» Nulle part sur terre « 

Nulle part sur terre de Michael Farris Smith aux Éditions Sonatine 

Traduit par Pierre Demarty

 

 » Retour au Mississippi  puisqu’elles n’avaient nulle part ailleurs où aller. « 

Une femme accompagnée d’une petite fille marche vers la Louisiane. Elle revient après une longue absence dans cette ville qui l’a vu grandir et partir.



 » Elle s’était si bien évertuée à oublier qu’elle ne savait plus quand où ni combien de fois, mais elle se rappelait que c’était à une époque de ténèbres où elle s’était retrouvée acculée au désespoir, cernée par les chiens enragés de la vie.  » 



Elle n’attend rien, elle a déjà tant galèré et semble avoir connu le pire, mais peut-être qu’elle se trompe…

Russel est de retour également, dans sa ville natale après onze ans passé en prison.

 » Il s’était promis de ne pas faire ça. Regarder par la vitre et s’apitoyer sur tout ce qu’il avait perdu, comme un pauvre malheureux dépité par son propre malheur, mais il ne pouvait pas s’en empêcher. « 

Russel pense avoir réglé sa dette à la société, mais des esprits vengeurs en ont décidé autrement et l’attendent de pied ferme.

Deux âmes en peine aussi désolées que les paysages qui les entourent, en mode survie quand un mort rajoute une ombre au tableau.



 » Bon sang. J’aimerais bien savoir ce qui fait tourner le monde comme ça. Parce qu’il tourne d’une drôle de façon des fois. Pour certains en tout cas.  » 



 

Michael Farris Smith dépeint la noirceur de l’Amérique avec un style singulier qui lui est propre, même si sa plume nous rappelle de grands maîtres de la littérature américaine.

Une plume poétique, sans concession, portée par une langue qui ensorcelle, envoute. Le cœur du lecteur succombe à tout ce charme et gardera en lui longtemps le souvenir de cette rencontre avec ces personnages déchirés, poursuivis par la malchance, où la misère , la drogue, l’alcool, la violence règnent en maître dans ces contrées isolées de la Louisiane.

Un auteur qui m’avait déjà conquise avec son premier roman Post-apocalyptique  » Une pluie sans fin  » .

Un écrivain amoureux de la noirceur, attaché à la condition humaine qui s’affirme et confirme son talent.

Sombre et brillant, un roman inoubliable, indispensable. Un immense coup de cœur.

 


Michael Farris Smith est né aux États-unis. Il vit à Oxford dans le Mississippi avec sa femme et ses deux filles. Il est nouvelliste et romancier. Il est titulaire d’un doctorat de l’University of Southern Mississippi. Il a été professeur associé d’anglais au département de langues, littérature et philosophie à la Mississippi University for Women à Columbus. Après  » Une pluie sans fin  » (2013)  » Nulle part sur la terre  » (2017) est son deuxième roman.  » The fighter  » sortira en mars 2018.

Je remercie les Éditions Sonatine pour cette lecture inoubliable.

 

 

 

« 

Publicités

 » Fugitifs « 

Fugitifs de Christopher Sorrentino aux Éditions Sonatine 

 » Je ne souffrais pas du syndrome de la page blanche, je souffrais d’un excès de satiété et du besoin d’éprouver à nouveau le vide afin de pouvoir le combler. » 

Sandy Mulligan, romancier,  a quitté New-york et s’est mis au vert dans le  Michigan pour tenter de finir son dernier livre. 



« Et voilà qu’à présent j’étais au fin fond du Michigan où je ne faisais pas grand – chose à part écouter un homme raconter de vieilles histoires qui n’appartenaient à personne. « 

Il va y rencontrer Kat Danhoff, une jeune journaliste en allant écouter John Salteau, un conteur spécialiste des histoires et légendes indiennes. 

À eux trois, ils forment un sacré trio de raconteurs d’histoires. Mais loin de tout nous dévoiler, chacun semble nous cacher quelque chose. Et lorsqu’un crime est commis dans le coin en même temps que la disparition d’un indien, notre trio de conteurs, va se retrouver en mauvaise posture. 




 » Pourtant, quelqu’un ici était en train de tout perdre, mais pas tout de suite.  » 

À travers ce mélange d’intrigues s’installe un véritable jeu de dupes orchestré par nos trois conteurs maîtres dans l’art de manipuler la vérité. 

Entre fiction et réalité Il n’y a qu’un pas. Tout comme mon ressenti au final de cette lecture agréable mais qui traîne parfois en longueur. Malgré une plume de qualité et une histoire assez originale je reste partagée. Pas entièrement conquise même si au départ ce livre avait tout pour me plaire. 

