstrueux. Comment c’est de bosser 10 h par jour pour un salaire de misère, leur faire connaître le dur labeur des salariés exploités et malmenés. Les priver de leur confort et tous leurs avantages ne serait-ce qu’une semaine. Oui, mettre en marche la révolte de la classe moyenne. 

À travers ce roman noir cynique, on découvre une véritable satyre sociale, une vision absurde et caustique de l’entreprise. Une plume féroce, admirable, réaliste, sans concession. Une fable moderne du monde actuel, qui fera grincer les dents longues et fantasmer les petites gens. Si seulement cela était possible de réveiller les consciences afin que justement tout change. 



Afin que rien ne change, une plume grinçante, un scénario inventif, un récit qui sonne vrai et m’a captivé jusqu’au final. 

Une très belle découverte de la rentrée littéraire. 


Romain Cerqueux est né en 1977 et vit à Brest. Touche-à-tout, talentueux et curieux, Il est scénariste de BD ( Dérapages, Le Syndrome de Warhol) et joue aussi dans un groupe de pop rock brestois, Stockolm. 



Il publie en 2016 aux Éditions Le Dilletante Un peu plus bas vers la terre, un recueil de nouvelles percutant où l’auteur nous promène dans un monde absurde et halluciné, univers que l’on retrouve dans Afin que rien ne change, son premier roman. 

Je remercie les Éditions Le Dilettante pour cette lecture démoniaque.