Un bon moment de lecture mais pas inoubliable, je ne vais pas vous raconter d’histoire moi aussi, l’auteur s’en est déjà chargé. 

À vous de voir… 

Christopher Sorrentino
Christopher Sorrentino, fils de l’écrivain Gilbert Sorrentino, est né en 1963 et vit à New York. Après Transes (Sonatine Éditions, 2012), Fugitifs est son deuxième roman.



 » La chambre d’ami « 

La chambre d’ami de James Lasdun des Éditions Sonatine

 » … En étant ainsi sans cesse en mouvement, il avait le sentiment de faire quelque-chose en vue de la solution du problème sans avoir à confronter le choix irréversible entre révéler à Charlie ou continuer à lui cacher. Il sentait, plus ou moins confusément, que l’activité à laquelle il se livrait était vaine, voire un peu malsaine. Qu’est-ce qu’il aurait de plus, après tout, s’il trouvait quelque renseignement intéressant sur le type? Mais ce sentiment était fugace et restait sans effet. En s’adonnant ainsi à ces petites tournées en ville, il semblait satisfaire une envie profonde. Il n’était pas loin de penser qu’il se livrait là, de quelque obscure manière, à un travail sur le matériau rebelle de sa propre existence.  » 


En acceptant de passer ses vacances chez son cousin Charlie, en échange de son talent de cuisinier, Matthew ne s’attendait pas à se retrouver au cœur d’un véritable drame.

Pourtant ce décor de rêve au milieu des montagnes était on ne peut plus accueillant. Malgré tout le Paradis peut vite se transformer en cauchemar, il suffit d’un rien pour réveiller de vieilles rancunes. Une occasion inespérée se présente à Charlie pour rendre la monnaie de sa piéce à son cousin, et lui permettre de sortir enfin la tête de l’eau. Règlement de compte à l’horizon entre ces deux cousins germains.
Mais Chloé , la femme de Charlie aussi belle soit-elle pourrait bien devenir tout aussi cruelle pour ne pas perdre son mari et son train de vie.


« Telle était Chloé, pleine de petites surprises… »

Dans ce huit clos terriblement addictif, délicieusement pervers, nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Un trio de personnages machiavéliques qui joue avec nos nerfs et nous plonge dans un suspens de manière délicieuse. Et tout comme ces trois protagonistes,  » Tel est pris qui croyait prendre » je me suis fait bien  piégée.

 » Assez typique de Charlie, se surprit-il à penser, cette façon de s’arranger pour que quelqu’un d’autre souffre à sa place. « 

Une plume élégante pour une intrigue surprenante où se mèlent la passion, la trahison, l’adultère, le meurtre et l’argent.Toutes les piéces du puzzle s’emboitent à merveille et le tableau final nous laisse sans voix.

Un livre impossible à lâcher, et c’est avec regret qu’on le quitte, tout en gardant un plaisir non dissimulé sachant que « La chambre d’ami  » est le troisième roman de l’auteur. Il me reste donc à découvrir « L’homme licorne  » et « Sept mensonges » .

Comme le dit : Joyce Carol Oates : « – Encore un de ces livres dont on ne peut s’empêcher de tourner les pages, jusqu’à une incroyable conclusion ? Eh bien, pour une fois, figurez-vous c’est vrai !  »

James Lasdun , poète, romancier et nouvelliste vit aux États-Unis . Un auteur à suivre.

James Lasdun

 

Je remercie les Éditions Sonatine pour cette excellente lecture .

 

 » Jenny « 

Jenny de Fabrice Colin aux Éditions Sonatine

 » On nous a si souvent répété que le mal n’était qu’une fiction créée par l’homme que nous avons oublié de nous demander si ce n’était pas le contraire. »

Ne dit-on pas ? « Tout se qui se passe à Vegas reste à Vegas »


Une fois de plus ce viel adage prend tout son sens, car avant de savoir enfin ce qui s’est passé ce fameux soir, il va nous falloir de la patience et s’accrocher un peu pour aller jusqu’au bout de cette histoire démoniaque. Une disparition inexpliquée et le cauchemar commence.

« Après ça, le temps est devenu autre-chose que le temps et j’ai commencé à perdre pied! »


Tentant de reprendre goût à la vie, Bradley essaie de prendre un peu de bon temps. Cette fois les rencontres via site internet ne vont pas réserver que de belles surprises. La dernière va même  mettre Bradley dans un sale état et lui faire vivre l’enfer…


« Je n’étais pas ressuscité mais quelqu’un avait entrouvert le couvercle de mon cercueil. « 

Fabrice Colin nous embarque dans un labyrinthe sournois.Gentiment il campe le scénario qui va prendre une autre tournure en seconde partie. Et là tu t’accroches, par rapport à l’histoire tortueuse mais aussi par rapport aux faits qui passent du passé au présent jusqu’au dénouement final. Entre manipulation mentale, psychologique, vengeance personnelle, vendetta ce thriller ne te laissera aucun répit et n’épargnera pas les âmes sensibles.

À  mon avis, le lire en une fois m’a permis de ne pas trop me perdre dans l’histoire ce que je vous conseille fortement dès la seconde partie, s’il vous tente de découvrir Jenny.

Un thriller bien ficelé,qui déménage,  parfois dérangeant mais addictif qui va bien plaire à tous les amoureux du genre. Par contre coté cou’v pas terrible.


Quatre fois lauréat du grand prix de l’imaginaire, Fabrice Colin s’est illustré dans de nombreux domaines des littératures du genre. Après « Blue Jay Way  » ( perso beaucoup aimé) et  » Ta mort sera la mienne », « Jenny » est son troisième roman publié par Sonatine Éditions.

Je remercie Sonatine pour cette lecture troublante.

 

 » Un coeur sombre « 

Un cœur sombre de R.J.Ellory aux éditions Sonatine


 » Il y a un inconnu dans mon cœur . Il y est arrivé sans y être invité. Je voudrais qu’il s’en aille mais je sais qu’il ne le fera pas. « 

Le cœur , organe indispensable à toute vie, mais selon l’individu qui l’anime pourra s’avérer de nature différente .

Si tu t’aventures au cœur  de cette histoire, attends toi à de nombreuses rencontres. Tu risques de croiser du cœur  de flic pourri, du cœur  de boeuf carotte, du cœur  de voyou, du cœur  de traitre.  Et au cours de l’histoire lors d’une fusillade ,tu trembleras pour ce petit cœur  qui bat encore, faiblement…mais encore.

« Je suis différent de tous ces gens qui m’entourent, et les choses vont s’arranger. Peut-être pas aujourd’hui,ni demain mais bientôt. Ça va s’arranger, et je me tirerai d’ici. Ce n’est pas ma vie , c’est une escale un arrêt de bus, rien de plus. »

Certains ont trop joué à cœur  et tentent de piquer la caisse pour effacer l’ardoise, mais pour réussir faudra pas rester sur le carreau…

« Le jeu est lancé et -comme toujours- si vous inventiez les règles, vous augmentiez vos chances. « 

Mon cœur de lectrice explose, à bout de souffle, sans aucun répit, entre deux pages il se balance, d’un coté haine, d’un coté aime. Je frôles l’arrêt cardiaque et un électrochoc m’améne à la page suivante.


« Dépêche-toi de vivre, ou dépêche-toi de mourir… »

Du coup ça pique votre curiosité? Déjà trés envie de vous plonger au coeur l’intrigue?  En plein cœur  de la tourmente au coté de Madigan, le mec au cœur  sombre. Et vous faites bien. Ne resistez pas à cette tentation du mâle…

R.J.Ellory a fait battre mon cœur  avec son dernier roman d’une noirceur absolue. Neuviéme livre écrit pour l’auteur et troisième livre lu de mon coté, l’avantage c’est qu’il m’en reste à découvrir ça limite les frustrations, les attentes trop longues entre deux sorties littéraires.

Un cœur  sombre surpasse Les anges de New-York et se place au sommet de mon podium. C’est noir, brutal, violent, surprenant, envoûtant. Ça te met la tête  à l’envers, ça t’éclate le cœur  et de suite t’as le béguin. C’est mal d’aimer ce mâle mais c’est sans compter sur la plume d’Ellory, qui réussit à faire naître en toi une certaine empathie pour cet antihéros qui ne va pourtant pas t’épargner coté créve-cœur .

« Comme quand vous faites souffrir quelqu’un, vous lui donnez le pouvoir de vous voler vos rêves et au bout du compte il ne reste que les cauchemars. »

Hypnotisée, je l’ai dévoré et je l’ai  terminé, rassasiée . Une douce saveur de bonheur plane sur mon cœur  et c’est illuminé qu’il restera. Entre le coup de cœur et le coup de foudre mon cœur  bat à l’unisson et fidéle je resterai à l’auteur .


Roger Jon Ellory, écrivain britannique, auteur de romans policiers et de thriller, mais aussi guitariste dans son groupe de blues « The whiskey Poets », j’espère avoir un jour le plaisir de l’entendre en live . En écoute ici


Merci aux éditions Sonatine pour cette excellente lecture.